Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 novembre 2017

Les malheurs de la langue française

 Publié par Guy Jovelin le 09 novembre 2017

écriture inclusive,langue française,malheurs,orwell

              La pollution ne touche pas que la Nature. Elle envahit également les cerveaux dégénérés des pédagogues nationaux, chiens soumis du féminisme. L’affaire de l’écriture inclusive prend de l’ampleur. Une de mes connaissances la qualifie plus volontiers d’intrusive. Cette fameuse façon d’écrire sans faire reconnaître la neutralisation des genres masculin et féminin lorsqu’ils sont associés (donc pluriel) dans un genre neutre calqué sur le masculin est un danger.

              

               L’académie française a jugé bon pour une fois de se secouer les puces. Je crois pourtant qu’elle n’a pas cerné l’objectif profond de cette évolution. Les revendications féministes débouchent sur un fait grave : L’espagnol, première langue européenne parlée aux USA, deuxième dans le monde, et le français, troisième langue européenne parlée dans le monde, seront mécaniquement en perte de vitesse face à l’anglais qui ne connais guère que le neutre. Ce prétexte ouvre à l’anglophilie un boulevard. Alors demain, tous anglophones ?

 

               Cette question se pose avec d’autant plus d’arguments que les signaux reçus depuis des années coïncident. Qui préfèrerai que son enfant choisisse une autre première langue vivante que l’anglais ? Seuls les binationaux et les germanophones résistent à l’injonction anglophiles. On remarquera aussi que les femens de tous pays écrivent leurs messages en anglais. Certes leur nudité est suffisante pour choquer les autochtones, le message n’est lui destiné qu’à la presse. Mais tout de même, que la petite ukrainienne revendique son laïcismo-féminisme dans une langue qui est parfaitement étrangère à son pays montre à quel point la colonisation des esprits par l’anglomanie progresse.

 

               Enfin, en bon scientifique, je crois profitable l’expérimentation. Pour convaincre de cette colonisation tout aussi inopportune que celle de la vague migratoire, je vous propose ceci :

  • Choisissez tout d’abord un film réalisé en anglais, et proposez le au visionnage en version originale sous-titrée. La plupart des cinéphiles vanteront ce choix juste ne dénaturant pas l’œuvre.
  • Faites alors la même chose avec un film réalisé dans une autre langue étrangère (pour ma part je propose facilement du cinéma russe, qui est d’une rare qualité, mais on peut aussi arrêter son choix sur des films coréens, japonais, indiens ou bien sûr allemands). J’ose l’hypothèse que la réponse sera négative, à cause de langue. La version dénaturée par le doublage sera plutôt plébiscitée.

 

Comme toujours ORWELL a eu raison avant tout le monde. Nous vivons au temps de la double pensée permanente. En attendant la ruine définitive, l’écriture inclusive est une attaque contre notre langue. C’est aussi une attaque contre notre manière de penser. La langue n’est pas que véhiculaire, à fonction communicative, elle est aussi et surtout la fondation sur laquelle la pensée se développe. Elle est enfin le ciment d’un peuple. La preuve par la Corse, le Pays Basque et la Bretagne ou bien entendu la Catalogne. En matière de bilinguisme, je demanderai toujours : Pourquoi choisir l’anglais ? En tout cas non je n’inclurai pas !

 

Marc-Antoine Hennet

PdF Gers (32)

Écrire un commentaire