Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 mars 2017

L'incitation financière au retour des migrants aurait pour effet de les encourager à venir en Europe

Publié par Guy Jovelin le 29 mars 2017

L'incitation financière au retour des migrants aurait pour effet de les encourager à venir en Europe
Source: Reuters
Image d'illustration - Un centre de transit pour migrants au sud de l'Allemagne
 
La Commission européenne estime que certains migrants choisiraient les pays les plus généreux dans leur aide au retour, espérant toucher ces sommes pouvant atteindre jusqu'à 5 000 euros en Allemagne, une fois parvenus sur place.

La politique d'aide financière aux migrants pour les inciter à rentrer dans leur pays aurait-elle pour effet pervers de les attirer vers les pays les plus généreux en la matière ? C'est ce que semble craindre la Commission européenne, qui a publié une note le 2 mars dernier à ce sujet.

Voir l'image sur Twitter

En baisse dans les sondages, le gouvernement déclare que 300 000 seront «rapidement expulsés» https://francais.rt.com/international/34227-allemagne-veut-expulser-300-000-migrants-demande-asile-rejetee  

Mises en place dans plusieurs pays, ces aides qui se veulent «incitatives» auraient un effet d'autant plus contre-productif qu'elles sont loin de faire l'objet d'une harmonisation au niveau européen. En Allemagne, celles-ci peuvent atteindre jusqu'à 5 000 euros, note le site Politico, contre 2 500 euros en France, ou 1 000 euros au Royaume-Uni. Dans d'autres pays, au contraire, comme la République tchèque, ces aides sont tout simplement inexistantes. Les migrants, avant de gagner l'UE, prendraient donc ces critères en compte pour arrêter leur choix de destination.

Face à cet effet d'aubaine non désirable, la Commission suggère une harmonisation du montant de ces versements entre les pays – une politique difficile à mettre en application. Pour autant, le principe même de l'aide au retour ne semble pas prêt d'être remis en cause. Lors d'un conseil européen des ministres des Affaires étrangères lundi 27 mars, Carmelo Abela, ministre des Affaires étrangères de Malte, Etat qui détient la présidence du Conseil européen actuellement, a certes concédé que «les mesures telles qu'elles existent n'[étaient] pas efficaces». Il a néanmoins estimé qu'il fallait «s'assurer que l'aide contribue à encourager les retours» des migrants dans leur pays.

La stratégie dite du «départ volontaire» est au cœur des réflexions des instances européennes depuis plusieurs années. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a récemment déploré que seul un tiers des immigrants dont la demande de séjour dans les pays de l'UE a été refusée ne regagnent leur pays, soulignant que «les retours volontaires» devaient être «la part essentielle de la politique de reconduite aux frontières» de l'Europe.

 

Source : francais.rt

Paris : « La mixité sociale oui… mais pas dans le collège de mes enfants ! »

Publié par Guy Jovelin le 29 mars 2017

Par le 28/03/2017

La décision de la mairie de Paris de rassembler les secteurs de deux collèges, à quelques centaines de mètres l’un de l’autre, n’est pas comprise par certains parents.

(Rediff) : Extrait d’un reportage datant de mai 2011, consacré au contournement de la carte scolaire par certains parents:

(Merci à C’)

 

Source : fdesouche

Policiers grimés en Noirs lors d'une soirée: Le Défenseur des droits demande des sanctions

Publié par Guy Jovelin le 29 mars 2017

JUSTICE Un manquement à « leur devoir d’exemplarité », selon le Défenseur des droits…Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, le 26 février 2016 à Paris

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, le 26 février 2016 à Paris - Geoffroy Van der Hasselt AFP

20 Minutes avec AFP

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé que des sanctions disciplinaires soient prises contre cinq policiers que des photos postées sur Internet en 2014 montraient grimés en Noirs lors d’une soirée privée, a-t-on appris ce mardi auprès de ses services.

Le Défenseur « recommande l’engagement de poursuites disciplinaires » à l’encontre des cinq policiers « pour avoir manqué gravement à leur devoir d’exemplarité » et « manqué de discernement » en « publiant sur les réseaux sociaux des photographies à caractère raciste », selon cette décision.


View image on Twitter

Vous vous souvenez de la "soirée négro" organisée par des policiers du 94 en juin 2014 ? Le Défenseur des Droits vient de rendre sa décision

Les faits remontent à juin 2014, lors d’une soirée au cours de laquelle ces policiers du commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), en civil et hors service, s’étaient grimés en Noirs avant de diffuser les photos sur le réseau Facebook. Des associations s’étaient alors indignées de cette « soirée Blackface », un terme désignant les caricatures théâtrales de Noirs.

Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), rappelant les « postures simiesques » et les « bananes à la main » des protagonistes, s’est félicité de voir que « le Défenseur des droits reconnaît que ces policiers ont commis un acte raciste ». A l’époque, l’avocat de l’une des mis en cause, Me Abraham Johnson, avait balayé ces accusations, assurant à l’AFP que « tout cela est un jeu, certes ce n’est pas très glorieux mais ce n’est en aucun cas du racisme ».

Le « blackface », une pratique raciste

Le Cran a, par ailleurs, relevé que « le Défenseur des droits reconnaît de fait que le blackface est une pratique raciste ». « Tous ceux qui se griment de la sorte en se retranchant derrière l’art ou l’humour le sauront désormais », a souligné dans un communiqué Louis-Georges Tin, président du Cran qui « se chargera de poursuivre tous ceux qui s’y adonnent ».

Une enquête préliminaire pour « incitation à la haine raciale » avait été ouverte en 2014 mais « le parquet, se fondant sur l’enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), avait classé l’affaire sans suite », a rappelé le Cran.

 

Source : 20minutes

mardi, 28 mars 2017

Le conseil départemental inaugure un lieu pour les migrants mineurs

Publié par Guy Jovelin le 28 mars 2017

Crise des migrants

Georges Méric, Président du conseil départemental, visite le futur bâtiment du DDAEOMI, en compagnie du directeur Gérard Castells./DDM Julien Percheron

Le Dispositif départemental d'accueil, d'évaluation et d'orientation des mineurs isolés s'étend. Alors que les travaux touchent à leur terme, cet organisme spécialisé dans la prise en charge des mineurs isolés étrangers va bientôt disposer de lits supplémentaires pour faire face à l'afflux de jeunes migrants à Toulouse. Au nombre de 34, les chambres dont le DDAEOMI dispose à ce jour sont assez limitées. Depuis sa fondation en juillet 2016, l'institution accueillait 400 jeunes ; en 2017, ce sont entre 500 et 600 migrants qui sont attendus par les équipes spécialisées.

«Toutes les personnes qui se présentent à nous sont soignées et mises à l'abri» explique Gérard Castells, directeur du DDAEOMI. «Nous avons ensuite cinq jours pour étudier leur cas. Si elles sont mineures, ces personnes sont accompagnées vers les services adaptés.» Les jeunes sont reçus par une infirmière, reçoivent un soutien psychologique et un suivi scolaire. «En moyenne, un jeune reste dans nos locaux pendant 13 à 14 jours», avant d'être réorienté vers des dispositifs permanents.

«Le DDAEOMI est un lieu de bienveillance pour ceux qui sont dans le besoin» selon Georges Méric, président du conseil départemental de Haute-Garonne, pour qui l'agrandissement des locaux est le signe d'une «pente vertueuse» dans laquelle le département s'est engagé. «C'est un travail délicat que d'accueillir ces personnes dans le respect et la dignité» ajoute Georges Méric. Un travail délicat, et pourtant accompli.

lundi, 27 mars 2017

Toulon accueille un rendez-vous maçonnique international les 20 et 21 mai, avec le soutien du Crédit Mutuel

Publié par Guy Jovelin le 27 mars 2017

Le Var est, paraît-il, le département le plus maçonnique de France.

Les samedi 20 et dimanche 21 mai, la ville de Toulon accueillera ICom 2017, première « conférence internationale des loges de recherche maçonnique ». Les organisateurs attendent près de 2000 francs-maçons au palais Neptune.

Ce rassemblement est une initiative de la Grande Loge de France (GLDF). Les loges de recherche nationale Marquis de La Fayette et régionale Mare Nostrum de la GLDF sont officiellement en charge de son organisation. Michel Lecour (« Vénérable Maître » 2016-2017 de Mare Nostrum) et Louis Trébuchet (président de la Commission d’Histoire de la GLDF et « Vénérable Maître » de la Loge Marquis de La Fayette) en sont les instigateurs.

Cette conférence internationale maçonnique sera précédée le 19 mai d’une journée réservée aux intervenants (dont des francs-maçons venus d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Angleterre et des Etats-Unis) et aux partenaires de l’événement. Et qui trouve-t-on parmi les partenaires de ce rendez-vous maçonnique ? La ville de Toulon et le Crédit Mutuel… 

En marge des conférences, les organisateurs ont prévu un salon du livre maçonnique, une exposition maçonnique à l’occasion de la Nuit des Musées, un Comptoir des vins, tenu par un ensemble de vignerons francs-maçons ainsi qu’une cérémonie maçonnique, que nous qualifierions de carnavalesque, organisée par la loge n°1 de la GLDF, Saint Jean d’Ecosse, Mère loge écossaise de Marseille, qui reconstituera une cérémonie d’initiation, en costumes d’époque, selon le rituel du XVIIIe siècle. 

Terminons en signalant qu’aux États-Unis et en Angleterre, les effectifs de la franc-maçonnerie fondent comme neige au soleil. En quelques années, aux Etats-Unis, les francs-maçons qui étaient plus de 4,5 millions ne sont plus qu’1,5 million. Il y a quand même de bonnes nouvelles.

 

Source : medias-presse.info