Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 juillet 2018

Le billet de Franck Timmermans Que lire cet été ? Pour la détente… comme pour la formation… évidemment !

Publié par Guy Jovelin le 31 juillet 2018

franck timmermans,que lire cet été

Petite liste non exhaustive de livres anciens ou récents très recommandables ou utiles à relire.

  • À tout seigneur tout honneur, sur notre transat l’excellent Un Chemin de Résistance de notre Président Carl Lang ,que vous commanderez de suite à l’éditeur Synthèse nationale.
  • Ensuite, les Mensonges historiques du regretté Jean Bourdier (Ed. Dualpha) car oublier son Histoire, comme admettre sa falsification, c’est perdre son identité et sa liberté de penser.
  • Très utile aussi Ce que nous sommes du Collectif Iliade (Pierre-Guillaume de Roux).
  • Indispensable relecture de l’Enquête sur les Anges d’Anne Bernet (Perrin). Admirables et jouissifs : Les Grands discours parlementaires (Armand Colin) et aux heures historiques  Ainsi parlait la France (Ed J-C Simoën) ; les relire équivaut aussi à se former à la modestie. De la même veine, vous assaisonnerez vos adversaires avec le très croustillant le Bouquin des méchancetés et autres traits d’Esprit de F-X Testu (Bouquins, R. Laffont).
  • Pour défier les Khmers LGBT et MeToo, lisez absolument Épouse-la et meurs pour elle et Marie-toi et sois soumise les deux livres irrésistibles de Costanza Mirano (Le Centurion).
  • Un roman de racines et de nostalgies La Nuit d’après d’Yves Viollier (Presses de la Cité). Excellent aussi mais très actuel Dans son cœur sommeille la vengeance de Sonia Mabrouk (Plon). Un essai passionnant également sur la guerre des Boers L’Or, l’Empire et le Sang de Martin Bossenbrock (Seuil). Autre guerre oubliée, celle dévastatrice des Taï Pings en Chine avec cette bio de Caleb Carr, Le Diable Blanc (Pockett). Guerre civile aussi avec La Vendée-Vengé de Reynald Secher (Perrin). Pour mieux démythifier Chavez (et aussi Mélenchon), lire « Les Derniers jours du Commandant, ou la gauche surréaliste au pouvoir, d’Alberto Barreta Tyszka (Gallimard). Lire aussi le récit historique de la reconquête d’une cité musulmane d’Aragon 1064, Barbastro, guerre sainte et djihad en Espagne de Philippe Sénac et Carlos Corbera (Gallimard). En cette décadence cinquantenaire, n’oubliez pas le livre excellent d’Yves Chiron L’Église dans la tourmente de 1968 (Ed. Artèges). Ni de relire l’instructif Les Journées de mai 1968 de François Duprat (Nouvelles éditions latines).
  • Question biographies, vous choisirez le Maréchal De Lattre de Pierre Pelissier (Perrin), le grand Vendéen du débarquement en Provence. Ou celle Il était une foi Mermoz de Bernard Marck (Ed. Jean Piccolec), héros de l’aviation mais homme aussi de combats et de convictions. Chez le même éditeur, vous essaierez de dénicher l’éloquent et sulfureux Bouteflika : une imposture algérienne de M. Benchicou, livre de fait interdit en Algérie.
  • À ne pas oublier dans vos bagages, le livre de Jean-Claude Rolinat La Hongrie sentinelle de l’Europe (Ed. Synthèse nationale).
  • Les amateurs en survivalisme apprécieront et se formeront avec Survivre à l’effondrementéconomique et Rues barbares, survivre en ville de Piero San Giorgio (Ed. Le retour aux sources). Question sources, vous exhiberez sur la plage Vive le Latin ! de Nicola Gardini (Ed. de Fallois) pour afficher modernité et tradition. Avec le Latin, n’oublions pas de sauver le second degré, menacé lui aussi par les nouveaux Conventionnels, en lisant En finir avec l’Ironie ??? de Didier Pourquery chez Laffont.
  • Pour l'Histoire de notre camp, procurez-vous chez Synthèse nationale le Guide sulfureux du Paris trac et facho de Patrick Parment dans lequel vous retrouverez toutes les adresses où s'est écrite le nationalisme. Enfin, pour le plaisir des anecdotes, vous pouvez lire aussi  Incroyables rencontres entre personnalités que rien (ou tout ?) ne prédisposait à cela (de Michel Richard, chez Tallandier). Comme quoi, seul l’improbable est probant. Comme en politique.

Écrire un commentaire