Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 août 2018

Sous le soleil, le vide

Publié par Guy Jovelin le 07 août 2018

Rédigé par notre équipe le 06 août 2018

Le 15 août n’est pas encore arrivé, mais on sent que le journaliste habituellement abreuvé de nouvelles officielles est parti en vacances. Un repos bien mérité après trois semaines un peu folles au cours desquelles les messagers du pouvoir ont dû jouer contre lui en raison d’une affaire Benalla-Macron où faire l’impasse revenait à se griller une bonne fois pour toutes auprès du public. Place désormais à la météo et aux catastrophes à l’étranger.

Le Français est patient et bonne pâte. Il accepte des mauvaises nouvelles toute l’année, mais une fois le mois d’août venu il faut des sujets légers ou alors éloignés de ses principales préoccupations. C’est tout du moins ce que pense les rédactions. Ainsi, les journaux télévisées ou non, copient sans goût ce que propose Jean-Pierre Pernaut dans son 13 heure sur TF1. Il faut rencontrer du Français tout droit sorti d’une province que la seule évocation trouble en temps normal. Mais le mois d’août est une exception alors les journalistes sont envoyés dans hors de Paris pour poser des questions sottes qui combleront les quelques minutes ou pages consacrées à l’actualité nationale.

Chaleur et catastrophes à l’étranger : le cocktail de l’été

Et comment ne pas commencer par le temps qu’il fait ? Il fait chaud – normal, c’est le mois d’août – et encore plus chaud qu’à la normale. Le Français qui n’a pas surfé sur le mirage économique macronien n’a pas pu se payer des vacances loin de la France et sue, enfermé dans son appartement, en se disant qu’on est quand même bien loin du bureau. Il fait très chaud et le journaliste se mue en médecin. Il donne des leçons à tout le monde en disant qu’il faut boire et ne pas s’exposer au soleil… Où étaient ces mêmes journalistes lors de la canicule de 2003 ? En vacances – comme les politiques – mais ils ont retenu la leçon et peuvent même ressortir leurs sujets d’une année sur l’autre.

Consciencieux jusqu’aux bouts des ongles, ils font toutefois de la route pour filmer un beau soleil sur la côte méditerranéenne et demandent le plus sérieusement du monde au passant s’il a chaud lorsqu’il fait 37 degrés à l’ombre… Du journalisme dans toute sa splendeur auquel il faut ajouter une petite touche d’international pour donner la vague impression que les rédactions sont au travail. La crise en Iran ? La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ? Non, rien de tout cela ! Même les rumeurs concernant le programme nucléaire de Kim Jong-Un ne sont pas assez intéressantes.

Il faut de la tragédie et non pas de grands faits politiques qui demandent un minimum de réflexion. Cela demeure la chasse gardée de ceux qui pensent encore une fois le soleil brûlant venu (cf les prochains articles). Alors le tremblement de terre meurtrier en Indonésie ou des forêts qui brulent aux Etats-Unis tombent à pic. On reprend les communiqués de presse et deux chiffres saillants pour bien montrer l’ampleur de la catastrophe et le tour est joué.

Le reste peut attendre. Macron et Benalla ont tout loisir de préparer leur prochain coup de com’. Les décisions prises en catimini sont prêtes à être dégoupillées et les Français sont quant à eux attendus au tournant. Ceux qui croient encore que la chaleur est le pire cauchemar d’un été reposant en seront pour leurs frais. Le mois de septembre sera chaud et le soleil y contribuera pour très peu.

 

Source : 24heuresactu

Écrire un commentaire