Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 septembre 2018

Maracineanu : première bénéficiaire du Plan pauvreté ?

Publié par Guy Jovelin le 15 septembre 2018

Rédigé par notre équipe le 13 septembre 2018 

 
Chassez un vilain petit canard et vous vous retrouverez avec un autre sur les bras. En demandant à Laura Flessel de quitter le ministère des Sports à cause de ses ennuis avec le fisc, Macron pensait s’exempter d’un énième scandale. Cela aurait pu marcher puisque les médias n’ont rien trouvé à redire sur les oublis de l’ancienne ministre. Malheureusement, en allant chercher Roxana Maracineanu, c’est une nouvelle histoire sombre de logement social qui s’invite à la Une. La néo-ministre aurait-elle gagné son poste à la faveur du Plan pauvreté de Macron ?  

Faisons preuve d’un peu d’ironie dans ce monde terrible. Alors que Macron lance enfin son Plan pauvreté retardé pour cause de Coupe du monde de football, une nouvelle affaire qui sent le soufre va certainement gêner les retombées médiatiques positives attendues de ce grand sac de promesses vide de vraies mesures. La toute nouvelle ministre des Sports vit dans un logement social… en toute légalité nous font savoir ses premiers sponsors politiques. On veut bien le croire, mais que fait une famille à deux salaires confortables (Monsieur est journaliste…) dans un logement social ?

Le socialo-macronisme triomphant

Assiste-t-on à un changement de sociologie en politique ? Après les millionnaires de la finance, voici venu le temps des anciens champions qui ont du mal à boucler leurs fins de mois. Le média Médiacités assure que Roxana Maracineanu occupe un logement à Clamart (Hauts-de-Seine) depuis 2012. Un logement obtenu de l’ancien maire socialiste de la ville, Philippe Kaltenbach. Un élu condamné en appel à de la prison ferme pour corruption passive dans une sombre histoire d’attribution de logement social. L’ancien élu s’est pourvu en Cassation.

Un nouveau cas curieux se présente donc, mais Philippe Kaltenbach assure que tout s’est fait dans les règles. Maracineanu a obtenu un logement social « parce qu’elle correspondait à l’époque aux critères d’attribution en termes de revenus ». Et l’ancien élu assure que cela n’a rien à voir avec le fait qu’il est allé chercher l’ancienne championne de natation pour mettre un peu de société civile sur sa liste partisane. « Le président du conseil régional Jean-Paul Huchon m’avait demandé de mettre une personne de la société civile sur ma liste pour les élections de 2010, je suis donc allé chercher Roxana Maracineanu car c’est une championne. Il n’y avait évidemment aucune contrepartie : les gens se battent pour être élus au conseil régional ! ».

Les démentis auront bon s’aligner les uns derrière les autres, ça sent bien le copinage. Une spécialité socialiste dont a hérité la Macronie. Maintenant qu’elle a été confondue, la nouvelle ministre affirme qu’elle va bientôt déménager. On peut douter d’une telle initiative si personne n’avait relevé sa situation. Maracineanu est déjà dans le moule du pas vu pas pris. Peu intéressée par la sauvegarde des emplois dans son ministère, elle mise tout sur son image personnelle. Il va falloir travailler dur, car avec de telles révélations pour ses débuts, la ministre connaît un départ très poussif. Une nouvelle pièce de choix de le puzzle grotesque présenté par l’Elysée.

 

Source : 24heuresactu

Écrire un commentaire