Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 décembre 2018

Les Gilets Jaunes doivent-ils craindre les snipers de la police samedi prochain ?

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

A priori saugrenue, cette question l’est visiblement moins qu’on ne pourrait le penser. Ainsi, des images filmées par l’agence Reuters montrent que des snipers étaient bien en place sur un toit des Champs-Elysées le 1er décembre.

Plusieurs médias, citant une source policière, signalent que depuis 2014 il existe des « binômes tireur-observateur » parmi les CRS, qui sont présents « sur les grosses manifestations ». L’homme armé est accompagné d’une deuxième personne, muni d’un objectif. Leur rôle est « d’assurer d’abord la sécurité des manifestants contre des attaques armées et potentiellement la sécurité des forces de l’ordre contre des manifestants armés », écrivent identiquement plusieurs médias. Mais on imagine mal qui aurait attaqué les Gilets Jaunes, hormis les policiers. Qui peut croire un seul instant que des terroristes islamiques auraient pu tenter de commettre un attentat au milieu de la manifestation des Gilets Jaunes du 1er décembre ?

Autre élément significatif, le fait qu’aucune autorité n’assume avoir demandé la présence de ces snipers des CRS. Selon les sources policières de plusieurs médias, la préfecture aurait affirmé ne « pas (avoir) mobilisé de tireur de haute précision dans le dispositif » de sécurité du 1er décembre. Or, contacté par franceinfo, le ministère de l’Intérieur renvoyait vers la préfecture. Cette présence de tireurs d’élite remarquée embarrasse donc les autorités.

Mais qu’en sera-t-il samedi prochain, 8 décembre ? On peut douter que ces tireurs mobilisés le 1er décembre ne soient pas à nouveau de service. Avec toute l’inquiétude que cela peut entraîner, compte-tenu des déclarations du syndicaliste policier Yves Lefebvre évoquant la possibilité qu’il y ait cette fois des morts. Et alors qu’Emmanuel Todd considère qu’il y a “stratégie de provocation gouvernementale” et que ce qui s’est passé à l’Arc de Triomphe pourrait avoir été organisé par des “agents provocateurs”, c’est-à-dire des barbouzes aux ordres de l’Etat.

 

Source : medias-presse.info

Écrire un commentaire