Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 février 2018

Est-on gouverné par des détraqués (sexuels) ?

Publié par Guy Jovelin le 15 février 2018

Rédigé par notre équipe le 15 février 2018. 

Les Gouvernements se suivent et se ressemblent. Le péché mignon le plus en vue de l’actuel exécutif semble être les femmes. Des femmes perçues uniquement comme des objets sexuels par certains ministres au comportement douteux. La justice enquête et aucune condamnation n’a (encore ?) eu lieu, mais l’étau se resserre autour du ministre de l’Action et des Comptes publics. Une seconde plainte a été déposée contre Gerald Darmanin pour abus de faiblesse dans une histoire de fesses…

Alors qu’on se moquait gentiment de Gérald Darmanin pour son faible patrimoine après une (plutôt courte) carrière consacrée à la politique, il se pourrait que les raisons de ce choix n’aient rien à voir avec la cupidité. Darmanin a peut-être vu dans la politique un moyen de coucher avec de nombreuses femmes. Il s’agit là d’une hypothèse, laquelle finira par être infirmée ou confirmée selon le résultat des enquêtes et des possibles décisions de justice. Une hypothèse qui colle toutefois aux fais dont est accusé le ministre au physique quelque peu ingrat.

La politique comme outil de dépravation sexuelle et morale ?

Les faits présumés remontent à 2015 et 2016. A cette époque, Darmanin est maire de Tourcoing, encarté à l’UMP. Il se cherche un champion dans sa famille politique (il finira par faire la cour à Macron) et voit dans la prochaine présidentielle le moyen de quitter une ville qui n’a rien de sexy. C’est là que la plaignante, habitante de Tourcoing, raconte avoir fait des demandes pour être relogée, car son habitation était insalubre. Toujours selon, elle cela n’a pas posé de problème pour le maire Darmanin… à condition de bien vouloir passer à la casserole. Le ministre aurait accepté de donner un coup de main contre des faveurs sexuelles.

Une plainte a été déposée lundi pour abus de faiblesse et les enquêteurs se mettent au travail pour identifier laquelle des versions avancées est la vraie. Quoiqu’il en soit, le procédé est le même que pour la première plainte pour viol déposée contre le ministre. Dans cette affaire, Darmanin aurait promis son aide en justice contre des faveurs sexuelles. Espérons pour le ministre que toutes ces plaintes soient infondées car dans le cas contraire, elles feraient du ministre un pervers dangereux pour les femmes. Marlène Schiappa serait ainsi bien inspirée de rester à l’écart et de se taire (pour une fois).

La seule réaction issue du gouvernement – pour le moment – vient d’Edouard Philippe. Le Premier ministre a pour une fois été dans la juste mesure en appelant à respecter « la parole de la plaignante » tout comme « la présomption d’innocence ». Cette position médiatique est-elle pourtant le gage d’une justice indépendante ?

L’enjeu est énorme car si Darmanin ne représente plus que lui-même, sa chute braquerait tous les projecteurs sur un précieux Nicolas Hulot aux comportements tout aussi répréhensibles selon les accusations dont il est l’objet. La perte d’un Hulot serait un rude coup sur le plan politique et confirmerait le sentiment grandissant que ce Gouvernement est rongé par des maux encore pire que la politique qu’il met en place.

 

Source : 24heuresactu

Écrire un commentaire