Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 avril 2018

Toulouse : nuit d’émeutes dans le quartier de la Reynerie : aucune interpellation

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018

 
viols insécurité agressions délinquance emeute police quartier
Le quartier de la Reynerie à Toulouse a connu une nuit agitée entre des dizaines d’assaillants et les forces de l’ordre, dimanche soir. Aucun blessé n’est à déplorer, mais la police compte près de onze voitures brûlées.

Les évènements ont débuté aux alentours de 20 heures, dans la rue de Kiev, axe principal du quartier de la Reynerie, et se sont prolongés pendant une bonne partie de la soirée. Les forces de l’ordre ont du essuyer des jets de pierre. Le commissariat de Bellefontaine a lui aussi été touché. Les forces de l’ordre présentes sur place ont dues être renforcées par une équipe de CRS et un hélicoptère, qui a survolé le quartier pendant plus d’une heure. 300 grenades lacrymogènes ont été tirées durant la soirée.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 
Infos Françaises@InfosFrancaises
 

TOULOUSE : Violents affrontements en cours entre jeunes et policiers dans le quartier sensible de la Reynerie liés au décès d'un détenu à la maison d'arrêt de Seysses. Des voitures brûlées, un hélicoptère survole le quartier qui a été bouclé (La Dépêche).

Les pompiers sont arrivés vers 22h30 afin de gérer des feux qui avaient été allumés sur la chaussée. Une source policière parle de onze voitures incendiées durant la nuit.

À l’origine des incidents, la mort présumée d’un détenu de la maison d’arrêt de Seysses, un trentenaire habitant dans le quartier de la Reynerie. Un décès qui n’a pas été confirmé par l’administration pénitentiaire. Le contrôle d’identité par des policiers d’une femme voilée pourrait également être à l’origine de l’émeute, selon la Dépêche. Aucune interpellation n’a été effectuée, et aucun blessé n’est à déplorer, ni du côté des forces de l’ordre, ni du côté des émeutiers.

Lire aussi : Dans certains quartiers, tuer du « flic » n’est plus un tabou

Les syndicats des gardiens de la paix ont salué le sang-froid des policiers qui ont du faire face, cette nuit, à une « nuit d’épouvante ».

UNITE SGP OCCITANIE@USGPOCCITANIE
 

Nuit eprouvante pour les effectifs qui ont dû s'adapter et faire face à une situation atypique avec sang froid... Unité SGP condamne fermement ces agissements émeutiers et apporte son total soutien aux policiers Toulousains.

Le quartier est réputé difficile pour les policiers. Lors des festivités du Nouvel an, une centaine d’assaillants s’en sont pris aux forces de l’ordre. Déjà, aucune interpellationn’avait eu lieu.

 

Source : infos-toulouse

Écrire un commentaire