Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 août 2018

Toulouse : Un an ferme en comparution immédiate pour Adel, le cambrioleur de vieilles dames

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018

 

Par  le 14/08/2018
 

Lundi 6 août, à 7 heures du matin, Danielle, 78 ans, a entendu du bruit au rez-de-chaussée de sa maison, dans le quartier des Chalets. « Je pensais que c’était les tortues dans leur terrarium qui ont l’habitude de bouger des cailloux », poursuit-elle.

Cependant, en descendant, elle est tombée nez à nez avec Adel, un jeune homme de 19 ans, « certainement entré par le jardin mitoyen ou en escaladant son portail ». Dans la confusion, Adel a tenté de s’emparer du véhicule de Danielle, garé dans sa cour : « J’étais montée chercher mon téléphone pour appeler la police, mais je me suis trompée de numéro. Alors quand j’ai entendu la voiture se mettre en marche, je suis allé fermer le portail pour l’empêcher de partir avec. Il a reculé plusieurs fois dedans pour le casser », poursuit Danielle.
(…) le jeune homme s’est échappé avec deux ordinateurs portables, une tablette, des bijoux et des foulards d’une grande valeur : « J’en avais un depuis 65 ans. Je l’avais gagné après une course équestre à La Cépière. L’autre, c’est un souvenir de ma mère décédée en 1997, ils ont une grande valeur sentimentale ». Les dégâts ont rendu son véhicule inutilisable.

Dans la foulée de ce home-jacking, l’individu a récidivé quelques rues plus loin, chez une autre vieille dame. Cette dernière l’a également fait fuir. Il ne lui a rien volé. Il a été arrêté dans un squat boulevard des Minimes, le même jour.

Il a comparu détenu aux audiences des comparutions immédiates du tribunal correctionnel de Toulouse. La procureure de la République requiert un an de prison ferme avec maintien en détention : « Les victimes ont beaucoup de courage et de cran, les faits sont très désagréables ».
(…) Il est finalement condamné à un an ferme assorti d’un maintien en détention.

www.ladepeche.fr via fdesouche

mardi, 14 août 2018

"Le halal une exigence pour vous et pour nous" Dans les rues de Toulouse.

Publié par Guy Jovelin le 14 août 2018

 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
 
 
 
 

vendredi, 03 août 2018

Suivez le coq : le label d’établissements garantie non-halal

Publié par Guy Jovelin le 03 août 2018

Suivez le coq
Lancé à la fin de l’année 2016, le label Suivez le coq indique les boucheries ou les restaurants certifiés non-halal. Une initiative signée l’association Vigilance Halal. 

« La qualité de l’élevage à l’assiette ». C’est le maître-mot de l’organisation Suivez le coq, une plateforme mise en place sous l’impulsion de l’association Vigilance Halal, présidée par le docteur Alain de Peretti.

Sur son site internetSuivez le coq met à disposition des internautes une carte permettant de géolocaliser les établissements ayant reçu le label éponyme dans toute la France. Pour recevoir cette distinction, les boucheries doivent vendre uniquement de la « viande de tradition française », c’est à dire garantie 100 % non halal.

Lire aussi : Toulouse est la deuxième ville abritant le plus d’islamistes

Car tel est le combat de Vigilance halal qui milite pour le bien-être animal en s’opposant aux abattages rituels. « L’abattage halal des animaux, qui tend à devenir la règle alors qu’il n’est qu’une dérogation, pose une double problématique : la souffrance animale et les risques sanitaires. Les scandales qu’il induit ont entraîné une dégradation de l’image de marque des professions de la viande. ». L’association argument : « Plus de 70% des français sont contre l’abattage halal et sont prêts à favoriser dans leurs achats de la viande garantie non halal : il y a donc un marché énorme ! Cela a été confirmé par les bouchers adhérents du réseau qui ont gagné des clients. »

Lire aussi : Le plus grand édifice religieux de Toulouse sera… la mosquée du Mirail

Sur la carte à retrouver sur leur site internet de Suivez le coq, plusieurs dizaines d’établissements sont labellisés en Occitanie, dont une petite quinzaine en Haute-Garonne. Du Comminges à Toulouse et sa périphérie, en passant par le Lauragais ou le Muretin.

boucheries non-halal,suivez le coq,toulouse

Suivez le coqCartographie des restaurants et boucheries labellisés « Suivez le coq » en Haute-Garonne et ses alentours.

La promotion du réseau est faite par des bénévoles qui profitent de leurs trajets quotidiens pour démarcher un restaurant ou une boucherie en se munissant préalablement du kit-partenaire téléchargeable sur internet. Les arguments de « suivez le coq » pour l’abattage traditionnels et non-halal y sont listés.

Bertrand.

 

Source : infos-toulouse

mardi, 03 juillet 2018

Encore 5 projets de mosquées à Toulouse et dans l’agglomération

Publié par Guy Jovelin le 03 juillet 2018

Par  le 02/07/2018 

Après 13 ans de travaux, la grande mosquée de Toulouse a été inaugurée samedi 23 juin dans le quartier d’Empalot. D’autres édifices religieux sont actuellement en projet.

1. Basso-Cambo : le (futur) plus grand lieu de prière de la Ville

2. La Faourette : un permis de construire accordé

3. Une mosquée au nord de Toulouse

4. Un projet à Portet-sur-Garonne

5. Blagnac : le financement reste encore à trouver

dimanche, 01 juillet 2018

Toulouse : Une église profanée par des militants LGBT

Publié par Guy Jovelin le 01 juillet 2018

 
 
 
 
La chapelle Notre-Dame du Férétra a été victime des bombes de peintures de militants LGBT, à Toulouse. Des slogans appelant à la profanation ont été découvert samedi matin. 

Les militants LGBT s’en prennent aux catholiques. Samedi matin, des graffitis ont été découverts sur les murs de l’une des plus anciennes chapelles de Toulouse. Notre-Dame du Férétra, qui accueille plusieurs centaines de fidèles chaque dimanche, suivant la messe dans le rite traditionnel, enseigné par le pape Pie V, au XVIe siècle, a été victime de dégradations sur son édifices. Plusieurs tags ont été découverts en fin de semaine. Le premier est une injonction selon les militants LGBT qui auraient supposément commis ces actes : « Satan punit les homophobes ». Sûrement une vérité révélée dans un sacro-saint écrit laïco-homo-transsexuel.

Sur un second tag, dévoilé par Autan-Réinfo, une menace est clairement écrite noire sur blanche – enfin sur rose, selon la couleur des briquettes de l’édifice. « Église en feu », « sale prêtre », peut-on lire. Une menace d’une profanation programmée ?

Cette chapelle n’est pas anodine dans l’histoire de Toulouse. Elle a accueillit la dépouille de saint Thomas d’Aquin en 1225. Une nuit durant, le corps du docteur de l’Église a été veillé avant d’être mené jusqu’au couvent des Jacobins, où sont encore visibles ses reliques.

C’est donc une ancienne chapelle, située place Saint-Roch, à l’entrée du quartier Empalot, qui a été victime de personnes malveillantes. Mais qui sont-ils ?

L’enquête avance petit à petit. Si les auteurs ne sont pas identifiés, leur profil ne laisse guère de doute. Un fidèle, ayant constaté les dégradations, confie à Infos-Toulouse : « Ce sont des anarchistes et des militants LGBT. Sur les murs, en plus des slogans pro-gays, il y a le symbole des anarchistes ».

 

Source : infos-toulouse