Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 octobre 2017

Toulouse : L’individu qui scandait « Allah Akbar » avait déjà agressé un militaire, deux jours auparavant

 Publié par Guy Jovelin le 20 octobre 2017

   

Palais Niel, Touloue. Source : Wikipédia

Le profil de l’individu qui scandait « Allah Akbar » devant les grilles du Palais Niel se précise. L’enquête a démontrée qu’il avait déjà agressé un militaire deux jours avant son acte. 

La thèse de la crise de démence se fragilise. L’individu, arrêté lundi matin, alors qu’il effectuait une prière musulmane devant le palais Niel, ne serait pas un déséquilibré, comme son passé psychiatrique pouvait le laisser entendre dans un premier temps. En effet, non seulement il possédait un couteau lors de son interpellation, mais il a surtout agressé un gendarme deux jours avant les faits.

L’individu semble ne pas supporter l’uniforme militaire

Dans la nuit de vendredi à samedi, l’individu s’était posté devant un ensemble de logement destiné aux gendarmes. Alors qu’un militaire regagnait son domicile, une altercation a éclaté. Insultes et menaces ont été proférées par le suspect qui a réussi à prendre la fuite.

L’homme arrêté serait âgé de 30 ans et serait inconnu, jusqu’à samedi, des services de police et de justice. Cependant, il a déjà séjourné à l’hôpital Gérard-Marchant à Toulouse, un centre spécialisé pour les problèmes psychiatriques. Placé en garde à vue lundi, il a été présenté au juge de la liberté et de la détention (JLD) qui a ordonné son incarcération. Le parquet de Toulouse a décidé d’ouvrir une information judiciaire à son encontre. Toutefois, le fait que le juge ait décidé d’écrouer le suspect, laisse à penser qu’il aurait été responsable de ses actes et ne serait donc pas un déséquilibré.

Ces faits interviennent dans un contexte particulier. Il y a plus d’une semaine déjà, plusieurs individus s’étaient introduits dans l’enceinte de l’Université Paul-Sabatier, diffusant des chants islamiques à l’aide d’un micro. Les plaisantins ont semé la panique parmi les étudiants. En août dernier, un homme a subitement agressé des passants et des policiers au hasard, scandant « Allah Akbar » dans le quartier des Minimes. Surtout, ces dernières semaines sont marquées par le procès d’Abdelkader Mérah, le frère de Mohammed, qui avait assassiné des militaires et des enfants à Toulouse et Montauban en mars 2012. Ce procès fait la une de l’actualité et tente de déterminer les éventuelles complicités dont aurait pu bénéficier Mohammed Mérah. Le procès met à jour le vivier salafiste présent et influent dans la région toulousaine.

 

Source : infos-toulouse

mardi, 17 octobre 2017

Il crie "Allahou Akbar" agenouillé devant le palais Niel à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 17 octobre 2017

 L'individu est bien connu des services psychiatriques. / Photo DDM archives

L'individu est bien connu des services psychiatriques. / Photo DDM archives
 
Ce lundi en fin de matinée, un homme a été interpellé alors qu'il était agenouillé devant le palais Niel, le quartier général de la 11ème brigade parachutiste, situé rue Montoulieu Saint-Jacques, en face du Grand-Rond, dans le centre-ville de Toulouse.

L'individu s'est posté devant les grilles du bâtiment aux alentours de 9 heures et a crié plusieurs fois "Allah Akbar", "Dieu est le plus grand" en arabe. Le chef de poste du site aurait tenté de rentrer en contact avec l'homme, en vain. Alertée, la police a immédiatement interpellé l'individu sur place. Une perquistion de la BAC ( brigade anti-criminalité) a eu lieu à son domicile ce lundi matin.

L'homme est bien connu des services psychiatriques, il a séjourné plusieurs fois à l'hôpital Gérard Marchant, à Toulouse. L'individu a été placé en garde à vue au commissariat central de Toulouse ce lundi matin et une expertise psychiatrique a été demandée.

lundi, 16 octobre 2017

Scènes d’émeutes dans le quartier du Mirail, samedi soir à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

   

Des émeutes se sont déroulées dans la soirée du samedi 14 octobre, dans le quartier du Mirail à Toulouse. Les forces de l’ordre ont été pris pour cible par des racailles, le tout sur fond de trafic de stupéfiants. 

L’élément déclencheur s’est produit vers 17 heures, samedi 14 octobre dans le quartier du Mirail. Une patrouille de police croise d’abord la route d’un individu cagoulé au guidon d’une motocross. Connu pour sa participation active dans le trafic de stupéfiants, les agents tentent de l’interpeller. Mais une intervention dans un tel quartier n’est rarement sans incident. Insultes, menaces, le suspect se rebelle et complique la tâche des policiers. Des échauffourées éclatent lorsque des dizaines de complices viennent à la rescousse du présumé trafiquant. Des projectiles sont lancés et les forces de l’ordre sont contraints d’utiliser des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser les émeutiers.

Au bout de longues minutes, les policiers ont dû se replier. Mais à 21 heures, alors que l’individu à la cagoule refait son apparition dans le secteur, les fonctionnaires tentent une seconde fois de l’interpeller. Mais les trois heures écoulés depuis la première tentative n’ont pas permis de convaincre le suspect de se plier à l’autorité. Insultes et menaces de mort reprennent de plus belle. Son frère se mêle à la situation et tente de l’aider à se libérer. Le caillassage reprend. Les policiers utilisent alors leurs flash-ball- une arme non-létale qui tire des balles en caoutchouc- que l’homme encagoulé tentait de dérober.

Lire aussi : Dans certains quartiers, tuer du « flic » n’est plus un tabou 

Finalement, deux personnes ont été interpellés, l’homme sur son motocross, âgé d’une trentaine d’années, et son frère. Ils ont été placés en garde à vue, tandis que deux fonctionnaires de police ont été légèrement blessés durant l’opération.

 

Les faits se sont déroulés dans le secteur « Varèse-Messager » dans le quartier du Mirail. Un point connu des services de police pour être une zone à forte activité de trafic de stupéfiants.

 

Source : infos-toulouse

mercredi, 11 octobre 2017

Une maison squattée, en l’absence de son propriétaire, prend feu à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 11 octobre 2017

Image d'archive du squat des Arènes à Toulouse, mai 2017. Crédit photo : Infos-Toulouse

Une maison a pris feu dans le quartier des Minimes à Toulouse, lundi 9 octobre. Si l’origine n’est pas encore déterminée, la résidence était squattée depuis quelques semaines. Un phénomène de plus en plus courant à Toulouse, dès lors qu’un propriétaire s’absente. 

Mauvaise surprise pour ce propriétaire. Un incendie s’est déclaré dans une maison du quartier des Minimes, à Toulouse. Lundi 9 octobre, aux alentours de 17 heures, les pompiers ont dû intervenir pour mettre fin au sinistre. Le feu a été rapidement maîtrisé et aucune victime n’est à déplorer. Cependant, l’apparence d’un simple accident domestique ne doit pas occulter la véritable problématique : la maison était habitée par des intrus, depuis l’absence du propriétaire.

Maisons squattées : un problème récurrent

C’est une loi qui est parfaitement connue des « professionnels des squats », mais bien méconnue des propriétaires. Datée du 5 mars 2007, la loi dite du droit au logement opposable stipule que « si après investissement des lieux par des tiers, le propriétaire n’a entrepris aucune démarche dans les 48 heures, les squatteurs peuvent invoquer la loi sur le domicile et revendiquer l’habitation des lieux. » En clair, en cas d’absence du propriétaire, un bâtiment public ou privé squatté depuis plus de 48 heures ne peut plus être évacué par les forces de l’ordre, sans une procédure judiciaire longue de plusieurs mois. Après avoir réalisé un constat d’huissier – établissant le nom des intrus, relevant les éventuelles dégradations – la seule option possible reste, donc, de s’en remettre au tribunal d’instance.

Plusieurs exemples, plus ou moins médiatisés sont à noter ces dernières années. A Rennes, en 2015, une octogénaire se retrouve à la rue pendant de longues semaines, après que son domicile a été squatté durant 18 longs mois. En 2016, à Toulouse, une maison est squattée et dégradée par un cinquantenaire, appelé Khalid. Issue d’un héritage et destinée à la vente, le propriétaire a ainsi dû attendre une décision de justice avant de pouvoir la remettre en l’état. La même année, près de la Médiathèque de Toulouse, un autre propriétaire avait trouvé porte close en revenant de vacances. Violenté par un groupe de squatters organisé, il avait lui aussi dû se tourner vers une procédure judiciaire. En attendant, il logeait chez une amie.

 

Dernièrement, une bâtisse datant du début du siècle dernier était aussi victime d’un squat. Située sur l’avenue des Martyrs de la Libération, à quelques mètres du Jardin des Plantes, la demeure, protégée dans le plan local d’urbanisme serait squattée, selon La Dépêche.

Enfin, il y a un an, en octobre 2016, une autre maison occupée par une quinzaine de clandestins bulgares avait été la proie des flammes, au nord de Toulouse. Trois personnes avaient été légèrement blessées.

 

Source : infos-toulouse

700 kilos saisis et des barons de la drogue arrêtés : un énorme trafic démantelé à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 11 octobre 2017

700 kilos de drogue, des voitures de luxe, des armes, un pactole et 11 individus arrêtés… C'est le bilan d'un énorme trafic de drogue, démantelé en octobre 2017, près de Toulouse.

 

Après des mois d’enquête, un vaste trafic international de drogue a été démantelé ces derniers jours au sud de Toulouse (©Gendarmerie nationale)

C’est un énorme coup de filet que vient de réaliser la gendarmerie nationale, aux portes de Toulouse. Après plusieurs mois d’enquête et d’investigations, agissant sur Commission rogatoire de Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, les militaires de la Section de recherches de Toulouse, appuyés par les unités de la Région de gendarmerie d’Occitanie, ont interpellé pas moins de 11 individus. Des barons de la drogue qui sont déjà, pour la plupart d’entre eux, derrière les barreaux… Ils seraient tous impliqués dans un gigantesque trafic, en provenance du Maroc, par l’intermédiaire de deux convoyeurs autonomes. La gendarmerie de la Haute-Garonne assure :

Il s’agit d’un trafic international de stupéfiants, alimentant entre autre la ville de Toulouse et ses environs.

LIRE AUSSI : Toulouse. 25 000 euros par jour, 60 kg de cannabis saisis : un réseau de trafic de drogues démantelé

Avec l’intervention du GIGN et d’un hélicoptère

L’opération a été rondement menée par les forces de l’ordre ces derniers jours, en deux temps.

D’abord, jeudi 5 octobre 2017, un premier convoi de véhicules a été intercepté à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne), au sud de Toulouse, avec l’intervention de l’antenne du GIGN de Toulouse, mais aussi du Groupe d’observation et de surveillance (GOS) et de la Section aérienne de Toulouse, qui avait déployé un hélicoptère.

Deux jours plus tard, samedi 7 octobre 2017, rebelote : un deuxième convoi a été intercepté par les enquêteurs à Cugnaux (Haute-Garonne), toujours au sud-ouest de la Ville rose.

Lors de ces deux arrestations, quelques barons du milieu de la drogue sont tombés. Notamment le patron du trafic et son bras droit. Deux hommes qui jouissaient d’un sacré train de vie dans la banlieue de Toulouse.

LIRE AUSSI : Toulouse. Le gardien de prison fournissait les détenus en drogue et téléphones portables

Un énorme bilan à la clé

Après des mois d’enquête, un vaste trafic international de drogue qui a été démantelé ces derniers jours au sud de Toulouse, des caïds ont été arrêtés (©Gendarmerie nationale)

À l’arrivée, le bilan de cette opération judiciaire est colossal : les 11 individus qui ont été interpellés, ont tous été mis en examen. Six d’entre eux ont d’ores et déjà été placés en détention provisoire et « d’autres déférements sont en cours », indique une source proche du dossier.

Dans le même temps, quelque 654 kilos de résine de cannabis et 43 kilos d’herbe de cannabis ont été saisis à bord des véhicules, mais également 45 000 euros en numéraire, 10 véhicules de luxe, ainsi que des armes de poing et un fusil.

 

Source : actu.fr/occitanie/toulouse