Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 octobre 2018

Le Tarn, base arrière du terrorisme islamiste

Publié par Guy Jovelin le 12 octobre 2018

des policiers du Raid lors d'un entraînement / © MaxPPP

des policiers du Raid lors d'un entraînement / © MaxPPP

Les liens entre deux Tarnais et les auteurs présumés des attentats de Barcelone et Cambrils ne sont pas nouveaux. De Mohamed Merah, à Thomas Barnouin, le Tarn est depuis plus de dix ans la base arrière du terrorisme islamiste.

Par Sylvain Duchampt Laurent Batigne 

Après nos révélations sur les éléments de l'enquête espagnole qui établit des liens directs entre deux Tarnais et les terroristes des attentats de Barcelone et Cambrils d'août 2017 (infos France 3 et 100 % Radio) un retour s'impose sur les nombreuses connexions entre le département du Tarn et la mouvance terroriste islamiste. 
 
Les liens entre le Tarn et le terrorisme islamiste surgissent aux yeux du grand public en mars 2012. En trois expéditions, Mohamed Merah assassine sept personnes dont trois enfants juifs et fait six blessés entre Montauban et Toulouse. 10 mois plus tard, deux proches du terroriste toulousain sont interpellés à Albi pour une possible aide logistique au tueur en scooter. Ils ne seront finalement pas poursuivis par la justice.

A compter de cette date, les coups de filets contre les candidats au djihad vont se multiplier.
  • Juillet 2014, deux recruteurs supposés pour le jihad sont arrêtés dans la région : l’Albigeois Abdelmajid C., et le Tarbais Nourredine O., revenus au printemps d’un séjour de trois mois en Syrie.
  • Décembre 2014, vaste coup de filet à travers toute la France. Onze personnes sont interceptées avant de partir pour la Syrie. Parmi-eux un jeune de 21 ans, interpellé à Graulhet et son frère de 26 ans à Toulouse alors qu’ils auraient commencé à préparer des candidats au départ sur le front syrien.
  • Décembre 2016, une "filière" tchétchène soupçonnée de financer l’organisation terroriste en Syrie et de recrutement de candidat au départ de France est interceptée à Albi.
  • En juin 2016, Jossuam Planelles, faute d’avoir pu se rendre en Syrie, est sur le point de passer à l’acte pour un projet d’attentat à Carcassonne. Ce fiché S de 22 ans originaire de Lunel, dans l'Hérault, ville où une dizaine de jeunes ont rejoint les rangs de l'Etat islamique en Syrie, est arrêté par la DGSI. Il s’était installé depuis 4 ans à Lisle-sur-Tarn. La justice l’a condamné à 7 ans de prison en septembre 2018.
  • Dernier exemple en date, celui de l’Albigeois Julien T. mis en examen en juillet 2018 pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Il aurait projeté un attentat à l’explosif France.
Il y a aussi ces figures djihadistes parties en Syrie combattre au sein de l'Etat Islamique. Enfin comme nous le révélions en février 2018, Mohamed Boumansour, père de famille albigeois de 31 ans et Hafid A.R,délinquant de 33 ans de Gaillac, tout deux arrêtés pour leurs liens avec les membres du commando terroriste qui a agi à Barcelone et Cambrils en août 2017.
 
Source : france3-regions.francetvinfo

Écrire un commentaire