Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 octobre 2017

Nucléaire : pour EDF, Greenpeace a joué avec la vie de ses militants

Publié par Guy Jovelin le 12 octobre 2017

Nucléaire : pour EDF, Greenpeace a joué avec la vie de ses militants

Huit militants de Greenpeace ont été interpellés jeudi matin.@ SEBASTIEN BOZON / AFP

Les militants de Greenpeace ont investi jeudi le site d'une centrale nucléaire en Moselle. "Irresponsable", aux yeux d'EDF.

Les militants de Greenpeace, interpellés jeudi matin sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, sont des "irresponsables" car ils ont joué avec leur vie pour "une opération de communication", a dénoncé Olivier Lamarre, directeur adjoint du parc nucléaire d'EDF. "Ils ont pris des risques", a-t-il déploré lors d'une conférence de presse téléphonique. "Nous ne l'accepterons plus."

"Détectés très tôt". "S'ils avaient été mal intentionnés ou s'il y avait eu doute, les choses se seraient passées différemment dans un temps différent", a-t-il expliqué, laissant entendre qu'une intervention radicale des forces de l'ordre est prévue en cas de menace grave. "Je ne voudrais pas avoir un jour à communiquer des choses plus embêtantes", a-t-il averti.

Un peloton de gendarmerie spécialisé est stationné en permanence sur le site de la centrale, a précisé Olivier Lamarre. "Les militants de Greenpeace ont été détectés très tôt et ont été interceptés en moins de huit minutes par les gendarmes qui ont adapté leur intervention au fait que les personnes avaient les mains en l'air et portaient des panneaux Greenpeace", a-t-il souligné.

"Opération de communication". EDF a décidé de se montrer très ferme face à cette nouvelle intrusion de militants de Greenpeace sur un site nucléaire et a porté plainte afin que les intrus soient condamnés. "Ils ont fait prendre des risques pour une opération de communication", a déploré le responsable d'EDF. "Ils risquent plusieurs années de prison et plusieurs dizaines de milliers d'euros d'amende", a-t-il dit.

Tôt jeudi matin, deux jours après une mise en garde sur la sécurité des centrales nucléaires françaises, des militants de Greenpeace ont défié EDF en s'introduisant sur le site de Cattenom afin d'alerter sur le risque autour des piscines de combustible usagé. Mais pour Olivier Lamarre, Greenpeace "n'a rien démontré, sinon que le dispositif de sécurité a fonctionné parfaitement".

 

Source : europe1

Écrire un commentaire