Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 décembre 2017

[Reportage] « La Rébellion cachée » devant 200 personnes à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 05 décembre 2017

 
    
rébellion cachée toulouse

Daniel Rabourdin, réalisateur de La Rébellion cachée, devant son public de Toulouse

200 personnes ont assisté à la projection de « La Rébellion cachée », à l’église du Christ-Roi de Toulouse, samedi 2 décembre. Un film émouvant sur le sacrifice des Vendéens, martyrisés sous la Terreur par la Révolution Française. 

« Un documentaire d’une qualité rare », c’est ainsi que notre journaliste présent sur place a qualifié le film de Daniel Rabourdin. « La Rébellion cachée » a attiré près de 200 personnes, samedi 2 décembre à Toulouse, soit le double de ce qui était attendu. Une projection qui a été suivie d’un débat entre l’assistance et le réalisateur sur ce docudrame qui se place parmi les fer de lance du cinéma alternatif.

Vous avez sans doute déjà entendu parler de Cheyenne Carron, la réalisatrice sans cesse méprisée par le CNC. Le milieu alternatif de l’audiovisuel a peut-être trouvé son équivalent dans le genre documentaire. Pendant 1h15, le film retrace toute l’histoire de la contre-révolution, agrémenté de témoignages d’historiens reconnus sur ce sujet comme Stéphane Courtois ou Reynald Sécher. Ce dernier, qui a sincèrement aidé à la réalisation de ce film est d’ailleurs visible dans quelques scènes, en tant que figurant -aux futurs spectateurs de tenter de le retrouver.

La Rébellion cachée méprisée par le CNC

Si Daniel Rabourdin a dû sillonner 84 salles privées ou associatives pour présenter son film dans toutes la France, c’est qu’aucune aide du CNC (Centre National du Cinéma) ne lui a été accordée. « Le CNC décide des films que peuvent voir les Français, c’est de la censure », nous explique le cinéaste. Pourtant pas de perversité, de violence ou autre mention qui justifierai un pareil traitement. « Est-ce que c’est à cause du sujet du film ? Je ne vois que ça comme raison » confie t-il.

Après la polémique ayant entraîné les propos de Patrick Buisson, parlant de la Révolution Française comme « inspiration du terrorisme », Daniel Rabourdin confirme, à travers son récit, l’existence d’une pensée génocidaire et terroriste dans les hautes sphères de la République en 1793. « Ils se sont appelés, eux-même le régime de la Terreur »« La République doit s’excuser, comme Poutine s’est excusé sur les massacres des communistes, comme les Etats-Unis pour les amérindiens… » conclue t-il.

 

Source : infos-toulouse

Écrire un commentaire