Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 avril 2018

Incendies d’églises à Langon, bastion laïcard

Publié par Guy Jovelin le 17 avril 2018

Quand des criminels attisent la haine contre une religion, les résultats ne se ont pas attendre. Deux églises de Langon ont été victime de tentatives d’incendie, comme le signale le site L’Observatoire de la Christianophobie dans un article mis en ligne le 11 avril :

« L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Langon a été la cible d’actes de malveillance dimanche soir [8 avril], vers 18 h 45. Deux départs de feu ont été déclenchés. L’un au niveau des lumignons de l’autel de la Vierge, l’autre à l’entrée de l’église où un cierge allumé a été déposé sur les prospectus en papier installés sur un présentoir en bois. Selon le père Patrick Faurie [sic pour Fauries, curé in solidum], responsable de la paroisse, un homme est entré dans l’église au moment où les flammes s’élevaient. Il a appelé les pompiers et a commencé à éteindre les deux feux avec de l’eau bénite. Arrivés rapidement sur place, les pompiers ont fini le travail. Seul le présentoir en bois a été détruit. Le père Patrick Faurie [Fauries], qui était présent sur place dimanche soir, a porté plainte auprès de la gendarmerie de Langon. Une enquête a été ouverte. D’une manière générale, le responsable de la paroisse déplore « les problèmes récurrents qu’il y a dans les églises » Il évoque notamment des actes de vandalisme particulièrement dégradant, que ce soit à l’église de Langon comme à celle de Toulenne : « J’ai déjà trouvé des excréments derrière l’autel et de l’urine dans le bénitier ». »

Or, Langon, sous-préfecture de la Gironde, est un fief de la franc-maçonnerie. Le sinistre Grand Orient y compte 4 loges, dont la loge La Tolérance (sic !). Dans le quotidien de gauche Sud-Ouest du 3 décembre 2013, le chef de la loge Xavier Chabois-Chouvel déclarait notamment que « Il y a une part d’utopie et de dogmatisme dans notre démarche ». Le tout évidemment dans une démarche plus maçonne que franche :

« Nous sommes tous impliqués dans la vie civile et tentons d’y diffuser nos valeurs mais nous tenons à rester discrets sur notre appartenance à la loge. C’est une position qui se justifie par les attaques dont les francs-maçons ont toujours été l’objet et qui se radicalisent quand la société est tentée par le repli sur soi…».

Propos assez risible quand on sait combien les francs-maçons en France ont persécuté et persécutent encore les catholiques qui refusent de mettre genou à terre devant l’ange (déchu) des Lumières. La seule période historique où les francs-maçons ont été (mollement) combattus ne fut qu’en représailles de la cathophobie maçonne de la IIIe République. D’autant plus qu’à l’époque ils pouvaient bénéficier de la fraternelle protection d’Otto Abetz…

Rappelons qu’il y a quelques mois à Langon, des enfants avaient été privés d’un film de Noël par des fanatiques laïcardes parce qu’il était question de la naissance du Christ, le tout au nom d’une « lutte contre la religion » qui ne concerne que l’Eglise catholique comme l’a encore illustré le débat en loge sur l’intervention d’Emmanuel Macron devant un parterre d’évêques ralliés au régime par ceux-là même qui ne disent rien sur les dîner du CRIF… Rappelons que si on exige la séparation de l’Eglise et de l’Etat, alors il faut exiger avec la même force la séparation des loges et de l’Etat…

Hristo XIEP

 

Source : medias-presse.info

Écrire un commentaire