Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 septembre 2018

Eglise et homosexualité : le malaise des médias du Système

Publié par Guy Jovelin le 04 septembre 2018 

Eglise et homosexualité : le malaise des médias du Système

Eglise et homosexualité : le malaise des médias du Système

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ La super classe mondiale a lancé une offensive générale contre le catholicisme en Occcident. Les médias du Système relayent donc servilement cette offensive, alors qu’ils seraient évidemment beaucoup plus prudents s’il s’agissait d’une autre religion. Mais la tournure prise par les polémiques qui traversent l’Eglise, les met désormais en porte à faux.

 L’offensive anti-catholique du Système

Le Système a lancé une offensive générale contre l’Eglise catholique en Occident d’abord parce que le cœur de la super classe mondiale, l’oligarchie économique et financière transnationale, n’adhère pas au catholicisme. On vient d’ailleurs de voir Emmanuel Macron, l’homme de la Davocratie, préférer publiquement les luthériens danois aux gaulois rétifs : ce n’est pas qu’un simple trait d’humour comme il a tenté de le faire croire.

L’offensive contre le catholicisme s’inscrit en effet dans l’attaque que l’oligarchie conduit contre l’identité européenne en général et française en particulier : car le catholicisme c’est justement le christianisme façonné par les Européens.

En s’attaquant à l’Eglise, le système poursuit donc sa politique d’épuration culturelle en Europe, avec notamment le relai actif en France des milieux dits « laïcs » qui ont été réveillés de leur torpeur pour la circonstance.

Le patronat ne voit pas non plus d’un mauvais œil la déconstruction des fêtes chrétiennes, qui constitue une autre façon de remettre en cause la protection des salariés.

Enfin, le Système s’attaque aussi à l’Eglise catholique car il la perçoit à juste titre comme faisant obstacle aux « réformes sociétales » qu’il veut entreprendre pour déconstruire l’institution familiale. L’ampleur de la réaction populaire de la Manif Pour tous en France est restée dans toutes les mémoires oligarchiques !

La surmédiatisation de la dénonciation de la pédophilie

La dénonciation de la pédophilie dans l’Eglise a donc été surmédiatisée, pour l’affaiblir, cette médiatisation ne visant avant tout que les ministres du culte catholique.

Cette orchestration n’est d’ailleurs pas sans rappeler la dénonciation de la corruption des mœurs ecclésiastiques à la veille de la Réforme. Car l’attaque contre l’Eglise catholique ouvre aussi la voie à la progression de l’évangélisme, variante du puritanisme, en Europe et en Afrique, une progression qui convient très bien à l’oligarchie.

Sans évoquer bien sûr aussi la progression de l’Islam en Europe, qui est objectivement encouragée par la Davocratie immigrationniste.

Un changement de cible qui perturbe les médias

Malheureusement pour les médias, la controverse qui frappe l’Eglise porte désormais sur la question de l’homosexualité et plus précisément sur la complaisance supposée du Vatican à son égard.

A noter que cette nouvelle vague de dénonciation vient d’Amérique ce qui n’est peut-être pas un hasard non plus. Aux Etats-Unis, les catholiques ne représentent que le ¼ de la population [1] et ont toujours été suspectés de déviance par rapport au modèle américain qui repose avant tout sur le protestantisme puritain. La polémique et les accusations sont notamment portées par Mgr Carlo Maria Vigano, ancien nonce apostolique aux États-Unis et par le procureur de Pennsylvanie Josh Shapiro [2].

Cette nouvelle polémique constitue un virage très difficile à négocier pour les médias du Système.

En effet, ils présentaient avant tout l’Eglise et les catholiques comme des homophobes forcenés au motif qu’ils dénonçaient les réformes sociétales. Et voilà que des prélats dénonceraient l’existence d’un lobby homosexuel au sein de l’Eglise ?

En outre le Système n’a cessé de banaliser et de normaliser l’homosexualité : et il faudrait la dénoncer dans l’Eglise ? Ou l’associer à la pédophilie ?

Enfin la polémique touche également le Pape François qui passait justement pour un Pape « progressiste », puisqu’il prenait position pour l’accueil des migrants, donc pour la politique du Système. C’est pourquoi les médias mainstream aimaient le citer si souvent…

Un emballement médiatique pour masquer le malaise du Système

Pour essayer de masquer ces contradictions, les médias ont pour le moment choisi de s’en tenir à leur ligne initiale, en surfant sur une expression employée par le Pape François dans l’avion qui le ramenait d’Irlande le 26 aout dernier.

L’emballement médiatique porte en effet sur le fait que le Saint Père aurait indiqué qu’il faudrait avoir recours à la psychiatrie si un enfant avait des tendances homosexuelles. Psychiatrie, le « mot polémique » comme écrit Le Monde.

Ce qui a permis de déclencher un beau tollé médiatique, orchestré par les lobbies LGBT et relayé par Mme Schiappa, toujours en mal de publicité. Le Pape est donc homophobe puisqu’il considère l’homosexualité comme une maladie ! C’est odieux ! C’est incompréhensible et indéfendable tonne Mme Schiappa !

Un emballement en porte-à-faux

En réalité, cet emballement est, comme souvent, complètement artificiel.

Il est d’abord manifeste que le Pape François adopte vis à vis de l’homosexualité en général une attitude plus tolérante que la doctrine classique de l’Eglise. D’où d’ailleurs des tensions au sein de l’Eglise avec les tenants d’une approche plus traditionnelle de la foi et dont certains se trouvent justement aux Etats-Unis.
On ne peut donc le présenter sérieusement comme homophobe.

D’autant que l’examen des propos réellement tenus le 26 août par le Saint Père en réponse à la question « que pourrait dire un père catholique à son fils lorsqu’il apprend que celui-ci est homosexuel », montre que le recours à la psychiatrie ne tient qu’une part tout à fait marginale dans ses propos, qui prônent au contraire l’ouverture  et la compréhension vis-à-vis de l’homosexuel dans sa famille. C’est d’ailleurs ce que reconnaît avec honnêteté Le Monde du 27 août [3].

Enfin, comment présenter le Pape comme homophobe au moment même où certains mettent en cause publiquement la complaisance prétendue du Vatican vis-à-vis des prêtres homosexuels ?

La suite au prochain bobard

En France, le buzz médiatique fait autour des propos du Pape a bien sûr servi aussi à détourner opportunément l’attention sur le fait que les mauvais résultats s’accumulent pour la présidence Macron en cette fin de l’été (aucune avancée au plan international, mauvais sondages, croissance atone – la plus mauvaise au sein de la zone euro [4] – affaire Benalla et maintenant démission du ministre Hulot).

Mais la polémique ouverte sur l’homosexualité dans l’Eglise n’en est manifestement qu’à ses débuts, d’autant que le Pape n’a pas encore répondu aux affirmations de Mgr Carlo Maria Vigano.

Il sera donc intéressant de voir, dans les prochaines semaines, par quels bobards le système médiatique va essayer de continuer à diaboliser l’Eglise et son Pape tout en défendant la normalité de l’homosexualité !

Michel Geoffroy
04/09/2018

[1] 22% de catholiques contre 46% de protestants repartis en différentes « églises »
[2] « Le Vatican était au courant des abus et était impliqué dans leur dissimulation » déclare J.Shapiro
[3] Article de Cécile Chambraud
[4] 0,4% en France contre 0,8 au 1er semestre 2018 dans la zone euro

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : ECQD [CC BY 2.0], via FlickR

 
 

 

jeudi, 23 août 2018

Ouganda : Harcelée par des musulmans une église ferme

Publié par Guy Jovelin le 23 août 2018

Attaquée depuis des mois à coups de pierre la Greater Love Church de Namasuba Para Zone (district de Wakiso, proche de Kampala, capitale de l’Ouganda), vient de cesser ses activités. L’église s’était installée le 4 mai 2017, dans un environnement majoritairement musulman ce qui ne l’avait pas empêché d’attirer de nombreux fidèles : jusqu’à 400. Mais, mécontents de la présence d’un lieu de culte chrétien, les musulmans locaux prirent l’habitude de venir régulièrement le caillasser.

Des vitres furent brisées ainsi qu’un panneau solaire, sans compter les insultes et menaces lancées aux fidèles, avec pour résultat d’en faire fondre le nombre : 150 fin juillet. Le 4 août dernier, un nouveau caillassage blessa à la tête le pasteur Moreen Sanyu qui était en train de prêcher et qui dut être conduit inconscient à l’hôpital où elle resta deux jours. Le dimanche 11 août, aucun fidèle ne se présenta pour le culte, chacun craignant pour sa vie. Le pasteur a donc décidé de jeter l’éponge. La Constitution de l’Ouganda garantit pourtant la liberté de culte et les musulmans ne compte que pour 12 % dans la population, mais même minoritaire ils font la loi…

Source : Morning Star News, 22 août

Via Christianophobie.fr

mercredi, 30 mai 2018

L’islam fascine l’Église

Publié par Guy Jovelin le 30 mai 2018

A Milan, l’Église officielle est fascinée par l’islam : les initiatives pour fêter le ramadan dans les paroisses pullulent. L‘Iftar, le repas rituel du soir qui rompt le jeûne du ramadan, est à la mode chez les pro-pros !Cette fascination indiscrète de l’islam est en train de devenir pour beaucoup de catholiques toujours plus envahissante… par la faute de leur curé !

Dans une des églises de Milan, San Bernardo alla Comasina, prêtre et imam ont vécu « une expérience spirituelle » en célébrant ensemble l’Iftar, « le repas de la Miséricorde ». Réflexions sur « pourquoi le jeûne », récitation du Coran par des enfants, prière « Al Maghreb » et cène partagée aux parfums arabes et saveurs d’Afrique ont ponctué cette soirée inter-religieuse.

Le diocèse a félicité le curé pour son initiative : « Ainsi je suis l’évêque » a expliqué le prêtre à la presse. Il est vrai en effet que l’archidiocèse de Milan promeut rien de moins qu’un Iftar officiel avec publicité sur son site. Rendez-vous est donné au coucher du soleil « dans la cour interne de la paroisse de L’Incoronata pour vivre ensemble l’Iftar, la rupture du jeûne du ramadan, un moment d’amitié et une occasion pour réfléchir sur la valeur du jeûne dans les religions. » « La soirée se conclura, après la prière des musulmans et le repas, avec un moment de silence. » En somme, la bonne nuit dans la paroisse sera donnée par le muezzin !

Des initiatives semblables, des collaborations entre imams et curés, se répètent dans d’autres églises italiennes. Ce n’est pas par hasard que l’archevêque de Turin, Mgr Cesare Nosiglia, à l’occasion de ce ramadan, a visité pour la première fois la grande mosquée de Turin. Il en a profité pour transmettre un message bisounours : « Je me sens un peu chez moi. Ici c’est un lieu de spiritualité et de culture. Ici on prie beaucoup et la prière porte toujours un message d’amour. »

Qui, quoi et comment on prie n’est évidemment pas déterminant… Ne parlons même pas de l’apostolat de la conversion, c’est un concept dépassé… Et pendant ce temps-là, l’islamisation de sociétés autrefois chrétiennes est en marche…

Francesca de Villasmundo

 

Source : medias-presse.info

mardi, 17 avril 2018

Incendies d’églises à Langon, bastion laïcard

Publié par Guy Jovelin le 17 avril 2018

Quand des criminels attisent la haine contre une religion, les résultats ne se ont pas attendre. Deux églises de Langon ont été victime de tentatives d’incendie, comme le signale le site L’Observatoire de la Christianophobie dans un article mis en ligne le 11 avril :

« L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Langon a été la cible d’actes de malveillance dimanche soir [8 avril], vers 18 h 45. Deux départs de feu ont été déclenchés. L’un au niveau des lumignons de l’autel de la Vierge, l’autre à l’entrée de l’église où un cierge allumé a été déposé sur les prospectus en papier installés sur un présentoir en bois. Selon le père Patrick Faurie [sic pour Fauries, curé in solidum], responsable de la paroisse, un homme est entré dans l’église au moment où les flammes s’élevaient. Il a appelé les pompiers et a commencé à éteindre les deux feux avec de l’eau bénite. Arrivés rapidement sur place, les pompiers ont fini le travail. Seul le présentoir en bois a été détruit. Le père Patrick Faurie [Fauries], qui était présent sur place dimanche soir, a porté plainte auprès de la gendarmerie de Langon. Une enquête a été ouverte. D’une manière générale, le responsable de la paroisse déplore « les problèmes récurrents qu’il y a dans les églises » Il évoque notamment des actes de vandalisme particulièrement dégradant, que ce soit à l’église de Langon comme à celle de Toulenne : « J’ai déjà trouvé des excréments derrière l’autel et de l’urine dans le bénitier ». »

Or, Langon, sous-préfecture de la Gironde, est un fief de la franc-maçonnerie. Le sinistre Grand Orient y compte 4 loges, dont la loge La Tolérance (sic !). Dans le quotidien de gauche Sud-Ouest du 3 décembre 2013, le chef de la loge Xavier Chabois-Chouvel déclarait notamment que « Il y a une part d’utopie et de dogmatisme dans notre démarche ». Le tout évidemment dans une démarche plus maçonne que franche :

« Nous sommes tous impliqués dans la vie civile et tentons d’y diffuser nos valeurs mais nous tenons à rester discrets sur notre appartenance à la loge. C’est une position qui se justifie par les attaques dont les francs-maçons ont toujours été l’objet et qui se radicalisent quand la société est tentée par le repli sur soi…».

Propos assez risible quand on sait combien les francs-maçons en France ont persécuté et persécutent encore les catholiques qui refusent de mettre genou à terre devant l’ange (déchu) des Lumières. La seule période historique où les francs-maçons ont été (mollement) combattus ne fut qu’en représailles de la cathophobie maçonne de la IIIe République. D’autant plus qu’à l’époque ils pouvaient bénéficier de la fraternelle protection d’Otto Abetz…

Rappelons qu’il y a quelques mois à Langon, des enfants avaient été privés d’un film de Noël par des fanatiques laïcardes parce qu’il était question de la naissance du Christ, le tout au nom d’une « lutte contre la religion » qui ne concerne que l’Eglise catholique comme l’a encore illustré le débat en loge sur l’intervention d’Emmanuel Macron devant un parterre d’évêques ralliés au régime par ceux-là même qui ne disent rien sur les dîner du CRIF… Rappelons que si on exige la séparation de l’Eglise et de l’Etat, alors il faut exiger avec la même force la séparation des loges et de l’Etat…

Hristo XIEP

 

Source : medias-presse.info

mercredi, 01 novembre 2017

CÉLÉBRONS LA FÊTE DE LA TOUSSAINT

Publié par Guy Jovelin le 01 novembre 2017

La Toussaint est une solennité célébrée le 1er novembre par l’Église catholique latine en l’honneur de tous les saints, connus et inconnus. La célébration liturgique commence aux vêpres le soir du 31 octobre et se termine à la fin du 1er novembre. La Toussaint est la veille de la Commémoration des fidèles défunts.


Célébrons la fête de la Toussaint

Dès le 4ème siècle, l’Eglise syrienne consacrait un jour à fêter tous les martyrs dont le nombre était devenu si grand qu’il rendait impossible toute commémoration individuelle. Trois siècles plus tard, dans son effort pour christianiser les traditions païennes, le pape Boniface IV transformait un temple romain dédié à tous les dieux, le Panthéon, en une église consacrée à tous les saints. Cette coutume se répandit en Occident, mais chaque Eglise locale les fêtait à des dates différentes jusqu’en 835, où elle fut fixée au 1er novembre. Dans l’Eglise byzantine, c’est le dimanche après la Pentecôte  qui est consacré à la fête de tous les saints. 

Souvent on croit souvent que la Toussaint, c’est la fête des morts au cours de laquelle on va fleurir les tombes. Il n’en n’est rien car la fête des morts, c’est le lendemain de la Toussaint ! 

En fait, le 2 novembre, les chrétiens fêtent les morts. C’est le jour où on se rappelle des morts de notre famille, de nos amis, de tous ceux qui nous sont proches. On se souvient de ceux qui sont partis. Les familles vont fleurir les cimetières. Ainsi, on n’oublie pas ceux qu’on a aimés. Ce n’est pas parce qu’ils sont partis physiquement qu’on ne pense plus à eux.