Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 septembre 2018

Emmanuel Macron reçoit les francs-maçons à l’Élysée

Publié par Guy Jovelin le 06 septembre 2018

 Ce soir :

Unknown-12"« C’est la première fois que le président les invite tous ensemble à l’Élysée depuis son entrée en fonction », a affirmé le GODF. Interrogé, l’Élysée n’avait pas fait de commentaire sur cette rencontre.

Selon un invité, sont conviés, outre le GODF, la Grande loge de France, la Fédération française du droit humain, la Grande loge féminine de France, la Grande loge nationale de France, la Grande loge mixte de France, la Grande loge de l’Alliance maçonnique française ou encore la Grande loge traditionnelle et symbolique Opéra.

Le thème de « la laïcité, alors que le président a promis un grand discours sur ce sujet, très attendu » sera au menu de cette rencontre, tous comme les questions de « bioéthique, l’Europe et le développement durable », selon cette source."

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

dimanche, 12 août 2018

L'autre barbouze de l'Elysée

Publié par Guy Jovelin le 12 août 2018

260px-Ludovic_Chaker_-_2018Ludovic Chaker est présenté par le Mondecomme «  l’autre conseiller secret de l’Elysée  ». Cet ami d’Alexandre Benalla occupe un poste inusité, celui de chargé de mission auprès du chef d’état-major particulier du président de la République. C’est la première fois qu’un tel poste est créé au sein de l’un des institutions les plus confidentielles du pays. C’est lui qui aurait supervisé le recrutement d’Alexandre Benalla comme directeur de la sécurité du candidat. 

Il fut candidat divers gauche en 2012 aux législatives pour les Français de l'étranger (Europe orientale, Asie orientale, Océanie). Éliminé au premier tour avec 1,99 %, il appelle à voter pour le candidat socialiste Marc Villard. Diplômé de chinois, passionné d’arts martiaux et marqué par les philosophies orientales, Ludovic Chaker, 39 ans, n’est ni militaire, ni fonctionnaire. Le Monde indique qu’il est officier dans la réserve opérationnelle de l’armée de terre depuis 2005. Ludovic Malik Chaker a été nommé sous-lieutenant dans la réserve opérationnelle du corps des officiers des armes, armée de terre, en 2005. Il a depuis lors été promu régulièrement, obtenant le grade de commandant en 2018, après avoir été inscrit au tableau d’avancement pour ce grade en 2017.

Durant la campagne, dans le groupe de travail sur la défense auquel il participait, il se présentait comme « ancien militaire, 44 ème régiment d’infanterie ». Le 44e RI est la structure administrative de rattachement des personnels militaires affectés à la DGSE, hors service action. Il est étonnant qu’un responsable d’En Marche ait ainsi fait état de cette appartenance. Selon Le Monde «  il aurait été un temps rattaché au Commandement des opérations spéciales (...) au service des «  actions indirectes  ».

Quelle fonction occupe-t-il auprès de l’amiral Rogel, chef d’état-major particulier du président ? Le mystère est total.

Ludovic Chaker fait partie du noyau originel de la République en Marche, au moment de la campagne. Il est un ami d’Ismaël Emelien, proche conseiller du Président. Selon une source bien informée, il s’est activé l’an dernier - avant et après l’élection - dans les milieux du renseignement, en vue de leur réorganisation. Une source ajoute qu’il aurait été engagé à l’Elysée, parce qu’il était « au chômage », mais qu’ « il ne fait rien » et qu’il est rarement vu à la Présidence...

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

vendredi, 20 juillet 2018

Benalla : l’Élysée voulait le propulser sous-prefet…

Publié par Guy Jovelin le 20 juillet 2018

Auteur : Pierrot
20072018_macron_benalla_touquet.jpg

Les révélations scandaleuses concernant la racaille Benalla ne cessent de s’enchainer : 3 policiers qui transmettent les images de vidéo-surveillance à l’intéressé, le sommet de l’Etat qui tente d’étouffer l’affaire, le train de vie du barbouze etc… On apprend désormais que l’Elysée (Macron), voulait propulser Benalla sous-prefet…

Selon Valeurs Actuelles : l’Elysée a encouragé Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président de la République et intime du couple Macron, à soumettre sa candidature au poste de sous-préfet dans le cadre des nominations au tour extérieur.

Mais l’information, éventée dans les milieux préfectoraux, a suscité de telles oppositions qu’Alexandre Benalla, âgé de 26 ans, a dû renoncer malgré lui à présenter sa candidature, sachant en outre que la limite d’âge inférieure est fixée légalement à 35 ans. Les privilèges dont jouissait déjà ce jeune homme, devenu lieutenant-colonel dans la réserve citoyenne et bénéficiant d’un traitement de quasi-ministre avec voiture de fonction et chauffeur, n’avaient de cesse d’agacer en haut lieu. Sa candidature au poste de sous-préfet a été, selon nos informations, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

 

Source : contre-info



vendredi, 22 juin 2018

Fête de la musique à l’Elysée

Publié par Guy Jovelin le 22 juin 2018

dimanche, 03 juin 2018

Un élu condamné pour corruption accueilli à l’Elysée : la PAF aurait eu l’ordre de ne pas l’interpeller à Orly

Publié par Guy Jovelin le 03 juin 2018

Par  le 02/06/2018

Léon Bertrand, le maire LR de Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane, a été reçu par le chef de l’Etat jeudi 31 mai alors qu’il a été condamné en 2017 à trois ans de prison ferme pour corruption. La consigne avait été donnée à la police aux frontières de ne pas l’interpeller.

Léon Bertrand, comme plusieurs dizaines d’élus locaux, était venu représenter le patrimoine français. Une invitation qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative présidentielle de sauver les monuments historiques français en péril. Et la maison du receveur des douanes, à Saint-Laurent-du-Maroni, dont Léon Bertrand est maire, fait partie des 18 sites prioritaires sélectionnés pour le « Loto du Patrimoine ».

Au moment du verdict, le maire de Saint-Laurent-du-Maroni ne s’était pas présenté à l’audience et il avait fait l’objet d’un mandat de dépôt. Ce dernier n’a d’ailleurs jamais été transformé en mandat d’arrêt, autrement dit, Léon Bertrand est libre de circuler partout en Guyane, mais pas en métropole. […]

Selon Le Parisien, la consigne aurait été donnée à la police aux frontières (PAF) d’Orly par le parquet de Créteil (Val-de-Marne) de ne pas arrêter Léon Bertrand à son arrivée à l’aéroport d’Orly. Des consignes qualifiées de « directes et politiques » par un policier interrogé par le quotidien. Le pourvoi en cassation de ce maire LR sera examiné le 13 juin prochain.

 

actu.orange via fdesouche