Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 février 2018

La popularité d’Emmanuel Macron s’effondre

Publié par Guy Jovelin le 19 février 2018

Publié le 19 février 2018 Auteur par Pierrot
contre-info.com

Où s’arrêtera la chute d’Emmanuel Macron ? Comme le révèle le Journal du Dimanche ce 18 février, les français mécontents de l’action menée par le chef de l’Etat sont désormais majoritaires.

Le dernier sondage Ifop pour le JDD indique en effet que le président de la République enregistre une perte de 6 points (44%).  « C’est un coup d’arrêt pour le couple exécutif », explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop dans les colonnes de l’hebdomadaire.

-17 points chez les classes moyennes

Emmanuel Macron paye notamment l’augmentation de la CSG pour les retraités. Sa chute est ainsi significative dans la catégorie des classes moyennes (-17 points). « L’enjeu du pouvoir d’achat gagne en intensité, précise Frédéric Dabi. Il y a un effet déceptif de la politique menée, avec un décalage entre le discours de Macron et la promesse d’augmenter le pouvoir d’achat, d’une part, et les effets réels de sa politique, d’autre part. Par ailleurs, on perçoit des premières critiques sur le réel changement du pays. »

Le sondage Ifop a été réalisé du 9 au 17 février auprès d’un échantillon représentatif  de 1953 personnes âgées de 18 ans et plus.

Source : VA

jeudi, 08 février 2018

IL N’Y A PLUS QUE MACRON POUR NE PAS CROIRE À UN KRACH FINANCIER IMMINENT !

Publié par Guy Jovelin le 08 février 2018

bce,écroulement,krach financier,macron

ROUSSET M 2.JPG

Marc Rousset

Les taux d’intérêt remontent, suite à la prise en compte des risques et à la résurgence des craintes d’inflation. Le Dow Jones a reculé de 2,58 % le vendredi 2 février et la Bourse de Paris est déjà dans le rouge pour l’année 2018, tandis que le bitcoin, autre sinistre présage, poursuit sa descente aux enfers en étant déjà passé de 20.000 dollars, en décembre 2017, à moins de 7.500 dollars.

Bernard Arnault, lors d’une interview toute récente au Figaro, a pu déclarer : « Il n’y a pas eu de crise mondiale depuis plus de dix ans. Cela ne va pas durer. Dans les cinq ans qui viennent, une crise surviendra », tandis que l’économiste Jean-Pierre Robin constate, d’une façon plus précise, que l’économie américaine vit aujourd’hui la troisième reprise la plus longue de son histoire, soit 103 mois – le début remontant à juillet 2009.

Maurice Obstfeld, chef économiste du FMI, a reconnu à Davos que les arbres ne peuvent monter jusqu’au ciel : « Le prochain retournement à la baisse pourrait intervenir plus vite que prévu et s’avérer plus difficile à combattre », tandis que Christine Lagarde lançait un avertissement à l’Europe, et plus particulièrement à la France, « qui n’a pas su réparer son toit quand il faisait beau », suite à la fin du célèbre alignement des planètes. La France aura connu, avec Hollande et son ancien ministre et conseiller économique Macron, un inacceptable déficit budgétaire et commercial, un niveau extravagant de chômage et d’endettement public, des entreprises, des banques et des ménages hyper-endettés.

La BCE n’est pas, non plus, très rassurante. Benoît Cœuré, membre du directoire, vient d’émettre des vœux pessimistes trop tardifs à Ljubljana, en Slovénie, souhaitant accélérer les réformes pour éviter l’éclatement de la zone euro lors de la prochaine crise. Il a confirmé que les taux étaient historiquement bas et que la BCE, depuis 2015, avait déjà acheté plus de 2.300 milliards d’euros d’obligations d’une façon non conventionnelle. Le taux de référence du Bund allemand est passé, en un mois, de 0,40 % à 0,75 %.

Et si l’on se tourne vers les États-Unis, ce n’est pas, non plus, très réconfortant. Le rendement des bons du Trésor américain, qui était proche de 2,4 % en début d’année, s’est envolé à plus de 2,85 %, pour la première fois depuis avril 2014. Alan Greenspan, qui fut président de la Fed de 1987 à 2006, aujourd’hui libre de ses paroles, agite le spectre d’un éclatement de la bulle. Il a estimé, dans un entretien à Bloomberg, qu’il y a deux bulles sur les marchés financiers, « une sur les actions et l’autre sur les obligations ».
 
Il se trouve que, lorsque le même Alan Greenspan avait quitté la présidence du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale en 2006, on le surnommait « maestro ». L’inflation et le chômage étaient faibles et la croissance honorable. Un an plus tard éclatait la bulle immobilière qui allait précipiter la plus grande crise financière de l’histoire contemporaine car Greenspan avait été trop laxiste en matière de crédit et de taux d’intérêt pas assez élevés.

Bis repetita placent. Les mêmes reproches seront bientôt faits à Janet Yellen, qui a passé le flambeau de la présidence, ce jeudi 1erfévrier, à Jerome Powell. Martin Feldstein, professeur à Harvard, estime que Yellen n’a pas reconnu assez tôt « les risques croissants des excès d’appréciation de certains actifs ». Bref, Wall Street se retrouve exactement dans la même situation qu’en 2000 (bulle Internet) ou 2006 (scandale des subprimes) avec une bulle immobilière, obligataire et des actions.

Lors de la dernière séance de la Fed, Janet Yellen a repassé la patate chaude à Jay Powell en ne remontant pas les taux. Il est probable que ce dernier va augmenter à nouveau les taux directeurs les 20 et 21 mars prochains, avec trois hausses à prévoir en 2018, ce qui pourrait contribuer à faire éclater les bulles.

Les récessions américaines se manifestent, en moyenne, tous les cinq ans. Nombre d’économistes s’attendent à ce que le coup de tabac survienne alors que Jay Powell sera à la barre. Mais, cette fois-ci, ce pourrait être un véritable tsunami à l’échelle mondiale, avec un risque non négligeable d’écroulement total du système économique et monétaire, du capitalisme financier, avec des répercussions inimaginables.

 

Source : synthesenationale

jeudi, 01 février 2018

Antisémitisme : Jupiter dans les starting blocks

Publié par Guy Jovelin le 01 février2018

Mis à jour le 31 janvier 2018 Auteur par Pierrot
agression,antisémitisme,juif,macron

Macron n’a pas tardé à réagir ce 31 janvier, deux jours après l’agression d’un jeune juif dans la banlieue de Sarcelles. Deux racailles, âgés probablement d’une quinzaine d’années, seraient responsables de cet acte. Selon une source policière, « ils l’ont fait chuter au sol et lui ont porté des coups », mais cela n’entraînerait aucune interruption totale de travail.

Une agression classique, comme des centaines de Français en font l’expérience chaque année.

Pourtant, Jupiter est sorti du bois rapidement  : « Un petit garçon de 8 ans a été agressé aujourd’hui à Sarcelles. Parce qu’il portait une kippa. À chaque fois qu’un citoyen est agressé en raison de son âge, de son apparence ou de sa confession, c’est toute la République qu’on agresse. Et c’est toute la République qui se dresse particulièrement aujourd’hui aux côtés des Français de confession juive pour combattre avec eux et pour eux chacun de ces actes ignobles. » 

 

Source : contre-info

dimanche, 28 janvier 2018

Chômage : l’effet Macron a le goût de perlimpinpin

Publié par Guy Jovelin le 28 janvier 2018 

Rédigé par notre équipe le 27 janvier 2018 

 

 

L’information ne passe pas inaperçue depuis deux jours et certains risquent de se prendre une soufflante par le locataire de l’Elysée. Malgré les promesses et les discours d’auto-persuasion et d’auto-satisfaction faisant de la France une économie fleurissante, le chômage est toujours aussi haut. La petite baisse de 2016 est encore moins marquée en 2017… Le premier bilan en la matière est terrible pour l’illusionniste jupitérien. Allez, courage ! Dorénavant, les chiffres ne seront communiqués que tous les trois mois… 

Un peu de Hollande, pas mal de Macron est le résultat pourrait faire rire s’il ne s’agissait pas de la vie de millions de personnes. L’année 2017 – celle de toutes les reprises à en croire les politiques et les médias – sera donc (aussi) celle d’une décrue lilliputienne du chômage. Selon les chiffres officiels, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle-emploi est passé de 3,467 millions à 3,451 millions entre la fin 2016 et la fin 2017. 16 000 personnes sorties du chômage en un an alors que « la reprise est là », c’est un exploit auquel les Français crédules n’étaient pas prêts. Et il ne s’agit là que des chômeurs de catégorie A recensés par Pôle emploi !

Le hollandisme fait de la résistance (et pour cause… !)

Pour un bilan mensuel et annuel plus conforme à la réalité, mieux vaut s’intéresser aux chiffres toujours aussi décapants présentés ici. En sortant du roman écrit par le pouvoir, on arrive à une hausse (+52 500) et non à une infime baisse du nombre de demandeurs d’emploi en 2017. Le coup est rude et il est utile de radiographier cet échec cinglant pour le gardien de la poudre de perlimpinpin. Pourtant beaucoup aura été fait pour assurer un premier succès à la nouvelle équipe soit disant experte sur les questions économiques. Rien qu’en décembre, plus de 310 000 personnes ont été radiées des listes de Pôle-emploi, mais les pseudo-économistes à la botte du pouvoir expliquent que l’année 2016 était en trompe l’œil et est venue casser la formidable dynamique de 2017…

Pour espérer une réélection, Hollande avait sorti des centaines de milliers de demandeurs d’emploi des statistiques à coups de radiations, de formations au rabais et d’emplois aidés. Des efforts qui avaient permis de comptabiliser près de 110 000 chômeurs en moins en 2016. Pas assez toutefois pour pouvoir se présenter. Son ancien poulain devenu président aurait été pénalisé par la fin des formations et de contrats aidés sans avenir. Des remèdes qu’il assure ne pas administrer, car ses solutions à lui sont censées être bien plus pérennes. La flexibilité est le maître-mot. Le Code du Travail a été cassé et cela permettra à tous d’avoir un emploi… La poudre de perlimpinpin a fait son temps et d’autres combines sont à trouver.

La principale déjà mise en œuvre consiste à ne plus réagir à la publication des chiffres du chômage. Ne pas parler d’une réalité signifie qu’elle n’existe pas dans le monde jupitérien. La ministre du Travail est donc invisible et à partir de 2018, ce sont carrément les statistiques qui vont disparaître pour ne revenir que sur la pointe des pieds une fois par trimestre. Cela ne fait plus que quatre mauvais moments à passer chaque année. Nul doute que les statistiques pliées dans le bon sens ainsi que les commentaires mielleux des analystes permettront de faire passer la pilule.

Au fond, Macron n’est qu’une copie de Hollande en un peu mois grotesque, car comme lui il attend simplement un retour du beau temps en gesticulant beaucoup et en mettant en place un programme européiste qui va dans le sens contraire des intérêts des Français. Après la pluie, le beau temps… Mais à force de noirceur, les embellies ponctuelles sont de moins en moins profitables. La France plonge la tête la première, mais avec une bonne dose de gôchisme, on finira peut-être par croire que le salut vient vraiment des migrants…

 

Source : 24heuresactu

vendredi, 26 janvier 2018

Notre-Dame des Landes

Publié par Guy Jovelin le 26 janvier 2018

3463-notre-dame-des-landes_5975570.jpg

Pierre Vial Terre et peuple cliquez ici

L'affaire de Notre-Dame des Landes présente un grand intérêt à plusieurs titres car elle est révélatrice d'une situation prometteuse pour ceux qui luttent contre le SATLP (Système à tuer les peuples)  :

1) En baissant son froc devant une bande de pouilleux (je mets à part les paysans qui voulaient légitimement garder leur terre) l'Etat-Macron a avoué son impuissance à faire face aux défis de la racaille : c'est le cas à Notre-Dame des Landes comme c'est le cas à l'intérieur des prisons (où, de l'aveu même des matons la racaille fait la loi) ou dans les "quartiers" dits pudiquement "de non droit", c'est à dire, en clair, des territoires où "l'autorité de la République", comme disent les larbins du Système, ne s'exerce plus (policiers, pompiers, professionnels des métiers de santé en savent quelque chose, qui savent ne pouvoir attendre aucune aide d' "autorités" (?) démissionnaires et lâches). Leçon édifiante et bien enregistrée pour ceux qui, un jour plus ou moins proche, voudront étendre leur domination à de nouveaux pans de territoire, où les Blancs auront le choix entre se soumettre, partir ou... mourir. J'exagère ? Prenez donc la peine d'écouter les messages diffusés  par ceux qui prêchent la guerre sainte. Tout est dit. Clairement. Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. 

2) Macron et son porte-serviette censé être Premier ministre se préparent des jours difficiles. Les Zadistes, pour qui Notre-Dame des Landes était un test, ont annoncé la  couleur :  Notre-Dame des Landes ? Ce n'est qu'un début, continuons le combat. L'objectif ? Avoir dix, cent Notre-Dames des Landes. Qui les en empêchera ? Malgré les rodomontades  élyséennes, ceux qui seraient tentés de le faire (par exemple les élus locaux) auront contre eux, comme cela vient d'être démontré, l'Etat (ce qu'il en reste...) qui est prêt à tout accepter pour ne pas prendre le risque d'être accusé de "fascisme" (le péché mortel). Avec l'appui des bobos et des braves connards qui n'ont pas conscience de creuser leur tombe (mais ça, c'est plutôt rigolo) en votant pour des gredins que le sort des petites gens laisse profondément indifférents car, eux, ils sont hors d'atteinte grâce aux privilèges qu'ils se sont accordés. Du moins le croient-ils... Car un jour, peut-être, le réveil sera difficile pour eux aussi. Ce jour-là nous boirons un dernier verre de chablis car nous risquons d'être nous aussi entraînés dans l'apocalypse. Mais il faut bien mourir un jour, n'est-ce pas ?

 

Source : synthesenationale