Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 novembre 2017

LE "GRAIN DE SEL" DE JEAN-CLAUDE ROLINAT

Publié par Guy Jovelin le 23 novembre 2017

 

EMMANUEL MACRON ENCOURAGERAIT-IL LA DELATION ?


Le "grain de sel" de Jean-Claude Rolinat
Les plans « banlieue » s’ajoutent aux plans « banlieue », sans que les « quartiers difficiles » et autres « zones de non droit » ne retrouvent la paix civile : combien de patrouilles de police ou d’équipes de pompiers tombent dans des embuscades tendues par des « jeunes », combien de voitures sont-elles incendiées sous le moindre prétexte, combien de dealers tombent-ils sous les balles de leurs rivaux, combien de familles rasent-elles les murs pour rentrer chez elles ? Sans compter les enseignants agressés, parfois par des « grands frères », pour une note jugée trop sévère ou encore un élève tabassé pour une clope refusée ou un regard de travers ? Sans oublier non plus  les médecins de garde ou les taxis de nuit qui refusent de se rendre dans ces quartiers. 
Des plans, toujours des plans…. 
C’est sur ce fond de décor bien sombre que le Président de la République a annoncé à Tourcoing, le mardi 14 novembre dernier, qu’une pluie d’Euros allait être, à nouveau, déversée sur ces fameux « territoires perdus de la République ». Ce ne sera jamais que le 9 ème ou 10 ème plan, - on ne compte plus-, de réhabilitation des banlieues. Pour mémoire, rappelons-nous les initiatives de Giscard, déjà, en 1977, puis le plan « banlieue 89 » sous Mitterrand, plan « Tapie » sous le même mandat, « plan Marshall » avec Chirac en 1996, « rénovation urbaine et solidarité » sous Jospin en 1999, encore d’autres avec le « plan Borloo » en 2005, - le même Borloo, sans doute fatigué « d’électrifier l’Afrique », qui est sollicité aujourd’hui par Macron pour « lui donner un coup de main »-, « espoir banlieue » de Fadela Amara sous le règne de Sarkozy en 2007 et, finalement, le projet « 1000 quartiers prioritaires » avec l’ancien Premier ministre de Hollande, Jean-Marc Ayrault. Tout ça pour quoi ? De belles façades rénovées, des ascenseurs et des halls, tout neufs, vandalisés, des crépis maculés de tags, des boites à lettres défoncées, un couvre-feu de fait dès le jour tombé, des zones entières de barres et de tours mises en coupe-réglée par des bandes ethniques qui imposent leur loi. Afin de faciliter l’accès à l’emploi, on a encouragé les entrepreneurs à s’installer dans des « zones franches »crées à cet effet. L’objectif, modeste, était de faire signer dans un premier temps quelques milliers de  contrats. Résultats des courses, seulement quelques centaines de « jeunes » signèrent leur embauche dans ce format. Echec, échec pour plusieurs raisons. D’abord, les entreprises ne se sont pas précipitées sur ces offres pour une raison majeure bien compréhensible : l’insécurité. Ensuite, les jeunes eux-mêmes ne se sont pas portés massivement volontaires. Il est plus juteux pour certains, pas tous heureusement, de dealer au service d’un chef de bande qui assure revenus et…. « Sécurité de l’emploi » ! ( N’oublions jamais que, s’il y a des vendeurs de drogues diverses et (a)variées, c’est qu’il y a des acheteurs ! C’est une partie du problème). 
Quoi de neuf avec Macron ? 
Les objectifs et les moyens annoncés par le jeune Chef de l’Etat diffèrent peu de ceux de ses prédécesseurs. Ils ne se distinguent guère des mesures précédemment mises en œuvre pour des résultats bien modestes. Non, la nouveauté réside dans la généralisation du testing afin de lutter, dit-il, contre les discriminations à l’embauche. Il va plus loin que ses prédécesseurs en envisageant une mesure qui s’apparente, selon nous, à de la délation et qui est déjà pratiquée aux Etats-Unis, jamais en retard, eux, d’une « chiennerie », à savoir le name and shame (nommer et faire honte). Autrement dit, une entreprise qui refuserait un poste à un candidat au patronyme « exotique », serait attachée au pilori, clouée sur l’autel de l’antiracisme militant, son nom, son logo ou son sigle, jetés en pâture aux médias, bons petits soldats de la « bienpensance ». Ceci nous fait penser aux «  heures les plus sombres de notre histoire », l’époque où votre voisin vous dénonçait aux autorités si vous aviez crayonné une croix de Lorraine sur un mur ou si, Juif, vous déplaisiez à votre concierge, jaloux, qui prenait sa plume vitriolée pour vous signaler à la plus proche Kommandantur ! On n’empêchera jamais un employeur, dans le secret de sa conscience, de choisir une personne plus qu’un autre selon des critères qui lui sont propres et d’écrire la traditionnelle lettre de remerciements, du  genre  « malgré tout l’intérêt de votre profil professionnel, nous regrettons de ne pouvoir donner suite etc… ». La République a laissé se constituer des ghettos ethniques par le laxisme de sa politique migratoire. Le regroupement familial encouragé par le duo de malheur Giscard/Chirac a conduit à la situation que nous connaissons. Vouloir la mixité sociale, – bien souvent recoupée par une mixité « raciale », ô le vilain mot-, est un vœu pieux. Ma modeste fonction d’adjoint au maire d’une commune rurale de la grande périphérie parisienne, m’a amené à constater que nos concitoyens, dès qu’ils le peuvent, « votent avec leurs pieds ». J’ai reçu quelques personnes à la recherche d’un logement, d’une maison, qui, en baissant la voix et tournant la tête, me demandaient sur le ton de la confidence si… «  il n’y en a pas ici ? Enfin, vous voyez ce que je veux dire…. ». Voilà où nous en sommes arrivés avec ces politiques successives. Alors, me direz-vous, une fois que l’on a constaté le mal, il faut bien le guérir. 
Moins de complaisance, plus de fermeté 
« Le vin est tiré, il faut le boire », dit le proverbe. Il y a une masse de populations diverses concentrées dans des ghettos où, ce que l’on appelle les « Français, de souche », « les petits blancs » dirait-on aux Etats-Unis ou en Afrique du Sud, sont minoritaires. Les lois n’étant pas rétroactives en droit français, nous ne pouvons pas revenir, massivement, sur le « droit du sol ». Il faudra une nouvelle législation pour lui substituer le « droit du sang ». En attendant, certes, expulsons les fauteurs de troubles étrangers et incarcérons les autochtones qui ne filent pas droit. Et là, c’est à une réforme de la justice qu’il faudrait s’attaquer. Vaste programme ! Trions les associations susceptibles de toucher des subventions dans les secteurs festifs ou culturels, en aucun cas cultuels. Arrêtons de subventionner des cours de langues pour les minorités qui vivent dans ces quartiers : en France, il n’y a que le Français. Les idiomes et autres patois locaux, comme les langues régionales, ne peuvent se substituer à la langue nationale. Eradiquons tous ces quartiers des semeurs de haine. Envoyons au « casse-pipe » des enseignants chevronnés qui, à marche forcée, feront toucher du doigt à tous ces gamins issus de l’immigration et les autres, la chance qu’ils ont de vivre dans un pays (encore !) civilisé où les aides sociales viennent au secours des plus démunis. Où l’école est une chance inouïe de « s’en sortir », non pas dans la mythique égalité, une vue de l’esprit, mais dans l’équité. Apprenons leur la discipline et l’amour du pays, inculquons leur les valeurs du « roman national » comme dans les trop peu nombreuses « écoles d’excellence ». On a trop brocardé le fameux « nos ancêtres les Gaulois ». Oui, même si les Gaulois ne sont pas les ancêtres génétiques de Diakaté ou de Mamadou, avec l’école de la République restaurée, ils le deviendraient. La République française, ce n’est pas « l’intégration », la juxtaposition de communautés différentes cultivant leurs différences, conservant leurs coutumes, leurs usages, c’est L’ASSIMILATION. En deux mots, le tricolore ou la porte ! Morale et civisme devraient être au menu de TOUTES les écoles de la République. J’entends déjà les sarcasmes de certains brocardant le fameux « c’était mieux avant ». Oui, dans ces deux domaines, « C’ETAIT MIEUX AVANT » à la  « communale », où les maitres étaient respectés car ils étaient respectables, dans leur tenue comme dans leurs propos ! Il faudra bien reconquérir toutes ces cités de France et de Navarre, rue par rue, immeuble par immeuble, cage d’escalier par cage d’escalier, palier par palier, afin que les « territoires perdus de la République » deviennent, redeviennent, des kilomètres carrés où, selon la formule de nombre de maires dans leurs prospectus électoraux, il ferait « bon vivre ». Avec le plan Macron, je n’ai pas le sentiment que nous allions dans cette direction. 

Jean-Claude R O L I N A T 

 

 

 

 

 

 

mercredi, 15 novembre 2017

Quartiers populaires: Macron relance les emplois francs et veut faire (beaucoup) mieux que Hollande

Publié par Guy Jovelin le 15 novembre 2017

 

Nicolas Raffin Twitter

 Emmanuel Macron en déplacement à Clichy-sous-Bois le 13 novembre 2017.

Emmanuel Macron en déplacement à Clichy-sous-Bois le 13 novembre 2017. — HAMILTON-POOL/SIPA

Emmanuel veut favoriser l’embauche de personnes issues des quartiers défavorisés.Très peu d’emplois francs avaient été signés sous François Hollande.Le gouvernement a élargi les critères pour accéder à cet emploi.

Ils sont de retour. Les « emplois francs » lancés par François Hollande en 2013 puis abandonnés en 2014 sont relancés par Emmanuel Macron. Le président de la République a profité d’un déplacement ce mardi à Tourcoing (Nord), pour annoncer que plusieurs quartiers de Marseille, Roubaix ou encore Angers allaient bénéficier du dispositif dès le 1er janvier 2018, à titre expérimental.

De quoi s’agit-il ? Selon le programme d’En Marche !, « lorsqu’une entreprise, où qu’elle soit située, embauchera un habitant des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) en CDI, elle bénéficiera d’une prime de 15.000 euros, étalée sur les trois premières années ». Une prime est également prévue pour les CDD de plus de 6 mois (2500 euros par an, limité à deux ans).

 

Emplois francs : répondre aux barrières à l'emploi que peuvent rencontrer de nombreux habitants des quartiers populaires, en particulier les discriminations territoriales.  http://l.en-marche.fr/0G4i-8PB6 

Emplois francs : lutter contre l'assignation à résidence | En Marche !

Les emplois francs, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, seront expérimentés à partir de 2018 avant une généralisation en 2020.

Objectif ambitieux

L’objectif est clair : faire baisser le chômage dans ces quartiers qui pâtissent d’une mauvaise image. « A diplôme, âge et parcours équivalents,il est plus difficile d’accéder à un emploi lorsque l’on habite dans certains quartiers difficiles » note le ministère du Travail. Ces emplois francs sont donc une forme de discrimination positive. Emmanuel Macron table sur 20.000 embauches de ce type en 2018, puis 150.000 en 2020, lorsque le dispositif sera étendu à toute la France.

Un objectif très ambitieux lorsqu’on le compare aux « emplois francs » lancés par François Hollande. Entre 2013 et 2014, seulement… 280 contrats avaient été signés, alors que l’exécutif en espérait au moins dix fois plus. Un échec cinglant, qui avait précipité l’abandon de la mesure.

Elargissement du dispositif

L’équipe d’Emmanuel Macron jure qu’elle a retenu les leçons de ce ratage. Ainsi, les emplois francs « nouvelle génération » seront ouverts à tous les demandeurs d’emplois issus d’un quartier prioritaire, et plus seulement au moins de 30 ans comme sous François Hollande.

Selon une analyse de l’OFCE publiée en juin, cela permettrait de multiplier par 12 le nombre de personnes éligibles au dispositif, en passant de 38.000 (fin 2014) à 467.000 chômeurs concernés. Par ailleurs, le montant des aides a également été revu à la hausse, « pour être plus incitatif » souligne le ministère du Travail.

Attention à l’effet d’aubaine

Ces ajustements seront-ils suffisants ? Pour Bruno Ducoudré, économiste à l’OFCE, il faut rester prudent sur le nombre de créations nettes d’emplois, en raison de l’effet d’aubaine d’une telle mesure. « Certains employeurs pourraient embaucher des personnes issues d’un quartier prioritaire pour toucher la prime, alors que même sans cette prime, ils auraient recruté de toute façon » analyse-t-il.

En revanche, le spécialiste estime que les emplois francs « peuvent avoir un effet sur la réduction des inégalités », en favorisant l’embauche de personnes défavorisées. Mais là encore, prudence : « La prime sera-t-elle cumulable avec les autres allègements de charges auxquelles les entreprises peuvent prétendre ? Les emplois créés seront-ils durables ? » s’interroge Bruno Ducoudré. L’expérimentation qui démarre dans moins de deux mois permettra d’y voir un peu plus clair.

 

Source : 20minutes

mardi, 14 novembre 2017

Le prêche de l’imam Macron à Abou-Dhabi

Publié par Guy Jovelin le 14 novembre 2017

L’avez-vous remarqué ? Lorsque notre bien trop jeune Président dont improvise son visage devient illuminé et sa parole, sinon mystique, un peu déjantée. Il me rappelle Albert Dupontel dans « Président » ou dans « Au revoir là-haut » jouant des personnages hallucinés ou hors-terre !

Hier, c’était dans une tranchée allemande, aux côtés du président Steinmeier où, sachant qu’il était filmé en direct, est parti dans une phraséologie politico-poétique pour expliquer les désastres de la guerre 14-18 et la formidable amitié franco-germanique. Avant-hier, à Abu-Dhabi, devant un parterre d’hommes vêtus de leur dishdash, il a emparé le glaive pour défendre l’islam.

Il inaugurait alors le Louvre des Émirats. Pas une mosquée. Pourquoi donc a-t-il achevé son beau discours intellectuel par cette envolée incompréhensible pour un président français censé défendre nos valeurs traditionnelles face aux valeurs arabo-musulmanes.

« Ce Louvre de la lumière et du désert, c’est ce message envoyé contre tous les obscurantismes, ce courage que vous avez voulu, celui de remettre votre religion dans ce qu’elle a toujours fait et que vous venez de rappeler…Ce message d’un syncrétisme profond, on ne peut pas aimer la religion qui est la vôtre si on ne se rappelle pas que dans cette région tous les grands monothéismes sont nés et que l’islam est né de ce palimpseste de cultures et de civilisations qui font que de manière indétricotable, irréductible, nos religions sont liées, nos civilisations sont liées. ET QUE CEUX QUI VEULENT FAIRE CROIRE, OÙ QUE CE SOIT DANS LE MONDE, QUE L’ISLAM SE CONSTRUIT EN DÉTRUISANT LES AUTRES MONOTHÉISMES SONT DES MENTEURS ET VOUS TRAHISSENT… »

 

Emmanuel Macron a voulu faire savant, selon son habitude, en appelant à la rescousse de son argument le terme de palimpseste. Mais peut-on lui rappeler que ce mot signifie exactement le contraire de ce qu’il souhaitait dire à cette assemblée de pieux hommes. Un palimpseste, selon le site des Études Littéraires est « un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture afin d’écrire un nouveau texte ». Et c’est exactement ce que Mahomet a fait en rédigeant son Coran. Il a fait un copié-collé de la Torah et de la Bible pour en réécrire de nombreux passages et détruire ainsi les textes saints, originaux.

 

Alors qui ment effrontément, comme il en a l’habitude derrière un regard bleu regard tourné vers les cieux, le sourire figé ? Qui est celui qui nous trahit pour plaire à une assemblée prête à le suivre dans sa démonstration politico-religieuse ?

Comment Emmanuel Macron peut-il affirmer que l’islam n’a pas, historiquement, conquis une partie du monde au fil du sabre pour imposer sa version revue et corrigée de la Bible et de la Torah ?

Comment peut-il, enfin, faire une propagande éhontée de cette religion-code-de-vie, en reconnaissant que le Coran est la dernière révélation divine, annulant ainsi le passage du Christ sur terre au profit du dernier prophète Mahomet… Et puis dire que les trois religions monothéistes sont nées, ici, en Arabie, c ‘est une fois de plus, pour M. Macron, bien mal connaître la géographie !

Les imams et fidèles musulmans français doivent être fiers de leur Président… Pas nous !

Floris de Bonneville

 

Source : ndf

vendredi, 10 novembre 2017

Des lendemains qui déchantent ?

Publié par Guy Jovelin le 10 novembre 2017

qui-sont-ils-pourquoi-les-appelle-t-daesh.jpg

Bernard Plouvier

Notre jeune, élégant et distingué Président vient d’annoncer, le 9 novembre 2017, la fin prochaine de l’État Islamique (variante : Daech). Est-ce un joli coup médiatique ? Peut-être, mais Emmanuel Macron n’a pas besoin de ce genre de publicité tapageuse : s’il conserve ses sponsors – ceux-là même qui ont assuré à la fois son ascension de météore et l‘implosion de tous les partis politiques de France -, il remontera très facilement dans les sondages lorsque ce sera nécessaire, soit avant une grande échéance électorale.

En réalité, il est potentiellement très dangereux de faire ce type d’annonce, face à un certain public. La guerre est, à l’évidence, perdue en Syrie et au Kurdistan pour les fous furieux du calife Abou Bakr II (dont on ne sait même pas s’il est encore en vie). Avec des belligérants intelligents, M. Macron aurait parfaitement raison de s’exprimer comme il l’a fait : la guerre est finie, on signe un traité de paix, on exécute éventuellement quelques chefs (c’est à la mode depuis 1945) et on reconstruit… c’est bon pour le Big Business.

Seulement, dans ce cas précis, l’on a affaire, non à des gens intelligents, mais à des abrutis complets, des psychotiques délirants, des « fous d’allah ». Il est infiniment probable qu’un grand nombre d’illuminés, qui connaissent les sourates coraniques prêchant le Djihâd, vont se faire une joie maligne de faire payer leur victoire aux Nations belligérantes du clan des gagnants.

D’où un risque maximal d’attentats durant les années à venir, aux dates jugées symboliques par les mahométans ou, plus simplement, quand la logistique le permettra.

Doit-on raisonner en pure intelligence avec des psychotiques, des pervers, des psychopathes ? Assurément pas ! Plus que jamais, il importe de protéger la Nation française des fous furieux inutilement importés en même temps que les authentiques réfugiés politiques ou les migrants pour cause économique. 

 

Source :  synthesenationale

mardi, 07 novembre 2017

Légion d’honneur : Macron patronne la chasse à l’homme blanc !

Publié par Guy Jovelin le 07 novembre 2017

Légion d’honneur : Macron patronne la chasse à l’homme blanc !

Légion d’honneur : Macron patronne la chasse à l’homme blanc !

Par Michel Geoffroy, essayiste ♦ On avait déjà les féministes qui chassaient, devant les caméras, les mâles blancs harceleurs, ces « porcs ». On avait Delphine Ernotte, présidente de France Télévision, qui affirmait qu’on « a (sic) une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il va falloir que cela change » (1). On avait aussi ceux qui veulent que l’orthographe devienne « inclusive », pour échapper à l’horrible domination lexicale des mâles blancs français. On avait aussi ces PDG tout contents de dire qu’entre un candidat de souche et un autre « issu de la diversité » ils donnaient la préférence au second.

Nous avons maintenant un président de la République qui entend réformer les conditions d’attribution de la Légion d’honneur. D’après le porte-parole du gouvernement, Jupiter estimerait en effet son attribution à la fois trop large et trop dominée par les « mâles blancs de plus de 60 ans » (2).

Désormais la chasse aux Blancs de sexe (pardon : de genre) masculin est donc ouverte au plus haut niveau de l’Etat !

On a les priorités que l’on peut.

A vaincre sans péril…

L’expérience présidentielle prouve en effet que les réformes importantes se font durant les six premiers mois du mandat : ensuite elles sont nettement plus difficiles à conduire.

Emmanuel Macron, dont les bonnes opinions plafonnent à 40% dans les sondages, entame donc son sixième mois de mandat avec cette réformette de la Légion d’honneur : mauvais présage, auraient dit les Romains !

Il est vrai qu’il est nettement plus facile de morigéner la Grande Chancellerie que de rétablir l’autorité de l’Etat dans les zones dites de « non-droit », de réguler l’immigration ou de lutter contre l’appauvrissement des Français !

« A vaincre sans péril on triomphe sans gloire », écrivait Pierre Corneille. Mais peut-être Emmanuel Macron n’a-t-il pas lu Le Cid puisqu’il affirme n’avoir jamais rencontré la culture française ? (3)…

La doxa du Système

En s’en prenant aux « mâles blancs de plus de 60 ans », Emmanuel Macron couvre surtout de son autorité présidentielle la doxa du Système sur les vertus supposées de la « diversité », de la « mixité sociale » et du « métissage ».

Déjà, lors de la campagne présidentielle, en déplacement à Marseille le candidat Macron avait surtout vu « des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, Algériens, Marocains, Tunisiens, Maliens, Sénégalais » (4).

Car, en digne représentant de l’oligarchie, Emmanuel Macron ne se sent manifestement à l’aise que lorsqu’il n’est pas en présence de Français de souche, a fortiori lorsqu’ils sont de sexe masculin, blancs et âgés.

Est-ce pourquoi il faudrait « changer la France » ? Parce que trop blanche et trop masculine à son goût ?

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Mais pourquoi s’en tenir à la Légion d’honneur ? Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Pourquoi, par exemple, ne pas créer un impôt sur les Blancs ? ou les obliger à porter un signe distinctif ?

Ou pourquoi ne pas ouvrir, dans les lieux publics ou dans les transports urbains, par exemple, des espaces « sans Blancs » comme il y a des espaces non-fumeurs ?

Ce n’est pas une plaisanterie : aux Etats-Unis les « minorités » exigent déjà une journée « sans Blancs » dans certaines universités. On enlève aussi la statuaire grecque, jugée trop blanche par les Afro-Américains. Et on autorise les étudiants « non blancs » à ne pas suivre les cours de littérature anglaise, au même motif.

Et les universitaires « caucasiens », comme on dit aux Etats-Unis, d’acquiescer par ethnomasochisme et pour ne pas être taxés de « suprémacisme ».

Les Français de plus en plus indésirables chez eux

Du fait de l’accumulation de ces discours mais aussi de ces initiatives, les Français blancs, et aussi hétérosexuels par la même occasion, ont le sentiment, non seulement de n’être plus chez eux en France, mais aussi de devenir de plus en plus indésirables dans leur propre pays.

Car, à en croire tous ces oligarques mais aussi toutes ces autorités publiques, il y en aurait donc trop dans les médias, trop dans les assemblées, trop dans les conseils d’administration, trop dans certaines écoles ou dans certains quartiers (pas assez « populaires » pour cette raison) et donc finalement trop aussi dans l’ordre national de la Légion d’honneur.

Bref : il y aurait trop de Français en France .

Ceci n’est pas du racisme ?

Magritte aurait pu en faire, à la place de sa célèbre pipe, un tableau intitulé : « Ceci n’est pas du racisme ».

Car ne croyez pas, bien sûr, que la chasse aux hommes blancs soit de nature raciste. Non pas du tout ! La justice nous le rappelle : le racisme anti-Blancs n’existe pas puisque les races humaines n’existent pas : CQFD ! Seuls les Blancs – ces cochons – sont racistes, tenez-le-vous pour dit.

On devrait d’ailleurs dire, conformément au politiquement correct, « perçu comme Blanc », puisque les races ne sont – comme chacun a désormais l’obligation réglementaire de le croire en Europe occidentale – qu’une illusion de la perception, qui frappe avant tout les personnes d’extrême droite.

Comme les sexes, d’ailleurs, qui ne sont bien sûr qu’une construction personnelle de nature culturelle, comme on l’apprend à nos enfants.

La chasse aux Blancs : l’incitation à la haine ethnique

Bien entendu, tous ces bobos et ces bourges parvenus qui nous vantent en permanence les vertus de la « société ouverte », du « vivre-ensemble » et de la « mixité sociale » n’envisagent en aucune façon d’appliquer à eux-mêmes et à leurs proches ces mots d’ordre. Ils ne font profession de chasser le « mâle blanc dominateur » qu’à des fins électoralistes et politiques : chez eux, le pouvoir reste en effet exercé par ces mêmes mâles blancs, que ce soit dans le monde de la finance, de l’entreprise et des médias, c’est-à-dire dans le réacteur du Système !

En engageant la chasse à l’homme blanc les oligarques s’efforcent de séduire l’électorat d’origine étrangère, qui est lui-même travaillé par le communautarisme. Précisément pour remplacer un électorat autochtone qui leur échappe.

Et au moment où certains rappeurs de nos « banlieues populaires » font profession de « niquer la France » et où les « jeunes » méprisent les « faces de craie », les « mécréants » et autres kouffars, cette chasse officielle à l’homme blanc ne peut qu’encourager la propagation de la haine ethnique dans notre pays.

A quelle fin, sinon pour mieux briser l’homogénéité des nations européennes, afin d’asseoir la domination durable de l’oligarchie ?

Il ne faut pas s’y tromper : cette chasse au mâle blanc cache la haine de l’oligarchie pour les peuples européens.

Il serait temps que les « perçus comme Blancs » se réveillent.

Michel Geoffroy
05/11/2017

 

Source : polemia