Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 juin 2018

Le lobby LGBT fête son anniversaire à la mairie de Bordeaux

Publié par Guy Jovelin le 19 juin 2018

Girofard-300x424"A Bordeaux le lobby homosexuel est représenté par les activistes du Girofard (dont le but est de « promouvoir la culture LGBT »).

L’association présidée par Michaël Agbadebo (voir notre article) fête ses 11 ans dans les salons de la mairie de Bordeaux, invitée par son maire Alain Juppé et son adjoint Marik Fetouh !

« Le Girofard Bordeaux, votre centre LGBT+ bordelais, fête ses 11 ans, et pour fêter cela nous vous convions à nous retrouver toutes et tous à l’hôtel de ville de Bordeaux le mercredi 27 Juin à 20H. Pour un moment d’échange et de partage, dans la bienveillance et le respect autour d’un verre. Une invitation exceptionnelle de la Mairie de Bordeaux qui marque l’engagement du Girofard à faire vivre la communauté LGBT+ de la ville depuis 11 ans »."

La première adjointe au maire de Bordeaux est Virginie Calmels.

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

mardi, 28 novembre 2017

Les francs-maçons vont célébrer l’anniversaire des lois de 1905 au Palais Bourbon

Publié par Guy Jovelin le 28 novembre 2017

Ecrit parPierre-Alain Depauw

france-maçonnique.jpg

On ne redira jamais assez combien les institutions politiques sont pétries par la franc-maçonnerie. Ainsi, c’est au Palais Bourbon que les francs-maçons du Comité Laïcité République vont célébrer le 9 décembre, par un colloque, l’anniversaire de la Loi de séparation de l’Eglise et de l’État du 9 décembre 1905 qui, rappelons-le, fut l’occasion de violentes attaques contre l’Eglise catholique, à une époque où les laïcistes envoyèrent l’armée et la gendarmerie contre les catholiques.

1905-1.jpg

1905-2-armee-enfonce-portes-eglises.jpg

1905-4.jpg

1905-3-inventaires.jpg

Pour information, voici le programme du Colloque L’identité républicaine, Universalisme, intégration, émancipation, citoyenneté.

  • – 9H30 à 10H00 : Accueil des participants
  • – 10H00 : Ouverture du colloque par Patrick Kessel, Président du CLR et intervention de Jean-Louis Touraine, Député
  • – 10H20 : Charles Coutel (Vice-président du CLR – Université d’Artois – Directeur de l’Institut d’étude des faits religieux) : Le 9 décembre : célébrons la loi de 1905
  • – 11H00 : Jacques Julliard (Historien, ancien Directeur d’études à l’EHESS, ancien syndicaliste, essayiste, journaliste) : École et citoyenneté
  • – 11H45 : Raphaël Enthoven (philosophe, producteur de radio)Liberté, égalité, laïcité
  • – 12H30 : Pause-déjeuner
  • – 14H00 : Anastasia Colosimo (doctorante en théorie politique, enseignante en théologie politique à Sciences Po) Communautarisme et républicanisme : traditions philosophiques et politiques
  • – 14H40 : Alexis Lacroix (directeur délégué de la rédaction de l’Express, chargé de la culture et des Idées) : Le paradigme historique de l’Affaire Dreyfus
  • – 15H20 : Laurent Bouvet(professeur des Universités en Sciences politiques, politologue, fondateur du Printemps républicain) : la communauté des citoyens : une communauté sans communautarisme
  • – 16H00 : Brice Couturier (journaliste, producteur de radio et écrivain) : Qui trahit les Lumières ?
  • – 16H40 : Conclusions par Jean-Pierre Sakoun, Président exécutif du CL
  • – 17H00 : Fin du colloque

 

Source : medias-presse.info

lundi, 21 mars 2016

Joyeux anniversaire à Roger Holeindre, Président d'Honneur du Parti de la France

 

Photo de Thomas Joly.

 

jeudi, 21 janvier 2016

21 janvier : anniversaire du régicide (récit + testament)

Publié par Guy Jovelin le 21 janvier 2016

21 janvier 2016 par Admin4

Vu chez Thibaut de Chassey :

Le 21 janvier 1793, la racaille révolutionnaire, ivre de haine et de rage, assassinait le roi de France, Louis XVI, âgé de 38 ans.
Cet acte sauvage recelait une grande force symbolique : en décapitant celui qui était le père de la nation organique et le sommet de l’Etat monarchique, c’était l’ordre ancien qui était abolit, en profondeur, au profit d’une contre-civilisation qui allait s’instaurer progressivement et inexorablement et dont nous connaissons aujourd’hui une certaine étape.

Pour l’anecdote, et contrairement à ce que laissait espérer l’innovation technique que constituait la guillotine, l’exécution du roi martyr fut particulièrement horrible.
Revenons donc à ce triste épisode, au cœur des heures les plus sombres de notre histoire.

Craignant un ultime rebondissement si le roi faisait un discours devant la foule, le commandant de la garde nationale donna l’ordre de faire jouer tous les tambours au pied de l’échafaud, qui était d’ailleurs fortement protégé.
Sur la dernière marche cependant, le roi fit un signe impérieux aux tambours qui, surpris, cessèrent de battre, et cria d’une voix tonnante : « je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. Et vous, peuple infortuné… »
Déjà, des ordres étaient donnés et les tambours reprenaient.
Un journaliste de l’époque écrivit : « est-ce bien le même homme que je vois bousculé par quatre valets de bourreau, déshabillé de force, dont le tambour étouffe la voix, garrotté à une planche, se débattant encore, et recevant si mal le coup de la guillotine qu’il n’eut pas le col mais l’occiput et la mâchoire horriblement coupés ? »

D’après certains témoignages, il fallut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête, tandis que d’autres affirment que le bourreau dut appuyer de tout son poids sur la lame qui avait à peine entamé le crâne – au lieu du cou – afin de détacher la tête…
Le prêtre présent raconta qu’ensuite « le plus jeune des gardes, qui semblait avoir dix-huit ans, saisit immédiatement la tête, et la montra à la populace en faisant le tour de l’échafaud ; il accompagna cette monstrueuse cérémonie des gestes les plus atroces et les plus indécents ».
Certains spectateurs se barbouillèrent le visage du sang du malheureux.

On notera avec inquiétude que l’idéologie républicaine, contre-nature et forgée dans le sang de très nombreux Français, connaît aujourd’hui un regain de popularité dans la « mouvance nationale », même si certaines structures comme le Renouveau français y ferraillent inlassablement contre la doctrine mortifère issue des Loges.

Ci-dessous, le beau testament de Louis XVI, rédigé le 25 décembre 1792, envoyé à la Commune de Paris le 21 janvier 1793 :
Lire la suite

mardi, 27 janvier 2015

« 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, entretenir la shoah ? Mais qu’en est-il des génocides liés au communisme ? »

Franck.jpegDepuis des années, les bien-pensants nous sensibilisent à la shoah de différentes manières, avec des méthodes récurrentes : Films, documentaires, témoignages de rescapés, tout est orchestré pour marquer les esprits de manière intempestive et pour tout dire intemporel.

Faut-il  rappeler à nos contemporains,  qu’au-delà  de ce matraquage médiatique, bien des crimes contre l’humanité ont perdurés et perdurent encore à travers le monde…

Dois-je rappeler à nos lecteurs que le communisme a tout  de même fait  100 millions  de morts  à travers le monde. Personne n’évoque aujourd’hui le génocide perpétué par les khmers rouges de Pol Pot, les répressions sanglantes sous Mao Tsé Toung, et de  Joseph Staline « le petit père des Peuples », etc.

Alors  certes, le National-socialisme a fait des victimes ciblées du fait de sa doctrine initiale, mais  l’URSS  de Staline a tuée beaucoup  plus de juifs, Les pogroms ayant toujours existés, la différence entre les deux idéologies, c’est que l’une s’affichait ouvertement antisémite et que l autre l’était tout autant sans en assumer l’appellation !!

Il  ne s’agit pas pour nous  de minimiser les victimes  de la seconde guerre mondiale, un mort est un mort, mais il n’y a pas de morts supérieurs à  d’autres ! Comme il n’y a pas de génocide plus terrible que d’autre !

Revenir sans cesse sur la shoah, impliquerait le fait qu’il s’agirait d’une vérité intangible et ceci au détriment d’autres génocides !

La guerre n’engendre que  désastre, meurtre, désolation ! Sous le troisième Reich, des camps existaient où les gens mourraient, sous l’URSS , les goulags étaient des camps de rééducation où l’on mourait également .

j’évoquerai également  le sinistre camp 113 où le traitre Boudarel, torturait les soldats français, puisqu’il était aux ordres du Viet Cong communiste , ce qui n’a pas empêché l’Education Nationale française, de lui offrir une chaire à l’université, bien des années après, histoire de « marxiser » les esprits !!

Alors dans 100 ans, 200 ans, les tenants de la pensée unique nous parleront encore et toujours de la shoah, a nous de perpétuer la mémoire d’autres génocides !

 

Franck Pech

Délégué Départemental Adjoint du Parti de la France31