Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 juin 2018

Seine-Saint-Denis : violente agression aux cris de « Dégagez, on n’aime pas les Blancs ici ! »

Publié par Guy Jovelin le 10 juin 2018

Auteur : Pierrot

racailles.jpg

« Une jeune fille et sa mère ont été victimes d’une violente agression, le 20 mai dernier, alors qu’elles se dirigeaient vers la gare pour rentrer chez elles, à Pierrefitte-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, signale l’Organisation de lutte contre le racisme anti-Blancs (OLRA).

Les deux femmes (la mère est malvoyante et se déplace avec une canne) ont notamment reçu des jets de cailloux, une barre en métal et un morceau de béton de la part d’un groupe de « jeunes », qui ont multiplié les insultes racistes : « Dégagez, on n’aime pas les Blancs ici ! », « Retourne-toi, regarde-nous sale pute, sale blanche ».

L’OLRA, qui accompagne les victimes dans leurs démarches juridiques, précise que la jeune femme, blessée à la tête et toujours en état de choc, a été transportée par les pompiers à l’hôpital, et qu’un arrêt de travail ainsi qu’un suivi psychologique ont dû être mis en place. Une plainte a été déposée. »

Source : VA via contre-info

mercredi, 21 mars 2018

« Si la France n'est pas massivement désafricanisée dans les années qui viennent, les Français seront lynchés comme les Blancs en Afrique du Sud »

 

 

 

Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, annonce des perspectives tragiques mais hélas réalistes de l'évolution de la société française si la déferlante migratoire n'est pas stoppée et inversée.

 

Si la France n'est pas massivement désafricanisée dans les années qui viennent, les Français seront lynchés comme les Blancs en Afrique du Sud

mardi, 26 décembre 2017

Football : bienvenue à Burnley, l’équipe surprise du championnat anglais, « formé à 80% de Britanniques et à 100% de joueurs blancs »

Publié par Guy Jovelin le 26 décembre 2017

Formé à 80% de Britanniques et à 100% de joueurs blancs, Burnley est l’équipe surprise de la saison anglaise. À 40 kilomètres au nord de Manchester, tout est d’un autre siècle.

blancs,burnley,football

Source (photo de l’article)

L’Equipe

  

Extrait de: Source et auteur

lundi, 09 octobre 2017

L'Europe malade...

Publié par Guy Jovelin le 09 octobre 2017

Diapositive1.jpg

Dans le merveilleux pays multiculturel qu’est la Grande Bretagne, les musulmans s’assurent que les blancs ne portent pas de ceinture d’explosifs avant de prendre l’avion alors que c’est précisément à cause de ces gens là que nous avons dû mettre en place ces mesures contraignantes…

Source cliquez ici

vendredi, 11 août 2017

Interdit aux Blancs ! Le "camp d’été décolonial" remet ça

Publié par Guy Jovelin le 11 août 2017

Par Louis Hausalter

La deuxième édition du "camp d'été décolonial" se tiendra du 12 au 16 août.
La deuxième édition du "camp d'été décolonial" se tiendra du 12 au 16 août. - Capture Facebook
Communautarisme

Interdit aux Blancs ! Le "camp d’été décolonial" remet ça

Après une première édition en août 2016, ce camp réservé aux personnes "racisées" se tient de nouveau à partir de ce samedi 12 août, dans un lieu confidentiel.

La première édition avait rassemblé en août 2016 170 personnes, selon Mediapart, seul média alors autorisé à couvrir l’événement. Pour la deuxième fois, un « camp d’été décolonial » est organisé à partir de ce samedi 12 août et pendant quatre jours par la militante « afroféministe » Fania Noël et la journaliste Sihame Assbague, qui attendent 220 participants. Et cette fois encore, il est « réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français », peut-on lire sur le site dédié. Autrement - et plus simplement - dit : il est interdit aux Blancs !

La rhétorique identitaire des tenants de ce type d’événement commence à être connue : pour lutter pour le racisme, il ne faudrait se retrouverqu’entre personnes appartenant aux minorités victimes, et donc de fait opérer une distinction raciale. Sihame Assbague expliquait ainsi sa démarche dans un entretien à Vice en décembre dernier : « Avec l'organisation du camp, nous n'avons pas voulu faire de la pédagogie à l'intention des Blancs – ce qui peut être utile et que nous pouvons faire à d'autres moments – mais nous concentrer sur les "racisés" comme nous, qui subissent les mêmes oppressions que nous, et qui ont besoin d'échanger sur ces questions-là. »

Un lieu tenu secret

L’initiative avait alimenté une vive polémique l’an dernier. Interpellée à l’Assemblée, Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l’Education nationale, avait dénoncé en avril 2016 « une vision racisée et raciste de la société qui n’est pas la nôtre ». « Ces initiatives sont inacceptables parce qu'au bout de ce chemin-là, il n'y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi », s’était-elle insurgée.

Le camp de l’an dernier s'était déroulé à Reims. Cette année, le lieu est tenu secret « pour des raisons de tranquillité et de sécurité », explique le site de l’événement. Même si, dans leur entretien à Vice en décembre, les organisatrices avaient donné un indice sur la destination envisagée : « Il paraît qu’il y a de belles plages en Corse. »

 

Source : marianne