Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 août 2018

Le grand remplacement, des écrans de cinéma jusque dans les têtes !

Publié par Guy Jovelin le 22 août 2018

Le grand remplacement, des écrans de cinéma jusque dans les têtes !

Le grand remplacement, des écrans de cinéma jusque dans les têtes !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe contre les peuples ♦ [Rediffusion] Nous publions à nouveau cette analyse exclusive, publiée initialement dans nos colonnes le 18 février 2018. En effet, ce texte fait partie des articles les plus lus du début d’année 2018. Un intérêt massif qui motive une nouvelle diffusion en cette période estivale pour préparer au mieux la rentrée politique. Bonne lecture et bonnes vacances.
Polémia

Depuis longtemps, les films – notamment hollywoodiens mais pas seulement – observent un code de bonne conduite politiquement correcte : les méchants ne doivent jamais être des personnes « perçues comme non blanches », comme on dit en novlangue.
Mais aujourd’hui, le pouvoir médiatique semble en passe de franchir une nouvelle étape : remplacer tout simplement les albo-européens par des afro-américains.

Les méchants sont blancs

Depuis longtemps les films hollywoodiens nous montrent que les méchants sont des albo-européens, même si leur nationalité peut varier selon le scénario. Des méchants mafieux siciliens, des méchants albanais [1] qui organisent des réseaux de prostitution et surtout des méchants russes… Tous fachos et suppôts de Poutine !
Comme lorsqu’à la télévision, on nous présente des policiers procédant à une interpellation : le prévenu est toujours de la bonne couleur ! Car les codes hollywoodiens se sont imposés partout en Occident.
Les asiatiques ont certes eu leur heure de gloire dans le registre du mal cinématographique : du Docteur No [2] au méchant Thao qui veut voler la belle voiture de Clint Eastwood [3] puisqu’il est bien connu que les gangs hmongs sont très puissants outre-atlantique….
Il y a encore périodiquement aussi des méchants terroristes islamistes au cinéma, mais ils sont heureusement souvent mis hors d’état de nuire par de gentils policiers musulmans [4] ou noirs [5].
Mais aujourd’hui, sur nos écrans, chacun peut constater que les méchants sont pour l’essentiel des « personnes perçues comme blanches ».

Les gentils sont afro-américains

Les afro-américains, par contre, entrent rarement dans la catégorie des méchants. Ils jouent en général des rôles de policiers, de militaires, de savants [6], de prêtres (non pédophiles) ou d’informaticiens dans les productions hollywoodiennes.
S’ils commettent des hold-up c’est en général pour se venger des méchants blancs [7], car ce sont toujours de gentils bandits. Ils sont aussi Président des Etats-Unis ce qui, vous en conviendrez, est un gage de gentillesse [8].
Ce stéréotypeapparaît désormais comme la marque de fabrique des productions hollywoodiennes et déteint partout.

Le rôle des lobbies communautaires

Cette situation ne résulte pas du hasard.
Elle traduit d’abord la volonté de l’industrie médiatique de séduire aux Etats-Unis le public afro-américain et, sur un plan plus général, de s’adapter à un monde où, demain, 40% de la population mondiale, sera, d’après les prévisions de l’ONU [9], issue du continent africain. Et de s’adapter aussi à une Amérique de moins en moins WASP et de plus en plus multiculturelle.
Un phénomène qui se retrouve d’ailleurs dans la propagande publicitaire, qui met désormais systématiquement en scène des couples mixtes ou des métis voire qui vise des créneaux carrément ethniques, mot novlangue pour désigner un segment de cette clientèle « perçue comme non-blanche ».
Le stéréotype « méchant blanc/gentil noir » traduit aussi la vigilance des associations de défense communautaires qui veillentau respect de la bonne image cinématographique et télévisuelle des « minorités » et qui n’hésitent pas à engager des procès et des boycotts pour se faire entendre.

Les remakes, expressions de la nouvelle norme politiquement correcte

D’où aussi la propension du cinéma à augmenter la proportion de personnages de couleur incarnant un rôle positif dans le scénario, comme on peut le voir lorsqu’on examine des remakes.
Car les remakes correspondent le plus souvent à une réécriture politiquement correcte de l’œuvre initiale.
Ainsi par exemple le film américain de fiction apocalyptique Je suis une légende de Françis Lawrence (2007) est un remake du film Le Survivant de Boris Sagal (1971).
Mais dans ce remake, le héros est noir (incarné par l’acteur Will Smith) alors que, dans le film original, il est blanc (incarné par l’acteur Charlton Heston). Dans le remake le héros rencontre aussi une femme blanche ; dans le film initial il rencontre une métisse. Dans le remake enfin, les méchants mutants ont la peau blanchâtre alors que dans la version originale ils avaient la peau sombre !
En d’autres termes le starring du film a été systématiquement inversé.

Salauds de blancs !

Cette comparaison permet de mesurer la progression du stéréotype consistant désormais à associer aux albo-européens des caractères systématiquement négatifs. Un stéréotype que bien sûr les bonnes âmes se gardent de dénoncer.
Ainsi, par exemple, dans le film de fiction Prometheus de Ridley Scott (2012), les méchants humanoïdes albinos qui veulent détruire la terre, semblent sortis de la statuaire d’Arno Brecker ! Et dans le même film le capitaine du vaisseau spatial qui se sacrifie courageusement pour sauver la terre est… un afro-américain, comme il se doit.
Il serait fastidieux de citer les innombrables scénarios, que ce soit sur grand ou petit écran, qui reposent sur ce stéréotype de nature raciste : salauds de blancs, gentils noirs !
Mais ce racisme ne choque évidemment pas les ligues de vertu puisque, par construction, le racisme anti-blanc n’existe pas. Et qu’il véhicule une haine de soi à destination du seul public albo-européen, sommé de gober sans broncher ces stéréotypes masochistes.
Les blancs sont méchants et les gentils sont de couleur : une autre façon, finalement, d’affirmer que « l’immigration est une chance pour nous » !

Le Grand Remplacement, c’est aussi dans nos têtes

Mais cela ne suffisait pas !
Car aujourd’hui Hollywood et ses suiveurs sont en passe de franchir une nouvelle étape : remplacer tout simplement les albo-européens par des afro-américains dans les films à prétention historique.
Par exemple dans le film King Arthur de Guy Ritchi (2016), l’acteur noir Djiman Hoansou incarne un chevalier de la Table Ronde, sir Bevedere. Dans la série télévisée Once Upon a Time, c’est Sinqua Walls, un autre acteur noir, qui joue le rôle de Lancelot. Dans le film Robin Hood Origin d’Otto Bathurst, le personnage de Petit Jean sera joué par un acteur afro-américain Jamie Fox.
Au théâtre, l’actrice afro-américaine Condola Rashad incarnera Joan Of Arc. Et dans la série de la BBC The Hollow crown, la reine Marguerite d’Anjou est jouée par l’actrice métisse Sophie Okonedo.

On entend déjà les bonnes âmes s’écrier : pourquoi une personne « perçue comme non blanche »n’aurait-elle pas le droit de jouer Lancelot ou Marguerite de Valois ? D’autant que les races humaines n’existent que dans l’esprit tordu des racistes.
Mais, curieusement, les mêmes ne supporteraient sans doute pas qu’un acteur albo-européen joue, par exemple, le personnage de Martin Luther King…Comme le footballeur Antoine Griezmann l’a appris à ses dépens, quand il s’est déguisé en basketteur afro-américain !
Car pour le Système médiatique, il ne peut y avoir de réciprocité : le Remplacement n’est autorisé que dans un seul sens. Sinon c’est du racisme, du colonialisme ou de l’appropriation culturelle.
Bref, c’est toujours mal quand c’est blanc.

Un casting ridicule ? Non un projet chaotique

A l’évidence ces castings placés sous le signe de la « diversité », comme ces scénarios où les méchants sont invariablement des albo-européens, ne sont pas neutres : ils jettent les bases d’une nouvelle guerre cognitive menée contre les Européens.
Une guerre destinée à leur faire croire qu’ils n’existent pas, sinon pour nuire au reste de l’humanité. Une guerre qui s’attaque aux représentations de leur passé donc à leur identité et à leur être. Une guerre qui s’intègre dans le projet chaotique de la Super Classe Mondiale consistant à transformer les Européens en monades, pour mieux les mettre en servitude.
Ces castings font certes sourire ceux qui ont encore un peu de culture, car il est douteux qu’on ait désormais le droit d’en rire en Europe de l’Ouest.
Mais qu’en sera-t-il demain des petits européens qui auront été essorés par la machine à « éducation inclusive », sevrés de théorie du genre et d’antiracisme obligatoires et lobotomisés à la sous-culture du portable ?
Croiront-ils que le roi Arthur était un migrant Erythréen et que Jeanne d’Arc entendait des Negro Spirituals avant d’aller bouter les Russes hors d’Ukraine ?
Si c’est le cas, la Super Classe Mondiale qui pilote les écrans aura gagné : ils ne seront plus Européens car ils auront aussi été remplacés dans leur tête.

Michel Geoffroy
22/08/2018

[1] Voir notamment Taken de Pierre Morel (2008)
[2] James Bond 007 contre Dr No de Terence Young (1962)
[3] Gran Torino (2008) de Clint Eastwood
[4] Voir par exemple l’Union Sacrée d’Alexandre Arcady (1989) où les méchants iraniens sont mis hors d’état de nuire par un policier maghrébin et un policier juif
[5] Par exemple Couvre Feu d’Edward Zwick (1998)
[6] Par exemple, dans 2012 de Roland Emmerich, le gentil physicien est incarné par l’acteur noir Chiwetel Ejiofor
[7] Voir par exemple Ocean Eleven de Steven Soderbergh( 2001)
[8] Dans 2012 de Roland Emmerich, le Président des Etats-Unis est incarné par l’acteur noir Danny Glover
[9] En 2100

Correspondance Polémia – 15/02/2018

Crédit photo : Montclair Film (CC BY 2.0) via Flickr

samedi, 16 juin 2018

Grand remplacement : les jeunes de banlieue en 1964…

Publié par Guy Jovelin le 16 juin 2018

Auteur : Pierrot

banlieus,grand remplacement,jeunesSelon les médias, la substitution des Français par des populations allogènes est un mythe. Pire ! Wikipédia et le journalisme bon teint nous expliquent que c’est une théorie complotiste. Les lecteurs de Contre Info trouveront ci-dessous un reportage de 1964 sur les jeunes de la banlieue parisienne (Seine Saint-Denis)… Il y a seulement 54 ans d’écart avec aujourd’hui. Effrayant !

 

Source : contre-info

jeudi, 07 juin 2018

La croissance démographique de l’UE s’explique entièrement par l’immigration !

Publié par Guy Jovelin le 07 juin 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

croissance démographique,grand remplacement,ue

Le grand remplacement par l’arrivée massive d’immigrés ? Cette fois, on ne pourra pas dire que cette affirmation est une fake news propagées par l’extrême droite. Non, c’est un journal tout ce qu’il y a de bien vu par le système, à savoir Libération, qui le confirme :

Question posée par Martin Issou le 26/05/2018

Bonjour, votre question a été raccourcie. La voici dans son intégralité : «Est-il vrai comme l’affirme le blog d’extrême droite Fdesouche que de nos jours en Europe l’intégralité de la croissance démographique est due à l’immigration ?»

croissance démographique,grand remplacement,ue

Vous faites allusion à un article publié sur le blog FDesouches titré : «Europe : la totalité de la croissance démographique est désormais due à l’immigration».

Cet article s’appuie sur un article publié sur Vatican News, reprenant un «rapport sur l’évolution de la famille en Europe», réalisé par l’Institut de politique familiale.

On retrouve, page 8 de ce rapport, la phrase citée par Vatican News et reprise par FDesouche : «dans les années 2015 et 2016, la totalité de la croissance démographique européenne est due à l’immigration puisque la croissance naturelle a été négative.»

Concernant l’année 2015, on lit dans un bilan de 2016 : «en 2015, le nombre de décès a dépassé le nombre de naissances vivantes dans l’UE-28 (pour la première fois depuis le début des séries chronologiques en 1961), entraînant la diminution naturelle de la population mentionnée ci-dessus. Par conséquent, l’augmentation de la population enregistrée en 2015 dans l’UE-28 a pu être entièrement attribuée au solde migratoire corrigé. En 2015, le solde migratoire corrigé représentait une augmentation de 1,9 million de personnes».

Même chose pour 2016, selon un communiqué d’Eurostat daté du 10 juillet 2017 : «Au 1er janvier 2017, la population de l’Union européenne (UE) était estimée à 511,8 millions de résidents, contre 510,3 millions au 1 er janvier 2016. Au cours de l’année 2016, autant de naissances que de décès ont été enregistrés dans l’UE (5,1 millions), ce qui signifie que la variation naturelle de la population de l ‘UE a été neutre. La variation démographique (positive, avec 1,5 million d’habitants supplémentaires) est donc due à l’apport du solde migratoire».

Il est donc exact de dire que sur les années 2015 et 2016, la croissance démographique de l’ensemble de l’UE s’explique entièrement par le solde migratoire. (…)

www.liberation.fr

 

Source : medias-presse.info

dimanche, 29 avril 2018

La « grande régénération » pour finaliser l’utopie révolutionnaire ?

Publié par Guy Jovelin le 29 avril 2018

La « grande régénération » pour finaliser l'utopie révolutionnaire ?

La « grande régénération » pour finaliser l’utopie révolutionnaire ?

Par Pierre Lours, essayiste et romancier ♦ Pierre Lours, chroniqueur régulier de Polémia, nous démontre, avec humour, tous les avantages que nous pourrions tirer à considérer le « Grand Remplacement » comme une « grande régénération » digne des espoirs les plus fous de nos grands frères de 1789.

Il faut en finir, une fois pour toutes, avec l’opposition au « Grand Remplacement » – pardon d’employer cette expression haïssable qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Faisons toute la lumière sur notre avenir et parlons maintenant, avec enthousiasme, non pas de « Grand Remplacement » mais de « grande régénération », c’est-à-dire une substitution salutaire de la population indigène française dégénérée et vieillissante par une population allogène jeune et vigoureuse venant du reste du monde afin de régénérer la France.
Car il s’agit bien d’une « grande régénération » digne de celle que nos grands frères Révolutionnaires de 1789 ont essayé, trop timidement, de faire naître en amputant de la nation toutes ces têtes mal pensantes, notamment celles appartenant au petit peuple ignorant, refusant avec ingratitude et obstination le bonheur qui lui était obligatoirement et généreusement octroyé.

En effet, c’est bien un Homme nouveau qui nous arrive depuis 50 ans, par les airs, par la terre ou par la mer : un homme jeune qui n’a pas hésité à tout laisser, ses habitudes, sa famille et son pays, pour nous venir en aide en apportant généreusement sa vigueur physique ensoleillée, sa verdeur mentale, vierge des droits de l’Homme hérités d’une religion chrétienne compliquée et masochiste.
Par exemple, avec lui, plus besoin de procréation médicale assistée et autres détours médicaux coûteux. Il est tout disposé à fertiliser le ventre des filles de la Patrie (quitte à en épouser plusieurs) pour qu’elles retrouvent les joies d’une vie naturelle et saine réglée par une loi charriant des plaisirs simples et ancestraux, oubliant le stress du métro-boulot-dodo et les agressions sexuelles engendrées par une liberté des mœurs dégénérées et des tenues vestimentaires inqualifiables.

Avec lui, libérons-nous des méandres juridiques compliqués et fastidieux et revenons à des principes de bon sens appliqués par une justice de proximité, délivrée sous l’autorité bienveillante d’un chef coutumier reconnu et honoré. Ses décisions seront exécutées avec discernement et doigté, non par une police aveugle et partisane mais par une communauté masculine attentive, connaissant bien les ressorts de la psychologie féminine.

A ses côtés, nous avons toute notre place pour collaborer modestement et docilement à l’édification de cette fraternelle société soumise à ses nouveaux préceptes immuables plus que millénaires qu’il nous offre avec empressement et générosité. Sous ses conseils avisés et vigilants, nous nous affranchirons enfin des interminables et minables discussions démocratiques qui ont la prétention d’accroître en permanence nos droits alors qu’elles ne font que nous emberlificoter dans des arguties absconses au seul bénéfice de ceux qui votent les lois.

Certains diront que cet avenir est une régression, que nous allons devenir un pays immergeant, bientôt noyé dans une société s’appauvrissant politiquement, économiquement, culturellement, spirituellement. Ce sont les mêmes qui n’ont pas cru aux lendemains qui chantaient de la Grande Révolution et qui ont fait capoter, par leur scepticisme étriqué et leur frilosité de petit bourgeois, le meilleur des mondes qui nous attendait.

Cette fois, ils n’auront pas notre bonheur! De l’audace, toujours de l’audace comme disait Danton, tous ensemble, régénérons !

Pierre Lours
28/04/2018

Source : Correspondance Polémia – 27/04/2018

Crédit photo :  Irish Defence Forces [CC BY-SA 2.0] via Flickr

jeudi, 22 mars 2018

Le « grand remplacement » fait son cinéma

Publié par Guy Jovelin le 22 mars 2018 

 

Grand_Remplacement-Omas SIN auLitAvecBlanche
 
 

 

 

Quel est le point commun entre Lancelot, Jules césar, la reine Marguerite d’Anjou et Jeanne d’Arc ? Certainement - entre autres - le fait que tous font partie de l’Histoire ou de la mythologie européenne. Aujourd’hui, un nouveau point commun leur a été trouvé: ils sont tous d’origine extra-européenne !

 

Si l'élection par le comité Jeanne d'Arc de Mathilde Edey Gamassou pour représenter la pucelle d'Orléans lors des prochaines fêtes johanniques a beaucoup fait parler, le fait que les autres personnalités historiques susmentionnées aient également été interprétées par des acteurs d’origine africaine est plutôt passé inaperçu chez nous.

 

C’est au Royaume-Uni que l’adaptation cinématographique de l’Histoire européenne a en premier été revisitée de façon multiculturelle. Dans la série télévisée « The Hollow Crown », une actrice nigérienne incarne la reine Marguerite d’Anjou. Il est peu probable qu’une souveraine anglaise ayant régné entre 1445 et1461 aie eu la peau noire, surtout lorsqu’il s’agit de la fille de René Ier d'Anjou, roi de Naples, duc d'Anjou, de Bar, de Lorraine et comte de Provence, et d'Isabelle Ire, duchesse de Lorraine.

 

Bien plus connu que Marguerite d’Anjou, Lancelot fait partie des mythiques chevaliers de la table ronde du roi Arthur. Un mythe fondateur pour le Royaume-Uni. Il est surtout connu par le roman courtois de Chrétien de Troyes, Lancelot le Chevalier de la charrette, et La légende du roi Arthur . Il est l'un des chevaliers de la Table Ronde, faisant ainsi partie du cycle du Graal. La légende de Lancelot a inspiré nombre de romans et de films jusqu’à aujourd’hui. En 2016, la série américaine « Once upon a time » produite par la chaine ABC a engagé un acteur noir pour le rôle du chevalier à la charrette…

 

Jules césar n’a pas non plus échappé aux retouches colorées des metteurs en scène. Il fut lui aussi interprété par un acteur noir lors d’une représentation au « Nashville Shakespeare Festival »en 2012.

 

L’interprétation de Jeanne d’arc par une jeune métisse de 17 ans n’est donc pas un cas sans précédent dans l’interprétation artistique d’événements historiques européens.

 

Mais pourquoi engager des acteurs noirs pour incarner des rôles de personnalités manifestement blanches ? S’agit-il d’une simple provocation ?

 

Le fait de donner actuellement des rôles de personnalités historiques européennes à des personnes de couleur dépasse en fait la simple provocation. N'est-ce pas aussi une attitude particulièrement perfide qui revient à imposer un discours raciste anti-blanc par le biais de la culture? Bien que nous soyons habitués à une attitude politiquement correcte outrancière de la part du milieu culturel, nous pouvons nous demander si l’interprétation de personnages blancs par des noirs (en contradiction totale avec l’Histoire) n’est pas simplement une autre illustration du grand remplacement des populations.

 

Albert Leimgruber, 22.3.2018

 

Source : lesobservateurs