Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 mars 2018

Après avoir détruit la famille, il ne reste qu'à achever les vieux

Publié par Guy Jovelin le 01 mars 2018 

Gabrielle Cluzel dans La Nef montre que la destruction de la filiation ne nuit pas seulement aux jeunes. Elle isole aussi les vieux, désormais abandonnés dans des établissements en attendant qu'ils meurent :

Couverture301"Les salariés des EHPAD se sont mis en grève, dénonçant un manque de moyens ayant pour conséquence un travail bâclé et dans l’urgence. Fruit du hasard – mais le hasard fait parfois froid dans le dos –, concomitamment au mouvement des EHPAD, le débat sur l’euthanasie était remis sur le tapis.

Pour calmer le jeu, Agnès Buzyn a décidé de débloquer 50 millions d’euros. Trop peu, selon les professionnels. Où trouver le reste ? Quel fond de tiroir racler ? On aurait bien quelques idées de subventions baroques – pour rester polies – à réaffecter, mais celles-là seront aussi très vite « mangées ». Parce que l’on a négligé le seul investissement durable : la famille. Et si la détruire inlassablement, méticuleusement, pièce par pièce, au bulldozer où à la lime à ongles selon les occasions, avait été, y compris sur ce plan-là, une très mauvaise idée ?

Bien sûr – éclatement géographique, exiguïté des logements, allongement de la durée de vie obligent – il y a longtemps que les générations, sauf exception, ne cohabitent plus dans la même maison. Naturellement, j’ai lu comme vous Poil de Carotte, Génitrix, Vipère au Poing… et sais qu’il est des familles où l’on s’éreinte plus que l’on s’étreint. Mais enfin la plupart des parents, tout maladroits qu’ils soient, aiment leurs enfants, et réciproquement. Et lorsque les autres visitent les uns, c’est un renfort précieux : un repas qu’ils vont accompagner, un coussin mal installé qu’ils vont remonter, des angoisses qu’ils vont dissiper, de vieilles histoires cent fois rabâchées qu’ils vont écouter, des doléances qu’ils vont adroitement relayer. Et tout cela… bénévolement. Permettant ainsi aux soignants de se consacrer aux autres patients. Mais pour cela, encore faut-il que le mot parent ait un sens. Un sens qui ne soit pas fluctuant, aux contours mal définis. [...]"

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

vendredi, 23 février 2018

Le Docteur Touraine, ce franc-maçon chargé de faire passer l’euthanasie à l’Assemblée nationale

Publié par Guy Jovelin le 23 février 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

dr-touraine.jpg

Le débat à l’Assemblée nationale sur l’euthanasie a tout d’une mascarade.

Le président du groupe d’études « Fin de vie » à l’Assemblée nationale, Jean-Louis Touraine, est un « maître » franc-maçon, porte-voix de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD).

Jean-Louis Touraine, professeur de médecine lyonnais de 71 ans, député La République En Marche de la 3e circonscription du Rhône après l’avoir été pour le Parti socialiste, est aussi « Maître » au sein de la loge « Les amis choisis ».

« J’oscille entre l’athéisme et l’agnostisme. Je suis entré en franc-maçonnerie, au Grand Orient, sur le tard. », a-t-il déclaré.

Et, dans les loges, le Docteur Touraine a déjà largement fait part de ses opinions mortifères qui sont, du reste, celles affichées par toutes les obédiences maçonniques de par le monde.godf-euthanasie-oct2017.jpg

Cet individu, que l’on dit très habile, occupe donc une place de choix pour manipuler les débats à l’Assemblée nationale en faveur de l’euthanasie.

Le Docteur Touraine se garde bien, d’ailleurs, d’utiliser le terme « euthanasie ». « Le mot “euthanasie” a été utilisé dans le passé pour dix mille choses et cela induit de la confusion », déclarait-il en octobre à Paris lors d’un colloque « Fin de vie, la liberté de choisir ». « Il était employé par les médecins nazis, et pas que par eux, par l’ensemble des nazis », ce qui « a complètement détourné le terme de sa réalité ».

De la même façon que la novlangue a remplacé le mot « avortement » par « IVG », le Docteur Touraine souhaite remplacer « euthanasie » par « assistance médicalisée à mourir ».

La maîtrise de la sémantique et son détournement sont des techniques indispensables pour manipuler l’opinion publique et lui faire admettre les pires horreurs.

Et, comme toujours, il s’agit de présenter le mal sous l’apparence d’un bien. Le Docteur Touraine raconte donc que les Français sont privés d’une « liberté essentielle » : « Nous voulons ajouter ce droit nouveau, cette possibilité pour quelqu’un de dire : je veux que ma vie s’arrête maintenant. »

Manipulateur, le docteur Touraine affirme que « quatre mille euthanasies clandestines » ont été pratiquées et réclame donc de légaliser cette pratique.  L’Ordre des médecins a indiqué depuis que ce chiffre venu de l’ADMD, officine para-maçonnique, était « faux ».

 

L’étape suivante ? L’euthanasie des enfants !

godf-euthanasie-de-enfant.jpg

 

Source : medias-presse.info

mardi, 23 janvier 2018

Le CESE, sous influence maçonnique, se prépare à promouvoir l’euthanasie

Publié par Guy Jovelin le 23 janvier 2018

par   22 janvier 2018

 

Le Conseil Economique, Social et Environnemental français, (CESE), a mis en place une commission « fin de vie » qui a reçu des représentants des cultes le 11 janvLe CESE, sous influence maçonnique, se prépare à promouvoir l’euthanasieier, puis des représentants d’obédiences maçonniques (le GODF, la GLDF, le DH et la GLFF) le 18 janvier.

Rappelons que le CESE est nettement sous influence maçonnique. Le CESE dispose d’ailleurs de sa propre fraternelle maçonnique, le Cercle Iéna, qui regrouperait 52 des 233 membres du CESE, mais pas tous les francs-maçons du CESE, bien plus nombreux. Des francs-maçons membres du CESE parmi lesquels figurent d’anciens grand maîtres du Grand Orient de France, ardents promoteurs de l’euthanasie.

Voilà de quoi déjà déduire l’orientation des résultats de la commission « fin de vie » du CESE.

Ajoutons à propos du CESE que le total brut de l’indemnité mensuelle d’un membre du CESE s’élève à 3.786,76 euros (pour une moyenne de dix jours de travail par mois) dont 1.838,23 euros d’indemnité représentative de frais non imposable.

 

Source : medias-presse.info

mercredi, 28 juin 2017

François de Rugy, nouveau président de l’Assemblée nationale, favorable à la légalisation du cannabis, de l’euthanasie, de la GPA,…

Publié par Guy Jovelin le 28 juin 2017

L’aristocrate rouge François Goullet de Rugy est le nouveau président de l’Assemblée nationale.

Président du parti écologiste, candidat à la primaire de la gauche pour la présidentielle de 2017, très éphémère soutien de Benoît Hamon avant de rapidement passer dans le camp d’Emmanuel Macron, François de Rugy est favorable à de nombreux projets mortifères.

Le noble rouge, ennemi des familles

Défenseur du « mariage » homosexuel et de l’adoption d’enfants par des homosexuels. Par ailleurs, François Goullet de Rugy considère que l’avortement et la procréation médicalement assistée sont des « étapes dans l’émancipation des individus » !

Il est partisan de la légalisation du cannabis, de l’euthanasie, du suicide assisté, de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui.

Sur le plan institutionnel, François de Rugy est favorable à l’instauration du vote obligatoire et propose une reconnaissance « réelle » du vote blanc qui, s’il représente plus de 50 % des suffrages, donnerait lieu à l’organisation d’un nouveau scrutin.

 

Source : medias-presse.info

samedi, 20 mai 2017

Le ministre de la Santé Agnès Buzyn favorable à l’euthanasie et à la chasse aux trisomiques

Publié par Guy Jovelin le 20 mai 2017

Posté le 17 mai 2017 à 18h53 par Michel Janva

Unknown-40

Nommée ministre des Solidarités et de la Santé dans le gouvernement d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe, Agnès Buzyn s’était déclarée personnellement favorable à l’euthanasie des enfants, lors d’un colloque au Grand Orient de France en 2015, sur la « fin de vie des enfants ».

« À titre personnel, je suis en faveur de l’espace de liberté belge ».

Pourtant, quand on lui demandait si des enfants en fin de vie émettaient le souhait de mourir, Agnès Buzyn, qui a fait toute sa carrière de médecin à l’hôpital Necker, était catégorique :

« À la lumière de mon expérience, je peux affirmer que les enfants en fin de vie ne demandent pas à mourir. Ils n’ont pas peur de la mort. Ce qui les rend malheureux, c’est de décevoir leurs parents, et de leur faire de la peine ».

Agnès Buzyn intervenait sous les arcanes du Temple Groussier, rue Cadet, siège du Grand Orient, aux côtés du sénateur socialiste belge Philippe Mahoux, auteur de la loi dépénalisant l’euthanasie en 2002. Il est également auteur de la loi qui a étendu l’euthanasie aux enfants, en 2014.

Autre invité, le député du Rhône Jean-Louis Touraine, alors membre du Parti socialiste, qui plaidait pour l’euthanasie des adultes, et des enfants. Conseiller d’Emmanuel Macron pendant la campagne, il brigue un nouveau mandat législatif à Lyon,  sous l’étiquette La République En Marche (LREM).

Agnès Buzyn, présidente du Collège de la Haute Autorité de santé (HAS), a rendu publiques de nouvelles recommandations en matière de dépistage de la trisomie 21. Elle suggère également que ce dépistage soit remboursé par le ministère de la Santé.

La Fondation Jérôme Lejeune a immédiatement réagi :

Capture d’écran 2017-05-17 à 18.52.21

1er point : l’urgence n’est pas d’éradiquer à 100 %, mais de mettre un terme à l’élimination en masse

La France, où déjà 96% des fœtus détectés trisomiques sont avortés, est un pays leader en matière d’élimination en masse des enfants trisomiques avant leur naissance. Plus on dépiste, plus on élimine. C’est un fait : la généralisation du dépistage prénatal nous a rendus intolérants au handicap. Depuis 20 ans en France, le système de santé qui pousse à la détection prénatale des enfants trisomiques a développé les pratiques mais aussi les mentalités eugénistes.

La HAS souligne que dans les pays ayant développé le nouveau test, le nombre de fœtus détectés trisomiques a augmenté. Puisque la détection prénatale conduit à l’élimination, l’insertion du nouveau test dans le système de santé va conduire à augmenter le nombre de bébés trisomiques supprimés. A quel niveau d’anesthésie des consciences sommes-nous arrivés en France, pour que ce scandale ne soit pas pris en compte ?

2ème point : l’argument de la baisse du nombre d’amniocentèses est discriminant et eugéniste

L’argument du baisse du nombre d’amniocentèses est un argument de vente. La fondation Jérôme Lejeune rappelle le caractère eugéniste de cet argument :

« Les médecins qui s’appuient sur l’argument selon lequel le nouveau test va diminuer le nombre d’amniocentèses servent un argument marketing, de nature à faire vendre, mais stigmatisant pour les personnes atteintes de trisomie 21. Ils justifient leur demande en invoquant une baisse des amniocentèses qui provoquent l’élimination d’enfants sains. Ils utilisent un argument eugéniste, qui tend à discriminer les « fœtus trisomiques » des « fœtus sains ». En valorisant la vie des enfants non atteints, à épargner grâce au test non invasif, ces médecins nient la valeur de la vie des enfants atteints de trisomie 21. Ce faisant ils activent une discrimination, ils délivrent un message de rejet violent aux personnes trisomiques et à leurs proches. » (Jean-Marie Le Méné, président de la fondation, in Les premières victimes du transhumanisme).

3ème point : le nouveau test développe angoisse et culpabilisation

L’insertion du nouveau test dans le système de santé ajoute une étape à  l’ensemble du dispositif actuel : dépistage classique + nouveau test + diagnostic (ICI une INFOGRAPHIE pour comprendre). Il rallonge le processus. Par ailleurs l’élargissement du seuil déterminant la catégorie « à risque » (hier 1/250 aujourd’hui 1/1000) va augmenter le nombre des couples qui seront angoissés. Tous les tableaux du monde, les stratégies de dépistages et recommandations des sociétés les plus savantes devraient être relativisés face à cette réalité de l’angoisse des couples. La fondation rappelle que le système impose aux femmes enceintes un choix culpabilisant. Quand elles apprennent que leur enfant est porteur de la trisomie 21 elles sont sommées de choisir entre éliminer leur enfant ou le faire naître (avec le risque de se sentir responsable du handicap).

Conclusion

La fondation Jérôme Lejeune est habituée à ce qu’en France, les responsables de la santé et les responsables politiques décident dans le sens du développement de la traque des enfants trisomiques avant leur naissance. Ce rapport de la HAS, précédé de la publication le 7 mai d’un décret le matérialisant, ne fait pas exception.

L’importance des trois missions de la fondation Jérôme Lejeune s’en trouve soulignéeaujourd’hui :

  • Développer la recherche à visée thérapeutique au bénéfice des personnes atteintes d’une déficience intellectuelle d’origine génétique
  • Développer sa consultation médicale spécialisée pour ces patients et leur famille
  • Être leur avocat en défendant leur vie et leur dignité

Source : lesalonbeige