Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juillet 2018

Genderofolie en Grande-Bretagne : les jupes interdites à l’école

Publié par Guy Jovelin le 05 juillet 2018 

La dernière folie de « genre » vient de Grande-Bretagne : les jupes ont été interdites dans une quarantaine d’écoles pour imposer un habillement sans distinction de sexe entre hommes et femmes.

Les Anglais donnent à fond dans le politiquement correct et l’idéologie de genre. Ainsi des lycées en signe d’un respect pas très bien défini pour les gay, lesbiennes, transsexuels et transgenre, n’autoriseront plus le port de la jupe pour les étudiantes mais aussi… les étudiants puisque certains de ceux-ci, en signe de non-genre, s’habillent en femme !

L’uniforme devra être « gender free » : ce sera donc le pantalon et la chemise pour tous, vêtements genré masculins par excellence !

Le monde arc-en-ciel et la pensée unique dans toutes leurs contradictions…

Francesca de Villasmundo

 

Source : hmedias-presse.info

dimanche, 03 décembre 2017

Grande-Bretagne: Une mère quitte ses 9 enfants pour se marier avec un Africain. Elle ne regrette rien.

Publié par Guy Jovelin le 03 décembre 2017



 

africain
 

Âgée de 44 ans, elle est maman de 9 enfants. Elle a quitté son mari et ses enfants pour son nouvel homme, qui est de 12 ans son cadet.

Son mari Andi déclare: "La personne qu'elle est devenue est horrible. C'était une mère aimante et attentionnée. Maintenant, c'est comme si un étranger possédait son corps.

Andy et Heidi se sont rencontrés dans les années 1990 et sont restés durant 23 ans.

A présent, elle veut divorcer, déclarant que son futur est avec Mamadou Jallow.

Heidi a défendu ses actions, en disant: Je n'ai pas un seul regret. Je ne suis pas un mauvais parent."

"Il était vraiment difficile pour moi de quitter mes enfants, mais ils ne pouvaient pas venir avec moi, je n'avais donc pas le choix."

 

nintchdbpict000370120371

 

Heidi a deux fils et une fille âgés entre 24 et 29 ans d'une relation précédente. Elle et Andy ont eu trois filles âgées de 6, 9 et 23 ans et trois fils âgés de 11, 17 et 18 ans.

Elle a ajouté: « Les trois plus jeunes ont été laissés avec ma fille aînée. Elle a déménagé dans ma maison pendant que j'étais partie afin qu'ils soient perturbés le moins possible.

"Nous sommes amoureux et rien ne m'empêchera de l'épouser. Si les autres n'aiment pas ça, ils devront l'accepter, que cela leur plaise ou non."

 

nintchdbpict000366060245-e1510521281440

 

"En février, j'ai commencé à parler sur Internet à Salieu après qu'il m'ait envoyé une demande d'ami à l'improviste. Au début, nous bavardions simplement, nous interrogeant sur la vie et les passe-temps des uns et des autres.

"Mais quand j'ai appris à le connaître, j'ai commencé à me confier à lui à propos de la façon dont les choses tournaient mal dans mon mariage, il était là pour que je puisse parler.

"Andy a prétendu que j'ai envoyé des photos sexy à Salieu, mais je ne l'ai pas fait, ce n'est tout simplement pas vrai."

 

nintchdbpict000370120267

 

Elle a ajouté: "Après quelques mois nous étions en contact toute la journée, tous les jours via WhatsApp et je savais que je commençais à développer des sentiments pour lui et il a dit qu'il ressentait la même chose."

(...)

Source Source2 Traduction libre Les Observateurs.ch

vendredi, 24 novembre 2017

Grande-Bretagne : une mère de famille demande à l'école de son enfant d'arrêter de raconter "La belle au bois dormant" au motif que le baiser n'est pas consenti

Publié par Guy Jovelin le 24 novembre 2017

 @ DR
POLÉMIQUE - Une mère de famille de North Shields en Grande-Bretagne a expressément demandé à l'école primaire de son fils âgé de 6 ans de cesser de raconter l'histoire de "La Belle au bois dormant". Selon elle, le baiser entre la Belle endormie et le prince n'est pas consenti et pose donc un problème d'agression sexuelle.
 

Et si ces changements commencaient par l'école primaire. La très petite enfance, ce moment où les enfants sont réceptifs à l'imaginaire et aux histoires de contes de fées. De fait, une mère de famille britannique a expressément demandé à l'école primaire de son fils âgé de 6 ans, de cesser de raconter cette histoire aux enfants. Pour elle, le prince est coupable d'un comportement sexuel inapproprié. Dans un tweet, elle commente son propos. 

Sarah Hall est une mère de famille de deux enfants. L'un deux, un petit garçon est scolarisé dans une école primaire de Northumberland Park. Une école qui, comme beaucoup d'autres, narrent des histoires aux enfants. Mais Sarah Hall aimerait que "La Belle au Bois dormant" ne soit plus raconté aux écoliers. Elle estime que le conte de fées fait la promotion de comportements inappropriés qui ne devraient pas être exposés aux enfants. 

C'est en lisant un livre de son fils, basé sur le conte de Charles Perrault qu'elle a immédiatement tilté sur la fin de l'histoire : "Je crois que la fin de ce conte pose la question du consentement dans l'acte sexuel", commente-t-elle auprès du Chronicle Live. Par cette question, Sarah Hall évoque le moment où, la princesse Aurore, plongée dans un profond sommeil, est tirée de ce dernier par le baiser du prince. Sauf que ce baiser n'a pas été désirée par la princesse. "Il s'agit de se demander si c'est toujours pertinent, est-ce approprié ?", s'interroge la mère de famille. 

Elle estime par ailleurs que "dans notre société actuelle, ce n'est pas approprié. Mon fils de 6 ans absorbe tout ce qu'il voit et ce n'était pas comme s'il pouvait faire la part des choses et avoir une conversation constructive". "Je ne pense pas que bannir la Belle au bois dormant soit bien. Je pense au contraire que cela pourrait être un point d'appui pour les enfants plus âgés qui permettrait d'avoir une discussion autour de cela et évoquer avec eux la notion de consentement et comment la princesse pourrait se sentir, par exemple", argumente-t-elle. "Les enfants ont un sens extrêmement fort de la notion du bien et du mal et leur parler de ces histoires est un bon moyen d'évoquer cela avec eux (...) Nous pourrions explorer cette histoire et sa pertinence culturelle en évoquant les droits et les torts, de ce conte", conclut-elle. 

 

Source : lci.fr

mercredi, 04 octobre 2017

Islamisation de la société : en Grande-Bretagne, on ne dira plus « avant et après le Christ »

Publié par Guy Jovelin le 04 octobre 2017

 

Islamisation et novlangue font bon ménage : les deux phénomènes déconstruisent la société européenne.

On se croirait dans 1984 de Georges Orwell où certaines paroles sont interdites dans la nouvelle langue imposée. Tout devait être pensé et dit selon les canons rigides du Grand Frère. Gare aux récalcitrants !

Ainsi dans les écoles du Sussex et de l’Essex, en Angleterre, les sigles traditionnelles du calendrier grégorien, « av. J.-C. » et « apr. J.-C. » seront substituées en anglais par «B.c.e » et « C.e » ce qui signifie Avant l’Ère commune et Ère commune. Exit toute référence au Christ !

L’objectif est de complaire à Big Brother, c’est-à-dire au politiquement correct qui actuellement est islamophile à 100 %.

Dans le nouveau programme des écoles, rapporte le Daily Mail, « B.c.e et C.e seront dorénavant utilisés pour témoigner de la sensibilité envers ceux qui ne sont pas chrétiens ».

Ironie de l’histoire : depuis le 1er octobre l’Arabie Saoudite a adopté le calendrier grégorien, abandonnant celui islamique.

En somme, les Anglais deviennent plus islamophiles que les musulmans eux-mêmes !

Francesca de Villasmundo  

 

Source  : medias-presse.info

jeudi, 14 septembre 2017

Apocalypse en Grande-Bretagne : tous les chômeurs auront bientôt disparu

Publié par Guy Jovelin le 14 septembre 2017


Résultat de recherche d'images pour "brexit"

Encore un effet du Brexit ? Le taux de chômage du Royaume-Uni a atteint son plus bas niveau en se maintenant à 4,3% de la population active, à la fin du mois de juillet. Sur la période de mai à juillet, le pays comptait ainsi 1,46 million de chômeurs. Cela représente 75.000 personnes de moins que la période précédente et 175.000 de moins en un an. C'est le niveau le plus bas depuis 1975. Hasard ? Le Royaume-Uni avait intégré la CEE en 1973.

SS-13_09_2017-19_12_03

 Posté le 13 septembre 2017 à 21h54 par Michel Janva 

Source : lesalonbeige