Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 octobre 2018

Est-ce que la Chine considère l’islam comme une maladie mentale ?

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2018

Par  le 15/10/2018 

Sous couvert de lutte contre l’extrémisme, les camps de rééducation de la province du Xinjiang sont destinés aux Ouïghours, une minorité musulmane présentée comme «malade».

Question posée par Clyde le 10/09/2018

Bonjour,

Un million d’Ouïghours seraient actuellement détenus dans la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Les membres de cette minorité musulmane sont internés dans des camps, auxquels Pékin essaye de donner une base légale après avoir longtemps nié leur existence.

Voilà plusieurs mois que les autorités chinoises traquent les «signes extrémistes» des ouïghours à grand renfort de lois iniques et de surveillance généralisée. «L’Etat alimente l’islamophobie en appelant les traditions musulmanes ordinaires comme des manifestations d’un « extrémisme » religieux», constate le chercheur américain Ryan Thum en mai 2018 dans le New York Times. Cette politique qui se présente comme une lutte contre le séparatisme et le terrorisme a pour principal artisan Chen Quanguo, secrétaire régional du parti communiste dans le Xinjiang depuis octobre 2016 (il exerçait auparavant les mêmes fonctions au Tibet).

«Maladie physique»

Pour répondre à votre question : cette stigmatisation des musulmans ouïghours repose en partie sur le parallèle entre islam et maladie. En avril 2018, l’AFP fait état d’«équipes de travail» envoyées par le parti communiste dans le Xinjiang et composées de civils censés «s’intéresser à l’état des gens [research the people’s conditions], améliorer leur vie, et gagner leurs cœurs». Ces groupes de promotion de l’«harmonie ethnique» le reconnaissent : il s’agit aussi d’«éradiquer les tumeurs».

Les autorités chinoises ont également déclaré que les ouïghours internés dans ces «centres de rééducation» sont «infectés par une maladie idéologique», qu’il faut traiter «comme une maladie physique». Des termes récurrents dans un enregistrement attribué au Parti communiste chinois par Radio Free Asia (un média financé par le Congrès américain) pendant l’été. […]

Libération (Checknews) via fdesouche

lundi, 15 octobre 2018

En Seine-Saint-Denis, l’Islam régit jusqu’à qui prépare les grillades lors des barbecues de la police judiciaire

Publié par Guy Jovelin le 15 octobre 2018

Par  le 15/10/2018

En Seine-Saint-Denis, l’Islam régit jusqu’à qui prépare les grillades lors des barbecues de la police judiciaire

 

Pierre Sautarel@FrDesouche
 
 En Seine-Saint-Denis, l'Islam régit jusqu'à qui prépare les grillades lors des barbecues de la police judiciaire

mercredi, 10 octobre 2018

Belgique : un parti politique appelé Islam propose l’application de la charia

Publié par Guy Jovelin le 10 octobre 2018

 le

Belgique : un parti politique appelé Islam propose l’application de la charia

En Belgique, un parti politique appelé Islam propose l’application de la charia. Il présente deux listes dimanche 14 octobre aux élections locales à Molenbeek et à Bruxelles-ville.

En avril 2018, le chef du parti Islam, Redouane Ahrouch, participe à un débat télévisé et refuse de regarder en face la chroniqueuse politique qui l’interpelle. L’autre membre du parti, Lhoucine Ait Jeddig, siège au conseil municipal de Molenbeek.

“Islam c’est un acronyme, I comme intégrité, S comme solidarité, L comme liberté, A comme authenticité, M comme moralité”, explique Talal Magri, le vice président du parti. Mais le leader aimerait aussi adapter la charia, la loi coranique fondamentale, pour la Belgique. Il préconise de séparer hommes et femmes dans les bus et souhaite aussi la polygamie.

Islam visait 30 listes aux municipales de dimanche 14 octobre, mais il n’en aura que deux.

 

Source : lesalonbeige

mardi, 11 septembre 2018

L’ISLAM DE FRANCE, C’EST LA FRANCE ISLAMISÉE

Publié par Guy Jovelin le 11 septembre 2018

 
 

IL N’Y A PAS D’ISLAM DE FRANCE. 

Et il n’y en aura jamais. Ce n’est pas nous qui le disons cette fois, mais un haut-représentant de la chose elle-même. Notons au passage la morgue du personnage, qui cause d’égal à égal avec l’État laïque autorisant de fait qu’on lui crache publiquement en pleine face.

L’islam de France, c’est la France islamisée

Très clairement, les Musulmans se foutent de la bobine des prétentieux qui veulent les mouler dans la démocratie républicaine. Si Macron lit la presse de province, il aura là un écho parfait de ce mépris, et par un quotidien bien ancré dans la France profonde. Laquelle se laisse ainsi « couvrir » à la mamelouk. Sans vaseline. Profonde, profonde, vous avez dit profonde ? J’ai dit profonde, moi, comme c’est profond… 

http://islamisation.fr/2018/09/07/lislam-cest-lislam-il-n... 

Alsace, terre d’islam, déjà. 

http://bas-rhin.gouv.fr/Actualites/Informations/Forte-mob... 

Montpellier fera sans doute parti…tion du charcutage « territorial » de la France. Ville mahométane certifiée conforme, si doute, traverser la Place de la Comédie un samedi après-midi. 

https://www.midilibre.fr/2018/09/07/etonnantes-assises-te... 

Vers le nord. Écoutez le préfet Sudry, on dirait un curé du dialogue islamo-crétin, c’est à hurler. 

https://rcf.fr/la-matinale/des-assises-territoriales-de-l... 

Dans le Jura, le préfet vire la presse à la demande des Turcs. Contamination erdoganienne manifeste. Elle touche le corps préfectoral, juste une étape avant de se répandre dans les ministères. Et plus haut, même ? Quelle angoisse… 

https://www.leprogres.fr/jura-39/2018/09/05/des-assises-t... 

Roubaix sera selon toute vraisemblance la première ville importante à tomber dans l’escarcelle d’Allah. Future capitale duNordistan. Je plains les Roubaisiens de souche (il y en a, j’en connais), qui devront faire des choix typiquement « beyrouthins ». 

http://lavdn.lavoixdunord.fr/443829/article/2018-09-06/le... 

Aulnay ne vaut guère mieux. là aussi, chambardements à prévoir. Petit dossier sur ce très vert paradis francilien. 

https://www.marianne.net/societe/aulnay-sous-bois-une-eco... 

https://ripostelaique.com/leche-babouches-de-la-semaine-g... 

https://ripostelaique.com/affaire-theo-luhaka-un-matraqua... 

https://ripostelaique.com/beschizza-maire-daulnay-quatten... 

La dérive de la Corse vers le sud est un fait acquis. 

https://actu.orange.fr/france/corse-un-soignant-menace-po... 


PORT DU VOILE : GROS NUAGES NOIRS À L’HORIZON 

Lorsque des gens complètement étrangers aux réalités du terrain commencent à douter de la validité des règles démocratiques, c’est qu’on les travaille dur par-dessous leurs toges, robes, costume-cravates et pyjamas pour escapades coquines. L’ouverture à l’obscurantisme sera directement proportionnelle à la corruption acceptée par ces « juges ». 

https://mobile.lemonde.fr/societe/article/2018/09/08/la-j... 


PAS D’ISLAM DE FRANCE, MAIS DES COUTEAUX QUI COUPENT 

1 cigarette refusée = 1 coup de surin. C’est l’équation pour classe de première. Exercices plus compliqués, pour mineurs de plus de quarante ans : combien de trous dans la peau pour un paquet ? Pour un cigarillo ? Pour un havane ? Et pour une pipe elle aussi refusée, c’est le décolletage suivant le pointillé ? On guette les réponse de la môme Marlène (Destriches, ndlr

https://www.larep.fr/orleans/faits-divers/2018/09/07/a-or... 

Et des gens qui nous aiment vraiment beaucoup. Le gros « dos argenté » de la LDNA passe au braquet supérieur et incite les Africains à piller la France (attention, diarrhée verbale difficilement supportable, mais qu’il faut quand même entendre) 

http://www.fdesouche.com/1070119-la-ldna-appelle-les-afri... 

Jean Sobieski 

Source : http://ripostelaique.com 

mardi, 26 juin 2018

Viktor Orban : « Nous pouvons vous offrir tout le soutien nécessaire pour la réémigration. L’Islam ne fera jamais partie de l’identité des pays européens »

Publié par Guy Jovelin le 26 juin 2018

À l’occasion du premier anniversaire de la mort d’Helmut Kohl, le Premier ministre hongrois Victor Orbán a délivré le 16 juin dernier un discours crucial. Avec Shahin Vallée, nous croyons qu’il marquera le débat de la prochaine année électorale européenne. Orbán revendique pour son mouvement une place centrale dans la conception du néo-nationalisme européen, et sa position doit être comprise.

(…) Nous souhaitons donc traduire en exclusivité ce texte important qui inaugure la bataille politique et culturelle des élections européennes de 2019.

« (…) Abordons désormais la question de la frontière et de la clôture. Nous devons défendre la frontière extérieure. C’est la condition préalable à la libre circulation au sein des frontières. La défense de la frontière fait partie des “devoirs-obligatoires”. (…) Nous avons constaté que la position de la Hongrie, jadis condamnée, est désormais de plus en plus acceptée. Nous n’attendons pas de remerciements auxquels nous ne sommes pas habitués. Nous ne jubilerons pas non plus. Il n’est pas agréable de constater que la valeur de la monnaie de certains a baissé après trois années de crise, tandis que la nôtre l’a fait immédiatement. »

« Peut-on atteindre un compromis dans le débat sur les migrants ? Non – et ce n’est pas nécessaire. Il y a ceux qui s’imaginent que chaque partie adverse devrait faire des concessions, qu’ils devraient discuter puis se serrer la main. C’est une mauvaise approche. Certaines questions ne pourront pas aboutir à un consensus. Cela n’arrivera pas, et ce n’est pas nécessaire. L’immigration est l’une de ces questions. Aucun document ne stipule que l’entrée d’un pays dans l’Union européenne implique que ce dernier devienne une terre d’immigration. Lorsque nous sommes entrés, nous n’avons pris aucun engagement de ce genre. Il est également vrai que les documents fondateurs de l’Union européenne ne déclarent pas qu’un État-membre ne puisse pas chercher à se transformer en pays d’immigration. C’est pourquoi il y a des pays d’immigration dans l’UE, où les migrants sont les bienvenus, où les populations locales veulent bien les intégrer et se mélanger avec eux. Il y a aussi des pays qui ne veulent pas de migrants, qui ne veulent pas se mélanger avec eux, et où leur intégration est donc hors de question.»

« Dans de telles situations, il n’y a pas besoin de compromis, mais de tolérance. Nous tolérons que certains États-membres de l’espace Schengen admettent des migrants. Cela a et aura des conséquences – y compris pour nous. De même, ils devraient tolérer le fait que nous ne voulons pas le faire. Ils ne devraient pas nous sermonner, ils ne devraient pas nous faire chanter, ils ne devraient pas nous forcer, mais ils devraient simplement nous donner le respect propre aux États-membres ; puis il y aura la paix sur le Mont des Oliviers. »

« (…) L’avenir de l’Union européenne dépend de sa capacité à défendre ses frontières extérieures. C’est la prochaine question qui se pose pour l’avenir de l’UE. Si nous défendons nos frontières, le débat sur la répartition des migrants n’a plus de sens, car ils ne pourront plus entrer. S’ils ne peuvent pas entrer, il n’y a personne à répartir. C’est simplement du bon sens. Et si nous suivons cette ligne de conduite, la seule question est de savoir ce que nous devons faire de ceux qui sont déjà entrés. Notre réponse à cette question est qu’ils ne devraient pas être répartis, mais qu’ils devraient être ramenés chez eux. »

« (…) Nous pouvons vous offrir tout le soutien nécessaire pour la réémigration. Depuis longtemps, nous disons qu’il faut exporter de l’aide et non pas importer des problèmes. Nous pouvons également donner des conseils à toute personne qui en fait la demande. Il y a un conseil que nous pouvons également donner qui provient de l’expérience historique de la Hongrie : chacun doit se rendre compte que l’Islam ne fera jamais partie de l’identité des pays européens. »

Il faudrait savoir quelle est la réponse de l’Islam. Nous, les Hongrois, nous savons de quoi il s’agit. Pour les musulmans, si l’Islam fait partie de l’Allemagne, alors, l’Allemagne fait partie de l’Islam. Cela mérite réflexion (Nd Christian Hofer: C'est une réponse adressée àAngela Merkel qui avait déclaré, dans son premier discours au Bundestag, après sa réélection : « L'islam fait désormais partie de l'Allemagne. »). En plus d’offrir un exemple, une assistance et des conseils, nous devons également souligner – de façon bienveillante mais ferme – que nous n’abandonnerons jamais notre avenir et que nous ne permettrons jamais à personne de nous imposer quoi que ce soit contre notre volonté. Si nous ne sommes pas en mesure de parvenir à un résultat satisfaisant dans les négociations à venir, si nous ne sommes pas en mesure d’accepter – ou même de tolérer – les points de vue des uns et des autres sur les questions de migration et de budget, alors nous attendrons. Attendons que le peuple européen exprime sa volonté lors des élections de 2019. Alors ce qui doit arriver arrivera.

 

Legrandcontinent.eu

Source2 : Le Point