Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 mai 2018

La Suède autorise une mosquée à diffuser l’appel à la prière du vendredi

Publié par Guy Jovelin le 09 mai 2018

Par  le 08/05/2018

La Suède autorise une mosquée à diffuser l’appel à la prière du vendredi

 

Cette autorisation a provoqué de nombreuses réactions dans les sphères politique et publique, à cinq mois des élections législatives.

La Suède a accordé mardi le droit de diffusion de l’appel à la prière – l’Adhan – à une mosquée, provoquant de nombreuses réactions dans les sphères politique et publique, à cinq mois des élections législatives. La mesure, qui prendra effet à partir de vendredi et pendant une période d’un an sur la commune de Växjö (sud), fait craindre à certains politiques une scission. « L’appel à la prière ne renforcera pas l’intégration à Växjö , mais risque plutôt d’éloigner davantage la ville », a déclaré Anna Tenje, conseillère municipale, à l’agence de presse TT.

De son côté, le Premier ministre social-démocrate suédois Stefan Löfven a indiqué que la fin du communautarisme allait de pair avec la lutte contre le chômage, comme le combat pour des écoles et des quartiers de qualité. « La société suédoise toute entière est fondée sur différentes religions », a-t-il affirmé à TT. La cheffe de file des démocrates-chrétiens, Ebba Busch Thor, opposée à la décision, a déclaré de son côté que « les gens n’avaient pas à entendre chez eux » l’appel, tous les vendredis pendant trois minutes et 45 secondes. Les autorités ont cependant précisé que le volume des hauts-parleurs ne devait pas dépasser un 110 décibels en extérieur pour être conforme à la réglementation suédoise en vigueur, une condition que respecte la mosquée de Växjö.

Avdi Islami, porte-parole de la communauté musulmane de la ville, a indiqué que des milliers de musulmans allaient à la mosquée chaque année et compare la diffusion de l’Adhan aux cloches des églises. « Nous sommes une société dans laquelle nous sommes différents […] mieux vaut penser que les différences nous rendent plus forts », a-t-il déclaré à TT.

La mosquée de Växjö est la troisième du pays à pouvoir diffuser de l’appel à la prière du vendredi, après celles de Botkyrka (banlieue de Stockholm) et Karlskrona (sud). Selon un sondage réalisé par l’institut d’opinion Kantar Sifo, 60% des personnes interrogées ont déclaré vouloir interdire l’Adhan en Suède.

 

lundi, 22 janvier 2018

Nîmes (30) : les musulmans s’offrent une nouvelle mosquée en centre-ville

Publié par Guy Jovelin le 22 janvier 2018

 Par  le 21/01/2018
 

L’année 2018 commence bien pour les musulmans de Nîmes. Deux ans après la fermeture de la mosquée de la Miséricorde sur décision de la municipalité en raison de l’insalubrité du bâtiment, l’achat du bien a pu être finalisé. Reste encore à faire les nécessaires travaux de mise aux normes du bâtiment afin d’en jouir pleinement.

Ils sont sortis d’affaire par la grande porte. Après avoir été menacés de se retrouver sans lieu de culte en 2016, les responsables de l’Association culturelle islamique qui gèrent la mosquée de la Miséricorde sont désormais propriétaire du bâtiment abritant le plus vieux lieu de culte musulman de Nîmes (Gard) après avoir finalisé l’achat la veille de l’année 2018.

Ce sont environ 450 000 euros qui ont collectés pour s’approprier le bâtiment de 2 000 m² situé dans le centre-ville. Un luxe dans la mesure où de très nombreuses mosquées de France sont excentrées. L’Association culturelle islamique s’en est donné les moyens grâce au soutien de ses fidèles.

 

SaphirNews via fdesouche

mercredi, 13 décembre 2017

Montréal (Canada) : les femmes sont exclues d’un chantier à proximité d’une mosquée Par Koba le 12/12/2017

Publié par Guy Jovelin le 13 décembre 2017

Celui qui possède notamment la mosquée Ahl-Ill Bait, située dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, a d’abord demandé à l’entrepreneur de ne pas faire de travaux le vendredi pour ne pas nuire au jour de la prière. Cette requête lui a été refusée en raison des retards qui en auraient résulté.

Il a ensuite réclamé que les femmes ne soient pas visibles les vendredis sur le chantier à proximité de cette mosquée. Cette clause est d’ailleurs écrite noir sur blanc dans le contrat signé par l’entrepreneur.

La mesure vise trois femmes, deux signaleuses et une inspectrice, que l’entreprise G-Tech a dû réaffecter ailleurs, selon une information obtenue via le compte Facebook de TVA Nouvelles.

TVA via fdesouche

mardi, 28 novembre 2017

Bruxelles ma belle ? NON, Bruxelles poubelle !

Publié par Guy Jovelin le 28 novembre 2017

 

Korbo.émeutes brussel.22.11.2017.jpg

 Pieter Kerstens

Il ne se passe plus une semaine, sans que la capitale de l’Eurabia ne soit le théâtre d’émeutes. Elle est fort lointaine l’époque où Jacques Brel chantait « c’était au temps où Bruxelles brusselait …»

Ce samedi 25 novembre les casseurs, racailles et autres beurs ont choisi l’avenue Louise et le quartier Matongé pour détruire tout ce qui n’est pas à leur goût.

Le gouvernement belge pour sa part persiste dans le déni des réalités et semble ignorer les leçons à tirer des émeutes qui, depuis 1995, se multiplient au grand bonheur des complices de l’Islam conquérant. Parce qu’il ne faut pas porter les lunettes roses des politiciens socialo-écolo-marxistes pour constater que ces répétitions de déprédations gratuites ne sont pas l’œuvre de mécontents ardennais, flamands ou expatriés français.

Une responsable élue écolo de la commune de Molenbeek vient de découvrir l’eau chaude. Ce week-end elle déclarait aux médias : « C’est hallucinant de se dire que la plus grande mosquée de Bruxelles était aux mains du pays(l’Arabie Saoudite) qui défend l’Islam le plus rigoriste. » Cette idiote réclame en outre « encore plus de mixité », alors qu’à l’inverse les musulmans mettent tout en œuvre pour chasser les derniers blancs des quartiers qu’eux-mêmes occupent. Il suffit de circuler dans les zones de non-droit, non seulement à Molenbeek, mais aussi à Bruxelles, à Schaarbeek, à Forest ou à Anderlecht. Et lorsque les classes moyennes foutent le camp, les recettes fiscales diminuent.

FAIRE FACE !

Malgré les ravages économiques, sociaux, culturels et financiers, la secte socialo-écolo-libéro-capitaliste, au pouvoir de l’Agglomération de Bruxelles depuis bientôt 30 ans, refuse d’appliquer l’Ordre et la Loi sur son territoire et autorise, par laxisme et complaisance, toutes les dérives de la communauté maghrébine. Tous ont estimé que ces immigrés pouvaient s’intégrer ou s’assimiler à la société et aux mœurs des Bruxellois. Erreur ! C’est l’inverse qui s’est imposé avec la multiplication des mosquées, des boucheries hallal, des cantines sans cochon, des babouches, des kamis chouars et des burqas.

En conséquence et pour ne pas choquer la susceptibilité de ces « nouveaux Belges » les bourgmestres (maires) et les politicards à la tête des 19 communes bruxelloises interdisent à la police d’appliquer la loi envers la racaille et les délinquants qui, semaine après semaine, testent la résistance du Pouvoir à leurs débordements. Il ne faudrait quand même pas mécontenter ces électeurs potentiels … qui crachent sur notre civilisation.

QUAND CE N’EST PLUS SUPPORTABLE, ON NE SUPPORTE PLUS !

De nombreux électeurs bruxellois blancs en ont ras-le-bol de la mansuétude des élus vis-à-vis des exactions commises par des délinquants immigrés. En octobre 2018 de nouvelles élections communales auront lieu en Belgique. Mais face à l’immobilisme et à la lâcheté des édiles locaux, il est fort probable qu’une partie du corps électoral exprime son exaspération dans les urnes et que l’on assiste au renouveau des partis nationalistes et identitaires, les seuls ayant dénoncé au fil des ans le danger de l’immigration/invasion et de ses corollaires d’insécurité, de baisse du niveau scolaire, du chômage endémique, de la haine de l’Europe, de trafics divers ou du terrorisme. Même les touristes étrangers dénoncent la décrépitude de la capitale de l’Europe.    

 

Source : synthesenationale

mardi, 07 novembre 2017

« Il n’y aura pas de mosquées en Hongrie » a déclaré un député du Fidesz

Publié par Guy Jovelin le 07 novembre 2017

 

Hongrie – Le député hongrois du Fidesz, Gergely Gulyás, a déclaré « qu’il n’y aura pas de mosquées en Hongrie » et a fait valoir que « du point de vue de notre propre sécurité, les mosquées auraient un impact négatif. »

Bayer Zsolt, l’animateur sulfureux d’émissions politique et éditorialiste pro-Orbán bien connu, a reçu à la télévision pro-gouvernementale Echo TV le chef de la délégation parlementaire du Fidesz – parti de Viktor Orbán -, Gergely Gulyás.

Tout en commentant la récente attaque survenue à New York, Zsolt Bayer a félicité le président américain Donald Trump pour avoir appelé publiquement à la peine de mort pour l’attaquant présumé.

Gergely Gulyás a approuvé Zsolt Bayer, déclarant que « l’Europe occidentale n’a rien fait contre ce danger … Partout où l’islam radical lève la tête et est autorisé à prendre racine, ce genre d’actes peut se produire à tout moment. »

M. Bayer a conclu en ce qui concerne le terrorisme islamique que « partout où il y a une mosquée, il y a un problème. »

« C’est vrai, » a acquiescé M. Gulyás. « Il n’y aura pas de mosquées en Hongrie … Nous avons entrepris une initiative en ce sens, […] nous ne pouvons pas changer notre position là-dessus car il ne s’agit pas simplement de liberté de culte mais bien de sécurité nationale. »

L’État hongrois reconnaît 13 Églises, dont deux sont islamiques. Il y a actuellement 22 « mosquées » en Hongrie, mais la plupart d’entre elles ne sont que des salles de prière. Selon le journal en ligne hongrois Index.hu, environ 40.000 musulmans vivent en Hongrie, dont 5 à 10.000 pratiquent leur foi.

 

Source : visegradpost.com