Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 novembre 2018

Hommage du Parti de la France à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois au cimetière Montparnasse

Publié par Guy Jovelin le 03 novembre 2018

L’image contient peut-être : fleur et plante
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout et plein air
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout, chaussures et plein air
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout, arbre et plein air
L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout, arbre et plein air
 
Voir la vidéo ici

 

Var : un policier violemment agressé devant chez lui à Hyères

Publié par Guy Jovelin le 03 novembre 2018

Eric Martin

images.jpg

 

Source : ndf

Fonction publique : la Macronie prête à frapper

Publié par Guy Jovelin le 03 novembre 2018

Rédigé par notre équipe le 01 novembre 2018.

 

La réforme de la fonction publique refait timidement parler d’elle en ce début d’automne. La concertation avec les partenaires sociaux avance lentement non pas parce que les syndicats sont dans la contestation stérile, mais parce que le Gouvernement n’a pas encore déclenché la foudre. Pour l’heure, ce sont seulement des ballons d’essai qui sont envoyés afin de préparer les esprits à une réforme qui tape à côté de l’objectif.  

La fonction publique française est en souffrance. Le système ne fonctionne plus depuis longtemps. Trop gourmand en personnel, inefficace, trop cher et injuste. Les maux qui rongent la fonction publique sont nombreux et tous les Gouvernements se penchent avec plus ou moins de ferveur sur ce sujet délicat. La gauche a passé son temps à cajoler un monstre qui devait nourrir ses prétentions électorales tandis que la droite a toujours tonné pour ne rien faire sauf se coucher dès que les syndicalistes haussaient un peu la voix. Bref, les fonctionnaires sont devenus trop nombreux et surtout mal répartis pour vraiment faire bénéficier à l’ensemble des Français de services publics que « le monde entier nous envie ».

Des Benalla comme futurs policiers ?

Mais la chienlit, c’était avant. Avant la révélation Macron et son Gouvernement libérale-libertaire. La start-up nation ne peut souffrir d’être l’un des pays qui compte le plus fort taux de fonctionnaires. Pourtant la France macronienne ne s’est pas précipitée sur le sujet. Il fallait faire passer les réformes pour les ultra-riches avant de secouer le flacon explosif de la réforme de la fonction publique. Pourquoi mettre le petit Darmanin au cœur d’une si difficile affaire ? La réponse n’est pas évidente, mais à un ministre qui fait sérieux, mais dont la langue fourche un peu trop souvent, lui a été collé un secrétaire d’Etat, Olivier Dussopt.

Un duo qui souffle le chaud et le froid histoire de lancer des pistes de travail tout en clouant le bec de syndicalistes toujours aussi mal à l’aise pour dénoncer la potion libérale tendue par Jupiter. Ainsi, Darmanin joue au méchant flic avec son idée de « généralisation des contrats » dans la fonction publique. Les futurs fonctionnaires auront des contrats de cinq, dix ou quinze ans et pourront se faire virer au lieu d’être promus lorsqu’ils seront pris en flagrant délit d’incompétence ou d’absence de travail. Une évolution majeure dans l’approche du travail de fonctionnaire qui met toutefois à mal le principe même de fonctionnaire.

Que doit-être un fonctionnaire ? Un type à la réputation de planqué ou une personne chargée d’aider le public qui fait appel à ses services ? En fait, la fonction publique reflète des réalités si différentes que traiter le sujet d’un bloc est une hérésie dont les résultats ne peuvent qu’être mauvais. Un agent de Bercy qui traque la petite PME tout en prenant soin de fermer les yeux sur les agissements des grands groupes a-t-il la même valeur qu’une infirmière officiant dans un hôpital public ? Forcés de répondre, les politiciens diront du bout des lèvres que non. A force de ne pas le dire clairement, ce sont tous les fonctionnaires qui sont mis dans le même panier et qui risquent à terme de devenir des salariés du privé.

L’Etat s’est déjà désengagé de bon nombre de ses missions régaliennes et il ne faudra que quelques années pour se retrouver confrontés à des policiers sous contrat privé. Des Benalla légalisés qui feront ce qui leur passera par la tête avec comme seule sanction possible de perdre leur travail pour rejoindre une autre société privée en charge des douanes ou de la gendarmerie… Un avenir inquiétant qu’Olivier Dussopt tente de faire disparaître de notre vision en affirmant après la sortie de son ministre Darmanin que « l’on ne remet pas en cause le principe du recrutement sous statut. On élargit les exceptions ». Le Samaritain a parlé, mais à force d’élargir les exceptions, elles deviennent la règle.

A l’image de l’Education nationale qui se persuade actuellement que la seule solution face à la violence est l’arrivée de policiers (sous contrat privé ?) dans les écoles, le Gouvernement procède à un jeu de dupes sur la question des fonctionnaires. Au lieu de responsabiliser ceux qui doivent l’être et de se séparer des mauvais éléments, il décide de retourner la table en mettant fin à la fonction publique. Cela prendra un peu de temps, mais c’est le chemin qu’emprunte un Gouvernement qui n’a même plus de syndicats face à lui. La foudre sera déclenchée quelques mois avant les européennes afin de montrer que la Macronie a le sens de la (bonne réforme). Un jeu dangereux dont les objectifs et les règles réels ne doivent pas échapper aux électeurs.

 

Source : 24heuresactu

Référendum en Nouvelle Calédonie : le Parti de la France appelle à voter contre l'indépendance

Publié par Guy Jovelin le 03 novembre 2018  

ob_9c5ab9_manif-1.png

Communiqué du Parti de la France :

Trente ans presque jour après celui de 1988 qui visait à entériner les « Accords de Matignon » voulus et négociés par Michel Rocard alors Premier ministre socialiste, le référendum organisé en Nouvelle Calédonie ce 4 novembre se veut l'ultime étape du processus d’indépendance du territoire confirmé par les Accords de Nouméa signés en 1998 par le gouvernement Jospin.

Ultime étape si le oui à l’indépendance venait à l'emporter… Car, dans le cas contraire, les pouvoirs publics, acquis aux revendications mélanésiennes et soumis aux pressions australiennes et néo-zélandaises, ont, dans leur acharnement à brader ce sol français depuis un siècle et demi, prévu de nombreux autres scénarii permettant a une majorité qualifiée aux Congrès de revenir sur ce vote et de continuer le processus d’autodétermination canaque.

Riche de ses ressources minières (le Nickel en particulier), la Nouvelle Calédonie constitue, pourtant, pour la France un atout important permettant une présence renforcée dans la zone pacifique et une consolidation majeure de notre espace maritime national (la zone économique exclusive, normalement fixée à 200 milles des côtes a été étendue à 350 milles en 2015 après l'avis favorable de l'ONU).

Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la droite nationale et en particulier ceux faisant partie du corps électoral appelé à voter dans le territoire dimanche (tout à été fait pour en réduire le nombre et pour favoriser le vote aborigène), à se mobiliser contre le bradage de ce territoire français pour lequel se sont battus bien des nationaux et sont morts nos gendarmes dans la grotte d'Ouvéa en 1988.

Rappelons que la Droite nationale fut en pointe pendant toute les années 80 contre les exactions commises par les activistes kanaks et les agents du séparatisme. C'est à son retour de Nouvelle Calédonie où, à la tête d'une délégation Front National, il avait mené une rude et dangereuse campagne, que notre camarade et ami Jean-Pierre Stirbois, Secrétaire général du FN trouva la mort le 5 novembre 1988 à Pontchartrain dans le département des Yvelines (NDLR SN cliquez ici).

Deux jours plus tard, grâce à l'apathie des Français et surtout à la trahison (une fois de plus) du RPR de Jacques Chirac qui avait appelé à l'abstention, le référendum, au niveau national, entérinait à 79% le processus d'autodétermination tandis qu’en Nouvelle Calédonie, les Caldoches, sous l’influence et par l’action de Jean-Pierre Stirbois, refusant dans leur immense majorité de suivre le RPR dont beaucoup étaient pourtant adhérents, répondaient clairement non à la séparation d’avec la France.

Faisons en sorte qu'il en soit de même dimanche.