Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 novembre 2017

Après le MJS, c'est au tour de l'UNEF : harcèlements sexuels et avortements forcés

Publié par Guy Jovelin le 19 novembre 2017

Unknown-12Après les accusations contre l'ancien président des Jeunes socialistesc'est au tour de l'Unef d'être pointé du doigt pour des faits d'agressions sexuelles et de harcèlement. Plusieurs ex-militantes du syndicat étudiant ont témoigné de pratiques "sexistes", de cas de harcèlements et d'agressions au sein de l'organisation entre 2007 et 2013. La culture de la "castorisation" prévaudrait au sein du syndicat. Une femme explique:

"La castorisation, c'est construire l'organisation avec sa queue. On couche avec des filles pour les emmener dans l'organisation".

Elle ajoute que des victimes ont été dissuadées de porter plainte.

Ancienne cadre du bureau national, Annaïg s'est livrée sur Facebook :

"A l'Unef, à mon époque, quand tu étais une femme, tu étais soit une épouse, soit une sœur, soit une putain. Quelques semaines après mon arrivée au Bureau National, je me suis mise en couple avec un autre membre du bureau national. J'étais donc une 'épouse', intouchable, rideau. D'ailleurs, les autres copines 'épouses' n'ont jamais été victimes non plus, ou alors après leur séparation. (...) Suis-je la seule à avoir assisté à des discussions où des mecs expliquaient sans complexe, sans filtre et avec fierté de coq, pratiquer le 'sex by surprise' (sic) avec leurs partenaires?". "Suis-je la seule à savoir que ces 'partenaires' étaient souvent dans une relation de domination liée à la position du monsieur dans l'organisation? Suis-je la seule à avoir été provoquée par un haut responsable de l'organisation qui savait que je vomissais ses pratiques?". "Suis-je la seule à savoir que plusieurs camarades ont dû avorter et quelles pressions voire menaces elles recevaient pour se taire? Suis-je la seule à savoir que certaines personnes qui savaient, qui faisaient pression, poussaient la perversité jusqu'à se moquer de ces femmes".

"Suis-je la seule à avoir discrètement jeté un œil sur la répartition des hébergements lors des rencontres nationales pour m'assurer que certaines camarades ne soient pas hébergées chez des prédateurs et donc jetées dans la gueule du loup? Suis-je la seule à avoir échoué à protéger certaines de ces camarades?".

Raphaëlle Rémy-Leleu s'est également exprimée sur Facebook, affirmant qu'"aucune [militante] n'a échappé à la violence sexiste de l'organisation".

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

vendredi, 17 novembre 2017

Suède : le ministre de la Justice rejette une proposition visant à révéler les origines ethniques des agresseurs sexuels

Publié par Guy Jovelin le 17 novembre 2017

 

Le ministre suédois de la Justice a rejeté une proposition du parti conservateur visant à enregistrer les origines ethniques des agresseurs sexuels.

Le ministre de la Justice Morgan Johansson a déclaré que les conservateurs voulaient simplement blâmer l’augmentation des crimes sexuels sur les migrants, il a a soutenu que tous les criminels doivent être traités de la même manière.

« Le dénominateur commun de ceux qui commettent ces crimes est qu’ils sont des hommes », a déclaré Johansson.

Plus tôt cette année, les Démocrates suédois ont fait une proposition similaire lorsqu’ils ont demandé au gouvernement des informations sur les liens entre immigration et criminalité.

La proposition des conservateurs fait suite à un appel lancé par 10 membres du parti pour déployer l’armée afin d’aider la police dans le nombre croissant de zones de délinquance fortement peuplées d’immigrés. La proposition a finalement été rejetée par le ministre de la Justice, Johansson, qui a déclaré: « Il n’y a pas de solutions militaires à ces problèmes ».

SVT via fdesouche

mardi, 25 juillet 2017

Autriche : une piscine a installé des pancartes incitant les migrants à ne pas agresser les nageuses

Publié par Guy Jovelin le 25 juillet 2017

 
 

Autriche – Une piscine a affiché des pancartes à l’attention des migrants leur disant ne pas entrer dans le vestiaire des femmes et qu’il était interdit de peloter les femmes.

Les panneaux ont été affichés dans une piscine à Perchtoldsdorf, une ville en Basse-Autriche, à une courte distance de la capitale Vienne.

Dans le but de prévenir les agressions sexuelles commises par les migrants pendant la saison estivale, la direction de la piscine a décidé de placer ces signaux.

Une affiche montre un homme entrant dans le dressing-room des femmes avec le mot « STOP! » tandis qu’une autre montre une jeune adolescente en bikini avec trois mains qui semblent vouloir l’agripper.

Le député autrichien Christian Hoebart, du parti de la liberté (FPÖ), qui s’oppose à l’immigration, a déclaré que la mise en place de ces affiches ne devraient pas être nécessaires dans une «société civilisée».

Source : fdesouche via DailyStar

mercredi, 05 juillet 2017

Vague d’agressions sexuelles par des « réfugiés » lors d’un festival de musique en Suède

Publié par guy Jovelin le 05 juillet 2017

Suède – Le festival de Bråvalla n’aura pas lieu en 2018, ont annoncé les organisateurs ce lundi. La raison : les agressions sexuelles commises sur place par des immigrés, tant en 2016 qu’en 2017.

L’édition 2017 du festival de Bråvalla se tenait ce week-end et, comme l’an dernier, des viols et des agressions sexuelles l’ont émaillé, des actes qualifiés de « répugnants » par le Premier ministre.

« Certains hommes, car ce sont des hommes, ne peuvent manifestement pas se comporter correctement. C’est une honte. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas rééditer Bravalla en 2018 », ont fait savoir dans un communiqué les organisateurs du festival de Bravalla qui s’est déroulé du 28 juin au 1er juillet près de Norrköping (sud-est). Mais les organisateurs n’ont pas osé préciser que ces hommes dont il est question sont systématiquement des immigrés.

Lundi, la police locale avait enregistré quatre plaintes pour viol et 23 plaintes pour agression sexuelle.

En 2016, sur les deux festivals de Bravalla et Karlstad, c’étaient 15 plaintes pour viol et une quarantaine pour agression sexuelle qui avaient été déposées. Parmi les personnes arrêtées, il y avait deux « réfugiés » mineurs se trouvant en Suède sans leurs parents.

Le phénomène a commencé en réalité dès 2014 et n’a cessé de persister. La police suédoise a toujours essayé de cacher l’identité des agresseurs. Mais en 2015, la presse scandinave a révélé que nombre des auteurs de ces agressions sexuelles étaient de jeunes « réfugiés » afghans.

 

Source : medias-presse.info

jeudi, 22 décembre 2016

Le défi de Cologne : empêcher que recommencent les vagues d’agressions sexuelles par des immigrés le soir du Nouvel An

Publié par Guy Jovelin le 22 décembre 2016

Allemagne – Les autorités de Cologne prennent des dispositions pour tenter que ne se répètent les scènes effrayantes de la nuit du réveillon de Nouvel An de l’année dernière, avec ces centaines de vols violents et d’agressions sexuelles commis par des hordes d’immigrés.

Si les forces de l’ordre prévoient une présence de la police bien plus importante que l’année dernière, des cellules de prison sont néanmoins vidées ces jours-ci afin de pouvoir y enfermer de nouveaux agresseurs.

Le nouveau chef de la police, Juergen Mathies, a déclaré que plus de 1.500 policiers seront en service à Cologne ce réveillon du Nouvel An, alors qu’ils n’étaient que 140 l’année dernière. La surveillance vidéo est également renforcée. De plus, la mairie a fait appel à des entreprises privées de sécurité qui fourniront un renfort d’environ 600 agents de sécurité.

Mais la police a aussi réservé 66 cellules pour les agresseurs sexuels et autres voleurs de cette nuit du Nouvel An. En plus des cinq fourgons de la police de Cologne prévus pour le transport de personnes arrêtées, des véhicules identiques seront prêtés par d’autres villes.

La plupart des agressions sexuelles commises l’année dernière ont eu lieu autour de la cathédrale et de la gare voisine. La zone autour de la cathédrale sera donc clôturée comme une zone sécurisée, à l’intérieur de laquelle l’utilisation de feux d’artifice sera interdite.

Les autorités planifient par contre un spectacle lumineux à la cathédrale.

A Cologne, 1 222 plaintes avaient été déposées suite aux événements de l’an dernier, dont 513 concernant des agressions sexuelles. Des procédure ont été ouvertes contre 333 personnes, dont 87 soupçonnées d’avoir commis des agressions sexuelles. Mais à ce jour, seules 24 personnes ont été condamnées, essentiellement pour vol avec violence. A peine deux individus ont été condamnés pour agression sexuelle.

 

Source : medias-presse.info