Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 octobre 2018

Deux migrants violent une jeune fille de 16 ans et s’endorment à leur procès : « On doit tenir compte de l’aspect culturel » selon le médecin légiste

Publié par Guy Jovelin le 26 octobre 2018

Par  le 24/10/2018

 

Höhenkirchen-Siegertsbrunn – C’est un crime qui avait fait la une dans tout le pays en automne 2017 : deux réfugiés auraient violé ensemble une adolescente de 16 ans dans les environs de la gare à Höhenkirchen-Siegertsbrunn. Les deux violeurs présumés Walid P. et Farid A. (noms modifiés), qui doivent répondre de leurs actes devant le tribunal de Münich, risquent plusieurs années d’emprisonnement. Les deux jeunes hommes risquent donc gros.

Pourtant, à la reprise du procès jeudi, les accusés s’assoupissent plusieurs fois devant le tribunal. Le juge Stephan Kirchinger finit par perdre patience : « Si vous voulez dormir, nous devrons interrompre la séance » déclare-t-il avec colère à l’adresse de Walid P.

Après cet éclat, les deux accusés suivent enfin attentivement les déclarations de l’expert médical. Celui-ci explique d’abord que tant les deux réfugiés afghans que leur victime étaient en état d’ébriété. Farid A. (18 ans) aurait même eu au moment des faits un taux d’alcoolémie de 1.86 pourmille. Alors que l’expert considère Walid P. clairement pleinement responsable de ses actes, il voit Farid A. « à la limite d’un contrôle diminué ».

Le spécialiste en médecine légale n’évoque cependant pas que cette intoxication. Il faudrait « également tenir compte du fait qu’il vient d’une culture différente », déclare le médecin au sujet de Farid A. « Le taux d’alcoolémie élevé de Monsieur A. a induit une désinhibition qui l’a fait dépasser sa capacité de jugement. » La pondération est « complètement différente quand on grandit dans cette culture et pas dans une culture occidentale ».

Au sujet de l’Afghanistan, le médecin déclare : « Là-bas, une femme ne vaut rien et l’homme passe avant tout. » La socialisation a une influence sur la manière de se contrôler. Selon l’expert, il est cependant également clair que A. avait connaissance du droit local. Le juge précise rapidement que pour lui, seule la consommation d’alocool joue un rôle dans l’évaluation d’une éventuelle baisse de la capacité de discernement. Il dit au médecin ne pas très bien comprendre en quoi le manque de socialisation influence la capacité de discernement. Le processus continue.

Merkur.de via fdesouche

mercredi, 24 octobre 2018

Revalorisation de l’allocation pour demandeur d’asile de 1.6% en 2019 et de 0.3% pour les allocations familiales !

Publié par Guy Jovelin le 24 octobre 2018

Auteur : Pierrot
contre-info

migrants-allocations.jpg

C’est proprement scandaleux. Alors que Macron et sa clique rognent sur toutes les dépenses, l’allocation pour demandeur d’asile est 5 fois plus revalorisée que les allocations familiales en 2019. Les familles françaises seront gratifiées d’une augmentation de 0.3%, tandis que l’aide des migrants suivra le cours de l’inflation…

Conclusion : les familles perdent en pouvoir d’achat, les migrants, non.

Pour dégager des économies et ainsi respecter le seuil de 3% de déficit du produit intérieur brut (PIB) exigé par la Commission européenne, le gouvernement a décidé d’indexer la majeure partie des prestations en-dessous de la hausse des prix à la consommation. Ainsi, les retraites de base, les allocations familiales et les aides au logement (dont l’APL) vont être revalorisées de seulement 0,3% en 2019 et 2020, sachant que l’inflation (hors tabac) est attendue à 1,6% en 2018. Les bénéficiaires de ces prestations vont donc perdre en pouvoir d’achat durant les deux prochaines années.

Pour ne pas pénaliser les Français les plus modestes, cette désindexation ne va pas s’appliquer aux minima sociaux. Comme Emmanuel Macron s’y était engagé durant la campagne, la prime d’activité, le minimum vieillesse et l’allocation aux adultes handicapés (AAH) vont même bénéficier de revalorisations exceptions (voir plus loin). Au final, ne seront pas concernées par la sous-indexation de 0,3% les prestations suivantes :

– L’allocation de veuvage

– L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), le remplaçant du minimum vieillesse

– L’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI)

– Le revenu de solidarité active (RSA)

– L’allocation de solidarité spécifique (ASS)

– L’allocation pour demandeur d’asile (ADA)

– L’allocation temporaire d’attente (ATA). 

Source

vendredi, 19 octobre 2018

Saint-Pol-sur-Mer/Dunkerque (59) : des migrants ont pris possession de la piscine, les familles ont peur

Publié par Guy Jovelin le 19 octobre 2018

Par  le 18/10/2018 

Loin de moi l’idée d’être contre les migrants. Ils ont suffisamment de problèmes. Ce que je ne peux pas laisser passer, par contre, c’est qu’ils aient des gestes déplacés devant des enfants. »

Jocelyne Catoen décrit alors la scène à laquelle elle a assisté avec sa petite-fille de 6 ans. « Ils glissaient leur main sous leur slip de bain et se frottaient (le sexe, ndlr). Ils se lavaient peut-être, mais ça ne se fait pas quand on est entouré de femmes et d’enfants. Il s’agit de douches mixtes à la piscine Guynemer. »

(…) Jocelyne s’inquiète. « Ils sont de plus en plus nombreux. Il y a deux semaines, ils étaient une dizaine à l’heure du cours de natation de ma petite-fille. On avait pu se doucher. Sur la dizaine de douches de la piscine, trois restaient libres. »

Mais la situation a empiré la semaine suivante. « Je n’ai rien contre le fait qu’ils viennent à la piscine, mais, cette fois-ci, ils devaient bien être une cinquantaine. Toutes les douches étaient réquisitionnées et, dans les bassins, ils restaient groupés, sans bouger ni nager. Et leurs regards étaient loin d’être amicaux. Les enfants n’osaient pas s’en approcher. »

Les larmes de sa petite-fille l’ont poussée à agir. « Elle qui aime profiter de la piscine après sa leçon de natation ne voulait plus rester. Avec deux ou trois mamans, on a dû créer un passage entre les migrants, pour permettre aux petits d’avoir accès aux vestiaires. Ils étaient effrayés. »

(…)

jeudi, 18 octobre 2018

Calais : une bénévole aidant les migrants violée par un clandestin

Publié par Guy Jovelin le 18 octobre 2018

Auteur : admin4
contre-info

bénévole,calais,clandestin,migrants,viol

« Le quotidien « La Voix du Nord » a signalé ce fait divers, mais il n’a pas été repris par les chaînes de télévision et nous l’apprenons par le média espagnol « Casoaislado ».

Le 4 octobre, à Calais (Nord), une jeune femme bénévole et très engagée dans la défense de l’arrivée massive de migrants illégaux, a été violée par un migrant d’origine marocaine, également volontaire dans la même association d’accueil des migrants.

Il l’a entraînée dans le camping « Les Palominos » et l’a forcée à avoir une relation sexuelle non consentie.

L’association a confirmé avoir « expulsé » le volontaire et apporté toute son aide à la jeune victime qui a dénoncé ce viol.

Le procureur, Pascal Marcouville, a déclaré que la plainte pour viol avait été enregistrée au commissariat de Calais.

Ce n’est pas la première fois qu’une bénévole d’association, partisane d’une immigration massive, est violentée.

« Casoaislado » signale également que le 3 octobre a comparu devant les magistrats de Viscaya (Pays basque espagnol), un migrant d’origine marocaine accusé d’avoir pratiqué un viol anal, avec l’aide d’un complice, sur une jeune fille de 14 ans, lors des fêtes d’Halloween, en 2016, dans la cité de Lejona. […] »

Source

samedi, 13 octobre 2018

Grèce : une grande croix chrétienne détruite pour ne pas « offenser les migrants », la population locale en colère (MàJ)

Publié par Guy Jovelin le 13 octobre 2018

Par  le 12/10/2018 

Grèce – Une grande croix chrétienne en ciment, construite sur le rivage rocheux d’Apelli, sous le château de Mytilène sur l’île de Lesbos, érigée en l’honneur des gens qui sont morts en mer, a été détruite après qu’une ONG ait indiqué à la municipalité qu’elle était « offensante pour les migrants ».

« C’était un acte de haine ! Cette croix a été faite en béton armé, ils ont utilisé des outils lourds pour niveler la croix au sol… Nous ne voulons pas d’ennuis mais nous n’accepterons pas ce comportement… C’est inacceptable ! »

Le placement de la croix, début septembre, a provoqué des réactions négatives de la part des organisations d’aide aux migrants et une lettre a été envoyée au capitaine du port de Lesbos et au maire de la ville, indiquant que la croix avait été placée à cet endroit pour empêcher les migrants de se baigner.

« Il y a quelques jours, ils ont placé une grande croix, afin d’empêcher les migrants de venir nager. Cet acte est illégal, inesthétique mais surtout offensant pour le christianisme, une religion d’amour et de sacrifice, et non de racisme et d’intolérance. (…) S’il vous plaît, nous vous demandons de vous débarrasser de ce symbole religieux inapproprié (…) » dit l’ONG pro-migrants.

Quelques jours plus tard, la croix a été enlevée pendant la nuit.

L’annonce de cette affaire a provoqué de vives réactions de la population locale qui estime que cette destruction va à l’encontre des croyances religieuses de la majorité des habitants de l’île. Certains ont promis de reconstruire la croix.

 

Greek City Times / Naftemporiki.gr via fdesouche