Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 août 2017

Nationalité Française : Près d’un demi-million d’Algériens naturalisés depuis 1998

Publié par Guy Jovelin le 13 août 2017

Nationalité Française : Près d'un demi-million d'Algériens naturalisés depuis 1998

Nationalité Française : Près d'un demi-million d'Algériens naturalisés depuis 1998 

Le phénomène d’immigration a pris de l’ampleur en Algérie durant les deux dernières décennies et la destination préférée des algériens est la France pour les raisons historiques et culturelles connues de tous.

En effet, ce sont près de 400 000 algériens devenus français entre 1998 et 2016 «entre 1998 et 2016, un peu moins de 400 000 algériens sont devenus Français » selon le dernier rapport de la direction des étrangers du ministère français de l’Intérieur .

Les algériens classés premiers en matière d’octrois de titres de séjour se positionnent en deuxième position après les marocains en matière de procédure de naturalisation «loin derrière les marocains en termes de procédures de naturalisation» note ledit rapport qui précise également qu’un tiers des étrangers ayant bénéficié d’une procédure de naturalisation sont d’origine maghrébine.

Les algériens représentent un tiers des étrangers établis en France. Sur les six millions d’immigrés établis en France deux millions sont algériens.
 
 
Source : observalgerie

mercredi, 09 août 2017

Actes de vol en Allemagne/ Les Algériens en haut du tableau

Publié par Guy Jovelin le 09 août 2017

 

Le journal en ligne allemand Focus.de a publié, récemment, des statistiques sur les actes de vols commis par des étrangers en Allemagne. Le haut du tableau est, malheureusement, tenu par les ressortissants algériens.  

Reprenant le contenu d’un rapport publié par la police allemande, le journal a indiqué que la majorité écrasante des crimes et délits commis en Allemagne sont le fait d’immigrés clandestins. Soulignant que les migrants nord-africains, à leur tête les Algériens, sont à l’origine de la majorité des actes de vols. L’article tire la sonnette d’alarme sur un phénomène devenu préoccupant, d’autant plus que la majorité de ces voleurs deviennent plus violents et versent littéralement dans le banditisme.

Selon la même source, le taux de criminalité des ressortissants algériens a augmenté de 800%, entre 2010 et 2016, dans la seule ville de Düsseldorf, pour atteindre les 13 000 cas de vols l’année dernière..

La même publication a, par ailleurs, souligné que les réfugiés en situation régulière, notamment ceux en provenance de Syrie, ne commettent que très rarement des délits, excepté quelques menus larcins.

Massi M.

 

Source : algerie-focus.com

mardi, 23 mai 2017

Des Algériens témoignent : « La ville de Grigny (91) , elle ne fait pas partie de la France »

Publié par Guy Jovelin le 23 mai 2017

Par le 22/05/2017

La Grande Borne à Grigny (Essone), une cité de 13 mille personnes où la police ne rentre que pour faire des rafles et interpeller des jeunes. Dans cette cité, les Algériens sont pratiquement la première communauté et nous sommes partis à leur rencontre, « Nos enfants sont harcelés, tabassés et provoqués en permanence par les policiers français. »

jeudi, 16 février 2017

Algériens nés en France avant 1963, du nouveau pour l’acquisition de la nationalité française !

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2017

Algériens nés en France avant 1963, du nouveau pour l’acquisition de la nationalité française !
Le 25 octobre 2016, une note du ministère de l’Intérieur à l’attention des préfectures de la Métropole est venue clarifier la procédure de déclaration de nationalité française des Algériens nées en France métropolitaine avant le 1er janvier 1963 de parents algériens de statut civil de droit local.
 
Cette note ministérielle est passée complètement inaperçue, tant la situation de cette catégorie d’Algériens avait soulevé de nombreux débats au sein de la classe politique française. Pour rappel des faits, un amendement numéroté 794, signé par 95 parlementaires et déposé au Sénat français, avait suscité l’intérêt de nombreux Algériens.

Cet amendement a été finalement retiré et aujourd’hui, une note est venue le remplacer. La montagne a donc accouché d’une souris…

L’article de loi s’est donc transformé en instruction ministérielle.

Mais quelles sont les personnes concernées par cette note ?

Ces personnes doivent remplir 3 conditions cumulatives :

  • Etre nées en France ou dans un territoire ou département d’outre-mer (DOM et TOM) avant le 1er janvier 1963 ;

  • Etre nées d’un parent lui-même né en Algérie ;

  • Etre mineur au moment de l’indépendance de l’Algérie.

Cette note ministérielle précise également que le demandeur doit, au moment de la procédure, se trouver, de facto, en France ou sur un DOM ou TOM.

Une fois ces conditions remplies, la personne pourra introduire une demande de déclaration de nationalité française sur le fondement de l’article 24-1 du Code civil. Cet article dispose que : "La réintégration par décret peut être obtenue à tout âge et sans condition de stage. Elle est soumise, pour le surplus, aux conditions et aux règles de la naturalisation".

De surplus, aucune condition de stage (c’est-à-dire d’ancienneté sur le territoire français) et d’âge limite n’est exigée.

Cette instruction ministérielle étant trop récente, nous devrons attendre avant de connaître l’ampleur du nombre de personnes concernées.

Me Fayçal Megherbi

 

Source : lematindz

lundi, 04 avril 2016

Ils sucent la France depuis cinquante ans

Publié par Guy Jovelin le 4 avril 2016

algeriensespoirHollande a appris à danser sur l’air de « Un pasito pa l’ante ou pasito pa tras ». Un mouvement qui commence à nous épuiser tant il est répétitif.

La dernière reculade en date étant la déchéance de la nationalité. Pourtant, connaissant les lois françaises et internationales, il aurait pu nous éviter les sommes de conneries débitées à ce sujet et à longueur de journées par les media et les politiques.

A moins qu’il ne se soit servi de ce prétexte pour cacher d’autres décisions qui lui seraient impopulaires, comme il a pris l’habitude de le faire.

Résultat de cette pantalonnade et comme l’a jugé le Sénat, seuls les binationaux peuvent être déchus de la nationalité française puisqu’ils ne deviendraient pas des apatrides.

Soit. Donc, seuls les terroristes binationaux  pouvaient être déchus de la nationalité française. Cela n’a  pas convenu à Hollande . Pourquoi ?

Connaissez-vous des terroristes ayant tué en Europe – et particulièrement en France – qui n’aient pas la double nationalité française et algérienne ou marocainepuisque ces deux pays du Maghreb nous fournissent un énorme contingent de binationaux qui profitent de nos lois mais ne les respectent pas.

Leur leitmotiv est : On prend, on ne donne rien. Et dès qu’on peut, on prend le pays !

Tout cela, nous le savons depuis 50 ans. Et les dirigeants, aussi. Il est des accords signés difficilement révisables surtout si cela doit désavantager les pays du maghreb et principalement l’Algérie.

Chaque politique français, de droite ou de gauche, à la pêche aux voix électorales, s’empresse de maintenir un bon rapport avec ces pays. Ils s’engagent donc, en contrepartie, à délivrer des visas en quantité astronomique – plus de 200.000 visas annuels pour l’Algérie qui a la préférence de la France, allez savoir pourquoi ?

Ajoutez à cela, les illégaux, les cousins-cousines, les frères-soeurs, les tontons-tatas, qui arrivent en « visite » dans la famille. Tant qu’ils y sont, ils en profitent pour se faire soigner en utilisant les cartes vitales des binationaux qui bénéficient de la CMU mais qui échangent ce « service » contre des milliers de dinars algériens qui resteront au pays, bien au chaud, en attendant les futures vacances.

Bref, tous ces gens-là sucent la France sans jamais lui apporter un millionième de ce qu’ils prennent.

Pour faire bon poids, on ajoutera à la marée migratoire à laquelle nous faisons face, ceux de ces « visiteurs familiaux » qui ne repartent jamais et vous obtiendrez un nombre incalculable de futurs binationaux dont la France héritera.

Pourtant, en janvier dernier, un sénateur a proposé une loi qui pourrait inverser la donne, à condition que les députés, sénateurs et autres conseillers constitutionnels français veuillent bien préserver ce qui reste de la France, encore, non musulmane.

Ce projet de loi, fort simple et judicieux, permettrait de nous défaire de tous ces binationaux alimentaires et devenus, pour un grand nombre, ennemis déclarés de la France et de ses libertés. De plus, nous ne serions pas le premier pays européen à l’appliquer.

Cette loi consisterait à n’accepter, binationaux, que les seuls natifs européens.

Bien sûr, vous dites on est déjà habitué à entendre : le Français « Mehra » ou le Belge « Salem -machin ».  Qu’est-ce qui les empêcherait, alors de rechercher la binationalité en France ?

Puisqu’ils bénéficient dans ces pays-là de la presque totalité des avantages que nous leur fournissons, ceci est un moindre risque. Nous nous en occuperions dans un second temps.

L’urgence étant de ne plus fabriquer des doubles nationalités arabo-française.

Si ce projet, dans lequel figurent deux articles très intelligents parce que très efficaces, venaient à être adopté, nous ne retrouverions chez nous, que des Français de coeur et non des suceurs de moelle.

Voilà ce que propose le sénateur Jean-Louis Masson (un Lorrain !) pour modifier l’acquisition systématique de la nationalité française aux personnes nées de parents étrangers :

« À l’exception des ressortissants des pays de l’Union européenne, l’intéressé n’ayant pas dans l’année suivant sa majorité répudié la ou les nationalités qu’il possède déjà, est déclaré d’office décliner la qualité de Français. L’intéressé est alors réputé n’avoir jamais été français ».

Pour ceux qui souhaitent devenir Français et la liste est longue chaque année avec les mariages arrangés, les adoptions bidons etct… il préconise :

« À l’exception des ressortissants des pays de l’Union européenne, toute personne devenue française par acquisition de la nationalité en application des articles 21-2 à 21-25-1 n’ayant pas, dans l’année suivant cette acquisition, répudié la ou les nationalités qu’il possédait déjà est déclarée d’office décliner la qualité de Français. Elle est réputée n’avoir jamais été française. »

La dernière phrase, dans ces deux articles, est primordiale. Ils n’ont jamais été Français. Par conséquent, ils ne pourront jamais réclamer, ultérieurement, quoique ce soit qui pourrait leur être concédé au regard de leur appartenance antérieure à la communauté française sinon qu’en leur qualité d’étranger.

Cette proposition de loi permettrait dans un premier temps de stopper immédiatement la prolifération de la binationalité (ou plus) sur le territoire français.

Dans un second temps, nous suggèrerions que TOUS les binationaux nés sur le territoire français, ayant obtenu de facto la nationalité française au regard du droit du sol, soient contraints à la même rigueur du choix de la nationalité qui leur conviendrait le mieux.

En choisissant la France, ils deviendraient des Français à part entière. Avec des droits et des devoirs envers la France. Ils ne pourraient plus aller se réfugier dans « leur autre pays » comme ils le font trop souvent quand ils ont commis un acte condamnable en France. Ils ne bénéficieraient pas de lois différentes. Ils seraient jugés en France et uniquement. Ils seraient, aussi, défendus par la France, en cas de litiges dans un autre pays.

Tout cela est possible et facilement exécutable.

Reste à savoir comment ces dirigeants, députés, sénateurs et autres conseillers constitutionnels interprèteront cette proposition qui n’a pour seul but que de préserver la France des envahisseurs qui ne l’aiment pas et font tout pour se l’accaparer et la détruire.

Danièle Lopez

 

Source : http://ripostelaique.com/