Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 janvier 2019

Dette : « C’est du jamais vu » En 2019, la France va emprunter 200 milliards auprès des marchés internationaux

Publié par Guy Jovelin le 11 janvier 2019

Par  le 10/01/2019
 

L’année 2019 sera bien l’année de tous les records pour les besoins de financement extérieurs de l’Etat. 2018 établissait un nouveau seuil de prélèvements obligatoires à 1000 milliards d’euros, si l’on en croit les prévisions budgétaires, ce record ne sera pas battu. En revanche sur les financements extérieurs, c’est du jamais vu: 200 milliards d’euros seront collectés sur les marchés internationaux. Les besoins de financement de l’état se montant en 2019 à 236 milliards.

[…]

BFM Business via fdesouche

mercredi, 09 janvier 2019

La France, n°1… de la censure politique dans le monde

Publié par Guy Jovelin le 09 janvier 2019

 

Source : ndf

vendredi, 04 janvier 2019

La France «prête» à accueillir une partie des migrants bloqués près de Malte

Publié par Guy Jovelin le 04 janvier 2019

Par  le 03/01/2019

 

Les autorités de La Valette ont accepté d’abriter dans les eaux maltaises deux navires d’ONG allemandes transportant 49 migrants secourus en Méditerranée. Paris conditionne cet accueil à un «effort collectif de répartition» entre différents pays européens.

La France est prête à participer «dans le cadre d’un effort européen» à l’accueil d’une partie des 49 migrants bloqués depuis plusieurs jours au large de Malte sur deux navires affrétés par des ONG allemandes, a indiqué, ce jeudi, une source proche de l’Élysée, confirmant une information du Monde.

«La Commission (européenne) mène actuellement des consultations. Conformément aux principes toujours suivis par la France, nous sommes prêts à participer dans le cadre d’un effort européen et pour les personnes qui sont en besoin de protection», a-t-on précisé de même source. Contactée par Le Figaro, l’ONG Sea Eye n’était pas au courant de la décision française, mais évoquait des tractations en cours entre Bruxelles et le gouvernement allemand. […]

À l’image de la France, l’Allemagne et les Pays-Bas se sont dits prêts à accueillir une partie des migrants à condition que d’autres pays européens fassent de même. L’annonce française devrait permettre d’accélérer l’annonce d’une solution.

news.yahoo via fdesouche

mercredi, 05 décembre 2018

Pendant la spoliation, le bradage continue !

Publié par Guy Jovelin le 05 décembre 2018

 

Auteur

Guillaume de Thieulloy

bradage,démantèlement,france,spoliation

Emmanuel Macron a quel­que chose de fascinant.

Alors même qu’il est acculé par la colère populaire, alors même que ses principaux soutiens semblent prendre leurs distances (de Jacques Attali faisant, pour la première fois, l’éloge de la nation, à Gérard Collomb, quittant le ministère de l’Intérieur et multipliant les déclarations fracassantes, en passant par « Le Monde », naguère « Moniteur de la Macronie » en pointe sur l’affaire Benalla), il continue de dérouler imperturbablement son programme de démantèlement de la France.

Tout d’abord, il y a cette déclaration sur notre « partage de souveraineté » avec l’Allemagne.

Il serait question de « partager » notre dissuasion nucléaire et notre siège au conseil de sécurité de l’ONU.

En bon français, cela s’appelle une forfaiture : abandonner les marques de la souveraineté française à une puissance étrangère, c’est exactement l’inverse de ce que le chef de l’État est tenu de faire. L’article 5 de la constitution de 1958 déclare, au contraire : « Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »

Lui, il ferait rigoureusement l’inverse. Cela seul devrait justifier une procédure de destitution, si le parlement n’était pas devenu une chambre d’enregistrement.

Quand on pense que M. Macron se permet de donner des leçons à la terre entière, alors qu’il brade notre souveraineté, et que son arrogance et son mépris mettent le feu à Paris …

Dans un autre ordre d’idées, il vient d’annoncer que la France allait « restituer sans tarder » 26 œuvres d’art au Bénin.

Restituer ? Vraiment ? Mais le Bénin n’existait pas avant la colonisation française. Il n’existait que des royaumes tribaux, en guerre les uns avec les autres.

D’ailleurs, ces œuvres d’art n’auraient jamais été conservées, ni même identifiées comme artistiques, sans la France.

En Afrique, plus encore qu’en Asie, c’est le regard de l’Occidental qui a littéralement « créé » l’art local. Sans nous, Angkor serait un tas de pierres oubliées. Sans nous, l’art du Dahomey serait tout simplement inconnu.

Passons sur le « sans tarder », qui fixe à la majorité de « godillots » la feuille de route de voter sans rechigner un nouveau bradage du patrimoine français.

Mais rappelons que le droit international assurait – avant que les barbares post-modernes ne le ravagent pour imposer leur conception pseudo-morale – que ces œuvres étaient légitimement détenues dans les musées des anciennes métropoles.

Si ce funeste projet parvenait à son achèvement, nous pourrions fermer le Louvre. Quasiment rien n’y échapperait, des collections égyptiennes aux collections antiques, en passant par celles d’Extrême-Orient. Une large part vient de nos campagnes et de notre colonisation.

Quand on voit le sort des musées de Bagdad ou Kaboul, comment le regretter ? Et pense-t-on sérieusement que les œuvres d’art seront mieux mises en valeur à Porto-Novo, Cotonou ou Harare qu’à Londres, New York, Saint-Pétersbourg, ou Paris ?

Sous couvert de bons sentiments, M. Macron prépare un pillage sans commune mesure avec ce que les siècles précédents ont connu. En attendant, il brade scandaleusement le patrimoine français, comme s’il lui appartenait. Il ne nous appartient même pas à nous tous, collectivement, Français vivants. Il appartient tout autant aux Français morts et aux Français à naître que les démagogues oublient systématiquement.

Qu’au moment où il cherche à parlementer avec les gilets jaunes en lutte contre la spoliation fiscale, il évoque une spoliation de souveraineté et de patrimoine plus grave encore, voilà qui dépasse l’entendement – et qui justifierait amplement sa destitution.

 

Source : les4verites

vendredi, 16 novembre 2018

L’impôt, l’impôt, l’impôt !

Publié par Guy Jovelin le 16 novembre 2018

Auteur

Lambert Christian

état socialiste,france,impôts 

La France est le pays le plus imposé du monde. L’État socialiste parvient à enlever chaque année 1 000 milliards d’euros aux contribuables. Il en est arrivé à 365 impôts et taxes par an. Pour la seule année actuelle – 2018 –, les impôts ont augmenté pour les ménages de 4,5 milliards d’euros, ce qui fait beaucoup de feuilles d’impôt pour les braves gens qui n’ont qu’à se priver pour payer. Cette très lourde fiscalité écrase les entreprises et les particuliers pour les résultats que chacun connaît et qui sont désastreux. Grands dieux, comment sommes-nous gouvernés ?

Aquilino Morelle, plume et proche collaborateur de François Hollande, disait de lui, après avoir quitté l’Élysée : « Hollande est nul. Pendant son quinquennat, il a créé 27 impôts nouveaux, c’est tout ce qu’il a su faire. » Heureusement, il avait un super conseiller qui allait rassurer tout le monde. En réalité, ce conseiller, l’élève Emmanuel, s’efforce de faire aussi bien que le maître. Mélange unique d’intelligence et d’aveuglement, il a déjà inventé 8 nouvelles taxes.

En 1997, les impôts avaient augmenté de 1,7 %. En 2017, cette hausse était passée à 6,6 %. Pour le seul logement, les prélèvements se chiffrent en 2016 à 67,8 milliards d’euros, soit deux fois plus que la moyenne des pays européens. La hausse de la CSG, invention du socialiste Rocard, frappe surtout les retraités aux revenus modestes, offrant ainsi une recette supplémentaire de 22,5 milliards d’euros aux finances publiques.

Une bonne partie du produit de ce qu’il faut bien appeler un racket va à l’immigration, notamment arabo-africaine, qui n’a jamais été aussi élevée. En 2009, la France a distribué 194 000 titres de séjour ; en 2017, 260 000 !

D’une étonnante hypocrisie, les responsables politiques au pouvoir disent vouloir limiter l’invasion migratoire mais, se moquant du monde, ils font tout, en réalité, pour l’aggraver. Par exemple, en finançant les associations d’aide aux « migrants ». C’est ainsi que la CIMADE, qui milite ouvertement pour l’immigration, reçoit de l’État 4 millions d’euros par an, ce même État qui, récemment, a acheté des dizaines d’hôtels Formule 1 pour y loger les demandeurs d’asile. En Seine Saint-Denis, région à peuplement venu d’ailleurs, l’État ignore le nombre d’habitants qui y résident. Les personnes en situation irrégulière y seraient au nombre de 400 000. Or, on prévoit une augmentation par dix du nombre des migrants. La moyenne de fécondité en France est de 1,88 par femme. Au Niger, elle est de 7,6 ! On note en même temps que le taux d’incidence du virus du Sida chez les migrants venus d’Afrique est 69 fois supérieur à celui de la population masculine générale.

Cerise sur la galette, en 2009, près de 440 000 retraités couverts par la caisse nationale vieillesse résidaient en Algérie. Au total, la France verse chaque année 6,5 milliards d’euros de retraite à l’étranger, principalement au Maghreb, selon la Cour des comptes. Les heureux bénéficiaires algériens étant éternels, ce scandale peut durer longtemps.

Une précision encore : parmi les centaines de milliers de clandestins, on compte de plus en plus de mineurs. La charge publique afférente va dépasser 2 milliards d’euros par an, avec une dépense annuelle de 50 000 à 60 000 euros par mineur. Le plus grand nombre de ces « mineurs » déclarent avoir entre 15 et 17 ans, mais en ont, en réalité, 25 ou 30. Il y en a de beaucoup plus jeunes, qui viennent d’Afrique noire, avec souvent la complicité des personnels locaux des consulats.

Sous l’Ancien Régime, il fallait 18 jours de travail pour payer ses impôts ; aujourd’hui, il en faut 218. Pourchassés par une telle politique, tous ceux qui le peuvent – les meilleurs – quittent la France et vont se réfugier à l’étranger. Mais pas n’importe où. C’est ainsi que 175 000 Français se sont établis en Suisse, 120 000 en Belgique, beaucoup en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. Entre 2007 et 2015, les départs se sont multipliés par deux – comme le montant des impôts ! En 2015, on a recensé 50 362 départs, le plus souvent des jeunes diplômés, ce qui fait dire que la France exporte ses bac + 5 et importe des bac – 5. Vous verrez ce que cela va produire …

Il faut dire que ceux qui restent ne sont pas condamnés aux travaux forcés, c’est le moins que l’on puisse dire. Les 35 heures s’accompagnent d’un absentéisme record. Dans les Hauts-de Seine, on constate 69 jours d’arrêt maladie en moyenne. À la mairie de Paris, les agents bénéficient de 55 jours de congés par an. C’est sans doute pour cela que l’État engage de nouveaux fonctionnaires ! Au total, plus de 5,7 millions qui, espérons-le, ne vont pas tous se trouver en congé maladie. L’invention des 35 heures par DSK et Marine Aubry, qui devait faire baisser le chômage, ne l’a pas fait baisser (6,9 millions, beaucoup plus qu’en Allemagne, en Angleterre ou aux États-Unis). Les syndicats veillent et, pour cela, ils reçoivent de fortes dotations annuelles venant de l’argent public, équipés de l’énorme Code du travail – un mastodonte qui veille, lui aussi, au bonheur des travailleurs !

Bref, la devise de la France socialiste, c’est : Fiscalité, complexité, opacité et aussi insécurité. 75 % des Français se sentent en insécurité. 450 terroristes vont sortir de prison d’ici 2019. On notera à ce sujet que les deux tiers des crimes et délits commis en France l’ont été par des immigrés (cf. La France interdite de Laurent Obertone, p. 141).

En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’à l’issue du quinquennat Macron, la dette sera passée de 2 219 milliards d’euros à 2499, sans compter la dette de la SNCF (35 milliards) et quelques autres. Et ce n’est pas le service obligatoire et le salaire universel (projets Macron) qui vont faire baisser une dépense à tout va, où figure déjà 1,28 milliard d’euros pour la seule mise en place du prélèvement à la source.

Ces précisions, que je viens d’énumérer, ne sont pas sorties de mon imagination. Elles figurent dans le dernier ouvrage d’Agnès Verdier-Molinier : « En marche vers l’immobilisme », dont je recommande la lecture, l’auteur, connu et apprécié, s’étant distingué par son savoir, sa compétence et son courage.

 

Source : les4verites