Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 juin 2018

Cluses (74) : scènes de joie et « Allah Akbar » pour célébrer la victoire d’Erdogan

Publié par Guy Jovelin le 25 juin 2018

Par  le 25/06/2018

allah akbar,cluses,erdogan,victoire

 
Tancrède ن@Tancrede_Crptrs
Devant la mairie de (74) hier soir ...

Les partisans d' ont fêté la réélection de l'islamiste en :
- scandant son nom
- sortant de nombreux drapeaux de la
- hurlant Allahu Akbar

France 2018.

samedi, 18 novembre 2017

Incident sur le site d’Airbus à Saint-Martin-du-Touch (31) : un homme menace ses collègues en criant « Allah Akbar »

Publié par Guy Jovelin le 18 novembre 2017

 
 

Les salariés d’Airbus à Saint-Martin-du-Touch, près de Toulouse, ont connu un début d’après-midi mouvementé hier. Un salarié de l’entreprise a été interpellé par les policiers après avoir menacé ses collègues de travail. Il a été rapidement maîtrisé par les services de sécurité de l’entreprise aéronautique.

Cet homme au comportement inquiétant a été placé en garde à vue au commissariat central, pour tenter de comprendre les motivations de ses actes. Pendant ce temps, plusieurs vérifications menées par les enquêteurs de la sûreté départementale ont permis de cerner la personnalité de ce mécanicien. Vers 13 h 30, cet homme serait rentré sur le site d’Airbus. Selon plusieurs témoins, il aurait été vu en train de prier, sur le tarmac, entre deux avions. Il a crié en évoquant dieu et la religion avant de menacer d’autres employés de l’entreprise à l’aide d’un bâton.

 

Un homme crie "Allah akbar" : opération de déminage en cours chez   https://www.ladepeche.fr/article/2017/11/17/2686614-homme-crie-allah-akbar-operation-deminage-cours-chez-airbus.html 

Un homme crie "Allah akbar" : opération de déminage en cours chez Airbus

Une opération de déminage est en cours sur le site d'Airbus à Saint-Martin-du-Touch, par mesure de sécurité, après qu'un salarié de l'entreprise, au comportent inquiétant, a crié "Allah akbar" et...

ladepeche.fr
 

 

La Dépeche via fdesouche

vendredi, 26 août 2016

Quelle est cette identité cachée de ce « Français » qui a frappé l’Australie en criant « Allah Akbar »

Publié par Guy Jovelin le 26 août 2016

par

Smail_AyadDepuis plusieurs jours les médias se font l’écho de ce « Français » qui a tué une Britannique à coups de couteau et a blessé deux autres personnes en criant « Allah Akbar » en Australie. Ces mêmes médias nous parlent d’un déséquilibré tandis que la police australienne croit devoir préciser que ce « déséquilibré » ne présente « aucun signe de radicalisation islamiste ».

Symbole de cette désinformation, ces deux articles du Figaro :

http://www.lefigaro.fr/international/2016/08/24/01003-20160824ARTFIG00223-australie-un-touriste-francais-tue-une-britannique-a-coups-de-couteau.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/25/97001-20160825FILWWW00021-australie-pas-de-radicalisation-chez-le-francais-soupconne-du-meurtre.php

Mais au fait, qui est ce « Français » ?

Il s’agit de Smail Ayad, âgé de 29 ans.

Donc récapitulons : un dénommé très français Smail Ayad, qui assassine en criant en criant « Allah Akbar », voici qui d’évidence n’a rien à voir avec l’Islam !

http://www.abc.net.au/news/2016-08-25/qld-backpacker-killing-no-indication-of-radicalisation-home-hill/7784228

http://www.theaustralian.com.au/news/nation/british-backpacker-slain-in-allahu-akbar-attack-near-townsvile/news-story/4eec6f22f41f5fe044bd6a167aff6c21

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3757404/French-man-killed-British-backpacker-Queensland-hostel-stabbing-entranced-her.html

 

Source : medias-presse.info

lundi, 14 mars 2016

Attentat en Côte d'Ivoire : un assaillant a «tiré et crié Allah akbar», raconte un témoin

Publié par Guy Jovelin le 14 mars 2016

Selon les premiers témoins de l'attaque djihadiste dans la station balnéaire très populaire de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, le commando armé était déterminé à tuer.
Selon les premiers témoins de l'attaque djihadiste dans la station balnéaire très populaire de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, le commando armé était déterminé à tuer. Capture d'écran BFMTV

Le commando armé qui a tué 16 personnes, dimanche, dans la station balnéaire très populaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, était déterminé à tuer de sang-froid, selon les premiers témoignages recueillis par BFMTV au coeur de l'attentat djihadisite.

Un témoin raconte ainsi à la chaîne d'informations qu'il a vu à 12 h 30 (13 h 30 heure française) un des six assaillants armés s'approcher d'une personne qui était au téléphone sur la plage et tuer celle-ci à bout portant en criant «Allah akbar».

Tout s'est passé très vite, selon ce témoin, un jeune homme visiblement encore sous le choc : «Il est arrivé auprès d'un jeune qui était en communication. Il a tiré une balle dans la tête et a crié -Allah akbar-. A ce moment là, il y avait trois autres hommes derrière qui ont commencé à tirer».

VIDEO. Côte d'Ivoire : «Il lui a tiré une balle dans la tête et a crié Allah akbar», raconte un témoin (BFM TV)


Les assaillants «puissamment armés»

Les assaillants étaient «puissamment armés» alors que l'établissement était bondé en cette période de canicule, a expliqué un autre témoin. «On était sur la plage, on a entendu des coups de feu et on a vu des gens fuir, on a compris que c'était une attaque», a raconté Braman Kinda qui a vu les assaillants parcourir la plage «en tirant des coups de feu».

Le prince français Charles-Philippe d'Orléans, arrivé sur la plage peu avant l'attaque, a raconté au magazine Paris Match avoir cru entendre «un pétard», qui était «sans doute un calibre 22 LR». «Il y avait un monde fou sur cette plage. Tout le monde s'est figé un instant. Puis, il y a eu un second coup de feu, du 9 mm sans doute, et là, tout le monde s'est mis à courir dans tous les sens.»

Abbas El-Roz, un ressortissant libanais qui séjournait à l'Étoile du Sud, a raconté que l'un des assaillants portait un fusil d'assaut Kalachnikov et une ceinture de grenades. Un autre témoin, Kouamena Kakou Bertin, transporteur, a affirmé que trois assaillants s'étaient enfuis à pied par la route. L'attaque a provoqué des scènes de panique, plusieurs centaines de personnes tentant de quitter la zone quadrillée par d'importantes forces militaires.

 
«Le bilan est lourd» avec 14 civils et deux membres des forces spéciales tués, ainsi que 22 blessés, a expliqué le président Alassane Ouattara, qui s'est rendu sur les lieux.  Le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, a précisé qu'il y avait quatre morts occidentaux, dont un Français et un Allemand.

Le président français François Hollande a dénoncé dimanche un «lâche attentat», promettant «soutien logistique et de renseignement pour retrouver les agresseurs». Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendront mardi à Abidjan pour exprimer la solidarité de la France.