Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 septembre 2018

Montauban (82) : Un collégien fiché S interpellé pour vouloir faire le djihad

Publié par Guy Jovelin le 14 septembre 2018

 
collégien
Un adolescent de 16 ans a été interpellé mardi 11 septembre. Scolarisé en classe de troisième au collège Ingres, à Montauban, il est entendu au commissariat de Toulouse par les enquêteurs chargés de l’antiterrorisme.

Il n’a que 16 ans mais inquiète déjà les policiers depuis un an. Un collégien a été arrêté au domicile de ses parents, mardi 11 septembre, à Montauban. Sur ses réseaux sociaux, il pose habillé en combattant islamique et fait part de ses vœux de prendre part au djihad, en Afghanistan. Une enquête préliminaire a été ouverte pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste » et est menée par le parquet antiterroriste de Paris.

Lire aussi : Des islamistes toulousains forment des enfants kamikazes

Selon le site La Dépêche, les enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) tentent de mettre au clair ses réelles déterminations de départ en zone afghane. Toujours selon le quotidien, le jeune adolescent, qui redouble cette année sa troisième, a expliqué durant ses premières auditions, vouloir partir en voiture au mois d’octobre ou novembre, vers le Proche-Orient. Si selon lui, tout est prévu, les spécialistes de l’antiterrorisme le soupçonnent de vouloir dissimuler un projet d’attentat dans la région ou en France.

Lire aussi : Toulouse est la deuxième ville abritant le plus d’islamistes

Fiché S depuis un an, il aurait lui-même révélé sa radicalisation à un membre du personnel du collège Ingres de Montauban. Il confiait s’être fait enrôler sur les réseaux sociaux. Une déclaration qui pousse le principal de l’établissement à donner l’alerte au plus vite. Le département du Tarn-et-Garonne compte une centaine de fichés S.

Le même jour, un individu majeur d’origine tchétchène a également été interpellé à Béziers.

La rédaction d’Infos-Toulouse. 

 

Source : infos-toulouse

lundi, 14 mai 2018

Symphonie mortuaire à l’Opéra de Paris

Publié par Guy Jovelin le 14 mai 2018

Rédigé par notre équipe le 13 mai 2018 

Ce 12 mai 2018 restera donc dans les mémoires et l’Histoire comme le jour ou une énième attaque terroriste a frappé la France. Cible de choix, Paris a une nouvelle fois été visé et c’est un innocent de 29 ans que l’on pleure aujourd’hui. Présent au mauvais endroit au mauvais moment, il a croisé la route d’un terroriste au long couteau qui n’aurait jamais dû se trouver en liberté. Les attaques se suivent, les victimes s’accumulent, mais rien n’est vraiment fait pour neutraliser tous les barbus assoiffés de sang.  

Gérard Collomb a enfin trouvé un peu de travail. Le ministre qui s’ennuie est même ultra booké depuis hier soir et l’attaque au couteau dans le quartier de l’Opéra à Paris. Son chef au repos au fort de Brégançon, c’est lui qui a le premier rôle après une attaque dont le bilan est d’un mort, et quatre blessés dont deux graves. La victime est un homme de 29 ans, emporté par la haine d’un terroriste à peine sortie de l’adolescence (21 ans).

Une « chance pour la France » passe encore à l’acte

Un terroriste au parcours marqué du double sceau de l’irresponsabilité et de la culpabilité de l’Etat. Non, le terroriste n’était pas un multirécidiviste étrangement libre de ses mouvements, nourri, logé et blanchi par nos impôts. L’homme n’avait pas de casier judiciaire, mais juste une petite fiche S en raison de ses liens avec l’islamisme radical… Encore une fois, la vipère avait été repérée par les services de renseignement, mais aucune mesure n’avait été prise par la justice. Un sympathisant de la cause terroriste déambulait dans les rues sans que cela ne pose aucun problème…

La France est un pays bien curieux où la liberté des citoyens et surtout des terroristes est un droit imprescriptible. Il ne faut surtout pas stigmatiser et encore moins lorsqu’il s’agit d’une « chance pour la France », car le terroriste a aussi la particularité de ne pas être né dans nos campagnes. L’homme était né en Tchétchénie, une région du Caucase russe connue dans le monde entier pour enfanter des criminels et des islamistes radicaux. La Russie a pleuré des centaines de morts à cause d’individus comme celui qui a donné la mort hier, mais la réponse à Moscou est bien différente.

En Russie, les terroristes sont neutralisés sans ménagement tandis que la France les invite sur son territoire et qu’elle leur donne la nationalité française. Quand la grandeur d’âme est à ce point débile, les morts sont au tournant. Les plus gauchistes iront jusqu’à dire que cet attentat est le signe d’une intégration qui ne s’est pas bien faite. Le sentiment de rejet vécu par la victime a contribué à son acte. En d’autres termes, si les attentats de « chances pour la France » se perpétuent, c’est parce que les Français sont des racistes patentés…

Le génial ministre Collomb a salué le sang froid des forces de l’ordre qui ont abattu le terroriste. Une petite phrase habituelle qui cache mal le fait que la justice continue obstinément de ne pas vouloir faire son travail. Cette première année en macronie constitue un terrible héritage des années Hollande. Il faut pleurer, se lamenter, mais surtout ne rien faire pour se protéger des terroristes. Combien d’attentats encore à venir en 2018 ? Combien de Français de papiers prêts à arracher la vie à des innocents ? Combien de fichés S qui passent à l’action ? Il n’y a qu’à attendre, car face à la faiblesse de l’Etat, les horreurs et statistiques s’accumulent pour dresser le portrait d’une France en phase terminale.

 

Source : 24heuresactu

lundi, 29 janvier 2018

Agen (47) : un fiché S accusé d’avoir donné des coups de couteau à un agriculteur au cri d’ « Allah Akbar » remis en liberté

Publié par Guy Jovelin le 29 janvier 2018

 

Mis en examen pour violences volontaires avec arme et placé en détention provisoire depuis juillet, Kamal Belbakkal, 40 ans, a quitté la maison d’arrêt d’Agen vers 22 heures vendredi.

Il a été placé sous contrôle judiciaire à Agen. Son avocat Me Laurent Bruneau avait précisé il y a quelques semaines qu’il entendait déposer auprès du juge d’instruction une demande de remise en liberté. L’avocat agenais avait un argument de poids : ce fiché S depuis le printemps 2016 a été relaxé par la cour d’appel le 4 janvier dernier. Condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Agen pour diffusion d’images relevant de la propagande de Daesh, Kamal Belbakkal niait avoir envoyé ses fichiers via l’application WhatsApp et les juges en appel étaient allés dans ce sens.

Il était fiché S pour avoir, lors d’une audition chez les gendarmes, tenu des propos de soutien à l’Etat Islamique. Il avait été assigné à résidence à la suite de l’arrêté préfectoral.

Dans le dossier de violences avec arme de juin 2017, aucune confrontation n’a pour l’instant eu lieu. Kamal Belbakkal nie avoir crié Allah Akbar au moment de l’agression de l’agriculteur de 50 ans qui moissonnait ce dimanche-là à Laroque-Timbaut, entre Agen et Villeneuve sur Lot. Il contestait aussi les coups de couteau. La victime porte encore les cicatrices psychologiques et physiques, à l’épaule gauche. Jointe ce samedi, Sophie Grolleau, son avocate, affirme ne pas avoir été tenue informée de cette remise en liberté.

 

vendredi, 19 janvier 2018

Corse : deux surveillants de la prison de Borgo agressés par trois détenus

Publié par Guy Jovelin le 19 janvier 2018

Par  Mis à jour le 19/01/2018 

téléchargement.jpg

Deux gardiens de la prison de Borgo (Haute-Corse) ont été grièvement blessés ce matin par trois détenus, dont un suivi pour radicalisation, ce vendredi. Les deux hommes, dont l'un a été plus gravement touché que l'autre, ont été transférés vers l'hôpital de Bastia, a indiqué la procureure de Bastia, Caroline Tharot.

Selon la direction de l'administration pénitentiaire, les deux surveillants, dont le pronostic vital n'est pas engagé, ont été attaqués par trois détenus de droit commun, et non par un seul comme indiqué dans un premier temps. L'un de ces trois détenus est suivi pour radicalisation religieuse, a-t-on précisé de même source à l'AFP.

Les trois détenus seraient retranchés dans leurs cellules et refuseraient d'en sortir. Un périmètre autour de la prison a été bouclé et une dizaine de véhicules de CRS sont arrivés vers 11h devant la maison d'arrêt, où la direction de l'administration pénitentiaire a confirmé à l'AFP qu'une opération de police était en cours.

Des soupçons de radicalisation pesaient sur l'un des détenus. Ces dernières ont été confirmées récemment par des écoutes téléphoniques transmises à la procureure, qui a ouvert une enquête. "Il s'agit d'une grosse agression, l'un des deux gardiens était inconscient et l'auteur est un détenu qui avait déjà une fiche signalétique sur son comportement", a indiqué à l'AFP Maxime Coustie, délégué régional UFAP.

 

Source : lefigaro

mercredi, 18 octobre 2017

Un Marocain fiché S arrêté dans le Tarn-et-Garonne

Publié par Guy Jovelin le 18 octobre 2017

 

L'homme a été expulsé vers le Maroc./ Photo DDM Morad Cherchari
 L'homme a été expulsé vers le Maroc./ Photo DDM Morad Cherchari

Les gendarmes du Tarn-et-Garonne ont procédé ce mardi matin, à Pompignan, au sud de Montauban, à l'arrestation d'un homme, un Marocain, fiché S. Ce dernier aurait proféré des menaces à caractère terroriste à plusieurs reprises, depuis sa récente sortie de prison pour des faits de droit commun. L'homme a été remis à la police de l'Air et des Frontières et expulsé dès hier vers le Maroc. 

 

LAURENT BENAYOUN

 

Source : ladepeche