Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 juin 2017

Gérard Collomb, franc-maçon et ministre des cultes

 Publié par Guy Jovelin le 30 juin 2017

 par   29 juin 2017

Gérard Collomb est un habile politicien.

A 69 ans, l’ex-maire de Lyon est le ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron. Il est aussi le ministre des relations avec les cultes. Depuis 1912, ces deux fonctions sont couplées.

Or, comme nombre de ses prédécesseurs à la place Beauvau, Gérard Collomb est un franc-maçon, initié en 1989 au Grand Orient de France.

Il est aussi membre du club mondialiste Le Siècle et membre du Groupe d’amitié parlementaire France-Israël et entretient les meilleures relations avec le CRIF.

L’habileté de Gérard Collomb consiste précisément à faire oublier ses appartenances occultes et à amadouer l’ensemble de ses interlocuteurs.

Ainsi, le franc-maçon Gérard Collomb est devenu un proche de Mgr Barbarin.

Le franc-maçon Gérard Collomb ne manque pas non plus une occasion de s’afficher avec des représentants de l’islam.

Bref, Gérard Collomb facilite tranquillement l’acceptation d’un syncrétisme religieux qui entre parfaitement dans le plan mondialiste.

 

Source : medias-presse.info

jeudi, 18 mai 2017

Un gouvernement bien franc-macronniquement équilibré pour une mauvaise politique

Publié par Guy Jovelin le 18 mai 2017

franc-maçonnerie

par Bernard Antony*

La constitution du gouvernement Edouard Philippe dont la liste a été donnée ne surprend pas. Elle est sans doute un bon dosage de représentants des intérêts et des tendances fédérées dans la même utopie constructiviste eurocratique.

Les références à des sensibilités d’origine dites de droite, de gauche ou du centre n’y signifient strictement rien.

Notons d’abord que « la secrète religion de la République » qu’ont invoquée à peu près tous les derniers chefs de l’État et ministres de l’Intérieur y sera bien respectée. Deux titulaires de ministères régaliens, Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian sont de hauts gradés au sein du Grand-Orient de France.

Mais François Bayrou désormais Garde des Sceaux n’est pas moins le tenant fanatique d’un ultra-laïcisme intégral. Il rappelle à l’occasion que s’il va à la messe, c’est à titre strictement personnel ; que la religion doit être absolument reléguée dans la sphère privée, que rien ne doit interférer de la morale religieuse dans l’esprit des lois. Ce qui est, on le sait, la position du Grand-Orient de France et des autres obédiences laïcistes.

On se souvient qu’il avait été le seul homme politique à fulminer de la rage contre le fait que les cloches de France aient sonné le glas à la mort de Jean-Paul II.

L’idéologue ultra-laïciste Bayrou est ainsi à l’opposé de l’enseignement de l’Évangile fondateur de la laïcité fondée sur le respect de ce qu’il faut rendre à Dieu et de ce qu’il faut rendre à César. Comme si les lois des Républiques pouvaient bafouer la loi morale naturelle et universelle du Décalogue.

Or, ce personnage professe par ailleurs une grande et sourcilleuse admiration pour l’islam qu’il persiste à ne désigner que comme une religion alors qu’il s’agit d’une théocratie totalitaire dans laquelle n’existe pas la distinction entre ce qu’il faut rendre à Dieu et ce qu’il faut rendre à César.

Bayrou, Garde des Sceaux, cela n’augure donc vraiment rien de bon. D’autant que l’on a gardé de son passage au ministère de l’Éducation Nationale sa totale soumission aux desiderata des syndicats.

On n’attendra guère mieux à la Culture de la franco-belge Françoise Nyssen, formatée elle aussi par le chaudron maçonnique de l’Université Libre de Bruxelles et adepte des tenues blanches au Grand-Orient. Militante active en faveur de l’euthanasie. Il est à craindre que cette ministre de la Culture ne soit pas un rempart contre la culture de mort.

L’Institut du Pays Libre suivra donc attentivement la politique du gouvernement Macronique d’Édouard Philippe. Dans la cohérence de notre doctrine de droite de conviction pour l’heure encore trop peu défendue, et représentée.

 

> Bernard Antony préside l’Institut du Pays Libre.

 

Source : ndf

mardi, 01 novembre 2016

Un député réclame la démission du ministre franc-maçon Jean-Michel Baylet, accusé d’avoir agressé physiquement une femme abandonnée ensuite «entièrement dévêtue et pieds nus» en pleine nuit

Publié par Guy Jovelin le 01 novembre 2016

jean-michel-baylet

Le 11 octobre, au micro de l’Assemblée nationale, Isabelle Attard, député, accusait le franc-maçon Jean-Michel Baylet, Ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités, et ancien président du Parti radical de gauche, d’avoir agressé physiquement une de ses collaboratrices.

«Le 11 février 2002, alors que vous étiez sénateur du Tarn-et-Garonne, votre collaboratrice a porté plainte contre vous à la Gendarmerie de Toulouse. Selon ses déclarations, elle était à votre domicile lorsque vous l’avez «frappée au visage à plusieurs reprises». Vous avez enfermé votre collaboratrice chez vous et vous l’avez «contrainte, sous la menace de nouveaux coups, de rédiger une lettre de démission». Vous avez chassé votre collaboratrice de chez vous, en pleine nuit, «entièrement dévêtue et pieds nus».»

L’accusation est grave. Isabelle Attard ajoute que l’information a été publié dans la presse sans que Jean-Michel Baylet ne poursuive en diffamation les journalistes l’ayant accusé.

Isabelle Attard affirme également que l’affaire a été classée, car Baylet aurait payé sa victime pour qu’elle retire sa plainte.

Le 20 octobre, Isabelle Attard revenait à l’attaque en co-signant une pétition réclamant la démission du ministre. Des milliers de personnes ont déjà signé à leur tour cette pétition.

Jean-Michel Baylet, membre du GODF, est aussi le PDG du groupe de presse La Dépêche. Dans le cadre d’un dossier concernant sa gestion de La Dépêche du Midi, Jean-Michel Baylet a été condamné le 13 mars 2003 à six mois de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende pour abus de biens sociaux, recel d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux. Un parcours tout à fait normal pour devenir ministre…

 

 

Source : medias-presse.info

dimanche, 18 septembre 2016

La franc-maçonnerie s’expose, du tablier de Voltaire à des dessins de Corto Maltese

Publié par Guy Jovelin le 18 septembre 2016

par

Le weekend des 17 et 18 octobre, dans le cadre des Journées du patrimoine, le Musée de la franc-maçonnerie ouvre gratuitement ses portes aux visiteurs. Situé rue Cadet, dans le 9e arrondissement de Paris, quartier général du Grand Orient de France (GODF), ce musée ne montre bien entendu que ce que la secte maçonnique veut bien rendre public. Et tout y est orienté à la gloire des forces occultes.

On peut notamment y voir le tablier maçonnique de Voltaire.

Trois grandes planches dessinées retiendront cependant l’attention car elles sont exceptionnellement exposées et retracent le rituel maçonnique d’une initiation dessiné par Hugo Pratt quelques semaines avant sa mort. Les maçons présentent ces dessins comme le « testament maçonnique » de l’auteur des aventures de Corto Maltese.

Vu la popularité des albums de Corto Maltese, la franc-maçonnerie y voit un moyen d’attirer à elle. Le dimanche 18 octobre à 15h, le Musée proposera d’ailleurs une conférence intitulée Corto Maltese et les secrets de l’initiation : imaginaire et franc-maçonnerie à Venise autour d’Hugo Pratt.

Les francs-maçons rappelleront-ils qu’Hugo Pratt a aussi porté la chemise noire des fascistes italiens et qu’il n’a pas toujours été un adepte du multiculturalisme ? 

 

Source : medias-presse.info

Arnaque à 10 millions d'euros : il escroquait ses «frères»

Publié par Guy Jovelin le 18 septembre 2016

Le chef d'entreprise indélicat est incarcéré depuis juillet 2015./ DDM, illustration
Le chef d'entreprise indélicat est incarcéré depuis juillet 2015./ DDM, illustration

Chef d'entreprise, courtier en assurances et franc-maçon, Christian Loubersanes est soupçonné d'avoir escroqué une centaine de personnes, dont des «frères» de loge, pour un préjudice de 10 millions d'euros.

Un franc-maçon accusé d'avoir escroqué, parmi d'autres personnes, ses «frères» en leur promettant de juteux dividendes. L'affaire fait l'effet d'un gros coup de tonnerre dans le ciel maçonnique toulousain. Christian Loubersanes, grand maître provencial de la grande loge régulière de France (GLRF), qui compte environ 150 membres dans la région toulousaine, est écroué depuis juillet 2016.

Ce père de famille de 61 ans est soupçonné d'être à l'origine d'une vaste escroquerie financière portant sur des supposées souscriptions frauduleuses aux assurances vie. Ce gérant de sociétés et véritable figure locale est mis en examen pour «fraude fiscale», «escroquerie», «abus de biens sociaux» et «blanchiment» en «bande organisée».

Cavalerie

Aujourd'hui, le préjudice grimpe et se chiffre à près de 10 millions d'euros. Des victimes sont recensées dans toute la région et certaines sont des membres de la GLRF dont l'obédience et l'organisation ne sont pas mises en cause dans cette affaire. Les gendarmes de la division financière de la section de recherche de Toulouse tentent d'identifier de nouvelles victimes.

Riche d'un important carnet d'adresses et ancien employé d'un groupe de conseil en patrimoine, Christian Loubersanes aurait proposé à de nombreux retraités de souscrire à des assurances vie par le biais de contrats frauduleux, ce dont les clients ignoraient, pour une rentabilité estimée à 9%. Mais les sommes versées n'étaient visiblement pas destinées à faire fructifier l'épargne de ses clients. L'argent ainsi récolté transitait sur le compte d'une première société, spécialisée en conseil de gestion (Sabal Managment), pour renflouer les caisses quasi exsangues de sa seconde société de stockage de matériel, (Toulouse Dépôt), basée à Aucamville, près de Toulouse. L'argent des souscripteurs aurait ainsi circulé d'une société à une autre mais également sur ses comptes personnels. Selon le principe classique de la cavalerie financière, les premiers clients, désireux de réaliser un solide placement ont vu un début de remboursement grâce à l'apport des seconds investisseurs, mais les derniers clients de la chaîne ont tout perdu. Certains jusqu'à 400 000€!

«Pas une escroquerie !»

L'avocat de Christian Loubersanes, Me Simon Cohen, conteste «toute notion d'escroquerie» et avance un préjudice bien moindre. «La société Sabal a reçu 3 millions d'euros provenant essentiellement de placements consentis quasi exclusivement par des particuliers. Il est reproché à Sabal d'avoir escroqué les investisseurs parce que les fonds n'auraient pas été remis à des sociétés de placement. Or, il semblerait que les chèques ont été libellés à l'ordre de Sabal et non pas à l'ordre des sociétés éditant des contrats d'assurance vie», estime Me Cohen.

Courant 2016, le gérant de sociétés est épinglé par le fisc qui le soupçonne de vouloir échapper à l'impôt. Christian Loubersanes fait alors l'objet d'un signalement auprès de la justice qui déclenche une enquête, laquelle met au jour l'arnaque présumée. Reste à savoir comment a été utilisée cette somme colossale. C'est tout l'enjeu de l'instruction. Dernièrement, la GLRF a prononcé l'exclusion de Christian Loubersanes.


«On se sent trahis»

Fraternité, entraide, travail sur soi et sur les autres : c'est cette ligne philosophique respectueuse de l'Homme que la grande loge régulière de France (GLRF) créée à Toulouse au début des années 90, dispense à l'ensemble de ses frères. Mais aujourd'hui, les membres de cette petite loge familiale non mixte dont le temple se situe à Aucamville se sentent trahis par celui qui leur a pourtant montré la voie. «C'est incompréhensible! On est en état de choc. Toutes ces accusations vont à l'encontre de tout ce que l'on prône et de ce qui constitue le fondement de notre loge. On avait une confiance aveugle en cet homme qui aujourd'hui ne fait plus partie de la GLRF et on se sent trahis», commentent des frères qui connaissent Christian Loubersanes depuis une vingtaine d'années.