Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 octobre 2018

Amsterdam : Une école publique remplace Pâques par la Fête du sucre des musulmans.

Publié par Guy Jovelin le 18 octobre 2018

Dans un bulletin d'information, l'école écrit que la fête chrétienne sera échangée contre "une plus grande attention aux différentes coutumes au sein des différentes cultures", au cours de laquelle on expliquera aux élèves ce qu'est la fête du sucre et pourquoi elle est célébrée.

L'école Theo Thijssenschool enseignera aux élèves d'autres cultures en célébrant différentes fêtes, cette année l'islam sera à l'honneur, c'est pourquoi le festival du sucre sera célébré lors d'un petit déjeuner commun, mais d'autres fêtes religieuses seront également abordées.

"Nous avons choisi d'accorder plus d'attention aux courants spirituels dans les années à venir afin que les enfants en sachent un peu plus et comprennent pourquoi quelqu'un peut croire en Allah, quelqu'un ne croit pas et l'autre croit en plus d'une divinité", explique une lettre sur le site de l'école.

L'annonce sur le site Web suscite pas mal de discussions et de réactions dans les médias et les réseaux sociaux. le conseil souligne dans la lettre qu'il s'agit d'une école publique, où tout le monde est le bienvenu, mais où il faut se comprendre les uns les autres,

Il y a aussi une raison pratique pour célébrer la fête du sucre, car Pâques tombe pendant les vacances de mai, c'est pourquoi il était prévu d'organiser le petit déjeuner plus tard dans l'année scolaire et de l'appeler petit déjeuner de printemps : "De toute façon, le petit déjeuner n'a aucun contenu religieux."

L'un des principaux objectifs du ministère de l'Éducation est que les élèves apprennent les principales questions relatives aux courants spirituels qui jouent un rôle important dans la société multiculturelle néerlandaise et que les élèves de l'école Theo Thijsenschool n'entendent donc pas seulement parler du Festival du sucre le printemps prochain,

At5.nl / Sceptr.net / Hartvannederland.nl

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

 

mardi, 09 octobre 2018

France : les conséquences de l’islamisation de l’école pointées par une note des services de renseignement

Publié par Guy Jovelin le 09 octobre 2018

Auteur : Pierrot


Capture-1.png

« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » disait Bossuet. La France est, avec la complaisance des politiques, colonisée un peu plus chaque jour par différents peuples musulmans. En augmentation croissante, la oumma commence progressivement à mettre la pression pour imposer aux Français ses interdits religieux. Les enfants des élites cosmopolites ne se mélangent pas au peuple, et sont scolarisés dans des établissements épargnés par la volonté farouche des musulmans de nous voir les servir. Le point de non retour est proche.

Europe 1 a pu consulter en exclusivité une note ultra-confidentielle des services de renseignement, reçue par le cabinet du président de la République, du Premier ministre et de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, sur les signalements de cas de communautarisme musulman dans les établissements scolaires.

Des cas parfois extrêmes. Si le nombre des faits rapportés est stable, les motifs sont de plus en plus inquiétants. Certaines choses ne sont tout simplement plus faisables dans toutes les écoles, pour des motifs religieux. L’exemple le plus frappant, le plus nouveau, signalé dans cette note, est celui d’élèves qui refusent d’avoir cours dans des classes comportant du mobilier rouge, jugé « haram », c’est-à-dire interdit par le Coran. Cet exemple remonte d’un établissement du Nord de la France.

La note mélange différents types de cas, plus ou moins préoccupants. Selon elle, certains enfants refusent de dessiner des représentations humaines (un interdit religieux formel pour de nombreux musulmans). D’autres se bouchent les oreilles quand on passe de la musique en classe, et de jeunes garçons refusent de donner la main à une petite fille. Par ailleurs, les enfants pratiquent le ramadan de plus en plus jeunes, et cela peut poser des problèmes dans l’organisation des cours. À Troyes, des élèves de 6ème ont refusé d’aller à la piscine avec leur classe de peur de « boire la tasse et de casser leur jeûne ».

Les repas, moment de crispation. De nombreux incidents sont d’ailleurs liés à la question des repas. Dans les Bouches-du-Rhône, certains élèves refusent de déjeuner à côté de ceux qui mangent du porc. Dans un collège de Saint-Denis, lors d’un voyage scolaire où on s’apprêtait à servir du poulet et des frites au repas, un incident est survenu. « Sur une cinquantaine d’élèves, 35 d’entre eux ont refusé de manger la cuisse de poulet qui leur était proposée au dîner, parce que ce n’était pas halal. Nous n’avions pas été prévenus, donc nous avons jeté ces 35 cuisses de poulet et ils n’ont mangé que des frites », raconte Yannis Roeder, leur professeur d’histoire.

Plus préoccupant, en Seine-et-Marne, des élèves musulmans sont aussi stigmatisés par d’autres élèves parce qu’ils mangent de la nourriture ordinaire (non halal) à la cantine. De même, dans le Nord des élèves musulmans sont insultés par d’autres élèves musulmans quand ils mangent des produits qui ne sont pas halal.

De nombreux signalements. Pour certaines familles, il est inconcevable que leur enfant ne mange pas halal, même l’espace d’une semaine. De fait, en Haute-Savoie par exemple, certaines écoles n’organisent plus de séjours en classes de neige, parce que c’est devenu « ingérable », selon elles.

Il y a quelques mois, l’Education nationale a mis en place une plateforme permettant à un enseignant qui se trouve face à une question touchant à la religion de recevoir une réponse, un soutien dans les 24 heures. Elle enregistre environ 30 signalements par jour.  


Source : contre-info

jeudi, 20 septembre 2018

Toulouse : Le gouvernement tente de censurer le viol d’une femme filmé par ses violeurs musulmans

Publié par Guy Jovelin le 20 septembre 2018

 
 

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (18/09/2018) Le gouvernement français tente de faire disparaître une vidéo mettant en scène le viol d’une jeune Française à la sortie d’une boîte de nuit par quatre individus de type afro-maghrébin.

Var Matin (source) :

Depuis ce week-end en effet, de nombreux utilisateurs du réseau social Snapchat partagent une vidéo sur laquelle on peut voir une scène d’agression sexuelle filmée par l’un de ses auteurs. Une vidéo qui a fait l’objet de plusieurs signalements sur la Plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements (Pharos).
C’est son compte Twitter officiel que la Police nationale exhorte les internautes à ne plus diffuser cette vidéo qui fait actuellement l’objet d’une enquête. Cette dernière, filmée à l’aide d’un smartphone et relayée sur Snapchat, montre comment 4 hommes agressent sexuellement une jeune fille visiblement alcoolisée et surtout non consentante.
Cette vidéo, qui aurait été tournée à la sortie de la boîte de nuit « Le Divino » à Toulouse, a ensuite été mise en ligne sur Snapchat et ferait depuis le tour du web.
Selon Radio Capitole, plusieurs vidéos de la même scène circuleraient encore sur les réseaux sociaux aujourd’hui. Les enquêteurs sont en possession des fichiers et tentent désormais d’identifier les individus qui apparaissent sur la vidéo.

La vidéo, qui ne sera pas diffusée ici, est accessible sur différents sites internet.

jeudi, 23 août 2018

Ouganda : Harcelée par des musulmans une église ferme

Publié par Guy Jovelin le 23 août 2018

Attaquée depuis des mois à coups de pierre la Greater Love Church de Namasuba Para Zone (district de Wakiso, proche de Kampala, capitale de l’Ouganda), vient de cesser ses activités. L’église s’était installée le 4 mai 2017, dans un environnement majoritairement musulman ce qui ne l’avait pas empêché d’attirer de nombreux fidèles : jusqu’à 400. Mais, mécontents de la présence d’un lieu de culte chrétien, les musulmans locaux prirent l’habitude de venir régulièrement le caillasser.

Des vitres furent brisées ainsi qu’un panneau solaire, sans compter les insultes et menaces lancées aux fidèles, avec pour résultat d’en faire fondre le nombre : 150 fin juillet. Le 4 août dernier, un nouveau caillassage blessa à la tête le pasteur Moreen Sanyu qui était en train de prêcher et qui dut être conduit inconscient à l’hôpital où elle resta deux jours. Le dimanche 11 août, aucun fidèle ne se présenta pour le culte, chacun craignant pour sa vie. Le pasteur a donc décidé de jeter l’éponge. La Constitution de l’Ouganda garantit pourtant la liberté de culte et les musulmans ne compte que pour 12 % dans la population, mais même minoritaire ils font la loi…

Source : Morning Star News, 22 août

Via Christianophobie.fr

lundi, 13 août 2018

Elue, elle se suicide après avoir postée une vidéo racontant son viol par des musulmans

Publié par Guy Jovelin le 13 août 2018

musulmans,suicide,violée

L'Europe meurt à petit feu : 

"Willie Dille, une élue municipale de La Haye de 53 ans s'est suicidée le 8 août, quelques heures à peine après avoir publié sur Facebook une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été victime d'un viol collectif par des musulmans.

Membre du Parti pour la liberté (PVV), qui défend des positions résolument anti-immigration, Willie Dille soutient dans sa vidéo que le drame se serait déroulé l'année dernière. Elle affirme avoir été kidnappée puis violée par un groupe de musulmans, qui auraient agi dans le cadre d'une campagne d'intimidation. 

«Je veux juste que le monde sache la vérité. Le 15 mars 2017, j'ai été kidnappée, violée et agressée par un groupe de musulmans qui voulaient que je reste silencieuse au conseil municipal de La Haye», explique-t-elle, visiblement perturbée. «Après que cela est arrivé, je ne l'ai dit à personne, j'ai simplement été au débat le lendemain», poursuit-elle. Willie Dille ajoute avoir reçu récemment une menace de mort très explicite, si elle ne se résignait pas à se taire lors des débats municipaux : «Nous allons bientôt vous égorger et vous saigner à mort.»

Des attaques qui auront fini par venir à bout de sa volonté, Willie Dille s'inquiétant notamment pour la sécurité de ses enfants. «Je ne peux pas vivre avec ça [...] C'est pourquoi j'ai décidé d'arrêter [la politique].»

RIP

Lahire

 

Source : lesalonbeige