Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 septembre 2018

Israël, le pays du monde occidental le plus hostile aux réfugiés

Publié par Guy Jovelin le 24 septembre 2018

hostile,israël,réfugiésMalgré un bobardement intensif, des histoires sur les « malheurs des migrants » à faire pleurer dans les chaumières et une occultation totale des horreurs commises par ses derniers, le soutien s’effrite, au point même que les vrais réfugiés en pâtissent.Voici le taux de personne acceptant et refusant les réfugiés de guerre dans les principaux pays du monde occidental selon le rapport de Phillip Connor daté du 19 septembre 2018, intitulé « A majority of Europeans favor taking in refugees, but most disapprove of EU’s handling of the issue » et paru sur le site du Pew research center.

Plus

Espagne : 86% /13 %

Pays-Bas : 83% / 15 %

Allemagne : 82% / 16 %

Suède : 81% / 16 %

Mexique : 79% / 17 %

France : 79% / 20 %

Canada : 74% / 22 %

Royaume-Uni : 74% / 22 %

Australie : 72% / 23 %

Grèce : 69% /27 %

Japon : 66% / 27%

Etats-Unis : 66% / 29 %

Italie : 56% / 32 %

Pologne : 49% / 36 %

Afrique du Sud : 48% / 50 %

Russie : 41% / 47 %

Israël : 37% / 57 %

Hongrie : 32% / 54 %

Notons les résultats relativement bas de l’Italie (en première ligne), de la Pologne (qui question réfugié a donné en 1945), de l’Afrique du Sud (qui traite les réfugiés noirs presque aussi mal que ses fermiers blancs), Israël (les Falachas en savent quelque chose, voire même les Sépharades…) et la Hongrie.

Notons également, que, partisans ou adversaires des réfugiés, tout le monde s’accord à dire que l’Europe a une mauvaise politique en la matière. Si la France a un taux de désapprobation de 74 %, le rejet est majoritaire partout : 92 % en Grèce, 84 % en Suède, 80 % en Hongrie, 78 % en Italie, 71 % en Espagne, 67 % en Pologne, 66 % en Allemagne et au Royaume-Uni et 58 % aux Pays-Bas.

Hristo XIEP

 

Source : medias-presse.info

lundi, 10 septembre 2018

Vexillologie juive : une interprétation « religieuse » des drapeaux… (Encore un fantasme victimaire ?)

Publié par Guy Jovelin le 10 septembre 2018

 

Nouveau morceau de bravoure : le fanatisme israélien nous explique comment il estime être considéré comme raciste à travers l’analyse des drapeaux !

« Un tiers des drapeaux comporte des symboles religieux mais seul Israël est raciste » (sic !)

https://infos-israel.news/un-tiers-de-tous-les-pays-ont-u...

On pourra d’abord s’interroger sur la juxtaposition des termes « symbole religieux » et « racisme ».

En quoi la présence d’un symbole religieux (s’il existe vraiment en tant que tel) est-elle synonyme d’un lien quelconque avec le racisme ?

Faut-il donc croire qu’aux yeux des intéressés il y aurait un lien « naturel » entre racisme et religion ?

Il est vrai qu’en ce qui les concerne on peut se poser des questions, surtout depuis la récente  « loi sur l’état-nation juif »  qui fait de plus en plus polémique, même dans le pays…

http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/08/01003-201...

Ensuite la liste est plus que sujette à caution dans sa classification « religieuse »…

Une liste impressionnante qui mérite (tout de même) quelques commentaires

Drapeaux-I.jpg

Sur ces 31 pays arborant des « symboles chrétiens » on pourra s’interroger sur l’Autriche et ses 3 bandes ( ?), sur la Papouasie, les Samoas, l’Australie et la Nouvelle Zélande qui affichent la croix du sud (mais peut-être que les Israéliens ne savent pas ce qu’est une constellation ?), les iles Marshall arborent une étoile qui symboliserait ( ?) la chrétienté, soit, mais Nauru en arbore aussi une, qui elle symboliserait les douze tribus de l’Île (pas celles d’Israël !).

Quant aux pays dont le drapeau est porteur d’une couronne, c’est évidemment la couronne qui est le symbole et non pas la petite croix qui la surmonte…

Mais peut-être que le plus cocasse est le cas du Vanuatu !

Il montre une dent de cochon entourant deux épines de cycas qui se croisent.

Or les très célèbres cochons à dents du Vanuatu – dont l’élevage est ritualisé – sont liés à un culte animiste ancestral et sacrificiel qui n’a rien à voir avec le christianisme… les épines croisées n’ont rien à voir avec une croix (Mais il est vrai que le judaïsme étant essentiellement associé au culte sacrificiel du temple, des analphabètes peuvent s’imaginer qu’il en est de même dans le christianisme !)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cochon_à_dent_du_Vanuatu

Poursuivons :

21 pays arboreraient des symboles islamiques…

On ne discutera évidemment pas du bien-fondé du caractère musulman affiché des pays qui arborent des devises d’essence coranique en arabe ou des croissants de lune…

Le cas du Bahrein, où le rouge symboliserait l’islam (?) est plus étonnant si on songe qu’historiquement, au XIXeme siècle, le drapeau était constitué de trois bandes horizontales : deux blanches enserrant une rouge. L’exact inverse du drapeau autrichien ou le blanc symboliserait la chrétienté…

Alors pour nos brillants analystes, le rouge est selon « eux » d’un côté symbole de chrétienté, et de l’autre symbole de l’islam ?

Faudrait savoir !

Le cas du Maroc est encore plus capillotracté en la matière :

Le fond rouge du drapeau marocain est la couleur des Alaouites. L’étoile à cinq branches représente le sceau de Salomon. C’est par un dahir le 17 novembre 1915, que le sultan marocain Moulay Youssef décida d’ajouter une étoile représentant le sceau de Salomon, comme on peut le voir dans l’extrait du dahir ci-dessous :

« Nous avons décrété de distinguer Notre drapeau en l’ornant au centre du sceau de Salomon à cinq branches, de couleur verte. Dieu conduise cet emblème dans les voies de la prospérité et de la gloire, présentement et dans l’avenir. »

C’est donc un symbole associé directement, selon le sultan, au judaïsme ! Pas à l’islam…

(Mais peut-être que les juifs ne le savent pas ?)

Quant au drapeau du Tadjikistan, il ne se rapporte à aucune symbolique religieuse, de l’aveu même de ceux qui l’ont créé !

Voyons maintenant la dernière série « fourre-tout »…

Pour l’Argentine, et l’Uruguay il n’y a aucun symbole proprement religieux, le « sol di mayo » étant une représentation de tradition : celle de l’antique dieu-soleil inca Enti, rangé depuis longtemps dans les tiroirs de l’archéologie…

Pour le Mexique, c’est la même chose !

Pour la Mongolie, le motif Soyombo, inventée par Zanabazar à la fin du XVIIeme siècle, reprend les motifs symboliques du tengrisme qui n’est plus, depuis des lustres, une religion dans ce pays, shamaniste de tout temps, et devenu bouddhiste au XVIemesiècle!

Reste enfin Israël dont le drapeau représente un châle de prière frappé d’une étoile dite de David

Mais on notera que cette fameuse « étoile de David » n’existait dans le monde juif ni au temps de David ni au temps de Salomon, à peine apparait-elle à l’époque dite du second temple (ou plutôt DES seconds temples : Jérusalem et Mont Garizim) en Egypte… Elle n’entrera vraiment comme symbole dans l‘identité juive qu’avec la kabbake

Au total, si on veut être rigoureux, c’est près du tiers des drapeaux ici soupçonnés d’être « porteurs de symbolique religieuse » qui sont accusés à tort !

Décidément c’est difficile de faire coller les drapeaux aux religions, même en Israël…

Mais il est vrai que c’est devenu avec la « loi état-nation » si controversée, l’un des rares pays qui se veulent dotés d’une religion d’état…

Claude Timmerman

 

Source : medias-presse.info

dimanche, 09 septembre 2018

Donald Trump rappelle aux représentants juifs ce qu’il a fait pour Israël et ses liens personnels avec le judaïsme

Publié par Guy Jovelin le 09 septembre 2018

Auteur : 

israël,juifs,trump

Plusieurs médias communautaires juifs signalent que le président des Etats-Unis Donald Trump a participé jeudi, à l’occasion des vœux pour la fête de Nouvel an juif Roch Hachana, à une longue conférence téléphonique avec plusieurs dirigeants juifs. Ce rendez-vous téléphonique annuel, instauré sous la présidence de Barack Obama, rassemble comme intervenants des représentants des différents courants du judaïsme américain, libéraux, massorti (conservateurs), reconstructionnistes, ainsi que juifs orthodoxes.

Le président des Etats-Unis leur a rappelé tout ce qu’il a déjà fait durant son mandat pour satisfaire les demandes d’Israël et de la communauté juive.

Donald Trump leur a notamment rappelé :

  • avoir tenu sa promesse électorale de transférer à Jérusalem l’ambassade américaine,
  • avoir facilité l’extradition vers l’Allemagne de Jakiw Palij, accusé d’être un criminel de guerre nazi,
  • avoir ordonné que les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l’homme au motif de son « parti pris anti-israélien »,
  • avoir signé le retrait américain de l’accord nucléaire iranien,
  • avoir bloqué les fonds destinés à l’Autorité palestinienne jusqu’à ce que le chef de l’AP Mahmoud Abbas accepte de reprendre les négociations avec Israël.

A l’issue de l’entretien, le rabbin Yaakov Menken. directeur de la Coalition for Jewish Values, a déclaré :

“Le président a tenu toutes ses promesses électorales en faveur d’Israël et de la cause juive. Ses prédécesseurs ne l’ont jamais fait. Nous lui devons donc nos remerciements. Nous avons eu le privilège de recevoir les vœux du Président pour une bonne année.”

La chaîne israélienne Channel 10 a souligné que le président Donald Trump a également mentionné au cours de cette conférence téléphonique ses liens personnels avec le judaïsme à travers sa fille Ivanka, convertie au judaïsme, son gendre juif Jared Kushner et les enfants du couple.

 

Source : medias-presse.info

mardi, 29 mai 2018

Robert Ménard au sujet d’Israël ? La voix de son Maître…

Publié par Guy Jovelin le 29 mai 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

Il est consternant de constater à quel point nombreux en ce moment sont les personnages qui prétendent défendre la France et les Français mais ont en réalité une vénération pour Israël, parfaitement identique à celle d’un Manuel Valls.

Robert Ménard, maire de Béziers, vient encore d’en offrir une nouvelle illustration avec ce tweet dégoulinant de sionisme :

Robert Ménard
 
@RobertMenardFR 

Quand on parle d', on parle avant tout d'un miracle. Un miracle de l'Histoire, un miracle humain. J’ajouterai, un miracle de la transcendance. Comment un peuple qui a subi tant de tempêtes, qui a subi le pire, qui a failli mourir, a-t-il pu renaître d’une telle manière ?

Bien entendu, Robert Ménard est coutumier de ce genre de positionnement public. Au point de mériter, comme Gilbert Collard, les encouragements de la Ligue de Défense Juive (LDJ).

 

Source : medias-presse.info

mercredi, 16 mai 2018

Marine Le Pen et Louis Aliot se prosternent devant Israël et tentent de berner les Français

Publié par Guy Jovelin le 16 mai 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

 

Lorsque Marine Le Pen commente la barbarie israélienne à Gaza, c’est l’occasion de constater une fois de plus à quel point le néo-FN (bientôt le « Rassemblement National » si Marine Le Pen obtient l’assentiment de ses adhérents) s’est aligné sur un positionnement ultra-sioniste.

Bien sûr, lorsqu’elle s’exprime devant un public français, elle cherche à enrober ce sionisme dégoulinant d’un emballage tricolore français. Pour faire accepter à ses sympathisants leur message inconditionnel de soutien à Israël, Marine Le Pen et Louis Aliot font un parallèle avec la défense des frontières françaises. Un discours qui peut séduire tous ceux qui ne connaissent rien à la géopolitique et veulent simplement stopper l’immigration chez nous.Aliot-israel-FN-MLP-Gaza.jpg

D’une part, Marine Le Pen et Louis Aliot feignent d’oublier un peu vite que les Palestiniens qui manifestaient à Gaza ont été dépossédés de leurs terres par des colons israéliens. Pour faire un parallèle, c’est un peu comme si demain, les Français étaient totalement dépossédés de la Seine Saint-Denis et se faisaient tirer dessus par ceux qui se sont arrogés le droit de s’en emparer sous le regard bienveillant du Nouvel Ordre Mondial.

D’autre part, Marine Le Pen et Louis Aliot applaudissent l’usage de la force par Israël, mais ont un programme sur l’immigration bien plus consensuel, n’évoquant pas la « rémigration », ni même l’arrêt de l’immigration, mais simplement timidement la diminution de l’immigration.

En fait, une fois de plus, il s’agit d’une véritable escroquerie qui pourrait berner un grand nombre de patriotes sincères mais naïfs.fn-juif.jpg

Car l’objectif réel du message de Marine Le Pen et Louis Aliot, c’est de s’adresser à Israël et de continuer à se prosterner en vue d’obtenir le sésame : un visa pour Marine Le Pen, afin qu’elle aille s’incliner à Yad Vashem et soit à la suite de cela considérée comme véritablement  « acceptable » dans la course au pouvoir.

Louis Aliot et Nicolas Bay ont déjà été les envoyés de Marine Le Pen en Israël. Mais cela n’a pas suffit.

Une autre initiative de Marine Le Pen passée beaucoup plus inaperçue en France, c’est l’interview diffusée le 3 février 2017 par un média israélien, au cours de laquelle la présidente du Front national avait encouragé les Israéliens à «se comporter comme des propriétaires et pas comme des occupants» de leurs terres.

C’était une séquence de neuf minutes sur la seconde chaîne de télévision israélienne. Une séquence qui n’avait, comme par hasard, pas été ensuite exploitée par le service de communication du FN à destination de la France.

 

Source : medias-presse.info