Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 mai 2017

Pays-Bas: Le chef de la police d’Amsterdam veut autoriser le voile musulman et la kippa pour les policiers: « La population d’Amsterdam est en train de changer. »

Publié par Guy Jovelin le 21 mai 2017

Pieter-Jaap Aalbersberg

Christian Hofer: A noter que lorsque "l'extrême droite" dénonce ce remplacement de la population, tous les bien-pensants s'offusquent et parlent de "fantasme".

Mais lorsque cela est revendiqué par un chef de police pour modifier l'équipement de la police et le recrutement, cela devient une preuve "d'ouverture". Ou comment les Européens sont pris systématiquement pour des imbéciles...

**********

Le chef de corps de la police d'Amsterdam a provoqué aujourd'hui une levée de boucliers aux Pays-Bas pour avoir proposé d'autoriser le voile musulman ou la kippa juive pour les policiers.

Au moins six grands partis politiques se sont opposés dans la presse au projet du commissaire Pieter-Jaap Aalbersberg d'introduire le voile pour l'uniforme de police féminin ou de la kippa pour les policiers en vue de diversifier les autorités de maintien de l'ordre public dans la capitale néerlandaise, selon la presse.

M. Aalbersberg avait annoncé hier son intention renforcer le multiculturalisme au sein de la police d'Amsterdam, souhaitant qu'au moins la moitié des nouvelles recrues aient des origines autres que néerlandaises.

Il voulait donc autoriser les agents de police à porter des symboles religieux. "La population d'Amsterdam est en train de changer", a-t-il dit, interrogé par quotidien populaire Algemeen Dagblad. "Cela doit être débattu", selon lui.

Plus de la moitié (52%) des résidents d'Amsterdam sont d'origine non-néerlandaise, selon M. Aalbersberg, ce qui n'est pas reflété dans la composition de la police de la ville où 18% des agents sont d'origine étrangère.

Mais de grands partis politiques, dont les libéraux du VVD, qui ont remporté le plus de sièges aux législatives de mars, les progressistes D66 et le Parti socialiste (SP), sont immédiatement montés au créneaux pour dénoncer le projet.

"Nous soutenons un élan vers plus de diversité, mais autoriser le voile n'est pas la bonne manière de le faire", a réagi la députée VVD Ockje Tellegen. "Il est faux de dire que des tas de femmes écartent une carrière dans la police juste parce qu'elles n'ont pas le droit de porter le voile."

Pour le député SP Ronald van Raak, "Amsterdam ne peut pas décider de faire les choses différemment": "le même uniforme de police est porté à travers tout le pays", a-t-il souligné.

En 2011, la police néerlandaise a adopté un code de conduite qui interdit de porter tout symbole religieux "étant donné que cela ne cadre pas avec la neutralité de la police".

"Il est important qu'un officier de police projette une image de neutralité pour son autorité et sa sécurité", a souligné le ministre sortant de la Justice et de la Sécurité Stef Blok.

Source

jeudi, 04 mai 2017

En Essonne, les policiers épuisés par les cadences multiplient les burn-out

Publié par Guy Jovelin le 04 mai 2017

 
Illustration. 35 agents des commissariats de Sainte-Geneviève et Arpajon s’étaient mis en arrêt ces dernières semaines pour burn-out. Même si certains ont repris le travail depuis peu, c’est la conséquence des rythmes de travail dans la police française. (LP)

Les cycles imposés aux policiers ne leur permettent d’avoir qu’un week-end de repos toutes les six semaines. Du coup, les arrêts de travail se multiplient chez les agents en colère.

Le problème est national mais il touche particulièrement l’Essonne. La Cour de justice de l’union européenne a taclé le rythme de travail imposé dans les commissariats de France. Aujourd’hui, dans la majorité des services de police secours, les agents ne profitent d’un week-end entier de repos qu’une fois toutes les six semaines. Dans un sondage lancé auprès de tous les fonctionnaires, ils ont voté à 90% pour un cycle leur permettant d’être au repos un week-end sur deux. Mais ce nouveau rythme nécessite des renforts supplémentaires. « Le problème, c’est qu’en Essonne presque tous les commissariats sont en sous-effectif et on ne peut pas le mettre en place », commente Claude Carillo du syndicat Alliance.

Dans le département, l’hôtel de police de Juvisy, qui a bénéficié de renforts après l’agression de quatre agents aux cocktails Molotov en octobre 2016, devrait être le seul à bénéficier de cette réforme à la rentrée. « Dans ceux de Sainte-Geneviève et Arpajon, l’administration a fait miroiter la possibilité de profiter de ces nouveaux cycles mais ça ne devrait pas se faire », regrette Olivier Michelet du syndicat Unité-SGP. Déçus, les policiers affectés aux patrouilles dans ces deux villes ont donc massivement déposé un arrêt de travail (voir ci-contre). « Nos collègues n’en peuvent plus, il faut voir l’impact de ces horaires sur leur vie privée », déplore Claude Carillo d’Alliance. 

Contactée, la préfecture n’a pas pu communiquer en période électorale. Et si au sein de la direction de la police on assure que « rien n’est figé», les syndicats déplorent « le manque de volonté de l’administration. » « Il y a plusieurs milliers de policiers qui sortent d’école chaque année. Il suffirait d’en affecter 200 sur l’Essonne pour faire face à l’urgence », reprend Claude Carillo. En Ile-de-France, selon Unité-SGP, « seuls les commissariats de Juvisy mais aussi de Mantes-la-Jolie, Les Mureaux et Versailles (Yvelines) » feront partie des heureux élus.

« On demande juste à avoir une vie privée normale »

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. A un ou deux policiers près, les nouveaux cycles de travail réclamés par tous les policiers de France ne seront sans doute pas appliqués aux commissariats d’Arpajon et de Sainte-Geneviève. « Parce que nous sommes en sous-effectif, soupire Stéphane* en poste depuis une dizaine d’années à Sainte-Geneviève. Pourtant, ça nous changerait la vie de pouvoir profiter de nos enfants, d’avoir un week-end sur deux au lieu d’un sur six actuellement. » Du coup, sur la trentaine d’agents police secours dans ces deux villes, 10 sont en arrêt de travail pour burn-out à Sainte-Geneviève et autant à Arpajon. « Certains ont repris ces derniers jours », indique-t-on à la direction départementale de la police.

« On a tous des centaines d’heures supplémentaires qu’on ne peut pas récupérer. Dans chaque équipe on est à flux tendu, reprend Stéphane. On demande juste à pourvoir avoir une vie privée normale. Après les événements de Viry (NDLR : des policiers avaient été brûlées vifs en octobre 2016), personne n’est venu en renfort dans notre commissariat. Ces arrêts de travail c’est le seul moyen de se faire entendre. » Comme ses collègues, Stéphane se dit fatigué. « On serait plus efficace si on était mieux dans nos têtes, reprend-il. Beaucoup de mes collègues divorcent parce que nos horaires ne sont pas compatibles avec une vie de famille. »

*Le prénom a été modifié

  leparisien.fr

lundi, 06 mars 2017

Toulouse : un père de famille tabassé en protégeant son fils

Publié par Guy Jovelin le 06 mars 2017

Le visage de la victime qui a déposé plainte, quelques heures après l'agression./Photo DDM
Le visage de la victime qui a déposé plainte, quelques heures après l'agression./Photo DDM

En portant secours à son fils de 18 ans qui venait de se faire agresser rue Bayard, à Toulouse, le 18 février vers 3 h 15 du matin, un père de famille de 53 ans, a lui aussi été roué de coups par un groupe de plusieurs individus. “J’ai été réveillé en pleine nuit par mon fils, je suis descendu dans la rue pour demander des comptes à ses agresseurs qui m’ont pris à partie, raconte Frédéric. J’ai été frappé à coups de poing et coups de pied, en pleine rue. Je croyais vivre un vrai cauchemar!”. Résultat : visage tuméfié, hématome nasal, ecchymose frontale, douleurs lombaires et aux cervicales. Il s’en sort avec moins de 8 jours d’ITT.

Une agression purement gratuite, selon lui, qui s’est terminée avec l’arrivée des policiers. “Ils ont séparé tout le monde, poursuit le père de famille. Mais leur intervention ne m’a pas vraiment rassuré. Ils ont écarté un témoin de la bagarre qui avait vu mon fils se faire tabasser, sans interpeller nos agresseurs”. Frédéric a déposé une plainte en ligne sur le site de la police des polices pour signaler son mécontentement. “Je sais qu’ils font un métier difficile et je ne les incrimine pas. Mais ce soir-là, mon fils et moi avons été tabassés, sans raison, par des individus alors que les policiers auraient pu les interpeller. Je ressens un sentiment d’injustice car nous n’avons pas eu le sentiment d’avoir été entendus”.

Au commissariat central, on indique que “les identités des protagonistes ont été relevées” et que les personnes s’estimant victimes de violence lors de cette soirée “peuvent déposer plainte”. Une enquête est logiquement ouverte. Selon le commissariat, le père de famille a refusé de livrer son identité, la nuit des faits, précisant aux policiers qu’il était le père de la victime.

Une plainte a été déposée contre X pour "violences en réunion", “car ces faits ne doivent pas rester impunis”, précise-t-il. Ce père de famille a également écrit au procureur de la République.

 

lundi, 27 février 2017

Toulouse: Neuf ados arrêtés pour avoir passé à tabac un homme et agressé sa grand-mère

Publié par Guy Jovelin le 27 février 2017

Des policiers de Toulouse et Colomiers ont arrêté neuf adolescents après un passage à tabac.. Illustration.
Des policiers de Toulouse et Colomiers ont arrêté neuf adolescents après un passage à tabac.. Illustration. - B. Colin - 20 Minutes

N.S.

Les faits de violence remontent au 20 janvier, mais les arrestations ont eu lieu un mois plus tard, mercredi. Neuf adolescents âgés de 13 à 16 ans ont été interpellés par des policiers de Toulouse et de Colomiers, rapporte La Dépêche du Midi. Six d’entre eux ont été présentés vendredi devant le parquet des mineurs.

21 jours d’ITT

Ils feraient partie d’une bande d’une dizaine de personnes qui a passé à tabac un jeune homme, dans le quartier du Seycheron, à Colomiers. La victime, qui a subi 21 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT), était intervenue alors que le groupe abîmait des voitures. Le jeune homme avait quitté son domicile en compagnie de sa grand-mère, également agressée.

 

Source : 20minutes

vendredi, 17 février 2017

Nouvelle manifestation contre la police à Toulouse

Publié par Guy Jovelin le 17 février 2017

Une nouvelle manifestation a eu lieu ce mercredi soir sous l’invitation du site d’extrême Gauche IAATA. Elle n’a rassemblé que quelques dizaines de personnes mais a entraîné la fermeture de la station de métro St Cyprien et une forte mobilisation policière. Le défilé s’est dirigé jusqu’à Arnaud-Bernard, encadré par la BAC et les policiers en tenue.

Les manifestations de soutien à Théo ne prennent toujours pas à Toulouse. Après avoir rassemblé 300 personnes samedi, une nouvelle édition s’est tenue hier soir ne rassemblant qu’une cinquantaine de personnes. A l’appel du site d’extrême gauche IAATA, le rassemblement a débuté timidement à 18 heures dans le quartier Saint-Cyprien, entonnant quelques slogans bien connus : « Flics : violeurs, assassins » ou encore « un flic, une balle, justice sociale ».

Le quartier était bouclé et la station de métro du quartier fermé par crainte de débordements. La préfecture de police a mobilisé plusieurs dizaines de fonctionnaires pour sécuriser les lieux. Certains sont en tenue anti-émeute, d’autres en civils ou en moto. La décision de ne plus desservir la station Saint-Cyprien a été prise par la Préfecture, redoutant  « que les manifestants s’engouffrent dans le métro pour se déplacer anarchiquement dans la ville ». Le cortège s’élancera finalement sur les allées Charles de Fitte, rejoignant le centre-ville par le pont des Catalans. Bien entouré par les forces de l’ordre, la manifestation s’est dispersée dans le calme après quelques contrôles d’identité préventifs.

 

Source : infos-toulouse