Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 juin 2018

Maire du Havre, Edouard Philippe a accordé 14290€ de subventions au club de boxe du rappeur Médine

Publié par Guy Jovelin le 14 juin 2018

Par  le 13/06/2018
club de boxe,édouard philippe,médine,subventions

 

En 2016, la Mairie du Havre dirigée par Edouard Philippe a accordé 14290€ de subventions au club de boxe de Médine « Don’t Panik team ».

Voir l'image sur Twitter
Damien Rieu
 
@DamienRieu

@Medinrecords remercie @EPhilippePM pour les 14290€ de subventions accordés à son équipe de boxe "Don't Panik Team" en 2016, quand il était Maire de @LeHavre. On comprends mieux pourquoi le 1er Ministre défend "la liberté d'expression" de au ...

 Le document intégral (page 134)

 

Source : fdesouche

mardi, 10 avril 2018

Supprimer toutes les subventions

Publié par Guy Jovelin le 10 avril 2018

POSTÉ LE 10 AVRIL , 2018, 2:46

subventions,supprimer,syndicats

On constate que l’État verse de grosses subventions :

  • aux services de propagande, d’intox et de lavage des cerveaux des « sans-dents » ;
  • aux syndicats ;
  • à une palanquée d’associations.

La suppression de tous ces versements assainirait les finances publiques.

Les agents de propagande devraient se remettre en question pour mettre en place une gestion saine de leur entreprise et ne pas faire n’importe quoi en faisant fi des coûts.

Les syndicats sont des officines qui ne travaillent que pour la poursuite de leurs avantages personnels, et non pour les travailleurs.

Ce sont aussi des officines spécialisées dans la mise en péril de l’économie du pays par des grèves à répétition.

Pour éliminer leur capacité de nuisance, la suppression des subventions serait une bonne nouvelle. Elle entraînerait probablement la fin de leurs actions subversives, car ce n’est pas avec l’argent de leurs adhérents et de leurs sympathisants qu’ils pourraient vivre.

Ainsi l’État ferait-il coup double : il économiserait de l’argent et il n’aurait plus à supporter les nuisances syndicales.

Les associations touchent des subventions de l’État, ainsi que des collectivités locales – en plus des dons en provenance des entreprises et des particuliers.

Pour les associations accréditées à délivrer des reçus pour les dons dont elles ont bénéficié, l’État paye ainsi deux fois.

En conséquence, aucune subvention ne devrait être versée aux associations autorisées à émettre des reçus.

Il faudrait aussi supprimer toute subvention aux associations soi-disant antiracistes, puisqu’elles ne mettent pas en pratique ce qui est écrit dans leur objet social.

Aucune déontologie chez ces associations, car, nous le constatons tous, elles ne tiennent aucun compte du racisme anti-blanc, alors que c’est le plus fréquent et le plus grave.

Solution : soit elles dénoncent tous les actes et propos racistes sans exception pour toucher des subventions, soit elles continuent comme elles l’ont toujours fait et elles crèveront.

En tout cas, comme dans le cas précédent, elles ne pourront pas survivre uniquement grâce à l’argent de leurs donateurs et de leurs sympathisants.

 

Source : les4verites

mercredi, 04 avril 2018

Carl Lang : « Retraite des personnels de la SNCF : à vos poches citoyens ! »

Publié par Guy Jovelin le 04 avril 2018

 

Carl Lang, Président du Parti de la France, dévoile les chiffres effarants du coût des retraites des personnels SNCF pour l'État français.

Carl LANG@carllang2022
 
 

La subvention de l'Etat au régime de prévoyance et de retraite des personnels de la SNCF a été de 3,276 milliards d'Euros en 2015 et 3,380 milliards en 2016. Le besoin de financement cumulé de la caisse à l'horizon 2050 est estimé entre 87 et 103 milliards. A vos poches citoyens!

vendredi, 26 janvier 2018

Encore des subventions à la pelle pour le lobby LGBT

Publié par Guy Jovelin le 26 janvier 2018

 On m'informe de l'ouverture de l​'Appel à projets locaux contre la haine et les discriminations anti-LGBT 2018 :

Images-7

"La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) lance pour 2018 un nouvel appel à projets à destination des structures locales engagées dans la lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT. Doté d’une enveloppe de 500.000 euros, cet appel à projets piloté par les préfets de département vise à soutenir des initiatives liées à l’information, la prévention, la formation et l’aide aux victimes, ainsi que des actions de communication et l’organisation d’événements.

Sous l'autorité de Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) soutient et encourage les initiatives de la société civile engagée dans la lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT.

En 2017, 157 projets, répartis dans 42 départements, ont été subventionnés dans le cadre du premier appel à projets contre la haine et les discriminations anti-LGBT. Ces actions sont venues compléter la mobilisation des services de l’État contre la haine et les discriminations envers les personnes lesbiennes, gays, bi, trans et intersexes (LGBTI)."

Et n'imaginez pas pouvoir concourir pour récupérer une partie de la cagnotte :

"Cet appel à projets s’adresse d’abord aux structures dont l’objet principal est de lutter contre la haine et les discriminations. Les projets présentés devront contribuer à la lutte contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBTI. Les structures peuvent être constituées de professionnels et/ou de bénévoles, de type associatif ou non, ancrées sur des territoires ruraux, ultra-marins et/ou urbains. Peuvent donc notamment candidater : les associations loi 1901, les établissements culturels, les établissements scolaires et universitaires."

Ou comment financer le lobby LGBT au travers d'associations bidons ou de coquilles vides.

Michel Janva

 

Source : lesalonbeige

samedi, 02 décembre 2017

Plus de 120 millions d’€ de subventions annuelles pour deux associations immigrationnistes

Publié par Guy Jovelin le 02 décembre 2017

Mis à jour le 1 décembre 2017 Auteur par Pierrot

Capture.png

L’aide aux clandestins apportée par quelques nervis gauchistes, n’est rien en comparaison du financement public de ces associations colonialistes. Un véritable scandale d’Etat…

76 millions d’euros : Coallia, anciennement Association de formation des travailleurs africains et malgaches (Aftam), a été fondée en 1962 par Stéphane Hessel. Cette association propose principalement en Ile-de-France, habitat social adapté, hébergement social, accompagnement social, suivi médico-social (personnes âgées et adultes handicapés). Elle a perçu 76 millions d’euros, dont près de 33 millions d’euros pour l’accueil et l’hébergement des réfugiés. L’association est présidée par Jean-François Carenco, énarque, président de la Commission de régulation de l’énergie.

44,4 millions d’euros : l’association France Terre d’Asile a touché 44,4 millions d’euros de subventions étatiques pour le soutien aux centres d’hébergement et l’aide aux migrants demandeurs d’asile. L’association, largement subventionnée, vit aussi des aides de l’Union européenne et de départements. L’objectif premier de cette association fondée en 1971 est clairement idéologique : « Promouvoir, auprès de l’opinion et des pouvoirs publics, toutes les activités favorables au développement de la tradition d’asile et des migrations de droit, quelle que soit la conjoncture politique et économique ». Selon son dernier rapport d’activité, l’association compte 858 employés et a géré 7 203 places d’hébergements en 2016.

NDCI : 1 employé pour 10 places d’hébergement ! En plus d’être un relais idéologique puissant, ce lobby se montre particulièrement inefficace sur le plan matériel. 

 

Source via FDS