Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 juillet 2018

Le burkini, une histoire belge pas comme les autres…

Publié par Guy Jovelin le 30 juillet 2018

SN Burkini.jpg

La chronique

de Philippe Randa

À Gand, le tribunal de première instance a rendu deux jugements pour le moins surprenants : aucune piscine publique n’aura en effet le droit d’empêcher les dames de se baigner en burkini… alors que le port du short pour les hommes (et pour les femmes, parité oblige !) reste, lui, prohibé pour des raisons d’hygiène ou de sécurité !

Le motif fourni par l’administration flamande vaut son pesant de frites car elle aurait « des preuves scientifiques qu’il n’y avait pas de problèmes dans ces domaines », rapporte le site LesObservateurs.ch.

Des preuves scientifiques d’hygiène ? On veut bien croire qu’une femme musulmane n’a pas plus de raison que toute autre croyante de négliger son hygiène (et de respecter celle des autres), mais que vient donc faire la science là-dedans ? Et quelles pourraient bien être les preuves scientifiques (sic !) permettant de conclure que les porteurs de short seraient moins propres que les autres ?

Néanmoins, tous les Belges n’entendent pas se soumettre à cette décision judiciaire loufoque : l’échevin d’Anvers N-VA (Nouvelle Alliance flamande, premier parti à la chambre des représentants) Fons Duchateau, est entré en résistance, affirmant que « l’interdiction du burkini ne doit pas être fondée sur l’hygiène et la sécurité », mais « parce que nous n’en voulons pas en fonction de nos normes et valeurs sociétales. »

De son côté, la secrétaire d’État à l’Égalité des Chances Zuhal Demir (également N-VA), considère que ce vêtement représente « une provocation volontaire » contre l’égalité.

L’administration flamande apportera-t-elle des preuves scientifiques du contraire ? Plus sûrement, comme aurait pu chanter Jacques Brel :

Faut vous dire, Monsieur,

Que chez ces fonctionnaires-là

On ne prouve pas, Monsieur

On ne prouve pas, on juge…

Lisez EuroLibertés cliquez ici

 

Source : synthesenationale

mardi, 10 juillet 2018

Allocation pour demandeur d’asile (ADA) : En juin 128 440 personnes l’ont reçue contre 127 593 en mai soit 9 % d’augmentation

Publié par Guy Jovelin le 10 juillet 2018

Par  le 10/07/2018 
 
Voir l'image sur Twitter
Office Français de l’Immigration et Intégration@OFII_France
 
 

Allocation pour demandeur d’ () :
En juin 128 440 personnes l'ont reçue contre 127 593 en mai soit 9 % d'augmentation
Le chargement des cartes a été effectué, comme annoncé
Les montants sont donc maintenant disponibles pour leurs bénéficiaires

lundi, 02 juillet 2018

Macron, illusionniste de l’immigration

Publié par Guy Jovelin le 02 juillet 2018

illusionniste,immigration,macronEmmanuel Macron est-il immigrationniste ? Certainement, malgré quelques déclarations quasi solennelles qui viseraient à nous faire admettre l’inverse.

Est-il donc illusionniste ? Sûrement. C’est d’ailleurs de cette façon qu’il s’est imposé pour devenir président de la République et le stratagème a bien fonctionné. Ni à droite, ni à gauche … mais à droite ou à gauche quand la situation lui est favorable pour garder le cap. Maintenant, horizon 2022.

Récemment, au cours du « feuilleton » Aquarius, sur le sauvetage de 630 migrants, qui a tenu en haleine les médias, les politiques, les ONG pro-immigration, notre président de la République ne nous a franchement pas éclairés sur son avis personnel sincère.

Il nous a, si je puis dire, menés finalement en « bateau » en se contredisant :

– Dans un premier temps, il a semblé ne pas vouloir écouter les sirènes de la gauche qui auraient bien voulu le voir récupérer l’Aquarius et qui hurlaient, sur l’air habituel de l’immigrationnisme à tout va : droits de l’homme, droit d’asile pour tous, etc.

– Dans un second temps, il a lâché du lest et s’est permis de faire la leçon à l’Italie, débordée depuis des années en matière d’arrivée de clandestins, qui refusait d’accueillir l’Aquarius.
Il a même osé parler de « cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien » !

L’Europe est de plus en plus divisée par le problème des migrants. Il y a ceux qui n’acceptent pas, ceux qui n’acceptent plus, ceux qui veulent accepter moins et ceux qui acceptent en donnant l’illusion de ne pas accepter trop, comme c’est le cas actuel de la position « macroniste ».

Emmanuel Macron sait que les Français dans leur ensemble ne sont pas favorables à une politique immigrationniste dont ils mesurent chaque jour les inconvénients, d’autant plus que 90 % environ des migrants qui arrivent ne justifient pas d’être accueillis puisque ce sont des migrants économiques.

Il a donc laissé la main à l’Espagne et à son nouveau gouvernement de gauche pour ne pas irriter davantage l’opinion (des futurs électeurs).
Rappelons que, selon les études d’opinion, actuellement, 70 % des Français sont opposés à l’accueil des migrants économiques.

Dès que les 630 migrants de l’Aquarius ont posé le pied à Valence ce 17 juin, Emmanuel Macron a dit qu’il accepterait ceux qui veulent venir en France – bien sûr, sous conditions.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux l’a assuré : il y aura un choix « au cas par cas pour accueillir ceux qui dépendent du droit d’asile » …

On acceptera donc en France ceux qui, dans les 45 jours, auront vu leur demande d’asile acceptée en Espagne, pays de leur arrivée. Seulement, comme la plupart savent qu’ils ne pourront pas obtenir le droit d’asile, bien peu en feront la demande et les autres vont disparaître dans la nature. Le statut de clandestins leur suffira et direction la France au plus vite !

Le tri au « cas par cas », cela fera donc, en réalité, beaucoup de cas à venir.

En regardant les informations télévisées le 18 juin, les premiers « naufragés » disaient qu’ils voulaient aller en France.

Peu après, les journalistes précisaient : plus de la moitié des migrants !

Et ce sera évidemment plus encore, car ils ne veulent pas rester en Espagne.

Dans ce pays, en effet, l’État-providence est peu développé et le taux de chômage est très élevé, même s’il est en régression.

Ceux qui y resteront risquent d’être exploités comme travailleurs « au noir » dans des conditions parfois inhumaines, surtout dans le Sud.

Alors, les belles pancartes des gauchistes espagnols : « Bienvenue chez vous ! » ne les retiendront sûrement pas.

En France, ça paie même sans travailler !

Bien sûr, on nous parle de nouveau projet de loi asile et immigration qui devrait « maîtriser » l’immigration. Tel qu’il est défini, il ne maîtrisera guère mieux qu’auparavant et il serait bien illusoire d’y croire.

 

Source : les4verites

mardi, 26 juin 2018

Immigration – Quand Mamoudou le héros se moque de nous !

Publié par Guy Jovelin le 26 juin 2018

Une information est passée inaperçue, aussi m’empressé-je de vous la livrer brut de pomme, comme le veut l’expression populaire. Brut de sa brutalité, tellement elle paraît énorme !

Le retour de notre héros national – enfin, celui de la grande presse et de tous ceux qui acclament l’épopée de l’Aquarius. Celui d’un rescapé de la Méditerranée qui a englouti tant de ses semblables.

Je veux parler de Mamoudou Gassama, le migrant araignée.

Samedi, après un voyage sans histoire dans le ciel méditerranéen de quelques heures, il est arrivé à Bamako – qu’il avait pourtant fui, aurait-il pu dire au Président Macron, car son pays était en guerre et qu’il y risquait sa vie tous les jours dans son petit village de Yanguiné .

Brandie par une dizaine de groupies, entourées d’une petite centaine de jeunes, une immense toile fêtait le retour de « notre héros Mamoudou Gassama » sur l’aéroport Modibo-Keïta-Senou. La journaliste de TV5 Monde y allait, elle aussi, de ses éloges, y voyant une foule immense attendant son paladin qui n’avait pu, faute de papiers, dit-elle, revenir dans son pays depuis 2013.

C’est donc avec de tout récents papiers français que le héros est revenu au pays. Un billet payé par qui, d’ailleurs ? Fier comme on peut l’imaginer, star d’un pays en guerre, jeune homme qui a refusé de porter l’uniforme pour défendre son pays contre les djihadistes qui tuent tous les jours ses compatriotes. Et dont, d’ailleurs, on se demande s’il revêtira jamais l’uniforme des sapeurs-pompiers de Paris à qui il avait rendu une visite de courtoisie sur invitation du Président Macron, et dont il avait pourtant appliqué à la lettre la devise « courage et dévouement ».

N’y a-t-il pas indécence à avoir regagné sa terre natale aussi vite, et en star du pays ? Indécence par rapport aux 22 soldats français tombés au Mali qui sont morts pour que des Mamoudou puissent vivre, libres, dans leur pays ? Indécence par rapport au président de la République française qui doit regretter – on l’espère – à cette heure d’avoir aussi vite reçu ce migrant si empressé à regagner son pays et qui, en somme, s’est bien moqué de lui et de la France ?

Comme tous ces Maliens venus accueillir leur héros d’un jour et pour lesquels la France envoie ses soldats affronter le terrorisme islamiste. Ne feraient-ils pas mieux d’ovationner nos soldats plutôt que de faire la fête à ce jeune migrant devenu immigré répondant, debout dans une voiture découverte, à leurs acclamations ?

Sur le site de PressAfrik.com, un certain Moussa commente son arrivée ou son retour au pays avec ces mots crus et cruels : « C’est un connard, il rentre chez lui et apparemment il est en sécurité alors qu’il est venu demander l’asile en France donc à cause de lui on va dire que les autres aussi peuvent rentrer chez eux sans problème pour leur sécurité ! Un pauvre con africain, sans intelligence ! »

Combien étaient réellement en danger chez eux parmi ceux qui sont sur l’Aquarius ?

Source : Boulevard Voltaire via lesobservateurs

Image : TV5 Monde

vendredi, 25 mai 2018

Pays-Bas : chaque année 1 400 filles mineures victimes d’esclavage sexuel, abusées et forcées à se prostituer par de jeunes proxénètes immigrés

Publié par Guy Jovelin le 25 mai 2018

Auteur : admin4

esclavage sexuel,immigration,pays-bas,

Chaque année, plus d’un millier de mineures néerlandaises sont victimes d’abus sexuels et d’exploitation, cet esclavage sexuel est organisé par de jeunes proxénètes issus de l’immigration, révèle une enquête. Le journal hollandais qui l’a menée a contacté des travailleurs sociaux, la police et des experts en la matière.

« A l’aide de cadeaux, de boissons et de drogues, des soi-disant «loverboys» parviennent à avoir des relations sexuelles avec des filles vulnérables avant de prendre des photos ou filmer des vidéos compromettantes qui serviront de levier pour extorquer les jeunes filles et les forcer à se prostituer.

« Ces hommes sont principalement marocains, turcs, caribéens et roms. La majorité d’entre eux sont issus de l’immigration », a déclaré Gideon van Aartsen de Watch Nederland, une initiative qui coordonne avec la police nationale les efforts de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants (CSE).

Il a déclaré au journal que vendre des relations sexuelles avec des écolières est un « commerce lucratif » qui peut rapporter « jusqu’à 800 euros par jour et par fille » pour les proxénètes, dont la plupart font partie de réseaux plus importants impliqués dans le trafic de drogue et le trafic d’armes.

Chaque année, environ 1 400 mineures hollandaises sont victimes des ces « loverboys », un terme utilisé pour désigner les jeunes hommes qui traquent des jeunes filles mineures pour les obliger à vendre leurs corps, selon Marijke van Overveld et Esmee Huijps.

« Le processus de séduction prend seulement entre une semaine et une quinzaine de jours, alors que cela prenait des mois », a expliqué Huijps, expliquant que les filles devaient accepter de travailler comme prostituée, ou des vidéos pornographiques (sextapes) de ces jeunes filles seraient diffusées sur les réseaux sociaux.

« Une fois qu’ils ont une vidéo compromettante de vous, cela suffit pour le chantage. Surtout pour les jeunes filles, dont les parents ne savent rien. »

« Ces filles mineurs, qui ont une vie instable et vivent souvent dans la pauvreté, reçoivent des ordres comme « amène trois copines la prochaine fois, et je t’obligerai à baiser avec cinq hommes de moins chaque jour. » » 

 

 

Algemeen Dagblad

Traduction fdesouche