Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 octobre 2018

C’était un 9 octobre 1793…

Publié par Guy Jovelin le 09 octobre 2018

Auteur : admin4

lyon,massacre,république

Massacre de Lyonnais. Voir la scène à droite : avant l’État islamique, il y eut la République…

Lyon, après un siège de près de cinquante jours, capitule devant les armées de la République.

Les Lyonnais, révoltés par la « tyrannie jacobine » et dressés contre la Convention, affamés, bombardés sans relâche par les soldats de Kellermann, se rendent à 6 heures du matin.

La répression sera terrible ; des milliers de personnes seront massacrées par les Républicains dans les semaines qui suivent.

 

Source : contre-info

mardi, 18 septembre 2018

La République du mépris

Publié par Guy Jovelin le 18 septembre 2018

Rédigé par notre équipe le 17 septembre 2018. 

« Un flot de haine et de mépris ». Pour une fois Christophe Castaner a raison. Le président de la République est allé trop loin en affirmant ce samedi à un jeune chômeur qu’il n’avait qu’à « traverser la rue » pour trouver du travail. Des paroles indignes venant du chef de l’Etat qui illustrent une nouvelle fois son mépris et son absence totale d’empathie vis-à-vis des Français. Ah mais, non, le « flot de haine et de mépris » vaut pour les réactions scandalisées qui ont fleuri après cette intervention présidentielle inique. La Macronie se sert les coudes, mais la fin n’est pas si éloignée que ça.  

Ce week-end, les Français se sont précipités aux Journées du patrimoine. Et comme d’habitude, de nombreux curieux se sont pressés au palais de l’Elysée, non pas pour acheter des goodies aussi laids que dispendieux, mais pour voir de près sous quels ors se prélassent Macron et ses amis. Comme d’habitude aussi, le président est passé en fin de journée pour se montrer et prendre des selfies avec les quelques gogos qui n’en demandaient pas tant. Et vu que le chef de l’Etat passait par là, un jeune horticulteur au chômage a cru bon lui exprimer son malaise face à ses difficultés pour trouver un emploi. Le malheureux n’avait pas compris qu’il s’adressait à un homme qui n’aime que lui et qui méprise tous ceux qu’il juge en dessous de sa personne.

Horticulteur ? Va me servir un café !

La faute de ce sans-emploi a rapidement sauté aux yeux et surtout aux oreilles. Le court échange s’est passé sur un ton courtois, posé, pas agressif, mais il y avait pourtant de l’agressivité et surtout du mépris dans ce qu’a osé raconter le chef de l’Etat. Un horticulteur qui ne trouve pas de travail ? La solution est simple : devenir serveur ! « Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, la restauration ou le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens. Pas un ! Il y a des métiers qui nécessitent des compétences particulières, quand les gens ne les ont pas, on les forme, c’est pour ça qu’on investit. Mais après il y a des tas de métiers, il faut y aller. Honnêtement, hôtels, cafés, restaurants… je traverse la rue, je vous en trouve ».

Nul besoin de dire qu’après cette leçon hallucinante, Macron n’a pas traversé la rue et n’a donc pas trouvé d’emploi à ce jeune homme. Si d’aventure il l’avait fait, il se serait retrouvé au ministère de l’Intérieur. Ce n’est pas l’endroit rêvé pour le métier de serveur et même de barbouze puisque même un Benalla dépendait directement de l’Elysée… Bref, notre chômeur en question n’a peut-être pas suivi une formation horticole pour se retrouver à servir des Coca Cola à des touristes américains de passage à Paris. Les propos de Macron illustrent son mépris pour le travail et les gens. Tout ce vaut. Horticulteur, serveur, femme de ménage ou loueur de voiture, c’est la même chose ! L’individu n’a plus son mot à dire sur ce qu’il aime, ce à quoi il a été formé, le lieu où il peut travailler. Une sale mentalité qui débouche sur des emplois de baby-sitter pour des BAC +5.

Il est temps de mette Macron à l’épreuve et de le chasser d’une fonction dont il est indigne. Il n’aura qu’à traverser la rue pour retomber dans une grande banque et amasser de nouveaux millions. Là aussi, pas besoin d’une formation spécifique, il faut juste avoir le don de raconter des sornettes sans discontinuer pour se faire une place de choix. Macron n’est bon qu’à communiquer entre quatre mur et face caméra. Dès qu’il sort à la rencontre du bon peuple, il ne peut s’empêcher d’afficher son mépris. Fainéants, analphabètes, cyniques, Gaulois réfractaires au changement, incapables de se payer un costard… Il faut désormais ajouter incapable de traverser la rue pour trouver un boulot. Macron a parié sur un peuple français décidément en dessous de tout. Pour ne pas que le mariage se transforme en fiasco, il serait bon de signer les papiers du divorce. Le plus vite sera le mieux !

 

Source : 24heuresactu

dimanche, 02 septembre 2018

Enracinement • Patriotisme

Essayez de dire à des jeunes gens de vingt à trente ans, même charmants et pleins de bonne volonté, que la République est un accident de l’histoire de France : presque à chaque fois, vous verrez leurs yeux s’emplir de réprobation stupéfaite. C’est qu’en effet, la République est la référence suprême de leur conscience politique, et la France n’est tout au plus qu’une entité géographique, fruit d’une histoire qu’en général ils ne connaissent pas ou très mal, par morceaux épars fortement teintés de pseudo-culture marxisante.

Mais, fort heureusement, cette imprégnation néfaste des esprits n’est pas totalement victorieuse : il existe des agents « résistants » tels que les liens familiaux, l’expérience des aînés et, bien sûr, ce qui subsiste du socle chrétien de notre nation. Ce terreau bienfaisant nourrit en particulier un certain nombre de catégories professionnelles dont la raison d’être dépasse par essence le banal et vulgaire utilitarisme ; c’est le cas par exemple du personnel médical, des enseignants dévoués à leur tâche (si toutefois ils ne sont pas trop « idéologisés »), des militaires, de certaines associations… Sans oublier le paradoxal et mystérieux engagement des prêtres et des moines contemplatifs. En effet, l’activité de ces personnes favorise des rapports à autrui faits de compétence, de générosité, de capacité d’écoute, de don de soi, voire d’abnégation, dispositions essentiellement subversives par rapport à l’intellectualisme stérile du rousseauisme et aux spéculations du libéralisme marchand.

L’émotion provoquée par la mort héroïque du colonel Beltrame est un signe patent de cette subversion bienfaisante ; « son sacrifice nous oblige », a dit Emmanuel Macron lui-même lors de son hommage prononcé aux Invalides. Nous oblige, comme « noblesse oblige ». Sacrifice qui réveille notre part de patrie, laissée plus ou moins endormie dans une chambre oubliée. Sacrifice qui, loin d’écraser, rend libre, car il est porteur de cette vérité qui donne du sens à la vie, fût-elle des plus ordinaires.

Le chevalier d’Assas mourut à la bataille de Clostercamp, en 1760, pendant la guerre de Sept ans ; envoyé en reconnaissance à l’aube, il était accompagné par le sergent Dubois de sa compagnie du Régiment d’Auvergne ; surpris et cernés par l’avant-garde ennemie, ils sont menacés de mort s’ils donnent l’alerte ; et c’est le fameux cri : « À nous, Auvergne, c’est l’ennemi ! ». Le sergent est tué aussitôt. Blessé mortellement, le chevalier répéta plusieurs fois avant de succomber : « Enfants, ce n’ai pas moi qui ai crié, c’est Dubois. » Héroïsme de l’humble sergent, noble élégance de son chef.

Dans cette histoire, comme dans celle du colonel Beltrame, la France est là, comme elle est présente dans la surnaturelle audace de Jeanne face à ses juges, dans l’extraordinaire abnégation du poilu de Verdun, et dans la vie secrète et donnée au sein des monastères ; cet héritage nous oblige en effet, et dans une dimension totalement absente de celui de la Révolution. 

 

Source : lafautearousseau

vendredi, 16 février 2018

C’est arrivé un 16 février…

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018

  • le 16 février 1785 : Lavoisier organise à Paris, une expérience qu'il vient de mettre au point : la décomposition de l'eau en oxygène et en hydrogène.


Antoine Laurent de Lavoisier réussit à décomposer l'eau en hydrogène et oxygène.

Il est guillotiné en 1794 ; Ayant demandé un délai pour pouvoir achever une expérience, il s'entend répondre par Jean-Baptiste Coffinhal, le président du tribunal révolutionnaire : « La République n'a pas besoin de savants ni de chimistes ; le cours de la justice ne peut être suspendu.

 Lois Spalwer

Source : lesalonbeige

mardi, 16 janvier 2018

L’illégitimité de la république en France

Publié par Guy Jovelin le 16 janvbier 2018

par   15 janvier 2018 

 L’illégitimité de la république en France