Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 octobre 2017

Un premier centre de pré-accueil pour migrants d'Ile-de-France ouvre ses portes à Cergy-Pontoise

Titre Porte de la Chapelle à Paris, le 27 juillet 2017 - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT AFP

Un premier centre de pré-accueil destiné aux migrants ouvre ses portes ce jeudi à Cergy Pontoise. Son but: orienter les migrants sur leur statut et les démarches à suivre.

lundi, 25 septembre 2017

Un policier jugé pour avoir giflé un migrant

Publié par Guy Jovelin le 25 septembre 2017

Par N. L. J. |  

Le centre de rétention de Coquelles.  PH. ARCH. PH. PAUCHET.
Le centre de rétention de Coquelles. PH. ARCH. PH. PAUCHET.

Amené de force, l’homme a un comportement agité, l’un des deux policiers de son escorte lui porte alors un coup au visage.

La nature et les circonstances de ce coup ont fait débat au tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer. Des témoignages, dont celui de la greffière du tribunal de Coquelles, mentionnent une gifle. À la barre, le policier prévenu, âgé de 44 ans, évoque un geste réflexe de défense en réaction à un comportement agressif du migrant. Il mime un blocage porté au niveau des côtes.

«  Il y a bien eu gifle et elle ne se justifiait nullement. La personne, assise, était menottée et votre collègue la maintenait. À supposer que cette gifle fût un réflexe, cela n’atténue pas votre responsabilité. Comme policier, vous avez une obligation de sang-froid et de neutralité  », a tonné la procureure qui a requis que le prévenu soit condamné à six mois de prison ferme.

Son avocat, qui a plaidé pour la relaxe de son client, admet la matérialité de la gifle, mais contesté son caractère intentionnel : «  Elle se voulait repoussoir. »

Le fonctionnaire de police risque son poste. Il ne fait pour l’instant l’objet d’aucune mesure disciplinaire. Le tribunal correctionnel rendra son jugement le 23 novembre.

 

Source : lavoixdunord

mercredi, 19 juillet 2017

Minneapolis : Un migrant somalien devenu policier abat sans pitié une femme blanche

Publié par Guy Jovelin le 19 juillet 2017

Petit flash d’actualité sur le portail de Free  annonçant  qu’aux Etats-Unis « une femme a été abattue par le policier qu’elle avait appelé à l’aide ». Nulle autre précision. Dans l’hystérie actuelle, le lecteur non-informé traduit « une pauvre noire abattue par un flic blanc raciste ». Effectivement, il y avait dans cette histoire du noir et du blanc, sauf que…

La victime, Justine Damond, est une femme blonde de 40 ans, professeur de yoga, ressortissante australienne. Le flic assassin, Mohammed Noor, est un « migrant » somalien engagé dans la police en 2015. Ce dernier l’a abattue alors qu’elle venait d’appeler le 911 (l’équivalent américain du 17 ou du 112) pour signaler une possible agression dans une ruelle près de chez elle, à Minneapolis. Selon le Minneapolis Star Tribune, citant trois sources, le policier a tiré sur la victime vêtue d’un pyjama à travers une vitre de leur véhicule après qu’elle se soit approchée d’une des portières pour leur parler. Selon son fiancé Zach Diamond : « Elle a entendu du bruit dans la ruelle donc elle a appelé la police et les flics sont arrivés. Et ensuite, tout ce que je sais, c’est qu’ils ont pris la vie de ma meilleure amie ». « Je suis dégoûtée et profondément perturbée.  Nous ne connaissons que peu d’éléments à ce stade. Nous voulons tous en savoir davantage», a déclaré Elisabeth Ann « Betsy » Hodges, maire de Minneapolis.

Le migrant, âgé de 31 ans, fut le premier Somalien à intégrer  les forces de police de la ville. Il avait déjà fait parler de lui le 25 mai 2017 pour l’arrestation violente et arbitraire d’une femme à son domicile, la blessant à l’épaule. La police locale est dirigée par une lesbienne militante (mais mère de famille…), Janee Harteau. Les romans d’Harold Armstead Covington commencent à devenir la réalité…

Hristo XIEP

 

Source :medias-presse.info

lundi, 10 avril 2017

Stockholm : le terroriste, un migrant dont la demande d’asile a été refusée, «satisfait» de son acte

Publié par Guy Jovelin le 10 avril 2017

Stockholm : le terroriste, un migrant dont la demande d’asile a été refusée, «satisfait» de son acte
Source: Reuters
La police interroge le terroriste présumé de l'attentat de Stockholm
 
Interrogé par la police, le suspect, un ouvrier ouzbek en situation illégale, serait passé aux aveux et aurait fait part aux enquêteurs de sa satisfaction après l'attaque terroriste du 7 avril. Il affichait des «sympathies» pour l'Etat islamique.

L'auteur présumé de l'attentat meurtrier au camion bélier perpétré le 7 avril dernier à Stockholm serait passé aux aveux selon le quotidien Expressen. D'origine ouzbèke, l'homme aurait déclaré aux enquêteurs être «satisfait de ce qu'[il a] fait» et avoir «accompli ce qu'[il] voul[ait] accomplir».

L'homme, dont la presse suédoise rapporte qu'il s’appellerait Rakhmat Akilov, serait un ouvrier en situation illégale âgé de 39 ans. Interrogé par les policiers, il aurait reconnu avoir été au volant du camion de livraison volé qui a foncé dans la foule et fauché une vingtaine de passants sur une artère piétonne majeure du centre de Stockholm. Il aurait aussi avoué avoir effectué un repérage quelques temps auparavant.

La police suédoise a également annoncé que l'individu affichait «des sympathies pour des organisations extrémistes, dont l'État islamique», sans toutefois préciser si l'attaque en question avait été revendiquée. Selon Jan Evensson, un haut responsable de la police suédoise, le suspect, s'il est reconnu coupable, aurait de fortes chances de «passer le reste de sa vie derrière les barreaux».

Le meurtrier présumé a été arrêté le 7 avril au soir à Märsta, une petite ville située à 40 kilomètres au nord de Stockholm. Les enquêteurs ont rapidement confirmé qu'il s'agissait d'un Ouzbek de 39 ans, débouté de sa demande de permis de séjour présentée en 2014. «L'Office des migrations l'a débouté en juin 2016 et a émis un avis d'expulsion : en décembre 2016, l'Office des migrations l'a informé qu'il avait quatre semaines pour quitter le pays», a révélé un responsable de la police, Jonas Hysing, au cours d'une conférence de presse. «En février 2017, la police a été saisie pour faire exécuter la décision parce qu'il n'était plus localisable», a-t-il ajouté. Depuis, l'homme était introuvable.

L'attaque terroriste perpétrée le 7 avril dans la capitale suédoise a fait quatre morts et 15 blessés, dont plusieurs enfants. Après avoir encastré le poids-lourd dans la façade d'un grand magasin, l'homme s'était engouffré dans la station de métro la plus proche, profitant de la panique pour se fondre dans la foule.

 

Source : francais.rt

lundi, 09 janvier 2017

Foggia (Italie) : un migrant gambien met le feu à une crèche dans une église

Publié par Guy Jovelin le 09 janvier 2017

Par le 09/01/2017 
 Un migrant musulman qui « cherchait à détruire des symboles chrétiens » a été arrêté après qu’il a mis le feu à une crèche.

Le sans-abri a été pris en flagrant délit par le prêtre de l’église, qui a informé les autorités.

Ils se sont précipités sur les lieux et se sont battus pour contenir l’homme, qui souffrait d’une « crise psychophysique visible ».

Selon des informations locales,

le Gambien de 25 ans a déclaré à la police qu’il était musulman et qu’il voulait détruire des symboles chrétiens.

En plus de mettre le feu à la crèche, il a détruit une statue de Marie.

(…)

L’homme, titulaire d’un permis de résidence légale, vit en Italie depuis deux ans.

(…)

Express.co via Immediato