Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 juin 2018

FIERS D'ETRE PIEDS NOIRS

Publié par Guy Jovelin le 30 juin 2018

L’image contient peut-être : 2 personnes

Le 30 juin 1962 à 10 h du matin, malgré l'opposition de de #Gaulle, le général #Franco donne l'ordre à ses capitaines d’embarquer les pieds-noirs, faisant fi de la pression imposée par la France.
Franco prévint de Gaulle qu’il était prêt à l’affrontement militaire pour sauver ces pieds-noirs abandonnés sur les quais d’#Oran et livrés à la barbarie du #FLN.
De Gaulle est également informé que l’aviation et la marine de guerre espagnoles sont en route jusqu’aux eaux internationales, face à Oran.
Finalement, face à la détermination du général Franco, la France cède et le samedi 30 à 13h00 ces deux bateaux espagnols peuvent embarquer 2200 pieds-noirs, 85 voitures et un camion.
Lors de l’embarquement, les courageux capitaines espagnols durent s’opposer à la montée sur leurs bâtiments d’une compagnie de #CRS qui voulaient lister tous les pieds-noirs embarqués à destination de l’Espagne.
Les capitaines espagnols avouèrent n’avoir pas compris l’attitude arrogante des autorités françaises dans une situation aussi dramatique.
Contre vents et marées, finalement à 15h30, les quais d’Oran, noirs de monde, se vidèrent. Les bateaux espagnols prirent enfin la mer malgré une importante surcharge.
De l’arrivée jusqu’au départ des ferrys espagnols, une liesse, joie et larmes, s’était emparée des pieds-noirs aux cris de « Viva Espana ! » et « Viva Franco ! » ...

 

vendredi, 09 mars 2018

Fake News. Quand la Dépêche du Midi transforme les Français d’Algérie en « migrants »

Publié par Guy Jovelin le 09 mars 2018

migrants
 

08/03/2018 – 19h15 Mazamet (Lengadoc Info) – Prise la main dans le sac ! La Dépêche du Midi vient de donner un bel exemple de propagande médiatique en faveur des migrants. Décryptage…

Les Pieds-noirs d’Algérie, des migrants ?

Ce mercredi, la Dépêche du Midi a publié une brève qui aurait presque pu passer inaperçue. Un article anodin annonçant une conférence de Muriel et Yves Carchon, auteurs de l’ouvrage « Les premiers colons français en Algérie » le 15 mars prochain à Mazamet (Tarn). Un événement organisé par l’association J’Mlire et l’Amicale des Pieds-noirs de Mazamet.

Une conférence donc historique sur l’arrivée au milieu du XIX ème siècle des premiers Français en Algérie, alors colonie française depuis 1830.

Mais la Dépêche du Midi n’a pas pu s’empêcher d’apparenter ces premiers colons à des « migrants ». Un terme absolument anachronique et qui, de plus, est totalement faux.

S’il est difficile de trouver une définition précise du terme « migrant », la plupart des organismes internationaux sont très clairs sur un fait, à savoir qu’un « migrant » est un individu qui traverse une frontière pour se rendre dans un pays qui n’est pas le sien.

Le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies indique que « selon les Nations Unies le terme « migrant » désigne « toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer ». Cependant, il est courant d’y inclure certaines catégories de migrants de courte durée, tels que les travailleurs agricoles saisonniers qui se déplacent à l’époque des semis ou des récoltes ».

Or, dans le cas des colons français en Algérie, cette définition ne fonctionne pas puisque l’Algérie était alors française.

A l’heure où l’Europe connaît une importante crise migratoire, assimiler les Français d’Algérie à des migrants c’est non seulement un acte de propagande immigrationniste, mais également une falsification de l’Histoire.

Jordi Vives

 

Source : lengadoc-info

samedi, 08 octobre 2016

Responsabilité de la France dans le drame des Harkis : Une reconnaissance par François Hollande sur fond de duplicité !

Publié par Guy Jovelin le 08 octobre 2016

Cercle Algérianiste

Le président de la république, François Hollande, vient de reconnaître « la responsabilité des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines de ceux rapatriés en métropole ».

Cinquante-quatre ans après le drame indicible vécu par des milliers de nos compatriotes harkis, qui avaient fait le choix de la France et qui ont délibérément été abandonnés par l’État français aux mains du FLN, cette reconnaissance bien tardive survient enfin.

Le Cercle algérianiste qui a eu comme président d’honneur le bachaga Saïd Boualam, l'une des personnalités les plus emblématiques de la communauté harkie, s'il approuve cette déclaration, entend cependant dénoncer la duplicité du chef de l’État.

Comment croire en effet François Hollande alors que celui-ci a été il y a quelques mois à peine à l’origine de l’officialisation de la sinistre date du 19 mars 1962 comme date de la fin de la guerre d’Algérie, symbole même de la négation du drame des harkis et des pieds-noirs ?

Comment croire dans la sincérité de ces propos alors que le gouvernement français s’est toujours refusé de froisser l’Algérie en exigeant qu’elle accomplisse aussi son chemin de vérité et reconnaisse la responsabilité du FLN dans les crimes commis à l’encontre des harkis et des pieds-noirs ?

Comment croire en cette soudaine conversion du chef de l’État alors que nombre d’amis du pouvoir ne cessent de célébrer et de commémorer la seule mémoire des terroristes du FLN ?

François Hollande, pour des raisons purement tacticiennes et politiciennes, accomplit aujourd'hui le geste qu’il aurait pu faire depuis longtemps à l’égard des harkis.

Il ne saurait faire oublier toutefois le profond mépris que lui-même et son gouvernement ont toujours manifesté depuis 2012 à l’égard des français d’Algérie, harkis et pieds-noirs confondus.

                                                               Thierry ROLANDO
  Président national du Cercle algérianiste