Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 août 2018

10 août 1792 : naissance de la République dans un massacre

Publié par Guy Jovelin le 10 août 2018

Auteur : admin4
contre-info

louis XVI,massacre,naissance de la république

Depuis la fuite de Varennes, le roi Louis XVI et sa famille sont assignés à résidence au palais des Tuileries (aujourd’hui disparu), à l’ouest du Louvre.

La tension est vive et, excitée par Danton, une foule de sans-culottes se masse aux abords du palais.

La résidence royale est défendue par 900 gardes suisses et quelques centaines de gardes nationaux.

Louis XVI les passe en revue. Selon l’usage, les Suisses et les gardes nationaux crient : « Vive le roi ! ». Mais les artilleurs et le bataillon de la Croix-Rouge crient de leur côté :

« Vive la Nation ! ».

Situation confuse. Le roi gagne là-dessus une terrasse et observe la foule des Parisiens massés. Ceux-ci l’insultent : «À bas le veto ! À bas le gros cochon !». Apeurés, le roi, la reine et le dauphin traversent le jardin des Tuileries et vont chercher refuge au sein de l’Assemblée.

Devant le palais, l’émeute enfle. Une porte est malencontreusement ouverte. Un flot de sans-culottes s’y engouffre. Les gardes suisses ouvrent le feu et provoquent un reflux éperdu vers le Carrousel. Les émeutiers évacuent la place. Ils semblent près d’abandonner la partie.

Mais vers dix heures, un groupe de volontaires marseillais parvient à s’introduire à l’intérieur des Tuileries. Le combat reprend de plus belle. Le roi griffonne un billet ordonnant aux Suisses de déposer à l’instant les armes et de se retirer dans leurs casernes. Grave erreur du trop bon Louis XVI.

Obéissants, les gardes se replient vers la place Louis XV (l’actuelle place de la Concorde).

Mais ils sont bientôt encerclés, capturés, conduits à l’Hôtel de Ville puis massacrés. Mêlées à la foule, les poissardes des halles se livrent à de honteuses mutilations sur les cadavres.

Les émeutiers envahissent maintenant les Tuileries et lynchent pêle-mêle gardes, serviteurs et fidèles avant de piller le palais.

Six cents Suisses ainsi que deux cents aristocrates et gens de maison perdent la vie en ce jour du 10 août.

L’Assemblée législative, enhardie par le succès de l’émeute, prononce la « suspension » du roi. Elle convoque par ailleurs une Convention nationale en vue de prendre toutes mesures « pour assurer la souveraineté du peuple et le règne de la liberté et de l’égalité », et instaure pour la première fois le suffrage universel (masculin). Après une nuit de fortune, la famille royale est emmenée au donjon du Temple pour y être emprisonnée.

La période appelée « la Terreur » allait commencer.

Fin d’un régime millénaire qui avait construit la France mais était certes affaibli de l’intérieur.

Naissance de la République.

Source : thibautdechassey

jeudi, 21 juin 2018

Vrai film d’horreur en Suède : les accusant de « racisme », le migrant syrien massacre ses voisines

Publié par Guy Jovelin le 21 juin 2018

Auteur : admin4

film d'horreur,massacre,migrant,racisme,suède

« Un migrant syrien de 26 ans a poignardé mortellement sa voisine 130 fois et grièvement blessé la soeur de la victime à Vetlanda, en Suède.

L’origine de cet acte de violence particulièrement brutal serait lié au fait que la voisine de ce migrant était « trop bruyante ». Mais durant son procès, l’auteur des faits a assuré qu’il croyait que la victime avait « fait une remarque raciste » durant une conversation.

Durant la nuit du 20 février, les soeurs s’étaient barricadées dans leur salle de bain d’où elles se sont excusées à plusieurs reprises.

« C’est trop tard » leur a répondu le meurtrier.

La soeur survivante a fait la morte après avoir été poignardé tandis que l’homme coupait la tête de l’autre femme, frappant son corps de 130 coups de couteau. […]

Elle est actuellement suivie dans un hôpital psychiatrique en raison de tendances suicidaires depuis les faits. »

Avec les « migrants », plus besoin de voir des films d’horreur, la réalité suffit !

 

Source Info Wars Europe via BreizAtao

samedi, 26 mai 2018

USA. Oklahoma: Un citoyen armé évite un massacre en abattant un tueur de masse

Publié par Guy Jovelin le 26 mai 2018

 

 

Un citoyen armé a abattu un tireur de masse dans un restaurant de l'Oklahoma jeudi après que le tireur soit entré et ait ouvert le feu, touchant plusieurs personnes.

"Un homme est entré dans le  Louie's restaurant et a commencé à tirer, deux personnes ont été abattues", a indiqué la police, rapporte CNN. "Un passant armé d'un pistolet a fait face au tireur à l'extérieur du restaurant et l'a mortellement atteint."

ALERT: The only confirmed fatality is the suspect. He was apparently shot-to-death by an armed citizen. Three citizens were injured, two of whom were shot. A large number of witnesses are detained. There is no indication of terrorismat this point.

— Oklahoma City Police (@OKCPD) 25 mai 2018

 

"C'est une bénédiction que cela ait été stoppé. Qui sait quand ce type allait arrêter de tirer sur les gens", a déclaré le capitaine Bo Matthews à KOCO.

 

Source Traduction libre Les Observateurs.ch

samedi, 13 janvier 2018

Sur sa page facebook, l’assistante parlementaire du député LREM Saïd Ahamada célèbre les massacres de la Toussaint Rouge et le début de la guerre d’Algérie

Publié par Guy Jovelin le 13 janvier 2018

 

Rachida Tir est l’assistante parlementaire du député des Bouches-du-Rhone Saïd AHAMADA

Voici ce qu’elle a posté le 1er novembre 2017 :

 

Traduction :

1er novembre 1954
63e anniversaire du début de la révolution


Rappel Historique

Divisés en plusieurs partis, dont le MTLD de Messali Hadj et l’UDMA de Ferhat Abbas, ils forment au printemps 1954 un Comité révolutionnaire d’union et d’action (CRUA). Celui-ci choisit la date du 1er novembre pour déclencher l’insurrection. Une trentaine d’attentats plus ou moins désordonnés ont lieu en ce jour de la Toussaint : récoltes incendiées, gendarmerie bombardée…

On compte au total dix morts (*). Les deux premières victimes, assassinées la veille de la Toussaint, sont deux Français d’Algérie : un chauffeur de taxi de confession juive, Georges-Samuel Azoulay et Laurent François, libéré depuis 6 mois du service militaire. Les autres victimes sont l’agent forestier François Braun, l’agent de police Haroun Ahmed Ben Amar et quatre appelés : le soldat Pierre Audat et le brigadier-chef Eugène Cochet, tués en pleine nuit dans le poste de Batna, dans le massif des Aurès, ainsi qu’André Marquet et le lieutenant Darneaud. Sont également tués le caïd Ben Hadj Sadok et Guy Monnerot, qui voyageaient ensemble.

L’instituteur Guy Monnerot et sa femmeLa mort de ce dernier émeut plus particulièrement l’opinion. Ce jeune instituteur est venu de la métropole avec son épouse pour instruire les enfants du bled. Leur autocar est attaqué dans les gorges de Tighanimine. Ils sont extraits du véhicule ainsi que les autres passagers et touchés par une rafale de mitrailleuse destinée au caïd Hadj Sadok.

Guy Monnerot succombe sur le champ mais sa femme Jeanine survivra à ses blessures. Les meurtriers des deux Français auraient enfreint l’ordre de ne tuer que le caïd, membre de l’élite musulmane francophile. Ils auraient été plus tard sanctionnés par leurs chefs.

 

Source : fdesouche

mercredi, 03 janvier 2018

2018 : année de la racaille ?

Publié par Guy Jovelin le 03 janvier 2018

Rédigé par notre équipe le 02 janvier 2018. 

Nos édiles nous avaient donné la permission de décompresser en ce 31 décembre 2017. La Saint-sylvestre devait être festive. Les gogos d’Ile-de-France se sont précipités sur les Champs-Elysées pour assister à un feu d’artifice de trois minutes. D’autres ont préféré rester s’amuser chez eux alors que d’autres encore ont voulu se divertir chez les seconds sans avoir été invités. Bilan : deux policiers lynchés à Champigny-sur-Marne et la confirmation pour tous les délinquants que la chasse au flic est bien ouverte.  

Ce sera donc l’image de cette Saint-Sylvestre 2017. Deux policiers lynchés par une bande de jeunes dans les rues de Champigny-sur-Marne. Deux représentants de l’ordre qui ont frôlé la mort et qui n’auront droit qu’à des paroles mielleuses en guise de réconfort. Les images sont particulièrement choquantes et ont été mises sur les réseaux sociaux par ces mêmes jeunes qui s’amusent avec la vie de deux êtres humains. Une vidéo symbole d’une société dans laquelle les forces de l’ordre sont la cible de délinquants qui pullulent et qui restent encore et toujours en liberté malgré leur casier judiciaire aussi long qu’un annuaire téléphonique.

Bagatelles pour un massacre

Deux policiers qui auraient été massacrés s’ils n’avaient pas été sauvés par leurs collègues obligés d’employer la manière forte. Et encore, aucune arme à feu n’a été utilisée par les deux victimes ou par leurs collègues dans ce qui ressemblait pourtant fortement à une mise à mort. A quand la présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre comme l’a demandé Marine Le Pen ? Les policiers devront-ils attendre de se prendre une balle avant de pouvoir utiliser leur arme à feu ? Un lynchage comme celui de Champigny-sur-Marne a le même résultat qu’une dose de plomb. Mais pour les politiques, il reste primordial de se voiler la face.

Les réactions rapides de Macron et de Collomb sur Twitter ne sont utiles que pour donner le signal qu’ils veillent et compatissent. Pour ce qui est de prendre les décisions qui s’imposent, il n’y a plus personne. Qu’attendre d’un président qui se fout de la sécurité des Français et d’un ministre de l’Intérieur qui pleure parce qu’il est pris pour le « facho de service » après avoir murmuré que certains migrants ne pourraient pas rester en France ? La lâcheté à de multiples visages, mais le résultat est toujours le même.

Les forces de l’ordre sont devenues depuis plusieurs années déjà le punching ball de racailles qui font la loi dans un nombre croissant de cités. Plus personne n’ose parler des fameux « territoires perdus de la République », car pour ceux qui ne l’auraient pas compris, tout va bien dans notre bas monde jupitérien. Les lynchages ne sont que de tristes faits divers qui n’ont aucun enracinement avec une quelconque violence endémique qui s’attaque à l’intégrité des personnes et de la nation française.

Le ministère de l’Intérieur a fait savoir que de lourdes sanctions seraient prises contre les agresseurs. Collomb a-t-il pensé duper son monde en se faisant passer pour un petit juge ? Les quelques lyncheurs présumés qui finiront par comparaître devant la Justice auront le droit à des peines avec sursis quand il faudrait de la prison ferme pendant de très longues années. Mais la Justice a déjà montré que la vie d’un flic n’a pas beaucoup de prix. La vie d’un citoyen français lambda non plus. Les racailles savent que les tentatives de meurtre ne sont pas disqualifiantes pour qui souhaite humer l’air librement. A tel point que le lendemain, un autre policier a été attaqué par plusieurs jeunes à Aulnay-sous-Bois. L’année ne fait que commencer et les Français (en uniforme ou non) sont prévenus : la loi du plus fort règne et avec un Etat aussi faible, ce sont les racailles qui dictent les règles.

 

Source : 24heuresactu