Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 novembre 2017

Peine [très] clémente pour le frère du chauffard de Blagnac jugé pour violence et menaces

Publié par Guy Jovelin le 15 novembre 2017

 

Le frère d’Abdellah B., le chauffard ayant renversé un groupe d’étudiants à Blagnac, vendredi, comparaissait, mardi soir, devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Il était accusé de violence et de menaces sur son colocataire. 

Rude semaine pour la famille. Après qu’Abdellah B. ait été arrêté pour avoir sciemment foncé sur trois étudiants devant le campus d’IGS de Blagnac, son frère a quant à lui été interpellé plus tard dans la soirée de ce même vendredi 10 novembre. Il était accusé d’avoir frappé et menacé à l’aide d’un couteau son colocataire qu’il soupçonnait d’être « une balance ».

Interpellé, les policiers ont retrouvé sur lui une grosse somme d’argent liquide (autour de 3 500€), de la documentation islamique et un relevé d’identité bancaire au nom du Cercle de fraternité Musulmane -une association qui récolte des fonds dans le but de construire une nouvelle mosquée à Blagnac, but de l’opération : trouver 925 000€. Dans son appartement, les forces de l’ordre ont également trouvé une réservation pour se rendre en Arabie Saoudite.

Pratiquant d’un islam rigoriste, Samir B. avait connu son colocataire à la mosquée. Dans le box des accusés il a reconnu les faits de violence mais nié les menaces au couteau. « Je l’ai éclaté. Je n’ai pas eu besoin de couteau pour lui mettre la leçon qu’il méritait. » Après avoir passé le week-end en détention, le prévenu était jugé, mardi soir, en comparution immédiate. Le tribunal correctionnel a condamné l’individu à une peine contraventionnelle de 750 € pour des violences sans ITT et a été relaxé pour les menaces.

Le procureur avait pourtant requit 10 mois de prison dont 4 mois avec sursis et une mise à l’épreuve de 3 ans pour cet homme « impulif » et au « comportement inquiétant ». De son côté l’avocate de la défense, Me Morgane Dupoux, a évoqué « un dossier  complexe où la religion n’a rien à voir dans cette affaire ». Le prévenu devra, en outre, verser 1 000 € au titre du préjudice à la victime.

 

Source : infos-toulouse

vendredi, 29 septembre 2017

Incroyable escalade de la violence à Berlin après l’entrée de l’AfD au Bundestag. Nos médias se taisent.

Publié par Guy Jovelin le 29 septembre 2017

AfD_laPoliceDoitProtéger

Incroyable escalade de la violence à Berlin après l'entrée de l'AfD au Bundestag. Nos médias se taisent.

Après le succès de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), nos médias ont relaté brièvement une manifestation à Berlin contre ce parti, mais sans mentionner sa violence, notamment du fait de la présence des Antifas, les nouvelles troupes de choc de l'extrême-gauche, qui agissent exactement comme le faisaient avant la guerre les nationaux-socialistes et les communistes. On pourrait y voir un silence complice des médias, qui protègent la racaille d'extrême gauche tout en clamant que l'AfD est un danger pour la démocratie.

 

https://www.wochenblick.at/nach-wahlparty-linksextreme-at...

 

Traduction (Claude Haenggli) : Incroyable escalade de la violence après l'entrée de l'AfD au Bundestag. Les politiciens de l'AfD et leurs partisans ont été attaqués par des extrémistes de gauche tout près de l'endroit de la fête. Selon des témoins, même des enfants ont été attaqués par les haineux manifestants de gauche. Sur les banderoles des contre-manifestants, on pouvait lire, à côté de paroles plus modérées, des slogans comme "We love Volkstod" (Nous adorons la mort de notre peuple) et "AfD zerschlagen" (Détruire l'AfD). La plupart des médias allemands ne mentionnent pourtant pas cette escalade de la violence et parlent d'une ambiance paisible et plutôt triste que colérique parmi les adversaires de l'AfD. Les témoins qui se trouvaient sur place décrivent toutefois une réalité beaucoup plus noire et plus agressive."Je n'ai jamais rencontré un tel concentré de haine. Nous avons été chassés comme du gibier et ce n'est que grâce à la police que nous avons pu sauver notre vie", a communiqué sur Facebook le conseiller personnel de Jörg Meuthen, président du parti AfD.

 

Source : lesobservateurs

lundi, 27 février 2017

Toulouse: Neuf ados arrêtés pour avoir passé à tabac un homme et agressé sa grand-mère

Publié par Guy Jovelin le 27 février 2017

Des policiers de Toulouse et Colomiers ont arrêté neuf adolescents après un passage à tabac.. Illustration.
Des policiers de Toulouse et Colomiers ont arrêté neuf adolescents après un passage à tabac.. Illustration. - B. Colin - 20 Minutes

N.S.

Les faits de violence remontent au 20 janvier, mais les arrestations ont eu lieu un mois plus tard, mercredi. Neuf adolescents âgés de 13 à 16 ans ont été interpellés par des policiers de Toulouse et de Colomiers, rapporte La Dépêche du Midi. Six d’entre eux ont été présentés vendredi devant le parquet des mineurs.

21 jours d’ITT

Ils feraient partie d’une bande d’une dizaine de personnes qui a passé à tabac un jeune homme, dans le quartier du Seycheron, à Colomiers. La victime, qui a subi 21 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT), était intervenue alors que le groupe abîmait des voitures. Le jeune homme avait quitté son domicile en compagnie de sa grand-mère, également agressée.

 

Source : 20minutes

mercredi, 19 octobre 2016

Baylet accusé de violences : le gendarme de l'époque témoigne et contredit le ministre

Publié par Guy Jovelin le 19 octobre 2016

Par Fabrice Valery Publié le

 

Jean-Michel Baylet a toujours nié être l'auteur de violences sur une ancienne collaboratrice. Interpellé récemment à l'Assemblée nationale par la députée Isabelle Attard, il doit maintenant faire face au témoignage du gendarme qui a enregistré la plainte en 2002. Par Fabrice Valery

Jean-Michel Baylet © AFP

© AFP Jean-Michel Baylet

 
Jean-Michel Baylet a-t-il menti devant les députés ou s'est-il mal exprimé ?Interrogé par la députée Isabelle Attard, le 11 octobre dernier, en plein hémicycle sur les violences qu'aurait subi en 2002 une ancienne collaboratrice, le ministre des collectivités locales et de l'aménagement du territoire avait répondu qu'il "y a eu une instruction judiciaire dans cette affaire et elle a été classée sans suite" mais la parution lundi 18 octobre du témoignage du gendarme de la section de recherche de Toulouse qui a enregistré la plainte à l'époque indique qu'il n'y a pas eu d'enquête à la demande du parquet de Montauban.

C'est le site BuzzfeedNews, qui avait révélé l'affaire début 2016 après la nomination de Jean-Michel Baylet au gouvernement, qui a recueilli le témoignage du gendarme. Il indique avoir reçu Bernadette Bergon, le visage tuméfié, accusant Jean-Michel Baylet de l'avoir violentée à son domicile de Valence d'Agen avant de la jeter nue à la rue. 

Elle avait clairement désigné l’auteur des coups qui était selon elle Jean-Michel Baylet (...) Elle nous a donné des détails sur la genèse des relations qu’elle entretenait avec Jean-Michel Baylet" (gendarme)


Le gendarme évoque une deuxième audition puis la convocation de Jean-Michel Baylet qui a nié les faits dont on l'accusait. Surtout, il indique que c'est à la demande du parquet de Montauban que l'enquête a été immédiatement classée : 

"La procédure, pour nous, s’est arrêtée là. Sur instruction du procureur de la République, il n’y a pas eu d’autres actes. Jean-Michel Baylet n’a pas été placé en garde à vue, par exemple. Alors que lorsque l’on entend une personne désignée comme pouvant être l’auteur des coups, on en informe le procureur qui à ce moment-là peut décider d’une telle mesure. Là, il nous a demandé de ne plus aller au-delà.


Ces déclarations contredisent celles de Jean-Michel Baylet qui évoquait encore il y a quelques jours "une instruction judiciaire", ce qui n'a pas été le cas l'affaire ayant été classée semble-t-il à la demande du parquet. BuzzFeed affirmait en mars dernier qu'il y avait eu ensuite une transaction financière entre Jean-Michel Baylet et Bernadette Bergon pour mettre fin à l'affaire.

Dans Le Monde daté de ce mardi, un collectif de collaboratrices parlementaires évoquent, dans un texte intitulé "le harcèlement sexuel en politique doit être l'affaire de tous", le comportement de certains députés à leur encontre, parlant de"l'affaire Baupin, l'affaire Tron, l'affaire DSK et l'actuel cas Baylet"
 

samedi, 25 juin 2016

Hommage au policier Français Franck Brinsolaro

Publié par Guy Jovelin le 25 juin 2016

Photo de Hommage au policier Français Franck Brinsolaro.