Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mai 2018

France. Calais: 50 migrants armés de bâtons et de pierres encerclent et attaquent une patrouille de CRS

Publié par Guy Jovelin le 05 mai 2018

retour-migrants-Jungle-Calais-e1482943158299

Une cinquantaine de migrants armés de bâtons et de pierres ont encerclé et attaqué une patrouille de CRS ce vendredi après-midi dans la zone industrielle de Calais, faisant deux blessés légers parmi les forces de l'ordre. Un véhicule de police a été endommagé.

Des renforts, envoyés sur place, ont fait usage de gaz lacrymogènes mais n'ont procédé à aucune interpellation parmi les migrants. Selon la préfecture, ils ont rapidement été dispersés et la situation est redevenue calme.

(...)

 

Source  via lesobservateurs

vendredi, 02 février 2018

Fusillade et rixe inter-ethnique entre ces si gentils migrants en transit à Calais

Publié par Guy Jovelin le 02 février 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

Les violences inter-ethniques qui ont opposé des immigrés illégaux afghans à des immigrés illégaux africains se sont même soldées par des tirs d’arme à feu… Comment est-ce possible ? Ces garçons décrits comme si gentils et cultivés, fin connaisseurs de Victor Hugo et futurs contributeurs au payement de nos pensions, auraient donc découvert quelques armes à feu traînant par mégarde au pied de l’un ou l’autre arbre calaisien ? Nul doute que Yann Moix fournira une intéressante théorie à ce sujet.

En attendant, pour parler des faits, c’est près du centre hospitalier de Calais, où a eu lieu une distribution de repas, qu’une centaine d’immigrés illégaux érythréens et une trentaine de leurs collègues afghans ont échangé quelques amabilités gratinées de coups de feu. A cet instant, cinq immigrés sont blessés par balles, dont quatre grièvement.

Vers 16 heures, un deuxième affrontement se produit 5 km plus loin, à Marck-en-Calaisis. « Une centaine de migrants africains armés de bâtons [veulent] s’en prendre à une vingtaine d’Afghans », raconte le parquet de Boulogne-sur-Mer. Maternelle, la police protège alors les Afghans pris à partie par 150 à 200 Erythréens, selon la description de la préfecture.

En pleine forme, nos gaillards se retrouvent en fin d’après-midi et jusqu’en début de soirée pour de nouveaux affrontements dans la zone industrielle des dunes de Calais, à proximité du site de l’ancienne « jungle ».

« Les Afghans sont venus pour une distribution de repas rue des Verrotières et sont tombés sur une forte présence africaine. On a eu un mouvement de foule qui a entraîné des blessés avec des barres de fer », décrit le parquet. Cette fois, six immigrés sont blessés, dont un grièvement à la tête.

Au dernier décompte officiel, vingt-deux personnes ont été hospitalisées. Cinq immigrés ont été blessés par balles, dont quatre d’entre eux, de nationalité érythréenne, pour qui le « pronostic vital était engagé« , selon le parquet. Les autres immigrés blessés l’ont souvent été par des armes blanches. Dans le décompte des blessés figurent également deux policiers.

Dans le cadre de la merveilleuse gestion gouvernementale du dossier de l’immigration, il y aurait au bas mot, selon les chiffres minimalistes des autorités, 800 immigrés, traînant actuellement à Calais. Et « le conflit entre Afghans et Africains a toujours été sous-jacent », raconte la préfecture.

« Sur les aires de distribution des repas, il y a des Erythréens, des Afghans, qui marquent leur territoire et qui se font la guerre, s’agressent violemment », explique joliment Natacha Bouchart, maire de Calais.

calais,fusilade,gentis migrants

Source :  medias-presse.info

 

Violences inter-ethniques à Calais ? Le maire dénonce la complicité « de certains No Border ou de certains associatifs »… Comme la franc-maçonnerie ?

Publié par Guy Jovelin le 02 février 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

natacha-bouchart-maire-calais.jpg

Suite aux affrontements inter-ethniques avec tirs d’armes à feu qui ont eu lieu jeudi à Calais, Natacha Bouchart, maire (Les Républicains) de Calais a dénoncé sur franceinfo « la complicité de certains passeurs, de certains activistes, de certains No Border ou de certains associatifs ». 

« Ils sont complices parce qu’ils sont en permanence avec les migrants, leur font commettre des actes délictueux et ne les incitent pas à rejoindre les dispositifs d’Etat qui sont mis en place. »

Et les armes à feu utilisées par les immigrés illégaux ?

« (…) ce n’est pas à Calais qu’ils les ont trouvées »

« Il y a bien eu des personnes extérieures pour les fournir. »

Et le maire de Calais de continuer :

« C’est une situation qu’on ne peut pas accepter, puisque ce sont des migrants qui ne demandent rien et qu’on laisse s’installer sur le périmètre de Calais, ce n’est plus possible »

Pourtant, en d’autres circonstances, Natacha Bouchart n’a pas de mots assez enthousiastes à l’égard de cette immigration illégale massive.

citation-natacha-bouchart-immigres.jpg

D’ailleurs, elle suit à la lettre les recommandations de la franc-maçonnerie concernant l' »accueil en Fraternité des migrants« .

natacha-bouchart-godf-calais.jpg

 

Source : medias-presse.info

samedi, 13 janvier 2018

Calais : des migrants installent un barrage de blocs de béton sur la rocade

Publié par Guy Jovelin le 13 janvier 2018

Par  le 13/01/2018 
 

Un barrage de blocs de bétons a été installé la nuit dernière par les migrants sur la rocade menant au port de Calais, a-t-on appris auprès de la préfecture, alors qu’Emmanuel Macron est attendu mardi à Calais.

Ces blocs, qui seraient des petits blocs utilisés pour empêcher les véhicules de monter sur les trottoirs, ont été rapidement dégagés par la police et la direction interdépartementale des routes vers 4h00, sur cette voie où des travaux d’éclairage sont en cours, selon la même source. Il n’y a pas eu de blessé ni d’interpellation, et le petit groupe de migrants a pris la fuite par la voie ferrée. Il s’agit du premier barrage depuis le début de l’année. 

L’installation de barrages artisanaux, faits de troncs d’arbres, de branchages voire de plaques d’égouts, principalement la nuit, par des migrants pour ralentir des camions en partance pour l’Angleterre et tenter de se cacher à l’intérieur, sont réguliers dans le Calaisis.

En juin, le conducteur d’une camionnette est mort dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l’autoroute A16. Les autorités ont compté six barrages en décembre, 16 en novembre et une dizaine en octobre.

Le Figaro via fdesouche

mercredi, 01 novembre 2017

Calais : une jeune femme a été violée par un clandestin en rentrant chez elle

Publié par Guy Jovelin le 01 novembre 2017

Auteur : Pierrot

clandestin,calais,jeune femme violée,représailles

Ce qui devait arriver, arriva… Pour faire cesser cette folie, il faudrait que la population locale se soulève, qu’il y ait des représailles, des camps brûlés et des rotules cassées. Mais la répression des fanatiques républicains serait alors terrible…

Non pas contre les envahisseurs qui rentrent chez nous sans entrave, se nourrissent et se logent grâce à notre argent, pillent et violent avec l’assentiment des associations « humanitaires » gauchistes, mais contre nous, qui désirons simplement vivre en paix dans le pays de nos parents et de nos grands-parents.

Un pays blanc, traditionnel, catholique et paisible. Un pays où nos enfants n’apprennent pas à aduler des starlettes allogènes et transgenres dès l’âge de 5 ans. Un pays où la quête de richesse n’est pas l’objectif ultime de millions de moutons en quête du bonheur matériel et où les femmes ne sont pas obligées de limiter les trajets à pied de jour. Un pays où les croix catholiques ne sont pas détruites sur ordre de la justice maçonnique avec la bénédiction de l’Eglise. Une France où l’invasion migratoire et son corollaire islamique seraient rangés au rang des mauvais souvenirs.

Si nous ne travaillons pas à atteindre ces objectifs, les viols et les pillages des millions d’africains qui débarquent en Europe, se feront de plus en plus nombreux chaque année.

Une femme a été violée à Calais lundi 31 octobre dans la soirée, vers 23h40, a appris franceinfo de source proche du dossier. D’après le récit de la victime, l’auteur du viol était un migrant. La jeune femme, qui travaille dans un hôtel, rentrait chez elle lorsqu’elle a été agressée par un homme avenue Charles-de-Gaulle. Il l’a menacée d’un couteau, l’a traînée dans des bosquets à proximité et l’a violée.

 

contre-info

Source : francetvinfo via  FDS