Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 octobre 2017

#BalanceTonPorc : une ex-salafiste accuse Tariq Ramadan de “viol” et porte plainte

Publié par Guy Jovelin le 20 octobre 2017

 Henda Ayari. Photo © Capture d'écran France 5

Dénonciation. Henda Ayari avait raconté son agression sexuelle dans un livre sans jamais citer le nom de l’islamologue controversé.

“C'est une décision très difficile, mais j'ai décidé moi aussi qu'il est temps de dénoncer mon agresseur, c'est Tariq Ramadan”, écrit ce vendredi Henda Ayari dans un message publié sur son compte Facebook, en pleine campagne #BalanceTonPorc. Une plainte sera déposée dans la journée. 

Cette ancienne salafiste, répudiée par son mari rigoriste et violent, avait enlevé en 2015, dix jours après les attentats de Paris, son voile islamique qu’elle portait depuis l’âge de 21 ans. Elle a raconté son histoire dans un livre, J’ai choisi d’être libre, sorti en 2016 et largement repris par la presse.

“J'ai été victime de quelque chose de très grave il y a plusieurs années, je n'ai jamais voulu donner son nom, car j'ai reçu des menaces de sa part si jamais je le balançais, j'ai eu peur, je lui ai consacré un chapitre entier de mon livre, beaucoup de gens m'ont contacté pour avoir mon témoignage car ils l'avaient deviné, je le confirme aujourd'hui, le fameux Zoubeyr, c'est bien Tariq Ramadan”, accuse-t-elle en citant le nom du célèbre islamologue controversé.

“J'ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des représailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j'ai été victime, il n'avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu'on pourrait s’en prendre à mes enfants, j'ai eu peur et j'ai gardé le silence tout ce temps”, affirme encore Henda Ayari sur le réseau social, “mais aujourd'hui je ne peux plus garder ce secret trop lourd à porter, il est temps pour moi de dire la vérité.” 

“C'est très dur mais je me sens soulagée, j'ai ressenti le besoin de parler aussi pour toutes les autres victimes, J'espère vraiment que d'autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !”, ajoute la fondatrice de l'association Libératrices de 40 ans. “Je m’apprête à traverser une grosse tempête mais je ne compte plus me taire ni faire marcher arrière au nom de toutes les femmes victimes !”

“J'ai décidé de déposer plainte contre Tariq Ramadan pour ce qu'il m'a fait subir !”, annonce Henda Ayari, dans un autre message, posté sur Facebook. “Cette plainte sera déposée dès aujourd'hui ! Je n'ai peut-être pas les mêmes moyens financiers que lui pour me payer des avocats et experts pour me défendre mais j'irai jusqu'au bout de ce combat quoi qu'il m'en coute !”

 

Source : valeursactuelles

lundi, 29 mai 2017

Afrique du Sud : 27% des hommes avouent avoir déjà violé une femme ou une fillette

Publié par Guy Jovelin le 29 mai 2017

787703assault
 
 

Plus de 27% des hommes sud-africains ont admis avoir violé une fille ou une femme et 64 000 cas de violence sexuelle ont été signalés l’an dernier en Afrique du Sud, selon les chiffres de la police. Le décès récent de Karabo Mokoena, un étudiant de 22 ans qui aurait été brutalement assassiné par son petit ami, a également déclenché une indignation à travers le pays. Mokoena aurait été «collé» – une forme brutale d’exécution et de torture dans laquelle un pneu en caoutchouc rempli d’essence est posé autour du haut du torse de la victime puis en y mettant le feu – avant de verser de l’acide sur son corps.

NY Times Via Fdesouche.com

mardi, 24 janvier 2017

Un viol diffusé en direct sur Facebook par des immigrés

Publié par Guy Jovelin le 24 janvier 2017

Trois hommes ont été arrêtés à Uppsala, en Suède, accusés de viol collectif. Les médias locaux rapportent que la police est intervenue après avoir été informée qu’un viol était diffusé en direct sur Facebook via streaming.

Les faits ont eu lieu tôt dimanche matin. La police en aurait été informée vers 9h00.

Selon le journal local Aftonbladet, les membres d’un groupe Facebook fermé pouvaient assister en direct au viol. La jeune fille violée par un gang d’immigrés était presque inconsciente au moment des faits.

Lovisa, 22 ans, a expliqué à un journaliste qu’elle est venue sur la page par accident tout en bavardant en ligne. Ce qu’elle a vu l’a choquée, dit-elle. «Deux types poussant une fille sur le lit… J’ai d’abord pensé que c’était une plaisanterie mal orchestrée. Mais ce n’était pas le cas. »

Selon Lovisa, environ 200 personnes regardaient le viol en direct avant que la police n’arrive soudainement sur les lieux et que la vidéo s’arrête.

Les violeurs sont d’origine immigrée. Ce qui explique probablement que la presse suédoise cache leurs visages. Le suspect principal se nommerait Emil Khodagholi et avait déjà été précédemment arrêté en 2012 pour avoir agressé un jeune de 16 ans avec une barre de fer.

 

Source : medias-presse.info

vendredi, 30 décembre 2016

Lors des viols à Cologne, une partie de la sécurité était confiée à… des migrants !

 Publié par Guy Jovelin le 30 décembre 2016

Par le 29/12/2016 
 Cologne, réveillon 2015

Bild révèle qu’une partie de la sécurité du réveillon 2015 de Cologne était assurée par 59 migrants d’un centre de première aide : ils ont notamment été postés sur des ponts au-dessus du Rhin.

urn-newsml-dpa-com-20090101-161212-99-508819-large-4-3

Selon les informations de Bild, la société Rheinischer Sicherheitsdienst (service de sécurité du Rhin) recherchait des agents de sécurité en décembre 2015 pour honorer son contrat avec la ville de Cologne.
La condition d’embauche était « la maîtrise moyenne de la langue allemande » et des vêtements chauds que les employés devaient apporter eux-mêmes. Rheinischer Sicherheitsdienst aurait alors sous-traité son mandat à la société Westturm, société spécialisée dans la sécurité.
Concrètement, 59 migrants originaires d’Afrique du Nord, de Syrie et d’Afghanistan ont ainsi été recrutés pour un salaire plus bas que le minimum légal, percevant ainsi 5€ de l’heure.
Le recrutement se serait déroulé par le biais de salariés de la société Westturm qui se seraient rendus dans les centres de première aide pour y charger des migrants dans des minibus et les ramener aux différents postes qui devaient être surveillés : sommairement, on a alors remis un baudrier et un talkie-walkie à chaque migrant qui ne comprenait pas ce qu’il faisait là.
Rapidement, on a relevé des anomalies : à la Zoobrücke (pont du zoo), 5 des 20 agents ont disparu avec le matériel ; à la Deutzer Brücke, un agent était fortement alcoolisé, au pont Hohenzollernbrücke un agent a disparu dès la prise de poste.
Toujours selon les révélations de Bild, sur les ponts du Rhin (donc là où les migrants avaient initialement été répartis), beaucoup d’incidents furent relevés dans la soirée : on a rapidement relevé que sur la Hohenzollernbrücke absolument plus rien n’était maîtrisé, y-compris les agressions sur les femmes.
La ville de Cologne répond à ces révélations en précisant que, par le passé, elle n’avait jamais eu de problème avec des sociétés de sécurité. Elle aurait vérifié le nombre d’agents avant la mise en place. Cologne s’est reposée sur les prestataires quant à la qualification des agents recrutés (qui de fait, n’avaient strictement aucune expérience, ni aucune qualification).
La société Westturm refuse de répondre aux journalistes.

Focus.de

 

Source : fdesouche

jeudi, 24 novembre 2016

Isère: 5 mineurs violent et aspergent de détergent une jeune femme laissée pour morte dans sa baignoire

Publié par Guy Jovelin le 24 novembre 2016

23 novembre 2016 par Pierrot  

Image d’illustration

Ils pensaient avoir abandonné leur victime morte dans la baignoire de son appartement. Avant-hier, cinq jeunes de Charvieu-Chavagneux et Chavanoz (Isère) ont été placés en garde à vue pour viol. Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, une jeune femme avait été retrouvée inconsciente dans sa baignoire, son appartement saccagé. Hospitalisée, cette femme d’une trentaine d’années avait alors confié avoir été violée par des jeunes de son quartier. Leur victime prise d’un malaise, ses agresseurs l’avaient littéralement « lessivée » dans la baignoire avec des détergents, espérant ainsi effacer toute trace.

Les cinq jeunes gens interpellés dans le cadre de l’enquête ouverte pour viol à Charvieu-Chavagneux sont âgés de 14 à 17 ans. Selon une source judiciaire, certains sont déjà connus des services. Leur garde à vue a été prolongée de 24 heures, en vue d’un défèrement au pôle criminel de Grenoble ce jeudi matin.

Source : Le Dauphine