Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 octobre 2017

La jeunesse au pouvoir

Publié par Guy Jovelin le 30 octobre 2017

Bébé-politique.jpg

Georges Feltin-Tracol

La jeunesse au pouvoir est le titre de l’excellent essai de Julien Langella paru en 2015 aux Éditions du Rubicon. C’est aussi la constatation récente d’un renouvellement européen inouï des générations en politique alors que s’aggrave paradoxalement le vieillissement de sa population. Évoquons les 31 ans du conservateur Sebastian Kurz, le futur chancelier autrichien. En dehors d’Emmanuel Macron âgé de 39 ans, la précocité gouvernementale revenait auparavant au Premier ministre grec Alexis Tsipras (43 ans) et à l’Italien Matteo Renzi (42 ans) pour l’heure déchargé des affaires publiques.

Après plusieurs décennies de routine, l’histoire s’accélère et écarte les quinquagénaires afin de favoriser l’accès au pouvoir de quadragénaires, voire de trentenaires : la présidente estonienne Kersti Kaljulaid (47 ans), le président polonais Andrzej Duda (45 ans), le Premier ministre canadien Justin Trudeau (45 ans), le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel (44 ans) et le Premier ministre fédéral belge Charles Michel (41 ans). Ils apparaissent cependant comme de presque seniors par rapport à de nouveaux responsables tels le Premier ministre irlandais Leo Varadkar (38 ans) ou, hors champ occidental, le Maréchal coréen Kim Jong Un (34 ans).

La prime à la juvénilité revient néanmoins à la République de San Marin, cet État enclavé en Italie. Du 1er avril au 1eroctobre dernier, l’un des deux capitaines-régents de la République, soit l’équivalent de chefs d’État, n’avait que… 29 ans : Vanessa D’Ambrosio. Celle-ci vient d’être remplacée par Enrico Carattoni (32 ans).

Cette vague atteint aussi les dernières monarchies européennes. Après les abdications en série de la reine Beatrix des Pays-Bas, du roi Albert II de Belgique, et du roi Jean-Charles d’Espagne, plusieurs héritières sont adolescentes : la princesse des Belges Elisabeth (15 ans), la princesse de Norvège Ingrid Alexandra (13 ans), la princesse néerlandaise d’Orange Catharina-Amalia (13 ans), et la princesse espagnole des Asturies Leonor (11 ans).

Remarquons toutefois que les grandes puissances s’exemptent de cette cure de jouvence : l’Allemande Angela Merkel et le Turc Recep Tayyip Erdogan ont respectivement 63 ans (mais ils gouvernent depuis plus d’une décennie), le Chinois Xi Jinping 64 ans, le Russe Vladimir Poutine 65 ans, l’Indien Narendra Modi 67 ans et l’Étatsunien Donald J. Trump 71 ans ! Forts de leur expérience (à l’exception d’un seul, invertébré, « tweetocompulsif » et plutôt limité), ils observent avec placidité l’émergence de ces « jeunes pousses ». Le Vieux Monde oligarchique s’offre de nouveaux visages qui appliquent des pratiques politiciennes périmées constamment ratées.

Bonjour chez vous !

 

Source : synthesenationale

mercredi, 01 octobre 2014

« Nicolas Sarkozy, un scénario prévu ! »

Franck.jpegNous avons assisté à une belle démonstration de communication en politique.

M. Nicolas Sarkozy, humble et sûr de lui en même temps ; nous avons senti tout de même une maturité naissante.

Hormis ce constat réaliste, soyons pragmatiques, nous avons pu constater le côté manœuvrier de M. Sarkozy.

Nous nous en expliquons, quand il parle de référendum. A aucun moment il a mis en application ce procédé sur des sujets sociétaux ; en matière d’insécurité ou d’immigration.

Par exemple quand il était au pouvoir, en ce qui concerne l’emploi, son bilan avant de laisser la place à son successeur M. Hollande, a été calamiteux.

En outre il ose dire que l’alternative à ses propositions, et là il se place comme candidat en 2017 pour la pseudo droite, faisant fi de ses concurrents, serait le laxisme ou l’isolationnisme.

En gros le changement dans la continuité sauce Hollande et le repli sur soi sauce Le Pen.

Pour nous, il s’agit d’un schéma somme toute réducteur.

Bien sûr M. Hollande ne redressera jamais le gouvernail, Me Le Pen non plus, tant elle circule à l’aveuglette et à tâtons, en exploitant sans vergogne la colère et le désarroi du peuple français.

Le PS et le FN n’offrent comme perspectives que l’immobilisme et l’aventurisme.

Nous sommes dans un tunnel, voir un puits sans fond.

Il nous faut un guide. Le peuple français désire une oreille, une écoute et un leader qui ne se contente pas de belles prestations et de gesticulades.

Entre un homme spectateur de la vie économique française, un ancien Président de la République bateleur de foire et une Présidente de parti frôlant la caricature, n’ayant que l’invective à la bouche, les Français ne peuvent qu’être écœurés, perturbés, dégoûtés.

Assez de mensonges, de démagogie, de propos acerbes et abjects.

Soyons humbles et pragmatiques pour le bonheur du peuple français.

C’est ce que nous proposons au Parti de la France ! Rejoignez-nous !

Franck Pech

Responsable communication du Parti de la France 31