Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 août 2018

Les USA mènent toujours la danse

Publié par Guy Jovelin le 11 août 2018

 Le billet de Patrick Parment

trump dollar.jpg

La grande vertu de nos chers Romains est que dans le même temps qu’ils colonisaient les barbares, ils apportaient avec eux les bienfaits d’une civilisation brillante. La Gaule n’a eu qu’à y gagner, n’en déplaise aux admirateurs de Vercingétorix dont nous nous garderons bien de ternir la mémoire. Un Vercingétorix qui incarne bien les vertus des vaillants Gaulois : grande gueule et un tantinet bagarreur. Merci à Michelet d’avoir redonné ses lettres de noblesse à ce valeureux guerrier.

On ne saurait en dire autant des Etats-Unis, première puissance mondiale depuis 1945 et surtout puissance dominante. Sauf que cette Amérique n’apporte que des ennuis aux Européens que nous sommes. Et pas qu’à nous semble-t-il. Et ces ennuis ont un seul et unique nom : l’argent ou le dollar si vous préférez.

En dommage collatéral, dès les années 1950, est apparu le pire cancer social qui soit : la société de consommation. Qui va obliger les femmes à travailler, brisant du même coup la cellule familiale. Dans le même. temps, on s’est mis à produire des tas de trucs dont une société civilisée n’a nul besoin. Plus grave encore, on est passé d’une société ordonnée autour d’un destin commun à une société totalement individualisée (1).

Avec la chute du communisme en 1989, on est alors passé d’un capitalisme industriel à un capitalisme financier. Ce dernier, outre de tout réduire à des indices boursiers entend surtout nier l’existence de l’Etat-nation comme frein à son inexorable expansion économique.

L’émergence de la Russie, de l’Asie et de la Chine comme puissances économiques n’a, semble-t-il, guère écorné la domination de l’Amérique comme principal marché mondial. On vient une nouvelle fois d’en faire l’expérience avec l’embargo décidé par l’imprévisible Donald Trump sur l’Iran. Ce qui en clair signifie que tout pays ayant des avoirs aux Etats-Unis se verra soit taxé, soit interdit de commerce dans le pays.

L’Europe, qui commerce avec l’Iran, a bien tenté de négocier, rien n’y a fait. De leur côté, la Russie comme la Chine n’ont pas pris le risque de braver l’ogre américain.

Trump l’a rappelé dans l’un des tweets dont il a le secret, « quiconque fait des affaires avec l’Iran ne fera pas d’affaires avec les Etats-Unis ». Inutile de dire que les mastodontes que sont Siemens, Daimler, Airbus, Total, PSA, Renault ou Maerck ont illico fait marche arrière. Face à la brutalité américaine, l’UE n’est pas la seule à capituler : la Russie a beau inviter « la communauté internationale » à ne pas « accepter que des réussites importantes d’une diplomatie multilatérale soient sacrifiées par la volonté américaine de régler ses comptes avec l’Iran », elle plie devant Washington comme le montre le retrait d’Iran du russe Lukoil. Quant à la Chine, pas question pour elle de se voir privé de son principal marché à l’exportation. L’Amérique mène donc la danse. Comme disait Lénine : Que faire ?

 (1) En fait ce n’est pas tout à fait exact, car ce phénomène d’individualisation de la société a commencé après la guerre de 1914 et est lié aussi à l’émergence de la démocratie et du capitalisme, les deux étant intimement liés.

 

Source : synthesenationale

mercredi, 04 juillet 2018

Taubira se lâche et dérape !

Publié par Guy Jovelin le 04 juillet 2018

Rédigé par notre équipe le 03 juillet 2018 

Christiane Taubira fait du freestyle

L’ancienne ministre de François Hollande et toujours égérie d’une partie de la gauche a accordé un entretien au Parisien. Plutôt discrète depuis son départ (on l’en remercie), Christiane Taubira n’a pas résisté à un nouveau numéro de dérapage contrôlé. Un contrôle quand même peu évident à lire ce qu’elle dit de Trump et de Poutine. Nous avons affaire à un véritable dérapage qui ne choquera plus que ceux qui ont encore le sens de la mesure. Cela exclut de fait l’ensemble de l’appareil médiatico-juridique français…

Dans notre société orwelienne, la moindre critique doit être pesée et sous-pesée avec le plus grand soin. Le risque de censure est énorme et les menaces de procès sont légion. Mais pour certaines personnes, les règles (iniques) ne s’appliquent pas et la liberté de parole est totale. On peut envier ces personnes, mais pour arriver à ce degré de liberté, il faut avoir une carrière irréprochable au profit du système. Christiane Taubira est de ceux-là et nul doute que ses propos sur Trump et Poutine ne lui vaudront aucune mise en garde de la part des médias et de la justice française.

Liberté d’exception totale pour quelques uns

En allant à son rendez-vous pour rencontrer l’ancienne Garde des Sceaux, la journaliste du Parisien, Nathalie Schuck, savait qu’elle tenait à l’avance une bonne histoire à raconter. Réputée pour son franc-parler, Christiane Taubira n’a pas failli à sa réputation en dézinguant deux chefs d’Etat qui ont pour défaut de s’intéresser au sort de leur population avant de jouer aux mousquetaires au service du reste de l’humanité. Sans surprise aucune, les deux cibles se nomment Donald Trump et Vladimir Poutine. Le premier a l’honneur de la tirade la plus longue : « Un fou furieux. Un cocktail explosif inédit d’ignorance, de vulgarité, de détermination, d’aveuglement joyeux. Sexiste ! Raciste ! Xénophobe ! Et réjoui ! ».

Voilà le président américain habillé pour l’hiver. Son sort, si Taubira venait un jour à présider un gouvernement mondial si cher à Jacques Attali, est presque enviable en comparaison avec ce que souhaite faire l’ancienne ministre de la Justice au président russe. Elle n’a pas froid aux yeux puisqu’elle pourrait « découper Vladimir Poutine en lamelles ». Soit il s’agit d’une mauvaise blague, soit c’est ce qu’on appelle en justice une incitation à la haine et à la violence. Autant le rappeler tout de suite, si un dixième de ces propos étaient tenus à l’encontre de Taubira, les menaces, procès et exécutions médiatiques auraient déjà versé leurs dividendes.

Mais dans ce cas, il s’agit des méchants Trump et Poutine attaqués par la gentille Taubira alors le citoyen n’a plus qu’à se plier au diktat de la non-pensée unique. Au mieux, il sera autorisé à laisser un commentaire dubitatif, mais pas plus. Le moindre rappel aux faits d’armes de Taubira peut valoir une condamnation en justice… Et que les frustrés s’y fassent, car malgré sa sortie des radars médiatiques pendant quelques mois, Christiane Taubira ne renonce pas à un avenir en politique. Draguée par tous les partis de gauche ou presque – comme le rappelle Le Parisien – Taubira se voit plutôt une stature européenne ou internationale. Evidemment, elle trouvera à rebondir quelque part et les Français en seront quittes pour de nouvelles sorties en mode dérapage incontrôlé. Pourquoi se priver de petites sensations quand on est intouchable ?

 

Source : 24heuresactu

mercredi, 13 juin 2018

La Rupture ?

Publié par Guy Jovelin le 13 juin 20189

 

On sait pas si le monde passe par une phase de turbulences très passagère ou s’il est en train de connaître une véritable rupture. On ne sait pas davantage où conduira cette seconde hypothèse, si elle se vérifie. Ce dont on est sûr c’est que l’endormissement de l’Occident dans le consensus mou de ses dirigeants, approuvés par la foule des commentateurs adeptes du politiquement correct, est en train de s’achever. Aux Etats-Unis comme en Europe, le réveil est brutal. Durera-t-il ? Voilà la question. L’isolationnisme volontiers provocateur de Donald Trump a brisé l’idée que l’option unique du mondialisme économique et climatique était incontournable. Macron et Trudeau, les représentants de cette désespérante politique de la passivité devant les risques les plus grands, ceux que court notre civilisation, bien plus en danger que la terre, seront sortis décrédibilisés du fiasco du G7 canadien. Le second n’a pas surpris tant le ridicule lui colle à la peau, surtout depuis son grotesque déplacement en Inde. Il personnifie « l’autrisme » béat. Le premier se trouve à la tête du pays le plus menacé d’Europe par le remplacement de population et aussi celui qui connait le déclin économique le plus manifeste. Les Français, de plus en plus nombreux à percevoir le danger ont cependant élu l’homme qui correspondait le moins au besoin du pays. Ces deux dirigeants sont de pâles copies d’Obama, le champion des médias occidentaux qui adulaient son style et son apparence sans mesurer les conséquences de son absence de politique forte et courageuse , notamment à l’égard du monde musulman. Dans l’ensemble, les européens suivaient et quelquefois précédaient une stratégie tournée contre la Russie et incapable de désigner l’ennemi islamiste par son nom. Leur mauvaise conscience leur interdisait de défendre leur identité, leur souveraineté, et à terme de préserver leur existence. C’est fini… L’Italie, après la Hongrie, la Pologne et l’Autriche ont allumé la flamme de la résistance.

Quels que soient les doutes sur la personnalité du Président américain, on doit le remercier de casser les codes de bonne conduite qui faisaient de la politique internationale un ballet de déplacements et de rencontres entre amis pétris de bons sentiments, mais dénués de volonté, et incapables de changer les choses. Lorsque le vilain petit canard est un mastodonte, on évite de lui faire la leçon… « Six contre un » avait dit Macron, toujours furieux que ses cajoleries n’aient eu aucun effet sur « le Donald ». En un tweet, ce dernier a anéanti l’objet même du G7. Non seulement, il maintient sa politique protectionniste de « l’Amérique d’abord », mais il a divisé les six notamment en proposant contre toute attente le retour de la Russie que souhaite le nouveau gouvernement italien. Le Japon est trop imbriqué dans la politique américaine en extrême-orient pour déplaire à Washington au moment où la situation en Corée peut changer considérablement. Quant à l’Allemagne, il est probable que son pragmatisme habituel la conduira à traiter directement avec les Etats-Unis. C’est en cela que le changement est le plus manifeste. Désormais, la politique internationale des « Occidentaux » n’est plus guidée par une unanimité creuse pour satisfaire les groupes de pressions en faveur des minorités dans un monde sans frontières. Lorsque Donald Trump agit, c’est toujours avec l’intention de répondre aux exigences de ceux qui l’ont élu. Et les autre dirigeants vont devoir l’imiter.

Il y a chez le Président américain un art consommé de surprendre, et de jouer finement, tout en se faisant passer pour un fou. Cela lui permet d’être imprévisible tout en manifestant dans le fond la plus grande cohérence. En rencontrant Kim-Jong-Un, qu’il avait insulté sans retenue, Donald Trump fait preuve de souplesse et de pragmatisme. Il n’y a plus l’axe du mal et ses Etats-voyous, il y a des Etats avec lesquels on peut toujours discuter sans perdre de vue l’essentiel rapport de forces. La Corée du Nord, qui a un besoin vital d’échapper aux sanctions accepte la dénucléarisation, mais sans la qualifier de vérifiable ni d’irréversible. Les USA acceptent d’offrir des garanties de sécurité à Pyong-Yang, mais sans lever les sanctions, ni retirer les troupes. C’est donc le commencement d’un processus dont l’homme de la Maison Blanche tire le plus grand profit dans l’immédiat, sans hypothéquer l’avenir.

Trump veut bâtir un mur pour bloquer l’immigration en provenance du sud. L’Italie vient d’interdire ses ports aux migrants du sud de la Méditerranée. C’est la volonté du nouveau gouvernement italien. Ce dernier fait face aux critiques de la gauche, désormais le parti de l’étranger plus que la voix des couches populaires. L’Espagne, à nouveau socialiste, pour son malheur, veut accueillir les migrants. Les « nationalistes » corses se proposent aussi. Il faut les remercier d’avouer ainsi quel est leur camp. Enfin, SOS Méditerranée qui affrète l’Aquarius avec ses 600 migrants illégaux proteste. Il faut féliciter le gouvernement italien qui souligne ainsi l’hypocrisie de la « vague migratoire » et met en lumière ses complices. Les « ONG » immigrationnistes veulent le remplacement des populations et l’effondrement de l’Europe. Ce sont des « sauveteurs » parfaitement intégrés dans une chaîne migratoire dont le « sauvetage » est un maillon normal, avec les passeurs et leurs bateaux pourris en amont.. Les demandeurs d’asile qui veulent avant tout du travail et des aides sociales dans nos pays de Cocagne ne fuient pas la persécution politique, mais la pauvreté ou les combats. Ils pourraient parfaitement tenter de réduire la première ou de mettre fin aux seconds, en restant chez eux. On peut accueillir un opposant politique menacé de mort, non une foule d’individus qui cherchent seulement à vivre mieux chez les autres sans faire le moindre effort pour que ce soit chez eux.

L’Europe se réveille enfin !

 

Source : ndf

mardi, 29 mai 2018

Macron se cherche un papa en Russie

Publié par Guy Jovelin le 29 mai 2018

Rédigé par notre équipe le 28 mai 2018. 

 
Orphelin depuis que son papa Donald l’a laissé sur le bord de la route, le petit Macron se cherche un nouveau protecteur sur la scène internationale. Hasard du calendrier, c’est la Russie qui vient de se coltiner pendant deux jours celui qui a surfé sur un anti-Russie primaire depuis plus d’un an. Cajolé, Poutine aurait pu croire à une farce s’il n’avait pas compris que Macron n’est qu’un gamin à la recherche d’une protection paternelle.

La France – sous la pression du système – a élu un enfant (capricieux). L’analyse de Michel Onfray se révèle chaque jour plus exacte. Notre président est un gosse qui tient la main de maman en toute occasion. Nous ajouterons une couche politique en affirmant, preuves à l’appui, que le petit Macron se cherche aussi un papa, de préférence connu et bien plus fort que lui. Il pensait l’avoir trouvé avec Trump, mais ce dernier s’est rapidement lassé des caresses dans le dos et des discours vides en anglais dans le texte. Not very delicious !

Poutine, nouveau papa d’Emmanuel ?

Orphelin de père, Emmanuel a donc accouru à Saint-Pétersbourg où le grand méchant Poutine l’attendait avec un sourire en coin. Après avoir été accusé de tous les mots dont une campagne de calomnies contre la Saint-Emmanuel, Poutine a vu Macron lui demander de faire ami-ami sans crier gare ! Reçu à Saint-Pétersbourg avec (pas tous) les honneurs, Macron a profité de ces deux jours loin de la France pour tenir un discours renversant sur la Russie et son président.

Fini les vilains mots et les accusations non étayées. Alors que la France avait suivi benoitement une Grande-Bretagne hystérique dans la très louche affaire Skripal, il n’a même pas été question de cette question… La Crimée ? Même pas ! Alors pourquoi les sanctions contre la Russie si la Crimée ne compte plus ? La réponse ne viendra peut-être jamais. Macron s’est contenté de déclarer que « le règlement pacifique de la crise au Donbass est l’élément clé d’un retour à des relations apaisées entre l’Europe et la Russie ».

Le petit Macron est devenu beaucoup moins exigeant. Son abandon en rase campagne par son cher Donald a des effets bénéfiques. Il est plus calme, moins bagarreur et même un tantinet flatteur lorsqu’il a parlé des sacrifices de la Russie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un discours qui a surpris son auditoire et qui a dû faire enrager ses soutiens depuis toujours…

« En même temps », ce n’est pas la première fois qu’un politicard change d’opinion. Et « en même temps », ce discours surprenant n’est peut-être qu’un enfumage destiné à un public précis. Macron nous a déjà habitué à tenir des discours très différents en fonction de son auditoire. Mais si le petit Emmanuel souhaite obtenir quelque chose de son nouveau papa, il faudra qu’il donne des gages notamment sur l’Iran. Trump a cassé ce jouet et Emmanuel affirme vouloir faire beaucoup pour le réparer. L’entreprise est louable, car une guerre de grande ampleur pourrait éclater. Une éventualité bien sombre qui verrait malheureusement Macron détaler aussitôt vers Donald, car dans un conflit sérieux, la mondialisation atlantiste saura rappeler efficacement ses petits chiots.

 

Source : 24heuresactu

mardi, 08 mai 2018

France. Echange tendu entre Bourdin et un auditeur pro-armes à feu: « Trump a raison » (Vidéo)

Publié par Guy Jovelin le 08 mai 2018

bourdin
 
 
 

Echange tendu entre Bourdin et un auditeur pro-armes à feu (RMC, 07/05/18, 7h17)

 

 

Source : lesobservateurs