Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 octobre 2018

Montpellier : elles reviennent du rassemblement pro-migrants de l’Aquarius et se font sauvagement détrousser par des migrants clandestins

Publié par Guy Jovelin le 07 octobre 2018

  
 

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (07/10/2018) C’est ce que l’on appelle l’histoire de l’arroseur arrosé.

E-Metropolitain :

Un courageux commerçant du boulevard du Jeu de Paume, à Montpellier a neutralisé trois mineurs âgés de 13 ans pour deux d’entre-eux et de 15 ans, samedi après-midi en les coursant au guidon de son scooter. Des scènes surréalistes dignes d’un polar vécues par des centaines de témoins.
Samedi peu après 16h, le commerçant regagnait sa boutique sur le Jeu de paume sur son scooter, où avait pris place son fils âgé de 12 ans : « Je venais d’aller le récupérer à son cours de boxe, quand dans la rue Marceau, entre Gambetta et Jeu de Paume, j’ai entendu des cris de femmes et j’ai aperçu deux dames de 50 à 60 ans courir dans le hall d’un immeuble poursuivies par trois jeunes. Le trio est ressorti et a détalé, après avoir arraché le collier en or autour du cou de l’une des victimes. J’ai aussitôt déposé mon fils auprès des deux dames pour les rassurer et à scooter, j’ai pris en chasse les trois individus qui couraient sur les trottoirs du boulevard du Jeu de Paume. Deux policiers municipaux en patrouille, témoins de cette course-poursuite sont intervenus au moment où je venais de coincer deux des agresseurs. Ils ont eu leur attention attirée par ce remue-ménage ».
Pendant que les policiers municipaux rapidement renforcés par une autre patrouille menottaient les deux adolescents en attendant de les remettre aux policiers de la Sécurité publique, le courageux témoin partait à la recherche de leur complice, toujours juché sur son scooter : « J’ai réussi à le localiser dans la rue Alexandre Cabanel, entre le Jeu de Paume et l’église Saint-Roch. Je l’ai bloqué avec la roue avant de mon scooter, je lui ai sauté dessus, je lui ai fait une clé de bras pour lui faire cracher le collier en or qu’il venait de dissimuler dans sa bouche. Des passants et des commerçants se demandaient ce qu’il arrivait. Puis, je l’ai ramené aux policiers municipaux encore présents sur le boulevard du Jeu de Paume, avant de foncer sur Marceau où mon fils avait réconforté les deux dames, à qui j’ai remis le bijou. Elles m’ont vivement remercié. Je leur ai simplement dit que j’avais fait mon devoir de citoyen; Que j’étais fier d’avoir fait preuve de civisme sous les yeux de mon gamin de 12 ans ».
Pour l’anecdote, les deux femmes agressées revenaient du rassemblement organisé sur la place de la Comédie en faveur du bateau des migrants Aquarius. Et elles ont croisé le chemin des trois arracheurs de colliers en or : des mineurs étrangers de 13 et 15 ans non accompagnés [des migrants clandestins, NDLR]

 

Source : breizatao

 

samedi, 06 octobre 2018

Dijon (21) : les migrants squatteurs de Stalingrad portent plainte pour violation de domicile

Publié par Guy Jovelin le 06 octobre 2018

Par  le 05/10/2018

 

Ce vendredi, en début d’après-midi, une vingtaine de migrants qui occupaient fin août l’immeuble situé 41, avenue Stalingrad, à Dijon, et la Ligue des droits de l’homme se sont donnés rendez-vous devant la cité judiciaire.

Contestant la légalité de leur expulsion, ils vont déposer une plainte pour violation de domicile.

Pour rappel, le 28 août dernier, environ 80 demandeurs d’asile originaire du Tchad, du Mali, du Soudan, d’Érythrée ou encore du Nigeria étaient délogés d’un bâtiment de l’armée de l’air désaffecté, situé avenue de Stalingrad à Dijon.

mercredi, 03 octobre 2018

Autriche : les arrivées de migrants en chute libre, sept centres de prise en charge des demandeurs d’asile vont fermer

Publié par Guy Jovelin le 03 octobre 2018

L’Autriche enregistre le deuxième plus fort recul de premières demandes d’asile parmi les 28 États de l’UE. De plus, à la fin du mois d’août plus de 3000 personnes étaient retournées volontairement dans leurs pays et 4067 autres personnes avaient été expulsées. Début août, moins de 50 000 personnes bénéficiaient de l’assistance de base. Au vu de ces chiffres en diminution, le ministère de l’Intérieur ne voit plus la nécessité de maintenir certains centres fédéraux de prise en charge. Comme l’ont confirmé lundi [1er octobre] à notre demande les services du ministre Herbert Kickl (FPÖ), certains sites seront fermés à la fin de l’année.

« […] nous économiserons ainsi aux contribuables près de 12 millions d’euros […] », font savoir les services de Kickl à propos des rumeurs qui circulent actuellement.

(Traduction Fdesouche)

Krone

mardi, 02 octobre 2018

Entre étudiants et migrants, il faut choisir

Publié par Guy Jovelin le 02 octobre 2018

Publié le 

Pour la seconde fois en une semaine, les dizaines de migrants qui squattent les arcades de la halle Puget, juste devant la faculté d’économie et de gestion de l’université d’Aix-Marseille, se sont violemment affrontés le 25 septembre, certains d’entre eux étant armés, selon France 3, de « longs couteaux courbés » ressemblant à des sabres. Aussi le rectorat a-il dû confiner les étudiants « absolument paniqués » de la faculté voisine derrière les grilles de l’université. La situation est si inquiétante que, de l’aveu du doyen Pierre Granier, « on a peur de perdre 50 % de nos étudiants sur Marseille l’an prochain » car « plus aucun parent ne voudra inscrire son enfant dans notre faculté ». Pour toute réponse, la préfecture s’est défaussée sur « un groupe de travail constitué de personnel de la ville, de l’université et du département ».

 

Source : present

mercredi, 26 septembre 2018

La marine marocaine tire sur une embarcation de migrants, 1 mort

Publié par Guy Jovelin le 26 septembre 2018

Par  le 25/09/2018

 

La Marine royale marocaine a ouvert le feu aujourd’hui sur une embarcation de migrants en Méditerranée qui refusait de répondre à ses sommations, faisant un mort et trois blessés, a appris l’AFP auprès des autorités locales.

La Marine a été « contrainte » d’ouvrir le feu sur un « go fast » (puissante embarcation à moteur), piloté par un Espagnol qui « refusait d’obtempérer » dans les eaux marocaines » au large M’diq-Fnideq (nord), ont annoncé les autorités dans un communiqué. Quatre migrants, qui se trouvaient à bord, ont été blessés, dont une Marocaine qui a succombé à ses blessures à l’hôpital, a précisé un représentant des autorités locales joint par l’AFP. Ils « voyageaient couchés et n’étaient pas visibles », selon la même source. Le pilote espagnol n’a pas été touché par les tirs et a été arrêté, selon la même source. Une enquête a été ouverte.

Depuis début 2018, l’Espagne a enregistré plus de 38.000 arrivées par voie maritime et terrestre, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). […]

Le Figaro via fdesouche