Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 août 2018

Occitanie. Les restaurateurs préfèrent recruter des migrants plutôt qu’augmenter les salaires

Publié par Guy Jovelin le 23 août 2018
 22 août 2018

La crise des vocations dans la restauration sévit depuis plusieurs années. Pour faire face à cette situation certains préconisent une solution nouvelle, le recrutement de migrants sans papiers.

10 000 postes à pourvoir dans la restauration en Occitanie

Le secteur de la restauration connaît aujourd’hui une crise importante en France. Les professionnels se plaignent de ne pas parvenir à recruter les effectifs nécessaires pour la saison estivale. En tout, ce sont plus de 100 000 postes qui ne sont pas pourvus dont 10 000 pour la côte occitane. La raison ? Une rémunération jugée trop faible pour un travail particulièrement exigeant.

 

Les migrants à la rescousse des restaurateurs

Face à cette situation, les pouvoirs publics et les restaurateurs envisagent désormais une nouvelle solution. Plutôt qu’une baisse des charges qui permettrait d’augmenter les salaires et ainsi encourager les vocations, c’est la solution des migrants qui est aujourd’hui mise en avant. En permettant le recrutement massif d’immigrés clandestins, les restaurateurs pourront ainsi combler les manques de main d’œuvre tout en maintenant des salaires bas. Et pour cela ils sont prêts à assurer eux-mêmes la formation des nouvelles recrues.

Photos : DR

 

Source : lengadoc-info

mardi, 21 août 2018

Italie : les arrivées de migrants s’effondrent de 81%

Publié par Guy Jovelin le 21 août 2018

amnesty-italie-salvini-migrants-356x220.jpg

Les arrivées de migrants depuis l’Afrique s’effondrent en Italie, du fait du changement de gouvernement… et de politique. Les flux se sont réorientés vers une Espagne nettement plus permissive, et les arrivées de migrants en Italie ont chuté de 81% entre le premier semestre 2017 et le premier semestre 2018. Le nombre de décès en Méditerranée a aussi baissé de moitié, ce qui montre qu’une réglementation plus stricte en matière d’immigration sauve des vies.

infografica-migranti-2018-luglio

Selon les données de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, 16.919 migrants sont arrivés par mer en Italie du 1er janvier au 8 juillet, contre 85.197 sur la même période en 2017. La baisse est particulièrement sensible sur le mois de juillet : 1782 contre 11.000 en juillet 2017.

Le nombre de décès de migrants en mer était de 2258 au premier semestre 2017 ; il est de 1058 au premier semestre 2018 (-53%). Pour rappel, en 2016 181.436 migrants étaient arrivés sur les côtes italiennes, et 4.578 étaient morts en mer : plus ils sont nombreux à tenter la traversée en raison d’un accueil trop permissif, plus il y a de morts… et plus les passeurs s’enrichissent.

Les pays d’origine des migrants indiquent que peu d’entre eux émigrent vraiment parce qu’ils fuient la guerre : la Tunisie est le pays d’arrivée de 3000 migrants (19%), suivie par l’Erythrée (2500 personnes, 16%), le Soudan (9%), le Nigeria, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali et le Pakistan. Et ce sont pour 71% d’entre eux des hommes majeurs ; les femmes ne représentent que 10% des arrivées. Le reste, ce sont des mineurs isolés étrangers, à 93% de sexe masculin, originaires essentiellement de pays africains (Gambie, Nigeria, Guinée, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire…).

Les départs se sont aussi réorientés : ainsi, ils ont quasiment cessé depuis les côtes libyennes, mais se sont multipliés depuis la Tunisie. En parallèle, les arrivées de bangladais – 10.000 étaient arrivés en 2017 en Italie – et de libyens se sont taries.

Cependant le gouvernement italien – qui vient d’annoncer un renforcement des expulsions – aura fort à faire pour mettre fin au laxisme des dernières années. De juin 2014 à juin 2017 ce sont ainsi 550.000 migrants qui sont arrivés en Italie, principalement originaires du Nigéria et de l’Érythrée. Un flux assez important dans un pays de 60 millions d’habitants (près de 1% de la population totale) qui a provoqué un choc culturel et finalement politique.

Les Italiens ont fini par balayer les hommes politiques installés depuis des décennies pour porter un gouvernement populiste (Lega – M5S) et nettement plus strict sur la question migratoire. Depuis, la Lega ne cesse de gagner du terrain dans les cœurs et les sondages.

Louis Moulin

Crédit photos : DR

Source : breizh-info

vendredi, 17 août 2018

Espagne : le FMI préconise 5,5 millions de migrants d’ici 2050

Publié par Guy Jovelin le 17 août 2018

Par  le 16/08/2018 

Le faible taux de natalité associé à l’augmentation de l’espérance de vie vont faire de l’Espagne le second pays plus âgé du monde. C’est ce que montrent les projections démographiques de l’OCDE, et c’est ce que signalent également d’autres organismes comme leFonds monétaire International (FMI) qui, plus d’une fois, a mis en garde contre les graves problèmes qu’aura la Sécurité sociale dans ce contexte. C’est pourquoi l’institution que dirige Christine Lagarde indique qu’une solution très forte, c’est l’immigration et, concrètement, elle estime que le système aura besoin de plus de 5 millions d’étrangers d’ici 2050.
L’arrivée de «5,5 millions de personnes d’ici 2050,en partant du principe que 90 % de cette immigration est en âge de travailler», explique le FMI, détendrait considérablement le ratio de dépendance. « Les migration qui augmentent le nombre de travailleurs font également monter le nombre de cotisants au système de retraite », ajoute le Fonds […]

[…] les recommandations du FMI viennent à l’appui des arguments du gouvernement, qui, ces dernières semaines, a répondu à des déclarations sur l’immigration du chef du Parti populaire, Pablo Casado et du responsable en chef des Ciudadanos, Albert Rivera. Les deux politiciens […], ont demandé à l’exécutif de Pedro Sanchez de réguler l’arrivée des migrants en situation irrégulière et l’ont accusé de créer un appel d’air en accueillant 629 migrants de l’Aquarius.
Le gouvernement, et en particulier le Secrétaire d’État à la Sécurité sociale, Octavio Granado, leur a répondu en disant que le «système de protection sociale a besoin de millions de cotisants» et que pour cette raison «les étrangers sont plus une chance qu’une menace».[…]

(Traduction Fdesouche)

El Mundo via fdesouche

Migrants. Rapport d’activités 2017 de SOS Méditerranée : financements, soutiens, mécènes

Publié par Guy Jovelin le 17 août 2018

Par  le 15/08/2018

 

Dans son rapport d’activités 2017, disponible en ligne, l’ONG SOS Méditerranée affirme disposer d’un budget annuel de 3 621 000 euros. Des revenus en forte hausse puisque le chiffre avancé en 2016 était de 2 225 764.

Extraits du rapport d’activités 2017 de l’association SOS Méditerranée.

Origines des fonds :

• 20500 donateurs particuliers dont 3300 réguliers. • 330 mécènes ou entreprises, associations et fondations • 5 subventions publiques • 24 versements provenant des réserves parlementaires

Le comité de soutien comptait 90 personnalités publiques à la fin de l’année 2017, issues principalement du monde de la mer, des arts, de la recherche et des médias…

A FILETTA, ensemble vocal, d’ABOVILLE Gérard, navigateur,ADLER Laure, journaliste,AGNES B., créatrice de mode,AGRINIER Thomas, artiste peintre, AMBROGIANI Marc, directeur du festival Nuits Métis, AUTISSIER Isabelle, navigatrice, BADIE Bertrand, politologue, BASSY Blick, chanteur, musicien, écrivain, BEAUNE François, écrivain, BENDERBOUS Djamila, neurochirurgienne, BIGNOLAS Laurent, journaliste, BLANCHY Jacqueline, présidente de la Fondation, Les Arts et les Autres, BONNAFFE Jacques, comédien, BOUCHERON Patrick, historien, BUSSI Michel, écrivain, BRUSK, artiste graffeur, CALAME Claude, anthropologue,CHAMOISEAU Patrick, écrivain, poète,CLUZAN Sophie, archéologue,CURLET François, artiste peintre, DAKHLIA Jocelyne, historienne, DAMASIO Alain, écrivain, D’ALMEIDA Fabrice, historien, DAYAN-HERZBRUN Sonia, sociologue, DESCHAMPS Fabianny, cinéaste, DESGRANDCHAMPS Marc, artiste peintre, DI ROSA Hervé, artiste peintre, DISIZ LA PESTE, rappeur, DROZ-VINCENT Philippe, politologue, ESTRELLA Miguel Angel, pianiste, FABRE Thierry, essayiste, FLEURY Eric, artiste peintre, FOCCROULLE Bernard, organiste, compositeur, chef d’orchestre, FOURRIER Philippe, entrepreneur, FRANÇOIS Etienne, historien, GABART François, navigateur, GAGLIONE Nielo, musicien, GAUDE Laurent, écrivain, GLUCKSMAN Raphael, essayiste, GEZE François, éditeur, GUEDIGUIAN Robert, réalisateur, GUYARD Pierre, producteur de cinéma,HELFER-AUBRAC Renaud, militant humanitaire,HENIN Nicolas, journaliste,HERBELIN François, capitaine de la marine marchande,HOUSSEIN Rohan, artiste vidéo, graff, musique, IAM, artistes, musiciens IMHOTEP, DJ, musicien, JOURDAIN Roland, navigateur, KAHN Axel, médecin généticien,KSIKES Driss, auteur, dramaturge, LABORIER Pascale, politologue, LABOURGADE Christelle, artiste peintre, LAMAZOU Titouan, artiste, navigateur, LAVILLIERS Bernard, auteur compositeur interprète, LOIZEAU Emily, auteur, compositeur interprète, LOJKINE Boris, cinéaste, MADAME MONSIEUR, auteurs, compositeurs interprètes, MAKEÏEFF Macha, auteure, metteure en scène, MARCOU Jean, politologue, MEURICE Guillaume, chroniqueur radio, MOATTI Jean-Paul, économiste, MONCANY DE SAINT AIGNAN, Frédéric, président du Cluster, Maritime français, MOREL François, chroniqueur,radio, comédien, chanteur, NEKFEU, rappeur, OGRES DE BARBACK, musiciens, ORSENNA Erick, écrivain, OUJDI Rachid, réalisateur, PENNAC Daniel, écrivain, PERALDI Michel, anthropologue, PIKETTY Thomas, économiste, QUEFFELEC Anne, pianiste, RENAUD, auteur compositeur, interprète, RYFMAN Philippe, avocat et politologue, SAVALL Jordi, musicien, SISSOKO Ballake, musicien, STORA Benjamin, historien, THURAM Lilian, sportif, TORRETON Philippe, comédien, TROUBLE Bruno, skipper, URVOY Marianick, psychologue, VANHONAECKER Charline, journaliste, VIDEAU Philippe, armateur, WIEVIORKA Michel, sociologue,WILD Nicolas, auteur de bandes dessinées,WIHTOL DE WENDEN Catherine, politologue,

MÉDIAS (GRANDE CAUSE NATIONALE) Dons en nature valorisés dans nos comptes :Amaury Media (L’EQUIPE TV) CANAL+ (VICELAND, Planete +, Comedie +, Infosport +, Non stop people, Campagne TV) IP France (RTL) Lagardère Publicité (Europe 1, Virgin radio, RFM, RFM TV, VIRGIN radio TV, Elle Girl) M6 (6TER, W9) NRJ (NRJ12, NRJ hits, Station 25, NRJ, Chérie 25, Nostalgie, Rires et Chansons) REGIS (Mangas, TREK, Animaux, Toute l’Histoire, Sciences et Vie TV, Chasse et Pêche, AB Moteurs, AB1) TF1

Dons en nature non valorisés dans nos comptes : France 2 France 3 NEXT (RMC, BFM Business) Nova Régie (Radio Nova, TSF Jazz) Radio France (France info, France inter, France bleu) Skyrégie (SKYROCK)

Le Parisien via fdesouche

mercredi, 15 août 2018

Jadis, elle aidait les migrants

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018

 

 

Il y a des phrases qui déconcertent, l’une d’elles : « Vous n’aurez pas ma haine. »
Eh bien, la mienne, vous l’avez et profond ! Vous pouvez compter sur moi. C’est mathématique et certifié.
Ici, je recopie une partie de l’excellent article de Raphaël Delahaut :
https://ripostelaique.com/les-parents-perez-orphelins-de-...

Autrefois, au temps des guerres, il existait un dérivatif à cette souffrance, une manière de contre-feu qui permettait de survivre, de ne pas s’effondrer, de rester debout.
C’était la haine 
On savait qui était l’ennemi. On pouvait le nommer et le haïr. On pouvait le combattre et le tuer, sans crainte ni remords… Le jeune homme qui, comme mon grand-père, avait vu son frère aîné mourir au champ d’honneur, s’engageait avant l’âge pour aller le venger. Et les pères, comme les mères, entretenaient cette flamme salvatrice de la haine légitime. Mais les parents d’aujourd’hui n’en ont plus le droit. Ils ne sont même plus autorisés à désigner l’ennemi, à nommer les assassins de leur fils.

Il a tout compris !
Personnellement, je ressens de la haine, et pire encore, contre les envahisseurs. J’ai commencé par vouloir aider les migrants, comme tout le monde, comme mes amies, mes cousins et cousines et toute la bonne société bien-pensante. J’ai même dû m’inscrire sur des listes d’attente. Deux ans durant, j’ai joué à la dame patronnesse, à la bienfaitrice des mineurs abandonnés, à la protectrice des nouveaux venus. Mais c’est fini. Plus jamais.

Je me rappelle exactement le jour où ma haine a germé quand, pour la première fois de toute ma vie, j’ai ressenti une irrépressible répulsion, une horreur inexprimable (sauf, bien entendu, lorsqu’une collègue, insignifiante et pas marrante du tout, m’a piqué mon copain de l‘époque et que j’ai rêvé de tortures abominables à son encontre, mais c’était il y a longtemps). Le 16 octobre 2016, lorsque Maria, étudiante en médecine qui, dans son temps libre (et dites-moi, quand une étudiante en médecine a-t-elle du temps libre ?) enseignait l’allemand en bénévole à des réfugiés, a été violée, torturée et noyée par un soi-disant mineur ! Ce jour-là, tout a basculé dans ma tête.

Maria 6 décembre 1996 – 16 octobre 2016

Car j’ai des enfants, plusieurs petits-enfants, et c’est moi qui prendrais perpète s’il leur arrivait quelque chose. Car plus jamais je ne serais heureuse. Fini. Chaque matin, en me réveillant, la réalité me reprendrait à la gorge.

Barbares, pourquoi vous avez ma haine et pourquoi vous l’aurez tant que vous n’aurez pas dégagé :

Parce que j’ai peur pour mes enfants
Parce que je n’ose plus parler librement
Parce que la plupart de mes amis me traitent de raciste
Parce que vous tuez nos enfants
Parce que vous avez systématiquement un couteau en poche
Parce que vous nous bouffez les allocs
Parce que vos femmes voilées sont une provocation et rien d’autre
Parce que vous vous comportez comme en pays conquis
Parce que je n’ose plus prendre les transports en commun
Parce que vous transformez nos villes en poubelles
Parce que vous tentez sournoisement de susciter notre compassion
Parce que votre vue, à elle seule, me fout la nausée
Parce qu’on vous qualifie de « français » alors que votre nom est Saïd, Mohammed ou Mamadou.

Pour ma part, j’éprouve un sentiment de brûlure qui me paraît à la fois très sain et parfaitement logique au vu de ce qui se passe. Ne pas avoir de haine, ne pas détester ceux qui assassinent des milliers d’innocents au nom de leur dogme minable, j’appelle ça être dans le déni, ni plus ni moins. Alors oui, il me paraît normal d’être passablement irritée lorsqu’on massacre votre mari, vos amis, vos enfants. Et non, je ne fais pas partie de ceux qui sont dans la résignation pure et dure. Je fais partie de ceux qui en ont assez que rien ne se fasse et que l’État, tout comme la plupart d’ailleurs, reste toujours passif face à ce déferlement de haine et de violence.

Autre (bout de) phrase récurrente :

JE SUIS :

T-shirts, cendriers, tasses et stylos, briquets et autres souvenirs la propagent à qui mieux mieux.

J’ai envie d’ajouter :

JE SUIS :

dégoûtée, horrifiée, terrifiée, angoissée. Mais surtout, surtout, horriblement pressée de vous voir faire demi-tour, avec bagages, moukères, rejetons et cocotte à tajine. Et n’oubliez surtout pas vos voiles et vos oripeaux burlesques. Et vos couteaux, vos machettes et saignoirs. Plus besoin. On ne veut pas de vous ici. Ça doit être gratifiant pour vous de savoir qu’autour de vous, on vous déteste. Qu’on ne demande qu’une chose, que vous décampiez. Le plus tôt possible. Que vous nous laissiez vivre comme avant. Quand nous étions à mille lieues d’imaginer ce qui nous attendait.

Barbares, je suis pour qu’on vous rembarque tous d’où vous venez. Qu’on vous envoie promener dans les sables chauds de votre terre d’amour et de paix. Qu’on vous rende à vos chameaux. Billet simple.

Et ma haine, vous l’avez, vous l’aurez, vous l’avez eue, vous l’eûtes, vous allez l’avoir, vous l’auriez, que vous l’eussiez, vous l’aviez, à tous les modes et à tous les temps de la conjugaison française et ce, pour de bon !

Anne Schubert

 

Source : lesobservateurs