Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 août 2018

Hollande y croit toujours !

Publié par Guy Jovelin le 16 août 2018

Rédigé par notre équipe le 15 août 2018

Au secours ! Effet d’un soleil persistant ou simple délire personnel ? Quoiqu’il en soit François Hollande revient sur le devant de la scène à mesure que Macron s’enfonce dans les mensonges. L’ancien président est de plus en plus présent dans les médias. Il ne dit rien sur le fond (le contraire aurait été surprenant) et s’applique uniquement à faire passer un message : Je suis là ! Oui, Hollande est là, encore et toujours et croit même avoir une chance de rafler la mise en 2022. Fidèle à lui-même (et seulement à lui-même), Hollande est complètement à côté de la plaque.  

Peut-on avoir été chassé de l’Elysée à coups de pied aux fesses et revenir triomphant cinq ans plus tard ? Certains y ont cru et n’ont fait que traverser la vie politique française pendant de longues et pénibles années. Valérie Giscard d’Estaing fut le premier exemple d’un long oubli qui s’est achevé à Bruxelles à rédiger sous la dictée d’eurocrates une Constitution européenne inique. Nicolas Sarkozy a goûté à la double humiliation de perdre contre Hollande en 2012 et de ne même pas passer le premier tour de la primaire de droite en 2017. Sa stratégie de vrai-faux retour fut un échec fracassant qui ne sera pas oublié.

Hollande ne connaît pas ses leçons 

Eh bien si, l’exemple Sarkozy a déjà été oublié par certains et plus particulièrement par un homme : François Hollande. Le président qui a tout raté au point qu’il n’a pas pu se représenter en 2017 fait mine de penser (ou pense vraiment) que son bilan est bon et qu’il sera réhabilité à mesure que la baudruche Macron se dégonflera. Une baudruche remplie par ce même Hollande qui n’a pas compris que la poudre de perlimpinpin était aussi nocive qu’un trop plein de pâtisseries qu’il aime tant. Hollande y croit dur comme fer grâce à un livre rédigé par Laurent Joffrin dans lequel Hollande ne commence même pas le début d’une autocritique.

Il y croit tellement que la machine à spéculations le place déjà comme un challenger (victorieux) de Macron en 2022. Un compte Twitter François Hollande 2022 mène la danse (compte non officiel) et des tracts Hollande 2022 avec la tête du candidat Hollande alors en plein régime ont été distribués dans plusieurs régions cet été. Un tract qui explique sans sourciller que tout allait bien sous Hollande… La honte n’a jamais étouffé personne et certainement pas ceux qui ont un ego surdimensionné.

Hollande joue au président idéal juste en se comparant avec Macron. Ce dernier ne tente plus que de timides sorties auprès des vacanciers ramenés à la va-vite par une cellule de com’ en manque d’inspiration. Hollande, lui, se plait à se montrer en photo avec une dizaine de gogos qui ont acheté son livre et attendent une dédicace. Les grandes foules sont ailleurs, mais l’esprit est là. Il faut faire croire que Hollande est proche de ses « sans dents » contrairement à Macron trop occupé à jouer dans sa piscine même s’il « préfère mille fois la mer ».

Hollande est un comique qui s’est perdu en politique. Au lieu de rejoindre la Jamel Comedy Club, il vient embêter Macron jusqu’à Brégançon en prenant soin de passer quelques jours à l’ombre du fort. Pourquoi pas ? Hollande est perdu pour la cause socialiste. S’il peut embêter gentiment son poulain et successeur, il fera au moins rire un peu. Allez, bonnes vacances à ces Messieurs. Ils en ont bien besoin au regard de leur situation respective !

 

Source : 24heuresactu

mercredi, 15 août 2018

Italie – Salvini : Plus aucune mosquée ne sera érigée en Italie

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018

 
 

Le Ministre de l’Intérieur italien et leader de la formation de droite « Liga Nord », Mattéo Salvini, a annoncé, ce dimanche, via sa page tweeter, que plus aucune mosquée ne sera érigée en Italie.

Il a expliqué que la donation de terrains de la communauté au profit des mosquées, soulève toujours la colère des citoyens qui préféreraient que ces terrains soient réservés à des projets d’intérêt commun.

 

Source : tunisienumerique

Miracle. Un maillot de l’équipe de France aux couleurs de la Vierge Marie

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018 

Miracle

Le maillot à l'effigie de l'équipe de France portant les deux étoiles, créé par la marque Miracle. Crédit : Miracle France

À l’occasion du Mondial 2018 remporté par les bleus, Gaëtan Duchateau, fondateur de la marque Miracle, a créé un maillot de l’équipe de France conçu en Occitanie. Et les deux étoiles brodées se sont montrées prémonitoires. 

Alors que les maillots officiels de l’équipe de France aux deux étoiles sont fabriqués en Thaïlande ou en Turquie, un maillot à l’effigie de la sélection nationale est dès à présent disponible. Commercialisé par la marque Miracle, fondée par Gaëtan Duchateau, jeune entrepreneur de 26 ans natif de Lourdes et habitant de Toulouse depuis 8 ans, le but est de « soutenir sa nation avec un maillot fabriqué en France ».

C’est le leitmotiv de Miracle. Fabriquer tous ses produits en France. Ce maillot, imaginé en janvier et commercialisé dès le début de la Coupe du monde, le 10 juin dernier, s’est déjà vendu à plusieurs dizaines d’exemplaires. « Je veux que cette initiative fasse questionner les gens sur le Made in France, ça pourrait être bien de porter des maillots fabriqués en France pour supporter sa nation, argumente Gaëtan Duchateau. On est le pays du textile, de la couture, mais nos maillots officiels sont fabriqués à l’autre bout du monde ». Pour le maillot Miracle, la fabrication s’est exclusivement déroulée dans le Tarn, près de Castres.

Deux étoiles brodées au dessus du logo

Au-dessus du logo ce n’est pas une mais deux étoiles qui y sont brodées. Une référence au vingtième anniversaire du titre de champion du monde obtenu par les bleus en 1998 et un doux rêve qui s’est finalement concrétisé grâce à la victoire de l’équipe de France contre la Croatie en finale de la Coupe du monde, le 15 juillet 2018 à Moscou. 

Lire aussi : « Lex », une marque esthétique originaire du Lauragais

Une étoile brodée sur un maillot officiel d’une sélection nationale signifie que l’équipe a déjà remporté une coupe du monde. Ainsi, le Brésil en possède 5, l’Allemagne 4 et la France désormais 2. Mais ce n’est pas pour vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué que la marque Miracle s’est permis d’en ajouter une seconde. « Notre devise est d’essayer de vivre ses rêves, il n’y avait que nous pour sortir ce genre de maillot avec notre nom miracle », confie Gaëtan Duchateau.

La Vierge Marie à la place du coq

Outre le pari d’anticiper la seconde étoile sur le maillot, c’est le blason qui suscite un intérêt particulier. « Nous voulions qu’il ressemble à un logo de club », explique le Lourdais. Le visage de la Vierge Marie apparaît au centre de l’écusson arrondie, surmonté du nom de la marque Miracle. Au bas de l’icône, la mention « Since 1858 », rappelle l’année de la première apparition de Notre Dame à sainte Bernadette. « C’est une date emblématique qui nous parle à nous. C’est un joli clin d’œil », explique le créateur de la marque.

thumbnail_FFF-Miracle-20.png

Crédit photo : Miracle France

Miracle pourra peut-être répondre au prochain appel d’offre lancé par la Fédération française de football, au terme de son contrat avec l’équipementier Nike, en 2026.

Nicolas B.

 

Source : infos-toulouse

Neuf djihadistes arrêtés sur une embarcation dirigée vers l’Italie

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018 

Les partisans de l’immigration zéro le disent depuis longtemps ; Matteo Salvini le répète en Italie ; Interpol l’admet également et donnait le chiffre en janvier d’environ 50 combattants de Daesh arrivés via mer en Europe : il y a un risque réel que des djihadistes puissent monter à bord des embarcations remplies de « migrants » et dirigées vers l’Italie et le Vieux Continent.

Hier, lundi 13 août, les autorités tunisiennes ont bloqué 9 terroristes islamiques qui étaient en train de monter sur un bateau de fortune en partance pour l’Italie. S’ils avaient réussi leur coup, ils auraient probablement fini par débarquer, grâce aux ONG humanitaristes, sur des côtes européennes et auraient été considérés comme des demandeurs d’asile et portés dans des centres d’accueil avant de se volatiliser quelque part en Europe.

Ces 9 djihadistes faisaient partie d’un groupe de 15 personnes embarquées sur cette embarcation destinée à rejoindre l’Italie : plus de la moitié de ces soi-disant « migrants » était donc des terroristes. Le bateau a été intercepté par les gardes-côtes et l’équipe anti-terroriste de Bizerte, au nord de la Tunisie. Les neufs individus arrêtés ont entre 21 et 39 ans. Ils ont été remis à la Police nationale tunisienne qui enquête sur les crimes terroristes.

Francesca de Villasmundo

 

Source : medias-presse.info

Jadis, elle aidait les migrants

Publié par Guy Jovelin le 15 août 2018

 

 

Il y a des phrases qui déconcertent, l’une d’elles : « Vous n’aurez pas ma haine. »
Eh bien, la mienne, vous l’avez et profond ! Vous pouvez compter sur moi. C’est mathématique et certifié.
Ici, je recopie une partie de l’excellent article de Raphaël Delahaut :
https://ripostelaique.com/les-parents-perez-orphelins-de-...

Autrefois, au temps des guerres, il existait un dérivatif à cette souffrance, une manière de contre-feu qui permettait de survivre, de ne pas s’effondrer, de rester debout.
C’était la haine 
On savait qui était l’ennemi. On pouvait le nommer et le haïr. On pouvait le combattre et le tuer, sans crainte ni remords… Le jeune homme qui, comme mon grand-père, avait vu son frère aîné mourir au champ d’honneur, s’engageait avant l’âge pour aller le venger. Et les pères, comme les mères, entretenaient cette flamme salvatrice de la haine légitime. Mais les parents d’aujourd’hui n’en ont plus le droit. Ils ne sont même plus autorisés à désigner l’ennemi, à nommer les assassins de leur fils.

Il a tout compris !
Personnellement, je ressens de la haine, et pire encore, contre les envahisseurs. J’ai commencé par vouloir aider les migrants, comme tout le monde, comme mes amies, mes cousins et cousines et toute la bonne société bien-pensante. J’ai même dû m’inscrire sur des listes d’attente. Deux ans durant, j’ai joué à la dame patronnesse, à la bienfaitrice des mineurs abandonnés, à la protectrice des nouveaux venus. Mais c’est fini. Plus jamais.

Je me rappelle exactement le jour où ma haine a germé quand, pour la première fois de toute ma vie, j’ai ressenti une irrépressible répulsion, une horreur inexprimable (sauf, bien entendu, lorsqu’une collègue, insignifiante et pas marrante du tout, m’a piqué mon copain de l‘époque et que j’ai rêvé de tortures abominables à son encontre, mais c’était il y a longtemps). Le 16 octobre 2016, lorsque Maria, étudiante en médecine qui, dans son temps libre (et dites-moi, quand une étudiante en médecine a-t-elle du temps libre ?) enseignait l’allemand en bénévole à des réfugiés, a été violée, torturée et noyée par un soi-disant mineur ! Ce jour-là, tout a basculé dans ma tête.

Maria 6 décembre 1996 – 16 octobre 2016

Car j’ai des enfants, plusieurs petits-enfants, et c’est moi qui prendrais perpète s’il leur arrivait quelque chose. Car plus jamais je ne serais heureuse. Fini. Chaque matin, en me réveillant, la réalité me reprendrait à la gorge.

Barbares, pourquoi vous avez ma haine et pourquoi vous l’aurez tant que vous n’aurez pas dégagé :

Parce que j’ai peur pour mes enfants
Parce que je n’ose plus parler librement
Parce que la plupart de mes amis me traitent de raciste
Parce que vous tuez nos enfants
Parce que vous avez systématiquement un couteau en poche
Parce que vous nous bouffez les allocs
Parce que vos femmes voilées sont une provocation et rien d’autre
Parce que vous vous comportez comme en pays conquis
Parce que je n’ose plus prendre les transports en commun
Parce que vous transformez nos villes en poubelles
Parce que vous tentez sournoisement de susciter notre compassion
Parce que votre vue, à elle seule, me fout la nausée
Parce qu’on vous qualifie de « français » alors que votre nom est Saïd, Mohammed ou Mamadou.

Pour ma part, j’éprouve un sentiment de brûlure qui me paraît à la fois très sain et parfaitement logique au vu de ce qui se passe. Ne pas avoir de haine, ne pas détester ceux qui assassinent des milliers d’innocents au nom de leur dogme minable, j’appelle ça être dans le déni, ni plus ni moins. Alors oui, il me paraît normal d’être passablement irritée lorsqu’on massacre votre mari, vos amis, vos enfants. Et non, je ne fais pas partie de ceux qui sont dans la résignation pure et dure. Je fais partie de ceux qui en ont assez que rien ne se fasse et que l’État, tout comme la plupart d’ailleurs, reste toujours passif face à ce déferlement de haine et de violence.

Autre (bout de) phrase récurrente :

JE SUIS :

T-shirts, cendriers, tasses et stylos, briquets et autres souvenirs la propagent à qui mieux mieux.

J’ai envie d’ajouter :

JE SUIS :

dégoûtée, horrifiée, terrifiée, angoissée. Mais surtout, surtout, horriblement pressée de vous voir faire demi-tour, avec bagages, moukères, rejetons et cocotte à tajine. Et n’oubliez surtout pas vos voiles et vos oripeaux burlesques. Et vos couteaux, vos machettes et saignoirs. Plus besoin. On ne veut pas de vous ici. Ça doit être gratifiant pour vous de savoir qu’autour de vous, on vous déteste. Qu’on ne demande qu’une chose, que vous décampiez. Le plus tôt possible. Que vous nous laissiez vivre comme avant. Quand nous étions à mille lieues d’imaginer ce qui nous attendait.

Barbares, je suis pour qu’on vous rembarque tous d’où vous venez. Qu’on vous envoie promener dans les sables chauds de votre terre d’amour et de paix. Qu’on vous rende à vos chameaux. Billet simple.

Et ma haine, vous l’avez, vous l’aurez, vous l’avez eue, vous l’eûtes, vous allez l’avoir, vous l’auriez, que vous l’eussiez, vous l’aviez, à tous les modes et à tous les temps de la conjugaison française et ce, pour de bon !

Anne Schubert

 

Source : lesobservateurs