Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 mai 2017

Dieudonné face à Valls pour les Législatives

Publié par Guy Jovelin le 18 mai 2017

Ça continue de valser pour Manuel Valls. Non seulement il devra se présenter aux Législatives sans le soutien ni du PS ni d’En Marche mais en plus il devra faire face à deux autres stars-candidats.

Après le chanteur Francis Lalanne qui a déclaré se présenter, pour le rassemblement écocitoyen, face à l’ancien premier ministre en étant le suppléant de Jacques Borie dans la circonscription d’Évry et Corbeil-Essonnes, c’est au tour de l’humoriste controversé Dieudo d’annoncer sa candidature dans cette même circonscription. Il sera le suppléant de Nolan Lapie, le Breton de 18 ans qui avait écopé de trois mois de prison et 105 heures de travaux d’intérêt général pour avoir giflé l’ancien ministre de la Hollandie en janvier dernier. Un tandem explosif contre un Manuel flottant comme une girouette.

Pour le coup Dieudonné a sa revanche contre un Manu la Tremblote qui lorsqu’il était ministre se précipitait à pied vers le Conseil d’État ou le Conseil constitutionnel pour s’y assurer qu’un Dieudonné ne pourrait plus jamais poursuivre en France ses tournées de comédien, de bouffon, de génie comique. 

La vengeance est un plat qui se mange froid dit le dicton !

Francesca de Villasmundo

 

Source : medias-presse.info

En France, le nombre de banquiers millionnaires s'envole

Publié par Guy Jovelin le 18 mai 2017

Par Auteur valeursactuelles.com / Mercredi 17 mai 2017  
 
Entre la Société Générale, BNP Paribas, Natixis et le Crédit Agricole, une centaine de banquiers ont gagné plus d'un million d'euros en 2016. © Michel Euler/AP/SIPA
Entre la Société Générale, BNP Paribas, Natixis et le Crédit Agricole, une centaine de banquiers ont gagné plus d'un million d'euros en 2016. © Michel Euler/AP/SIPA

Rémunération. Plus de 100 salariés des banques françaises ont gagné l'an dernier au moins un million d'euros.

Banquier, un métier qui rapporte de plus en plus. Selon des calculs des Echos, le nombre de banquiers installés en France qui ont gagné plus d'un million d'euros l'an dernier a grimpé de 24 % par rapport à 2015. Entre BNP Paribas, la Société Générale, le Crédit Agricole et Natixis, ce sont pas moins de 102 salariés des groupes bancaires français qui ont été rémunéré plus d'un million d'euros.

Par crainte du brexit, certains expatriés au salaire exorbitant rentrent en France

Selon le quotidien économique, deux éléments permettent d'expliquer l'envolée du nombre de ces millionnaires. D'une part, la bonne santé des activités de marché dans l'Hexagone l'an dernier. Le brexit a également joué un rôle : un certain nombre de banquiers expatriés à Londres ont commencé à rentrer en France, craignant de ne plus pouvoir exercer de la même manière à l'avenir.

 

Source : valeursactuelles

Sylvie Goulard, nouveau ministre de la Défense : « je ne me sens pas française »

Publié par Guy Jovelin le 18 mai 2017

17 mai 2017 par admin4

Sylvie Goulard en mai 2013.

Sylvie Goulard, après une carrière de bureaucrate en France et à Bruxelles, vient de décrocher la timbale de ministre de la Défense.

Européiste fanatique, elle fut « conseiller politique » de Romano Prodi, le président de la Commission européenne, et même présidente du « Mouvement européen-France », une officine fédéraliste !

Pour elle, la France ne mérite donc pas mieux que d’être une région, un länder de l’Union européenne, et le député Jacques Myard rapporte même, à son sujet :

« Sylvie Goulard me confiait dans notre parcours commun au ministère des Affaires étrangères ‘Je ne me sens pas française’ et c’est cette personne qui est placée au ministère de la Défense rebaptisé ministère des Armées, ça promet ! »

Une femme à la tête des armées, c’était déjà saugrenu, mais une anti-patriote aussi patentée, il faut le faire !

Une pensée pour tous les militaires non gamellards…

 

Source :contre-info

mercredi, 17 mai 2017

Jean-Luc Moudenc, signataire de l’appel au rapprochement avec En Marche!

Publié par Guy Jovelin le 17 mai 2017

  
 

Suite à la décision du 15 mai, portant Edouard Philippe (Maire LR du Havre) à la tête du Gouvernement, 22 élus Les Républicains et UDI appellent dans un communiqué de presse à répondre à « la main tendue par le Président de la République« . Parmi eux, Christian Estrosi, Gérald Darmanin et… Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse.

Il s’est entretenu lundi soir avec Edouard Phillipe, il s’explique : « Je connais Edouard Philippe depuis longtemps, j’ai siégé à ses côtés à l’Assemblée nationale et c’est quelqu’un que j’apprécie. La droite et le centre doivent tenir compte aujourd’hui du fait politique nouveau, avec des partis traditionnels qui ont été mis à l’écart au premier tour de l’élection présidentielle. Les Français aspirent au renouveau, le Président de la République l’incarne, et le Premier ministre l’incarne aussi. Il faut que nos candidats Les Républicains et UDI aux élections législatives, dont j’espère la victoire, défendent notre projet et nos valeurs, mais dans un esprit constructif. Et que l’on n’organise pas une guerre au sommet de l’Etat en cas de victoire et de cohabitation« . Mais pas question d’adhérer au mouvement d’En Marche! : il soutiendra les candidats Les Républicains aux législatives avec qui « il défendra les valeurs de sa famille politique« .

Une position critiquée au sein de sa famille politique

Quant aux élections municipales de 2022… Le Maire toulousain reste évasif : « Les municipales c’est dans trois ans. Beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. On ne peut pas encore faire de projection »
Ce que l’on pourrait qualifier d’un retournement de veste de la part de l’homme qui s’était fait siffler lors de son discours d’ouverture du meeting de François Fillon à Toulouse n’a pas été bien accueilli dans le camp des Républicains.

Laurence Arribagé, Présidente des Républicains de Haute-Garonne, ne comprend pas cette prise de position : « Ce n’est pas ma position. Je n’ai pas prévu de me mettre En Marche ! Je reste fidèle à ma famille politique« . Pour autant, Jean-Luc Moudenc fait taire les détracteurs qui ne voient là qu’une manière d’accéder à une possible place au gouvernement en affirmant qu’il refuserait toute offre à ce sujet. Dans une interview donnée à Côté-Toulouse, l’actuel maire assume son choix : « Le Président de la République fait ici ce qu’il a dit, c’est à dire qu’il souhaite gouverner avec des gens de droite et de gauche« . Il défend son « ami », qu’il dit « compétent, ouvert et proche des préoccupations des gens » sans pour autant occulter les problèmes que cela pourrait générer dans son parti et la droite toute entière : « Il y aura un grand débat, une grande explication au sein de notre famille, mais celle-ci ne pourra intervenir qu’après les élections législatives ».

 

Source : infos-toulouse

Bordeaux: ils avaient fraudé 2,7 millions d'euros de RSA

Publié par Guy Jovelin le 17 mai 2017

Par AFP | Publié le 16/05/2017

L'escroquerie portait sur plusieurs années et concernait des dizaines de personnes. Photo Julio Pelaez
L'escroquerie portait sur plusieurs années et concernait des dizaines de personnes. Photo Julio Pelaez
 
 Un autoentrepreneur bordelais a été condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir organisé un réseau de fraude aux aides sociales au profit de dizaines de Bulgares.
 
Au total, depuis 2011, près de 300 personnes auraient perçu 2,7 millions d’euros d’allocations indues, selon le quotidien Sud-Ouest.

Quatre personnes condamnées

Absent à l’audience, l’instigateur de cette fraude a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux, de même que trois Bulgares qui s’étaient déclarés comme commerçants ambulants au centre de formalités des entreprises de la Chambre de commerce, ce qui leur avait permis de percevoir des prestations sociales.

Des dizaines de dossiers suspects

En octobre 2014, la chambre de commerce avait prévenu le parquet après avoir remarqué que plusieurs dizaines de dossiers d’autoentrepreneurs et commerçants ambulants avaient été déclarés à la même adresse et au même nom, celui de l’organisateur de cette escroquerie.

Enregistrés comme commerçants ambulants

Selon Sud-Ouest, cet auto-entrepreneur se présentait régulièrement avec des Bulgares qui s’enregistraient comme commerçants ambulants pour vendre sur les marchés. Ces derniers donnaient systématiquement comme attestation de domiciliation un appartement situé à Cenon (Gironde), près de Bordeaux, loué par l’organisateur de ce système.

Fort de leur statut d’autoentrepreneur, ils pouvaient vivre légalement en France en justifiant de ressources, celles du revenu de solidarité active (RSA). Certains bénéficiaient aussi de la CMU (couverture maladie universelle).

 

Source : ledauphine