Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 décembre 2018

Les Gilets Jaunes doivent-ils craindre les snipers de la police samedi prochain ?

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

A priori saugrenue, cette question l’est visiblement moins qu’on ne pourrait le penser. Ainsi, des images filmées par l’agence Reuters montrent que des snipers étaient bien en place sur un toit des Champs-Elysées le 1er décembre.

Plusieurs médias, citant une source policière, signalent que depuis 2014 il existe des « binômes tireur-observateur » parmi les CRS, qui sont présents « sur les grosses manifestations ». L’homme armé est accompagné d’une deuxième personne, muni d’un objectif. Leur rôle est « d’assurer d’abord la sécurité des manifestants contre des attaques armées et potentiellement la sécurité des forces de l’ordre contre des manifestants armés », écrivent identiquement plusieurs médias. Mais on imagine mal qui aurait attaqué les Gilets Jaunes, hormis les policiers. Qui peut croire un seul instant que des terroristes islamiques auraient pu tenter de commettre un attentat au milieu de la manifestation des Gilets Jaunes du 1er décembre ?

Autre élément significatif, le fait qu’aucune autorité n’assume avoir demandé la présence de ces snipers des CRS. Selon les sources policières de plusieurs médias, la préfecture aurait affirmé ne « pas (avoir) mobilisé de tireur de haute précision dans le dispositif » de sécurité du 1er décembre. Or, contacté par franceinfo, le ministère de l’Intérieur renvoyait vers la préfecture. Cette présence de tireurs d’élite remarquée embarrasse donc les autorités.

Mais qu’en sera-t-il samedi prochain, 8 décembre ? On peut douter que ces tireurs mobilisés le 1er décembre ne soient pas à nouveau de service. Avec toute l’inquiétude que cela peut entraîner, compte-tenu des déclarations du syndicaliste policier Yves Lefebvre évoquant la possibilité qu’il y ait cette fois des morts. Et alors qu’Emmanuel Todd considère qu’il y a “stratégie de provocation gouvernementale” et que ce qui s’est passé à l’Arc de Triomphe pourrait avoir été organisé par des “agents provocateurs”, c’est-à-dire des barbouzes aux ordres de l’Etat.

 

Source : medias-presse.info

Berlin (All.) : des milliers de citoyens manifestent contre le pacte de l’ONU sur les migrations, certains sont vêtus de gilets jaune

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

Par  le 01/12/2018

Voir l'image sur Twitter
André Poggenburg
 
@PoggenburgAndre
 

Allemagne – Selon la police, environ 1000 personnes ont manifesté contre le pacte mondial de l’ONU pour les migrations devant la porte de Brandebourg.

L’association anti-islamisation Pegida avait appelé à participer à la manifestation « Contre le Pacte des migrations – Merkel doit partir ».

Parmi les participants se trouvaient de nombreuses personnes en gilets jaunes, imitant le mouvement de protestations en France.

(…) Morgenpost


Voir l'image sur Twitter
stefan lauer
 
@batepsycho
 
Voir l'image sur Twitter
Nina Hall@Ninawth
 
 

VOX, parti de droite nationale, obtient 12 élus au Parlement régional d’Andalousie

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

Ecrit par Pierre-Alain Depauw 

Espagne – Le parti Vox, caractérisé par son programme de droite nationale et pro-famille, a obtenu dimanche ses 12 premiers élus au Parlement régional d’Andalousie, mettant fin à la domination de la gauche qui perd sa majorité absolue dans la région la plus peuplée du pays. Il s’agit d’une véritable gifle pour le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez.

Vox est un parti fondé en 2013, opposé à l’immigration illégale et à l’indépendantisme catalan. «Les Andalous ont fait l’histoire (…) et se sont débarrassés de 36 ans de régime socialiste», a clamé son président Santiago Abascal.

Voici les cinq points principaux sur lesquels il a mené sa campagne électorale :

1. La politique autonomiste a échoué et l’Etat doit recouvrer les compétences en matière de santé et d’éducation.

2. La fin des impôts abusifs et injustes comme l’impôt sur les successions.

  1. Le respect de ses traditions comme la semaine sainte, la chasse et la corrida.

4. L’abrogation des lois idéologiques telles que celles du genre et celle de la mémoire historique.

5. La lutte contre l’immigration illégale parce qu’elle est un problème pour la coexistence, la sécurité et la prospérité des Espagnols

 

Source : medias-presse.info

Augmentation du budget consacré aux migrants

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

Les Gilets jaunes qui « galèrent » pour boucler leur fin de mois vont apprécier : le budget de l’État pour l’intégration et l’accueil des réfugiés augmente de 200 millions d’euros. Selon le ministère de l’Intérieur, « il y a un redimensionnement de la politique d’intégration ».

D’après le quotidien 20 minutes, selon

« les documents du gouvernement publiés cette semaine, le budget, consacré à la mission «  immigration, asile et intégration », atteindra 1,58 milliard d’euros en 2019, soit 200 millions d’euros de plus qu’en 2018.

Une hausse de 14 %, alors que le budget général, lui, reste quasiment le même (+0,6 % en 2019). Une hausse qui devrait financer le doublement des cours de langue et les mesures d’insertion professionnelle. Le budget prévoit ainsi une hausse de plus de 40 % l’an prochain des crédits de l’intégration, à 395 millions d’euros, dont 52 millions exclusivement pour la formation linguistique.

Le gouvernement table sur « une stabilité de la demande d’asile »

A l’horizon 2020, l’État prévoit d’héberger 86 % des demandeurs d’asile, contre 50 % actuellement, selon ces documents. Pour cela, l’objectif « ambitieux » du gouvernement est d’augmenter le parc d’hébergement, qui devrait atteindre « plus de 97.000 places en 2019 », grâce, notamment, à la création de 1.000 places en centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) et de 3.500 en hébergement d’urgence.

Pour équilibrer ces prévisions, le gouvernement table, en 2019 mais aussi en 2020, sur « une stabilité de la demande d’asile » et « une baisse de 10 % des demandeurs Dublin », les réfugiés déjà enregistrés dans un autre pays européen.

Près de 100.000 personnes ont demandé l’asile en France en 2017

Le gouvernement entend également réduire les délais de demande d’asile à « soixante jours » à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Au total, 25 postes supplémentaires à l’Ofii (Office français d’immigration et d’intégration), 10 à l’Ofpra et 122 à la CNDA devraient être créés.

Concernant la lutte contre l’immigration irrégulière, les centres de rétention administrative bénéficieront d’un plan d’investissement de 50 millions d’euros avec « plus de 450 places » supplémentaires prévues en 2018 et 2019. L’ancien ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait annoncé 400 places supplémentaires mais « on a étendu le plan en cours d’année », indique-t-on à l’Intérieur. Environ 100.000 personnes ont demandé l’asile en France l’an dernier.”

Favoriser l’invasion migratoire, leur hébergement au détriment des SDF Français, alors que les Français prennent conscience qu’elle est une des causes de leurs difficultés économiques et de l’alourdissement des taxes, ne va pas calmer l’insurrection des Gilets jaunes. De quoi voir rouge !

Francesca de Villasmundo

 

Source : medias-presse.info

 

Le pacte de Marrakech que signera Macron prévoit de couper toutes aides publiques aux médias critiques sur l’immigration et de favoriser les autres

Publié par Guy Jovelin le 04 décembre 2018

Auteur : admin4
contre-info

médias,pacte de marrakech,tyrannie

Le « pacte sur les migrations » que s’apprête à signer l’agent servile du mondialisme Emmanuel Macron est très grave.

C’est une véritable tyrannie cosmopolite qui se met en place pour achever le « grand remplacement » des peuples européens.

Signalons, entre autres, cet aspect qui va mettre aux ordres les médias français sur cette question – comme s’il en était besoin… – puisqu’ils vivent tous de la manne publique.  

« (…) Autre sujet de controverse du pacte, les conseils du point 17 à l’égard du débat public. Le pacte de Marrakech prône ainsi « l’élimination de toutes les formes de discrimination, dont le racisme, la xénophobie et l’intolérance, à l’endroit des migrants et de leur famille », et s’attache à « promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions de migrations ».

Ce point encourage également à lutter contre les discriminations à l’égard des migrants « en cessant d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie et le racisme », tout en garantissant « le plein respect de la liberté de la presse ».

Source : BFM TV