Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 avril 2018

Toulouse : nuit d’émeutes dans le quartier de la Reynerie : aucune interpellation

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018

 
viols insécurité agressions délinquance emeute police quartier
Le quartier de la Reynerie à Toulouse a connu une nuit agitée entre des dizaines d’assaillants et les forces de l’ordre, dimanche soir. Aucun blessé n’est à déplorer, mais la police compte près de onze voitures brûlées.

Les évènements ont débuté aux alentours de 20 heures, dans la rue de Kiev, axe principal du quartier de la Reynerie, et se sont prolongés pendant une bonne partie de la soirée. Les forces de l’ordre ont du essuyer des jets de pierre. Le commissariat de Bellefontaine a lui aussi été touché. Les forces de l’ordre présentes sur place ont dues être renforcées par une équipe de CRS et un hélicoptère, qui a survolé le quartier pendant plus d’une heure. 300 grenades lacrymogènes ont été tirées durant la soirée.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
 
Infos Françaises@InfosFrancaises
 

TOULOUSE : Violents affrontements en cours entre jeunes et policiers dans le quartier sensible de la Reynerie liés au décès d'un détenu à la maison d'arrêt de Seysses. Des voitures brûlées, un hélicoptère survole le quartier qui a été bouclé (La Dépêche).

Les pompiers sont arrivés vers 22h30 afin de gérer des feux qui avaient été allumés sur la chaussée. Une source policière parle de onze voitures incendiées durant la nuit.

À l’origine des incidents, la mort présumée d’un détenu de la maison d’arrêt de Seysses, un trentenaire habitant dans le quartier de la Reynerie. Un décès qui n’a pas été confirmé par l’administration pénitentiaire. Le contrôle d’identité par des policiers d’une femme voilée pourrait également être à l’origine de l’émeute, selon la Dépêche. Aucune interpellation n’a été effectuée, et aucun blessé n’est à déplorer, ni du côté des forces de l’ordre, ni du côté des émeutiers.

Lire aussi : Dans certains quartiers, tuer du « flic » n’est plus un tabou

Les syndicats des gardiens de la paix ont salué le sang-froid des policiers qui ont du faire face, cette nuit, à une « nuit d’épouvante ».

UNITE SGP OCCITANIE@USGPOCCITANIE
 

Nuit eprouvante pour les effectifs qui ont dû s'adapter et faire face à une situation atypique avec sang froid... Unité SGP condamne fermement ces agissements émeutiers et apporte son total soutien aux policiers Toulousains.

Le quartier est réputé difficile pour les policiers. Lors des festivités du Nouvel an, une centaine d’assaillants s’en sont pris aux forces de l’ordre. Déjà, aucune interpellationn’avait eu lieu.

 

Source : infos-toulouse

dimanche, 15 avril 2018

Une base française gravement attaquée au Mali le jour du bombardement de la Syrie par la France: un mort et des blessés

Publié par Guy Jovelin le 15 avril 2018

attaque,base française,mali

Une base française ainsi qu’un camp de l’ONU à Tombouctou, dans le nord du Mali, ont été la cible samedi d’une « importante attaque complexe » avec tirs de mortier et utilisation d’un « véhicule suicide ». Un casque bleu de l’Onu a été tué et plusieurs autres blessés. D’après le gouvernement malien, dix soldats français ont été blessés, alors que Paris n’a pas encore donné de précisions.

« Des terroristes portant des casques bleus et circulant à bord de deux véhicules chargés d’explosifs, l’un aux couleurs de l’armée malienne, l’autre portant les lettres ‘UN’ (ndlr, pour Onu), ont tenté de s’infiltrer dans ces camps », a précisé le gouvernement malien dans un communiqué. « La situation est à présent sous contrôle », ajoute Bamako. « Les combats ont pris fin vers 18H30 », plus de quatre heures après leur début, selon Bamako.

« C’est la première fois qu’il y a eu une attaque de cette envergure contre la Minusma à Tombouctou », a relevé une source sécuritaire étrangère. « C’est une attaque qu’on n’avait jamais connue », a confirmé un responsable du gouvernorat de Tombouctou.

Pendant ce temps l’armée française revenait de son coup en Syrie…

les chefs d’Etat major des armées française, américaine et britannique étant ce samedi, jour de l’attaque, entièrement préoccupés par les retombées de l’attaque de la Syrie la nuit précédente, le groupe qui a attaqué la base française ne pouvait pas choisir de moment plus propice pour réussir un grand coup. Ce qui n’a pas du tout été le cas de l’agression contre la Syrie par le trio de va-t-en-guerre qui n’a finalement réussi qu’à envoyer un pétard mouillé contre la Syrie et donner un signal fort en direction des djihadistes pour les encourager à continuer à se battre contre les pays anti-terroristes…

Il reste 4000 soldats français stationnés au Mali, auxquels s’ajoutent les casques bleus de la Minusma, la force de l’ONU. La Minusma comptait à fin mars 11.800 militaires et 1700 policiers au Mali.

Pendant que des terroristes islamiques tentaient d’assassiner les soldats français qui au Mali luttent contre le terrorisme islamique dont les premiers groupes en provenance de Libye sont venus y faire souche suite à l’agression de la Libye par Sarkozy, Emmanuel Macron tartarinait suite à l’agression de la Syrie quelques heures plus tôt. La Syrie qui, avec la Russie, est le pays qui lutte le plus efficacement contre le terrorisme islamique au Moyen-Orient.

Derrière le faux prétexte d’attaque chimique le complexe militaro-industriel 

Voilà un étrange paradoxe penserez-vous: La France attaque la Syrie anti-terroriste et se fait attaquer par des terroristes au Mali? Pas tant que cela si on cherche au-delà des apparences et des prétextes, les raisons réelles de ce bombardement de la Syrie, hier.

La France comme la Grande-Bretagne sont derrière les États-unis et la Russie les plus gros marchands d’armes du monde. Or la victoire des Russes en Syrie leur a offert une vitrine extraordinaire de l’efficacité des armes russes. Face à cela la défaite du trio France, Royaume-uni et USA sur le même théâtre de guerre leur est désastreuse sur le plan du commerce des armes. Il leur faut donc démontrer que leurs armes sont de taille à se mesurer aux armes russes. Quant à la guerre que mène la France au Sahel, jusqu’à présent elle n’a pas fait autant d’éclats que nous pourrions le souhaiter.

La guerre en Libye fut un succès pour le commerce des armes françaises

D’ailleurs c’est le seul avantage que la France avait retiré de sa guerre contre la Libye. Si sur tous les autres plans la guerre en Libye a été désastreuse pour la France et pour la paix, en revanche le fait que la France quasiment seule ait fait la guerre contre la Libye a été une démonstration grandeur nature des capacités de l’armée française, et les retombées ont été avantageuses du côté du commerce des armes et de la crédibilité stratégique de l’armée française.

Ce résultat en terme de gros sous pour l’industrie militaire a été concluant. Car ce fut un test grandeur nature qui a coûté en réalité très cher à la population française, puisque depuis, cette guerre a déstabilisé la Libye, ce pays riche et stable politiquement qui servait de tampon à l’immigration d’Afrique vers l’Union européenne. La chute du régime et le chaos qui s’en est suivi a ouvert les vannes à l’immigration musulmane de masse et au terrorisme islamique en France notamment. En effet les terroristes islamiques qui ont servi de piétaille aux pays occidentaux et notamment à la France, contre le pouvoir établi en Libye se sont trouvés désœuvrés après la fin de cette guerre libyenne et se sont répandus en Afrique vers le Mali et les pays alentours où, maintenant nos soldats se font tuer… mais M. Macron a préféré, hier, en remettre une couche !

C’est ainsi, tant que des pays comme les USA , la France et la Grande-Bretagne mettront les intérêts de leurs complexes militaro-industriels avant les intérêts de leur population, jamais ils ne se battront pour la paix.

Bon, d’accord, du côté d’Emmanuel Macron comme de Donald Trump et de Teresa May, l’enjeu de cette guéguerre n’était pas uniquement en faveur du complexe militaro-industriel, il y avait aussi les contestations internes desquelles il fallait détourner le regard des actualités… mais ces raisons circonstancielles tombaient à pic pour une tentative de pub en faveur des marchands d’arme qui commencent à s’impatienter…

 

Source : medias-presse.info

ILS VEULENT LA GUERRE

Publié par Guy Jovelin le 15 avril 2018

dddd.jpg

Une fois de plus l'hydre yankee, en agressant avec l'aide de ses larbins européens la Syrie, montre sa volonté de gérer le monde.

Les puissances financières et le lobby militaro-industriel ont donc réussi à pousser le crétin qui sert actuellement de président aux Etats-Unis à se conduire comme un vulgaire Bush de base. En déclenchant cette nuit les bombardements sur Damas, le grotesque Trump a au moins le mérite de remettre les choses en ordre en nous rappelant que l'ennemi de l'Europe reste et restera l'Amérique.

De plus en se conduisant ainsi, Trump, Macron et l'Angleterre s'imposent comme étant, une fois de plus,  les meilleurs alliés de l'islam conquérant.

Le devoir des nationalistes français et européens est de dénoncer cette nouvelle agression de l'hyper puissance contre un état indépendant et de refuser toutes collaborations avec le bellicisme américain. Le Système veut la guerre : GUERRE AU SYSTEME !

Synthèse nationale

Incapable de mater 100 zadistes et 50 bloqueurs de fac, Macron veut attaquer la Syrie !

Publié par Guy Jovelin le 15 avril 2018

Avionsyrie.jpg

Jacques Guillemain Riposte laïque cliquez ici

Non à une frappe en Syrie.  Ce serait une pure folie qui déclenchera à coup sur la vengeance d’Assad contre notre pays.

La France n’a pas à s’impliquer militairement dans une guerre civile qui ne nous concerne pas.

La Syrie ne menace pas la France, contrairement à  l’Etat Islamique.

Où sont les preuves d’une attaque chimique sur la Ghouta orientale ?

Qui a filmé les images qui tournent en boucle sur nos écrans ?

Les déclarations des ONG ne remplacent pas une enquête officielle.

Et si ce bombardement présumé est avéré, rien ne prouve la culpabilité d’Assad.

Depuis 2013, il est notoire que les stocks d’armes chimiques que les Russes devaient détruire, ont été dispersés chez les rebelles anti Assad.

Depuis le début du conflit, plus de 25 attaques chimiques ont été identifiées à travers le pays. (Chlore, gaz moutarde, sarin, phosphore)

Une frappe commune des Américains, des Britanniques et des Français ne règlera rien. Pourquoi frapper aujourd’hui et pas hier ?

Le dossier syrien se règle entre Russes, Iraniens, Syriens et également les Turcs.

Les Occidentaux sont aux abonnés absents pour s’être trompés d’ennemis depuis le début du conflit.

La France est hors jeu depuis le début du conflit car elle n’a rien compris aux enjeux et Macron espère revenir sur la scène à coups de missiles air-sol. Renversant !

On ne lance pas un bombardement sur un pays étranger sans un feu vert de l’ONU et sans preuves irréfutables.

On en est loin.

Macron veut lancer ses Rafales sur les installations syriennes sur de simples présomptions, affirmant sans preuves qu’Assad est coupable.

Quelle folie de vouloir frapper, même seul, le régime de Damas, dans le seul but de faire respecter une stupide ligne rouge décidée en son temps par Obama.

Lequel n’a pas donné suite à sa menace en 2013, d’ailleurs.

Annoncer des  représailles en cas de franchissement d’une ligne rouge est une faute majeure, une décision dangereuse.

Car soit on ne met pas sa menace à exécution et on perd toute crédibilité comme en 2013, soit on respecte sa parole et c’est le risque d’une escalade incontrôlée.

La France n’a pas une armée suffisamment puissante pour jouer les gendarmes du monde. Et nos intérêts ne sont pas ceux de l’Amérique.

Dans cette affaire, nous avons tout à perdre.

Car Assad ne sera pas un ingrat envers la France et ne restera pas les bras ballants.

Et s’il lance ses services secrets pour préparer un attentat chez nous, ce sera d’un autre niveau que ceux de Daech.

Nous n’aurons pas affaire à des amateurs ou des loups solitaires armés d’un couteau.

Certains semblent avoir oublié les attentats de Lockerbie et du désert du Ténéré, qui virent deux gros porteurs se désintégrer en vol en faisant 440 morts.

(Un Boeing 747 de la Pan Am et un DC 10 d’UTA)

Travail des services secrets libyens.

C’est le risque que nous prenons en bombardant la Syrie.

Et les services secrets syriens sont d’une autre dimension que ceux de Kadhafi…

D’ailleurs, rien ne dit que les Emirats Arabes Unis et la Jordanie, pays où sont stationnés nos Rafales, donneront leur accord pour une mission de guerre contre le régime syrien.

Nos Rafale devront partir de France et ravitailler en vol.

Leurs missiles longue portée permettent d’éviter le survol de la Syrie.

Reste l’option “Marine” avec des missiles tirés d’une Frégate.

Mais dans tous les cas il conviendra de définir un objectif limité et d’aviser les Russes et les Iraniens pour éviter les dommages collatéraux.

Macron joue avec le feu et Moscou a prévenu que toute menace contre ses soldats entrainera la mise en œuvre des défenses sol-air russes.

« En cas de menace pour nos soldats, les forces militaires russes prendront des contre-mesures aussi bien contre les missiles que leurs vecteurs », a prévenu en mars le chef d’état-major des armées russes, le général Valeri Guerassimov, cité par le site d’informations Sputnik.

Il est regrettable qu’une fois de plus, la France et ses alliés aient misé sur le mauvais cheval.

Assad est le dernier rempart contre les islamistes qui cherchent à prendre le pouvoir dans tout le Moyen-Orient.

La politique de la canonnière que mènent les Occidentaux est un chapelet de fiascos.

La guerre d’Irak et l’élimination de Saddam Hussein ont désintégré le Moyen-Orient.

La guerre en Afghanistan n’a rien réglé et les talibans sont plus forts que jamais.

Les bombardements de la Serbie et son dépeçage en déclarant l’indépendance unilatérale du Kosovo, au mépris du droit international, ont donné naissance à un Etat mafieux au cœur de l’Europe, avec trafic d’armes, de drogue et prostitution à grande échelle.

Non seulement Assad n’est pas un ennemi de la France, mais ses services de renseignements pouvaient nous rendre de précieux services dans la lutte anti terroriste.

Nous avons tout détruit et nous persistons dans l’erreur.

Car frapper Assad, c’est soutenir les rebelles islamistes.

Sans Poutine, la Syrie serait une république islamique.

Nous n’avons aucune vision claire au Moyen-Orient.

La Syrie et le Liban furent sous mandat français de 1920 à 1946.

Mais 70 ans plus tard, le monde musulman nous est devenu étranger.

Toute notre politique et nos alliances sont à revoir.

Et pour conclure, je citerai un blogueur qui résume à merveille le manque de jugement de Macron.

“Quand on n’est pas capable de virer 50 gauchistes dans une université et 100 zadistes à Nantes, on n’attaque pas la Syrie !”

 

Source : synthesenationale

LE "GRAIN DE SEL" DE JEAN-CLAUDE ROLINAT

Publié par Guy Jovelin le 15 avril 2018

chevaliers de ciel,emmanuel 1er,laverdure,tanguy

J’AURAIS PRÉFÉRÉ QUE TANGUY et LAVERDURE SE FASSENT « PORTER PÂLE » ! Ainsi donc, dans la nuit du 13 au 14 avril, les « Chevaliers du ciel » à bord des cinq Rafales français engagés, sans oublier les frégates multi-rôles positionnées en Méditerranée, ont frappé la Syrie en délivrant une dizaine de missiles dont des Scalp.


Le "grain de sel" de Jean-Claude Rolinat
Le jeune Prince Emmanuel Ier, dont on peut par ailleurs approuver, aux marges, sa politique dans d’autres domaines, a montré ses muscles. C’est grisant quand on est Jupiter de délivrer la mort chez les autres ! 
Où sont les preuves ? 
Le motif de cette croisade contre Bachar Al Assad, en compagnie des Américains et des Britanniques, la raison de cette « punition » contre l’un des rares régimes plus ou moins laïc, du Proche-Orient ? L’utilisation présumée par  l’armée syrienne de gaz contre des populations civiles dans la Ghouta orientale, poche insurgée proche de Damas. Avant même d’attendre les résultats d’expertises de l’organisation Internationale OAIC, dûment mandatée pour cela, les occidentaux ont frappé un pays qui ne leur a rien fait,  sans se demander pourquoi un gouvernement en passe d’emporter une victoire totale utiliserait une telle arme, alors que les yeux du monde entier sont braqués sur lui ? 
Déjà, dans le passé, les « Fake news » pullulaient ! 
Le Président de la République française a parlé de « ligne rouge » à ne pas dépasser. Que ne l’a-t-il  souligné au Prince Mohamed Ben Salman, « MBS » pour les copains, qu’il recevait à L’Elysée quelques heures auparavant, à propos du Yémen ? Rappelons que l’Arabie Saoudite, pays sunnite, bombarde allègrement, civils et militaires confondus, le camp Houti, soutenu par les chiites. Il faut se souvenir aussi des bobards énormes diffusés jadis pour nous « vendre » l’intervention en Irak, - la légende des couveuses du Koweït débranchées et « l’arme de destruction massive » de Saddam  -, ou, au Kosovo, le barbare « génocide » qui aurait été  commis par l’armée serbe envers les Albanais, justifiant à postériori le bombardement de Belgrade, capitale de notre traditionnel « allié », merci pour lui ! 
 Des armes « bien comme il faut » pour tuer, et pas certaines autres ? 
Des bombes à fragmentation, par exemple, ce serait plus clean que les gaz ? Et la bombe atomique sur Nagasaki en 1945, la deuxième balancée sur le Japon, celle de trop, plus correcte que le chlore, et le napalm déversé notamment au Vietnam, moins tragique que répandre du  gaz sarin ? Et le port du Havre, rayée de la carte en 1944 par la Royal Air Force, un dégât collatéral, alors que plus un Allemand ne se trouvait en centre-ville ? En réalité c’est la guerre, « Krieg gross malheur », qui est à bannir de l’humanité, mais cela ce n’est pas pour demain, car depuis que le monde est monde, la guerre fait intrinsèquement partie de l’histoire des hommes. Lamentable mais évident constat. 
Un mauvais signal 
Contrairement aux apparences, c’est un mauvais signal qui est adressé à tous les apprentis tyrans de la planète, cela va les pousser encore un peu plus dans leur radicalité. Ils ont vu le sort réservé à Saddam Hussein et à Kadhafi qui, indépendamment de leur cruauté et de leur mégalomanie, rendaient service à l’occident, l’un en retenant les vagues migratoires, l’autre en contenant la marée islamiste.  Comment voulez-vous qu’après cela, un  Kim-Jung-Un  nord-coréen renonce à l’arme suprême, ou que les Ayatollahs iraniens  baissent la garde ? Comment calmerez-vous l’ardeur israélienne à coloniser un peu plus chaque jour des terres qui ne lui appartiennent pas ? L’Etat hébreu, paradoxalement, se sent sinon encouragé, tout au moins conforté dans ses raids, comme celui du 10 avril dernier mené contre la base T-4, action confirmée par l’agence syrienne Sana. Et aussi, allez-vous rassurer le Baas syrien et son chef qui n’ont  que les Russes et l’Iran comme supporters, les laissant dans ce solitaire tête à tête ? Quelle influence politique aurez-vous à Damas, si vous matraquez le régime et ne rouvrez pas votre ambassade ? Aucune ! Un coup d’épée dans l’eau. Emmanuel Macron peut bien gonfler ses muscles, l’utilisation de ces gadgets militaires que sont les armes sophistiquées ne contribue en rien, par exemple, à réduire une bande de gueux à Notre Dame des Landes, ni à imposer la loi républicaine dans les cités ethniques. Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage. C’est ce que les occidentaux disent à propos du leader syrien qui, loin s’en faut, n’est pas un enfant de chœur, mais qui, contrairement aux  assassins islamistes soutenus par les royaumes « présentables » de la  péninsule arabique, n’agresse pas, chez nous, nos populations et ne finance pas de mosquées salafistes ou autres. Puisse la Russie, elle, garder la tête froide. Trump ferait mieux de tenir ses promesses et d’édifier, par exemple, son fameux mur à la frontière du Mexique, plutôt que d’aller jouer au gendarme dans une région où la présence de son pays n’a semé que ruines, terrorisme et désolation. 
Une grosse déception 
Quant à la France, elle n’a joué qu’un rôle de supplétif, donnant l’apparence dans le cadre de l’OTAN d’un toutou suivant son maître. Les « Chevaliers du ciel » n’étaient plus que les palefreniers de leur Seigneur yankee. Le Sancho Pansa d’Amiens a trottiné derrière un Don Quichotte à la crinière oxygénée, gonflé de sa suffisance de cow-boy d’opérette. Une grosse déception. Hillary Clinton se serait-elle introduite dans le cerveau du Donald ? 
Jean-Claude R O L I N A T