Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 février 2018

Carl Lang : "La protection de la vie doit être une mission sociale prioritaire de la conception à la mort naturelle"

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018 

Carl Lang, qui était présent lors de la dernière Marche pour la Vie, répond dans son livre-entretien à la question de l'avortement, de la politique familiale et sur la PMA et GPA :

Gal-6994167

Le rôle d'un Etat digne de ce nom est de mettre en place une politique d'accueil de la vie.

Les défenseurs de l'IVG nous parlent toujours "du libre choix, du libre choix, du libre choix!". En réalité, il n'y a pas de réel libre choix aujourd'hui puisque l'Etat n'offre pas aux femmes qui veulent avorter une alternative économique et sociale protectrice et crédible. Sue cette question de l'IVG, il me semble qu'il y a deux niveaux distincts de responsabilité. La responsabilité individuelle et la responsabilité politique. je laisse le domaine de la responsabilité individuelle à la conscience de chacun.

Pour ce qui est de la responsabilité politique, le rôle d'un Etat national est de mettre en place une politique d'accueil de la vie, une politique de protection de la mère et de l'enfant en créant un statut de la mère de famille. Ce statut implique la mise à disposition de ressources financières d'une protection sociale, d'une facilité d'accès au logement ainsi que le droit à la retraite le moment venu. La protection de la vie doit être une mission sociale prioritaire de la conception à la mort naturelle.

Cela s'inscrit, de plus, dans la mise en place d'une politique de la famille et de soutien à la natalité française. Il y a eu dans certains Etats d'Europe des politiques familiales qui furent très efficaces en termes de natalité, en particulier en Scandinavie dans les années 80. Une vraie politique familiale est efficace en matière démographique. Il va sans dire que cette politique n'est envisageable que dans le cadre du patriotisme social. L'attribution des aides sociales doivent se faire exclusivement aiu profit des familles françaises. La famille, dans sa conception traditionnelle. Ainsi, le mariage basé sur l'union d'un homme et d'une femme forme le socle de l'organisation sociale. Cela devrait être une évidence pour tous (...)

3528822516La GPA n'est rien d'autre que la marchandisation du corps, une abomination qui piétine la dignité humaine et souille les valeurs les plus essentielles de l'homme, et ce, quelles que soient les croyances religieuses. C'est de la traite d'enfants. Une abjection.

La PMA me parait d'une autre nature. C'est la recherche de la vie, pas le commerce de l'enfant. Elle ne me parait concevable que dans le but de bâtir une famille basée sur l'union d'un homme et d'une femme. Je suis donc hostile à la PMA pour tous.

Ce sont là des choix éthiques qui sont liés à nos valeurs humaines et à nos valeurs de civilisation. Nous croyons que la vie humaine est sacrée et que l'on ne peut tuer ni l'innocent ni le juste. Nous croyons au droit inviolable de tout être innocent à la vie et nous sommes attachés au respect de la dignité des personnes. Nous croyons aussi à la loi morale naturelle et au sens moral. Non, la personne humaine et l'enfant à naître ne sont pas des marchandises."

Philippe Carhon

 

Source : lesalonbeige

RAPPROCHEMENT ENTRE L’AUTRICHE ET LA SERBIE

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018

mercredi 14 février 2018par Michel Dantan

national-hebdo

autriche,rapprochement,serbie

L’anti serbisme qui à propos de la question du Kosovo envenimait les relations entre Vienne et Belgrade appartient désormais au passé. Le nouveau vice chancelier autrichien Heinz Christian Strache au cours d’une visite officielle à Belgrade vient en effet d’ouvrir un nouveau chapitre des relations entre les deux pays en affirmant qu’il comprenait la position serbe au sujet du Kosovo. N’hésitant pas à jeter ainsi une pierre dans le jardin des eurocrates bruxellois quitte à s’attirer les foudres de l’opposition autrichienne arc boutée sur des positions euro atlantistes et anti européennes, le vice chancelier autrichien reconnaît à la Serbie le droit de contester ce qui leur a été arraché par la force, autrement dit que l’indépendance du Kosovo a été accordée aux albanais en violation du droit international. Précédant sa visite à Belgrade Strache dans une interview au journal Politika avait tenu à rappeler que son parti le FPO avait toujours été opposé à la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo et condamné le gouvernement autrichien pour avoir rallié le camp de ses partisans. Au cours de ses entretiens avec le premier ministre serbe Ivica Dacic, Strache a évoqué également l’idée selon laquelle les serbes du Nord du Kosovo avaient le droit à l’autodétermination et qu’à l’avenir tout règlement de la question du Kosovo devait prendre en compte les intérêts de la Serbie. Dans un contexte où les pressions qui s’exercent sur la Serbie pour lui faire reconnaître l’indépendance du Kosovo se font toujours aussi fortes, il est inutile de dire que les propos du vice ministre autrichien sont allés droit au cœur de son homologue serbe le premier ministre serbe Ivica Dacic. Ce dernier lui a exprimé au nom de la Nation serbe toute la reconnaissance que lui inspiraient ses propos et déclaré que son pays avait le droit d’aimer ceux qui partageaient les mêmes sentiments à son égard. 


Source : B92

Carl Lang invité par Martial Bild sur TV Libertés

Publié par Guy Jovelin le 16 février 2018

LIV CL 1 DE COUV.jpg

 


 

ÉCOUTER RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ LÀ

ACHETER "UN CHEMIN DE RÉSISTANCE"

LE LIVRE DE CARL LANG CLIQUEZ LÀ

jeudi, 15 février 2018

Rétablissons la PEINE DE MORT pour les tueurs d'enfants

Publié par Guy Jovelin le 15 février 2018

Maëlys, Fiona, etc. Le Parti de la France a un projet pour les tueurs d'enfants

27752538_1229474827185997_3091893419162574758_n.jpg

Gelos (64) : la tradition d’accueil du sud-ouest profite aux migrants

Publié par Guy Jovelin le 15 février 2018

Par  le 14/02/2018 
 
Deux Soudanais et un Afghan en plein cœur du Béarn (Pyrénées-Atlantiques). Arrivés au terme de leur exil, interminable et périlleux, ils ont enfin en poche le statut de réfugiés et un titre de séjour de dix ans. Leur nouvelle famille, ce sont les Machu. Ce couple d’enseignants à la retraite les accompagne depuis maintenant plus d’un an, depuis leur arrivée dans les environs de Pau. Cours de français, aides dans les déplacements, visites de la région : dans toutes leurs démarches, ils sont avec eux.


Elles sont loin, les montagnes d’Afghanistan. Aimal a, lui aussi, un statut de réfugié, et beaucoup de gratitude pour les bénévoles qui ont changé son destin. Ces réfugiés vivent aujourd’hui en colocation dans des appartements de l’agglomération de Pau. Et leurs anges gardiens ne sont jamais loin, comme ces retraités, les Campgrandessus, qui veillent sur des Soudanais et des Afghans. Les aider à poursuivre leurs études, à trouver du travail : c’est la dernière marche avant l’autonomie. Le centre de Béterette, à Gelos, dans la banlieue de Pau : c’est là qu’en octobre 2016 sont arrivés de la jungle de Calais 40 migrants, désormais réfugiés pour la plupart. C’est là aussi que s’est constitué le réseau d’une cinquantaine de bénévoles. Aujourd’hui, le centre est officiellement fermé, mais d’autres migrants se battent à leur tour pour obtenir l’asile en France et les bénévoles sont toujours là, à leurs côtés.

 

Source : fdesouche